AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 {ended} ♣ don't you know what you just started?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage


avatar
the bad kitty cat admin.

pseudo : mee.
avatar : kwon ji yong.
messages : 359
here since : 15/11/2011
points : 34412
âge : 28
patronus : un... chat. ouais.
animal de compagnie : dopey, un joli black racer qui n'apprécie pas trop les hommes~
my heart is : quoi ? mais t'écoutes pas ce qu'on dit, toi ? semblerait que la petite ryan l'ait volé.
i'm feeling like : an asshole.
ma baguette : 34,5 centimètres, très peu flexible, coeur de dragon & bois d’if. Les baguettes en bois d’if sont parmi les plus rares et leurs partenaires eux-mêmes sortent de l’ordinaire. Elles donnent à leur possesseur un pouvoir de vie ou de mort, ce qui leur donne également une réputation terrifiante. Avec en plus un cœur de dragon, accentuant son pouvoir déjà considérable, ce type de baguette peut devenir très dangereux et difficile à contrôler, elle doit absolument être maniée par une personne talentueuse et sûre d’elle. L’if ne choisit jamais un maître médiocre ou timide, vous devriez donc avoir les capacités pour dompter cette baguette.
wizard's spellbook :

dès qu'un humain vient à la vie, il est déjà assez vieux pour mourir. ben tiens, j'imagine que ça aurait pu m'éviter toute cette merde. mais tu sais, kyungjee, nul bonheur ne pourrait exister sans faculté d'oubli. et si tu oubliais heena, c'était comme si j'étais mort, non ? parce qu'apparemment, le bonheur ne s'acquiert qu'à force de courage, et tu sais très bien, mon vieux, que c'est pas mon fort. non tu vois, il n'y a rien qui soit entièrement en notre pouvoir sinon nos pensées. et ça tu l'as compris, joonha, hein ? oh, fais pas semblant, tu sais très bien de quoi je parle. non, non, t'auras pas raison de moi... enfin. mes pensées n'auront pas raison de moi, disons, puisque ce n'est pas par la satisfaction des désirs que s'obtient la liberté, mais par la destruction du désir, n'est-ce pas, min guk ? ouais, toi et moi, va falloir faire quelque chose. mais tu sais, je crois que j'opte plus pour la destruction, dans ce cas-là. mais encore, le désir est l'appétit de l'agréable, et je pense, là, ma petite becca, que tu ne pourrais mieux le prouver. ça semble bien agréable entre tes cuisses, n'est-ce pas ? dans tous les cas, à mes yeux elles le sont. mais la beauté se raconte encore moins que le bonheur, et ryan, tant que j'y suis, chère princesse, entre nous, il n'y a point besoin de mots. votre beauté défierait toutes les guerres, ça j'en suis certain, et la guerre... la guerre est un acte de violence destiné à contraindre l'adversaire à exécuter notre volonté, qu'il soit verbal ou physique. n'est-ce pas, cyrus ? mais pourtant, toi, tu n'en aurais pas besoin. tu ne t'en rends même pas compte, n'est-ce pas ? c'est absurde à quel point je peux te laisser me faire du mal. mais l'absurdité d'une chose n'est pas une raison contre son existence, c'en est plutôt une condition. ça doit expliquer notre amitié, hein, savon ? bon, d'accord, t'es un p'tit con. j't'emmerde, mais au fond, j't'aime bien. bien heureux que tu lises jamais ça. au moins, on dit bien que l'expérience, c'est là le fondement de toutes nos connaissances. d'ailleurs, parlant d'expérience, y'en a certaines qui sont à ne jamais recommencer. n'est-ce pas, soojin ? t'es bien têtue, cocotte, mais tu pourrais mettre ça dans ta palette de connaissance et ne plus me suivre. mais je te l'accorde, on dit bien que les passions sont comme la peste et le typhus. cessez de les combattre, elles reviennent. par contre, cette dernière, je te la dédierais à toi tout particulièrement, mark. ah, oups, jinjung. allez, pourquoi tu te bats ? obsession, passions, après tout... ouais. boire sans soif et faire l'amour en tout temps, madame. il n'y a que ça qui nous distingue des autres bêtes.


ah, ce bon vieux livre de philosophie...



MessageSujet: {ended} ♣ don't you know what you just started?   Dim 27 Nov - 17:33

Toc. Il avait à peine eut le temps de remettre les pieds dans l'enceinte de l'académie que le voilà plaqué à un des murs froids du château, ses doigts glacés se faufilant au travers des cheveux d'une jolie coréenne et ses joues rougies par le froid de novembre, écarlates, se réchauffant au creux de l'épaule très féminine de sa compagne. Rien de mieux, il n'y avait rien de mieux que de retrouver la vie après tous ces longs mois tortueux de solitude passés en Amérique. Oh, certes, ces américaines étaient bien foutues et, pour la plupart, plutôt expérimentées – du moins, celles qui passaient dans son lit. Mais, étrangement, après avoir passé près d'un an en compagnie de ces charmantes coréennes, il n'y avait jamais rien qui pouvait comparer à l'innocence de ces jolies poupées. Pas qu'il aimait les corrompre – il avait plutôt appris à apprécier un peu mieux les femmes qui se respectaient et pouvaient compter leurs aventures passées sur les cinq doigt d'une seule main. Pas qu'il les traitait mieux que les autres, cela dit, mais... « kessy-ah... allez... juste quelques minutes, et puis... » disait-elle alors que lui il grognait, elle, couinant alors qu'elle glissait un genou entre ses jambes pour mieux le convaincre, suppliante. Un sourire malicieux aux lèvres, ses doigts pianotant le long de son torse, elle laissa aller un petit rire, sot, aïgu et particulièrement énervant. « comme ça, je pourrai te présenter... une de mes copines. » le joint chancelant au coin de ses lèvres le quitta, passant de ses lèvres à celles de la jolie brune. Et alors qu'il observait la figure de sa future conquête, il se demanda : quel homme pouvait-il bien être pour refuser de telles propositions ? De toute évidence, elle tenait à ce qu'il assiste à ce stupide jeu de... bouteille, et, visiblement, elle ne lui donnerait pas une nuit dans sa petite culotte de luxe tant qu'il ne jouerait pas le jeu. Oh, il ne fallait pas se méprendre : passer une nuit avec cette charmante mais très fatiguante créature ne valait pas qu'il bouge son royal derrière. Non – c'était plutôt l'idée d'en avoir deux pour le prix d'une, qui lui semblait... disons, alléchante. Et puis, pourquoi pas ? Il était de bonne humeur, ce soir. Normal : l'impression d'insatisfaction et de tristesse l'avaient quitté dès l'instant où il avait pu sentir la présence de sa moitié, même à quelques mètres, déjà. Alors, oui : pourquoi pas ? Il humecta ses lèvres, sa langue passant lentement le long de la supérieure alors qu'il baissait le regard vers le siens, haussant un sourcil alors qu'il pouvait voir les pupilles de sa compagne se faire particulièrement noires et énormes. Ah, oui... il lui retira le joint et en aspira une dernière bouffée, l'écrasant au sol, roulant les yeux. Eh bien, la coréenne s'amuserait ce soir avec le très peu de consommation qu'il lui avait permise.

Lorsqu'ils étaient entrés dans le château, le félin avait dû cligner des yeux quelques fois, tentant de s'ajuster rapidement à la nouvelle clarté un peu trop vive des couloirs du rez-de-chaussée. Il ne planait pas, pas encore, mais il avait déjà grimacé en observant les marches qui menaient aux cachots. Évidemment, il ne semblait pas y avoir de meilleurs lieux pour ce genre de jeux que l'administration ne permettrait probablement pas – surtout pas à cette heure puisque, de bonne mémoire, le couvre-feu n'était pas très loin et les couloirs commençaient à se faire déserts. Là, au moins, il n'y avait presque pas de chances qu'on les trouve. Il ne savait pas exactement dans quoi il se lançait mais, dans l'état d'esprit où il était : rien ne lui semblait être particulièrement mal et les possibles erreurs à commettre ne lui semblait en rien très graves. C'est vrai : pourquoi s'inquiétait-il toujours de ce genre de choses ? Soit, sa consommation du soir avait été particulièrement généreuse et, probablement, un peu plus puissante qu'à la normale mais qu'est-ce que ça pouvait bien faire ? Akiwa était réouvert, et ce mal-être pesant s'était envolé ! Autant fêter, et le sérieux, il le reprendrait le lendemain, comme tous les autres étudiants... « nous nous sommes installés dans le cachot 163, » fit la dragonne, attirant l'attention – un peu à retardement – de la sirène, qui tourna lentement la tête, clignant des yeux. « comme ça, on a pas vraiment de chances de croiser un prof... » conclua-t-elle, lui lançant un clin d'oeil accompagné d'un sourire qu'il qualifia de malicieux et remplis de sous-entendus. Mais il ne s'avança pas trop, haussant simplement les épaules et, sans surprise, préférant ne pas répondre et glisser ses mains au fond de ses poches.

Les marches avaient été rapidement dévalées et, pourtant, elles lui avaient parut durer une éternité. Le temps était clairement déformé dans sa tête, et si une seconde pouvait paraître être une heure, une minute pouvait également paraître être une seconde. Il se retrouva donc à être très distrait tout au long du chemin et, forcément, passa le moment des explications, ne comprenant pas très bien lorsqu'elle lui expliqua plus clairement qui se retrouvait dans ce cachot. Cachot qui, autrefois, faisait peur à la plupart des élèves osant s'y aventurer : mais, maintenant, vu l'état dans lequel il était... il ne faisait plus très peur à aucun des élèves et, il imaginait, le dit cachot servirait bien plus souvent qu'autrement à ce genre de pratiques étranges qu'à effrayer les petits muneos osant s'y aventurer. Quoi que, ça, c'était encore bien drôle... lorsqu'ils arrivèrent à destination, le premier réflexe du félin fut d'observer la lumière ambiante de la pièce : quelques torches ici et là, donnant une ambiance un peu lugubre au dit cachot, mais ça, ce n'était pas plus étonnant qu'autre chose non plus. Après tout, c'était l'ambiance générale qu'on retrouvait, dans les cachots, donc... en seconde : son regard se posa vers la bouteille qui trônait au milieu de la pièce, autour de laquelle il y avait – visiblement – quatre coussins pour s'asseoir, dont deux déjà occupés, et deux autres, côte à côte, libres, pour lui et la jolie dragonne – du moins, il supposa. Il humecta ses lèvres et cligna des yeux, son regard se posant vers l'autre jolie jeune femme. Blonde, cette fois, et visiblement, elle était geobuk. Les geobuk faisaient beaucoup la fête, mais... un geobuk dans les cachots ? Qui jouait à la bouteille ? L'idée lui paraissait tellement absurde qu'il ne put s'empêcher d'esquisser un mince sourire, son regard se posant ensuite vers la troisième personne. La dragonne ne lui avait pas parlé d'une troisième personne, mais elle était là : et lorsque, après avoir cligné des yeux, il réalisa que la dite troisième personne n'était pas exactement ce à quoi il s'attendait, il haussa un sourcil. Malgré tout – il était déjà en train de s'asseoir, les doigts de la coréenne fermement serrés à son poignet, sans vraiment réaliser qu'il le faisait. Il ne savait pas exactement s'il devait trouver la situation comique, absurde, ou dérangeante. Dans tous les cas, il n'arrivait pas à se faire une idée et la blonde avait déjà attrapé leurs deux mains pour qu'ils la serrent l'un l'autre, et lorsque la main de l'octopus toucha la sienne, un rictus au visage, il pencha légèrement la tête. « je le connais, merci... » il humecta ses lèvres et se redressa un peu, ses mains venant prendre appuie au sol alors qu'il le fixait toujours de ce petit air amusé. Comme c'était intéressant de savoir que Jinjung était un mauvais petit garçon, au fond de lui. Oh, quoi que, ça, avec l'alcool, il s'en doutait déjà... mais la bouteille en plus ? De mieux en mieux.

_________________
everybody wanna motherfucking know why

i dress so fly, sit so high, well bitch i do it cause i could. i'm so hood, yeah, i wear my pants below my waist and you and your man is planning to hate but i got these golds up in my mouth, if you get closer you'll know what i'm talkin about.


Dernière édition par Lee Kessy le Sam 31 Mar - 0:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://akiwa.bb-fr.com


avatar
the sneaky gnawing admin.

pseudo : Jin~
avatar : Henry Lau ♥
messages : 252
double compte(s) : Yun Ivory
here since : 15/11/2011
points : 28176
âge : 23
patronus : changeant. quoi è.é
animal de compagnie : Mochi, un hamster nain, et Silver, un renard des neiges~
my heart is : forever mine.
i'm feeling like : confused boy is confused.
ma baguette : ta baguette mesure 27.5 cm, est moyennement flexible, possède un cœur de dragon et est en bois de cèdre. « On ne peut jamais berner le possesseur d’une baguette de cèdre » , en outre, il est aussi important de comprendre que le cèdre se rapporte toujours à un sorcier d’une force de caractère et d’une loyauté subjuguante. Ne soyez donc pas surpris si votre baguette est aussi forte tête que vous ! Mais rassurez-vous, cette petite vous mènera loin et tâchera de vous aider à protéger tous vos êtres chers avec loyauté et précision.
wizard's spellbook :

The tunning of violins
Major third, or a minor seventh-, I'm a violin tuned a little sharp, tuned a little below.~
il y a quelque chose qui ne tourne pas rond dans ma vie, un truc qui ne fonctionne pas. un truc hors de ma portée de raisonnement, et pourtant, mon esprit n'a jamais été aussi clair. Clair de quoi, ça ne je sais pas. clair de moi peut-être, parce que j'ai l'impression d'avoir lâché les reines de mon corps, et que je vois tout de loin.
Chained to you
Fascination casts a spell and you became more than just a mystery, and I think about you all the time~
C'est intriguant à quel point un humain à la possibilité d'exercer un certain contrôle mental sur un autre, et je ne peux désormais que bien comprendre ce phénomène, puisque je suis soumis à ce genre de contrôle, bien malgré moi, je l'assure. J'espère juste que les limites fixées ne vont pas éclater et que je vais me retrouver dans une situation très peu avantageuse...
Strange relationship
I keep pushing and you keep holding on, I'm already gone~
Tu penses quoi exactement lorsque tu joues à ce petit jeu subtil ? Tu crois que je ne vois pas ce qui se passe, et bien que ça m'amuse, j'ai peur qu'un jour ça dérape et qu'on ait trop loin toi et moi. Tu te sens capable d'arrêter ou va falloir que je continue de te rapeller la situation dans laquelle tu te trouves ?
Sense of humor
You will like my sense of humor, you will be addicted to my smile, laughing all the while~
maman min hee, n'est-ce pas ? tu me fais rire, mais l'inverse doit être vrai à un certain niveau sinon on s'entendrait pas aussi bien. tes erreurs constantes et tes tentatives ratées mettent un bon rire dans ma vie, c'est très agréable. merci beaucoup ♥️
Ego
I have been contemplating, letting go of you ego, thought I'd let you know, you're getting old~
Ça devient ridicule tout ça, tout est ridicule, et surtout toi. T'as des manières que je supporte pas, et tu me casses solidement les c- oui, bref. Si c'était pas de l'adoration dévouée d'un de mes meilleurs amis pour ta gueule, je t'aurai classé out-of-life depuis longtemps. reste loin de moi.
Like it or not
Me, a laptop, 2 suitcases and I'm coming to see you, whether you like it or not~
depuis quelques temps il y a un léger froid entre nous, il serait peut-être temps de nous revoir comme il se doit non ? Silver ? Oh, ce n'est pas si grave, ça va faire de beaux bébés tout ça. Me tappe pas ! J'ai quand même droit à une visite parentale de temps à autre, alors t'es mieux de m'ouvrir la porte ou j'te kidnappe ton chien.
Talk talk talk
Please hear me out, 'cause all I want to do is just talk talk talk to you.~
J'ai toujours besoin de toi, oui, plus que jamais peut-être. je me suis fait distant ces derniers temps, j'en ai conscience, mais disons que j'ai mes raisons. je t'ai pas envoyé bouler, je te rassure, c'est juste mon cerveau qui dérive et qui m'interdit une seconde de répit...tu veux bien m'aider à m'éclaircir les idées ?

And I sing, lalala~ ♫


MessageSujet: Re: {ended} ♣ don't you know what you just started?   Dim 27 Nov - 23:54

Jin Jung n'était pas quelqu'un qui croyait au destin, ni au karma, ni à toutes ces choses stupides et mystiques qui, supposément, animeraient et guideraient notre vie. Mais cela commençait certainement à devenir un peu douteux, dans sa tête. Bon, c'était peut-être l'alcool qu'il avait ingéré plus tôt dans la soirée, pendant la petite fête de retour à l'école qui n'était évidemment pas surveillée par un professeur et où même les nouveaux gamins avaient le droit de se servir -bien qu'il devait avouer n'en avoir vu aucun. Même les petits yongwang n'avaient pas pointé leur nez. Mais où allait le monde ?- et il ne s'en était donc pas privé. Mais voilà, ce n'était pas la meilleure des idées visiblement, parce qu'il s'était fait entraîné dans un truc qu'il pouvait plus du tout contrôler.

Il était d'abord sortit faire un tour avec deux ou trois autres personnes (deux yongwang et un geobuk, il lui semblait) et la copine d'un des jaunes s'étaient ramenées avec des amies et au final il avait été séparé du groupe alors qu'une jolie petite geobuk blonde l'entraînait avec lui dans les couloirs en riant un peu bêtement, le faisant se questionner nettement sur sa sobriété. Elle l'arrêta juste en haut des escaliers menant aux sous-sols et se retourna vers lui, un énorme sourire sur les lèvres, le regard un peu vague; okay, elle était décidément saoule. Et il commençait aussi à se poser des questions sur les intentions de la tortue. Il avait beau avoir son lot d'alcool dans le sang, il n'était certainement pas dans un état aussi avancé que la demoiselle et il n'avait pas du tout envie que cette nuit se termine dans une séance étrange de "tentative de rapprochement" d'une créature de la gente féminine. Il n'allait pas rechigner contre quelques baisers, certes, mais il n'était pas assez attiré par elle -par elles- pour aller plus loin. Aucune possibilité qu'il le veuille, à moins évidemment que la mignonne cache une substance illicite dans le décolleté plutôt avantageux qu'elle portait. Mais aucun petit sachet ne sortit d'entre ses seins même si son regard restait fixé là, et il put entendre la geobuk rire avant qu'elle se penche vers l'avant en avançant les épaules pour donner plus d'ampleur à sa poitrine. Un sourire étira ses lèvres, un peu moqueur, et il leva une main pour suivre une clavicule du bout du doigt avant de glisser sa main sur son épaule pour l'éloigner de lui. Une lueur de déception passa sur le visage de la jeune femme qui lui fit une moue boudeuse digne d'un oscar qui le fit simplement rire. Il n'avait pas spécialement envie de se forcer à faire semblant d'apprécier, même s'il pouvait dire que la jeune femme avait des courbes particulièrement bien placées. Mais il n'avait pas envie de faire plus que regarder et- « j'ai promis à une amie de ramener quelqu'un d'autre avec moi en bas... » Il arqua un sourcil immédiatement, perdant un peu de son sourire. Qu'avait-elle l'intention de faire de lui ? Il ne voulait pas se retrouver dans un truc louche ou étrange, ce n'était pas ce qu'il avait dans la tête lorsqu'il s'était joint à la petite fête organisée par une bande de yongwang qu'il commençait à bien connaître. « allez, soit gentil avec ta noona. » Son nez se retroussa et il leva les yeux au ciel. Il fit un vague mouvement de main qui pouvait décidément signifier n'importe quoi, mais qu'elle prit évidemment pour un accord tacite. Elle attrapa son poignet en riant, le tirant à nouveau dans les escaliers qu'ils descendirent presque prudemment, veillant à ne croiser personne, s'échappant dans une pièce qu'il mit du temps à reconnaître mais qui le fit frissonner. Le cachot 163. Il en avait entendu parlé mais ne l'avait jamais vraiment vu et...il pouvait assurer que les rumeurs n'étaient pas du tout invitantes. Mais il semblait plutôt en piteux état maintenant, et toute source d'horreur qu'il aurait pu trouver derrière la porte qui était supposément constamment verrouillée avant avait disparue. Tant mieux.

Ses yeux se portèrent au sol, et il fronça les sourcils. Poussiéreux, couvert de débris... pourquoi venir ici ? Il se doutait que l'absence de supervision avait un rapport là-dedans, mais il connaissait d'autres pièces bien plus agréables que celle-ci. Manque d'imagination peut-être ? Il se retourna en entendant la jeune femme fouiller dans le petit sac à main qu'elle transportait et sortir de minuscules objets, probablement touché par un sort de réduction. Elle trottina jusqu'à lui et lui tendit en riant, lui faisant signe d'ouvrir la main pour déposer les modèles miniatures sur sa paume. Il les fixa un instant, son cerveau un peu au ralentit lui faisant lentement comprendre ce qu'il avait là, et un sourire presque enfantin se logea sur ses lèvres. C'était une blague ou quoi ? Empoignant sa baguette, il lança le contre-sort sur les objets, faisant revenir à leur taille initiale quatre coussins moelleux et une bouteille de verre ronde et vide. Il n'y avait aucun doute sur les intentions de la jeune femme et de l'amie qui allait arrivé. Le jeu de la bouteille. Pourquoi pas...après tout, il fêtait la réouverture, il n'allait pas se plaindre d'un petit divertissement supplémentaire. Quatre coussins, quatre personnes, il supposait donc que l'amie de la demoiselle devait ramener un mâle elle aussi, ce qui pourrait peut-être éclairer sa soirée un minimum. Bien qu'il doutait fortement que l'autre homme puisse être attiré par les gens de son propre sexe vu la situation, et surtout vu comment la geobuk présente l'avait incité à la suivre. « ils devraient arriver bientôt, on s'est donné rendez-vous ici. » Il hocha distraitement la tête, l'observant vaguement prendre place sur l'un des coussins, obéissant par automatisme lorsqu'elle lui fit signe de s'asseoir près d'elle. Il doutait encore de la qualité de cette idée, et il sentait qu'il avait encore le temps de partir, mais il ne voulait pas décevoir la jeune femme, et que pourrait-il faire après ? Retourner à son dortoir ? Non merci.

Et donc non, Jin ne croyait pas en ces trucs mystiques et étranges, incontrôlables et incompris, mais il ne put que sourciller et se dire que peut-être que le hasard et le destin avaient décidé de former une alliance pour lui faire un petit coucou quand les deux autres personnes entrèrent dans la pièce. Ses yeux se fixèrent immédiatement sur la figure masculine, prenant à peine le temps de noter que la yongwang l'accompagnant faisait partit du groupe de jaune avec qui il parlait régulièrement. Il sentit un espèce de froid bizarre s'installer dans son ventre alors qu'un certain malaise lui remontait le long de l'échine. Il osa à peine lever le regard plus haut que les épaules de l'ineo, même s'il savait qu'il n'avait rien à se reprocher, et surtout qu'il ne devait rien au jeune homme qui venait d'arriver. Comme il ne faisait pas un geste envers le nouvel arrivant, la blondinette à ses côtés prit les devant et attrapa son poignet pour le soulever, et ses yeux se levèrent finalement vers le visage de son vis-à-vis, croisant à peine son regard et apercevant à peine son rictus avant de détourner à nouveau le regard. Il avait l'impression d'être un gamin qu'on venait de surprendre en train de faire un mauvais coup, c'était pour dire. Ses doigts effleurèrent ceux de l'autre et il l'entendit finalement parler, annonçant qu'ils se connaissaient déjà, ce qui était en quelque sorte vrai... même si ce n'était pas particulièrement amical. Son regard se reposa sur la bouteille et il comprit finalement ce qu'il se passait. Le jeu de la bouteille. Il allait devoir embrasser soit ces filles, ce qui ne le dérangeait pas outre mesure, soit...lui. Kessy. Oh, il n'était pas rebutant, loin de là, mais il se sentait toujours un peu nerveux, un peu intimidé quand il était en présence de l'aîné. Mais bon, c'était peut-être le bon moment pour tenter quelques... rapprochements ? Pourquoi pas, après tout. Il releva les yeux, fixant l'ineo en tentant de paraître un peu plus sûr de lui, invitant d'un signe de main la brunette à sa gauche à tourner la bouteille, souriant un peu. « puisque tout le monde est là... on commence ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
the bad kitty cat admin.

pseudo : mee.
avatar : kwon ji yong.
messages : 359
here since : 15/11/2011
points : 34412
âge : 28
patronus : un... chat. ouais.
animal de compagnie : dopey, un joli black racer qui n'apprécie pas trop les hommes~
my heart is : quoi ? mais t'écoutes pas ce qu'on dit, toi ? semblerait que la petite ryan l'ait volé.
i'm feeling like : an asshole.
ma baguette : 34,5 centimètres, très peu flexible, coeur de dragon & bois d’if. Les baguettes en bois d’if sont parmi les plus rares et leurs partenaires eux-mêmes sortent de l’ordinaire. Elles donnent à leur possesseur un pouvoir de vie ou de mort, ce qui leur donne également une réputation terrifiante. Avec en plus un cœur de dragon, accentuant son pouvoir déjà considérable, ce type de baguette peut devenir très dangereux et difficile à contrôler, elle doit absolument être maniée par une personne talentueuse et sûre d’elle. L’if ne choisit jamais un maître médiocre ou timide, vous devriez donc avoir les capacités pour dompter cette baguette.
wizard's spellbook :

dès qu'un humain vient à la vie, il est déjà assez vieux pour mourir. ben tiens, j'imagine que ça aurait pu m'éviter toute cette merde. mais tu sais, kyungjee, nul bonheur ne pourrait exister sans faculté d'oubli. et si tu oubliais heena, c'était comme si j'étais mort, non ? parce qu'apparemment, le bonheur ne s'acquiert qu'à force de courage, et tu sais très bien, mon vieux, que c'est pas mon fort. non tu vois, il n'y a rien qui soit entièrement en notre pouvoir sinon nos pensées. et ça tu l'as compris, joonha, hein ? oh, fais pas semblant, tu sais très bien de quoi je parle. non, non, t'auras pas raison de moi... enfin. mes pensées n'auront pas raison de moi, disons, puisque ce n'est pas par la satisfaction des désirs que s'obtient la liberté, mais par la destruction du désir, n'est-ce pas, min guk ? ouais, toi et moi, va falloir faire quelque chose. mais tu sais, je crois que j'opte plus pour la destruction, dans ce cas-là. mais encore, le désir est l'appétit de l'agréable, et je pense, là, ma petite becca, que tu ne pourrais mieux le prouver. ça semble bien agréable entre tes cuisses, n'est-ce pas ? dans tous les cas, à mes yeux elles le sont. mais la beauté se raconte encore moins que le bonheur, et ryan, tant que j'y suis, chère princesse, entre nous, il n'y a point besoin de mots. votre beauté défierait toutes les guerres, ça j'en suis certain, et la guerre... la guerre est un acte de violence destiné à contraindre l'adversaire à exécuter notre volonté, qu'il soit verbal ou physique. n'est-ce pas, cyrus ? mais pourtant, toi, tu n'en aurais pas besoin. tu ne t'en rends même pas compte, n'est-ce pas ? c'est absurde à quel point je peux te laisser me faire du mal. mais l'absurdité d'une chose n'est pas une raison contre son existence, c'en est plutôt une condition. ça doit expliquer notre amitié, hein, savon ? bon, d'accord, t'es un p'tit con. j't'emmerde, mais au fond, j't'aime bien. bien heureux que tu lises jamais ça. au moins, on dit bien que l'expérience, c'est là le fondement de toutes nos connaissances. d'ailleurs, parlant d'expérience, y'en a certaines qui sont à ne jamais recommencer. n'est-ce pas, soojin ? t'es bien têtue, cocotte, mais tu pourrais mettre ça dans ta palette de connaissance et ne plus me suivre. mais je te l'accorde, on dit bien que les passions sont comme la peste et le typhus. cessez de les combattre, elles reviennent. par contre, cette dernière, je te la dédierais à toi tout particulièrement, mark. ah, oups, jinjung. allez, pourquoi tu te bats ? obsession, passions, après tout... ouais. boire sans soif et faire l'amour en tout temps, madame. il n'y a que ça qui nous distingue des autres bêtes.


ah, ce bon vieux livre de philosophie...



MessageSujet: Re: {ended} ♣ don't you know what you just started?   Lun 28 Nov - 16:31

Son regard n'avait pas quitté les iris de l'asiatique face à lui, notant avec amusement qu'il n'avait pas osé croiser son regard – ou même regarder plus haut que ses épaules – plus de deux secondes. Sa langue, automatiquement, avait passé le long de sa lèvre inférieure pour venir se coincer à la commissure de ses lèvres, toujours ce petit sourire amusé au coin des lèvres. S'il y avait bien une personne qu'il ne s'était pas attendu à croiser si tôt après la réouverture des portes de l'académie, c'était le petit Jinjung. Pas qu'il s'en plaignait : il n'y avait tout simplement pas pensé. Et, très certainement, encore, n'aurait-il pas pensé la veille que vingt-quatre heures plus tard il se retrouverait face à lui, prêt à jouer à la bouteille avec deux jolies jeunes coréennes dans la vingtaine et prêtes à expérimenter quelques folies. Pour le moment, il ne s'en plaignait pas. L'histoire serait probablement différente au lendemain matin, ou, du moins, tout dépendait de la bouteille qui traînait au centre du cercle de jeunes gens. Son regard se posa vers la bouteille juste comme il y pensait et il put apercevoir une volupté de fumer s'échapper du goulot, d'un vert-turquoise brillant, une odeur agréable envahissant ses narines. C'était une bouteille sorcière, forcément, et la couleur qui s'en échappait lui semblait déjà trop vive de couleurs. De couleurs irrésistibles, fascinantes, et il réalisa seulement au bout de quelques secondes qu'il s'était perdu à l'observer – seulement lorsque la tortue lui tapota l'épaule, l'observant avec un sourire niais, le pourpre colorant ses joues pâles dès l'instant où il posa le regard vers la figure de sa camarade. Elle baissa bien rapidement le regard et pointa vers sa poche, là où sa baguette se trouvait, s'assurant visiblement qu'ils avaient tous leur baguette. Était-ce donc le seul critère sur lequel elles s’étaient basées pour choisir les garçons qu'elles ramenaient ce soir ? N'importe qui possédant une baguette ? Ah, peu importe. Le capitaine tira sur sa baguette, la posant devant lui, ses doigts ne la quittant cependant pas ne serait-ce qu'une seconde – même si ce n'était que du bout des doigts, il n'arrivait jamais à être totalement à l'aise s'il ne pouvait pas la toucher ou la sentir quelque part. Il pencha la tête vers la dragonne, cette fois, alors que cette dernière couinait et posait une main devant sa bouche, l'air toute excitée, les joues toutes aussi rougies que sa compagne et retenant visiblement un rire. Et cette fois, il ne put empêcher un sourire, tournant la tête vers le bleu une dernière fois pour hausser un sourcil amusé, l'air presque complice, dans un monde imaginaire où le garçon comprenait à quel point la situation lui semblait amusante. Les femmes – ou filles, peut-être, dans ce cas, puisqu'elles ne semblaient pas avoir plus de vingt ans toutes les deux – avaient toujours eut ce don pour l'énerver mais, ce soir, elles ne faisaient rien de plus que l'amuser.

La tortue se racla donc finalement la gorge, comme si elle avait perdu le fil de ses pensées l'espace de quelques secondes, posant sa propre baguette sur le sol crasseux, posant ses mains sur ses cuisses et se redressant telle une femme d'affaire s'apprêtant à présenter un projet sous la plus haute importance. « il y a une règle. » débuta-t-elle, balayant du regard les trois autres personnes, son petit sourire lui revenant au coin des lèvres alors qu'elle attirait l'attention des dites trois autres têtes, visiblement intriguées par la petite règle. « ou, enfin, le jeu est différent. tout d'abord, c'est une bouteille ensorcelée. » poursuivit-elle, pointant du doigt la fumée qui s'échappait du goulot, d'un rose vif qui se mélangeait à un jaune doré, à présent. « il faut la toucher avec notre baguette d'abord, bien sûr, et ensuite, lorsqu'elle s'arrêtera sur une autre personne, » elle baissa le ton, et, à ce moment précis, soudainement, elle ne ressemblait plus à rien d'autre qu'une jeune adolescente racontant une histoire d'horreur à ses camarades, assise devant cette bouteille en guise de feu, cette pièce portant fruit à son imagination. Mais ce n'était pas tout à fait le cas, et la sirène dut faire un effort presque immonde pour comprendre ses paroles et ne pas en perdre le fil. « évidemment, il faudra embrasser cette personne, mais il se peut que la bouteille exige quelque chose en plus pour pouvoir continuer le jeu... » conclu-t-elle, finalement, lançant un clin d'oeil général en direction de ses camarades. Il haussa un sourcil, pas plus amusé cette fois mais plutôt perplexe.

« toi. » fit la dragonne, le pointant, l'air un peu plus sûre d'elle-même, cette fois. Elle avait sa baguette pour le pointer et même dans l'état où il était, il n'arrivait pas à concevoir cette idée comme une bonne chose, une impression de menace venant lui tirailler les entrailles, fronçant le nez et les sourcils, ses yeux louchant sur la baguette comme s'il s'apprêtait à la déchiqueter avec son regard. Et lorsqu'elle désigna sa baguette du bout de la sienne, il l'attrapa illico, ses doigts serrés sur sa baguette, discret mais ennuyé, visiblement. « tu commences. » lui dit elle, penchant la tête, lui offrant un magnifique aegyo – comme auraient dit les coréens – qui le laissa franchement de glace. Il humecta ses lèvres, fixant sa baguette quelques secondes et se posant des questions mais ne les laissant pas le retarder, touchant la bouteille du bout de sa baguette et il sursauta presque lorsque celle ci se mit à tournoyer sur elle-même, peut-être un peu trop rapidement pour son état d'esprit – mais ça, il ne le nota pas, l'observant simplement alors que la fumée changeait constamment de couleur lorsqu'elle tournait. Il remarqua même, toujours à retardement, que la bouteille avait changé de sens avant de finalement ralentir, tourner trois petits tours et demi et finalement s'arrêter, pointant tout droit devant lui. Sa langue passa à nouveau sur ses lèvres et, suivant le chemin que montrait la bouteille, son regard se posa vers l'octopus devant lui. Forcément. Il déposa sa baguette entre ses cuisses et se frotta les mains ensemble, cet air perplexe revenant doucement s'imprimer sur son visage comme s'il ne l'avait jamais quitté, et il entendit la bouteille murmurer quelques paroles, les deux jeune femmes tendant l'oreille pour entendre et leur faisant signe de ne rien dire. « un baiser dans le cou, un baiser sur la joue, un baiser sur la bouche. » parla la bouteille, puis le silence, un peu lourd cette fois, retomba. Il pencha la tête, fixant quelques secondes le visage du bleu avant de soupirer, se dressant sur ses genoux, la situation lui semblant de plus en plus absurde et étrange. Pourquoi était-il toujours là, de toute façon ? Dans ces jeux sorciers, il y avait toujours une conséquence si on ne respectait pas ce qu'on devait faire – mais pourquoi avait-il même tourné cette bouteille en premier lieu ? Bon, tant pis, pensa-t-il, alors qu'il s'approchait un peu et lui faisait signe de s'approcher lui aussi. Il ne savait pas exactement comment s'y prendre, surtout pas lorsqu'il y avait d'autres spectateurs et l'idée de fermer les yeux pour imaginer qu'il se retrouvait dans une toute autre situation ne lui semblait pas être très juste. Plutôt, il lui lança un dernier regard avant de le poser vers son épaule, la fixant, pinçant les lèvres avant de finalement attraper son haut pour le tirer un peu vers lui.

Sa main avait relâché son haut pour se glisser jusqu'à son épaule et la découvrir un peu, son regard figé vers la dite peau découverte alors qu'il ravalait – discrètement – sa salive. Cette légère impression de faire quelque chose qu'il regretterait dans quelques petites heures pointait le bout de son nez mais, cette fois, il se sentait drôlement paisible. Un peu étrange et il pouvait également affirmer qu'un sentiment côtoyant l'embarras s’emparait de lui, mais ce n'était pas assez visible ni présent pour qu'il n'ait envie de faire face à quelconque conséquence de toute évidence. Il préférait toujours le faire maintenant que – qui sait, être obligé de faire trois fois le tour de l'école en tenue d'adam. L'idée le fit grimacer et ce fut finalement ce qui le poussa à s'approcher et poser ses lèvres sur son épaule, fermant les yeux et appréciant le parfum drôlement naturel du garçon. Parfum qui, pour une fois, ne le dérangeait pas tellement. Différent, mais agréable. C'est sur cette note qu'il glissa ses lèvres jusqu'à son cou, n'osant pas redresser la tête entre temps, s'arrêtant l'espace de quelques secondes pour poser un nouveau baiser à cet endroit, ses mains hésitantes pour finalement venir se poser sur ses hanches – les garder le long de son corps lui donnant l'impression d'être un simple idiot et, d'autre part, pour se donner un peu d'équilibre alors qu'il redressait la tête. Il ne devait pas le regarder dans les yeux ou, alors, il ne devait pas le regarder trop longtemps, pensa-t-il – ce pourquoi il ne perdit pas trop de temps et vint capturer ses lèvres, n'en faisant ni trop ni trop peu, ignorant une des jeune femmes qui, à nouveau, couinait. La dragonne, probablement.

_________________
everybody wanna motherfucking know why

i dress so fly, sit so high, well bitch i do it cause i could. i'm so hood, yeah, i wear my pants below my waist and you and your man is planning to hate but i got these golds up in my mouth, if you get closer you'll know what i'm talkin about.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://akiwa.bb-fr.com


avatar
the sneaky gnawing admin.

pseudo : Jin~
avatar : Henry Lau ♥
messages : 252
double compte(s) : Yun Ivory
here since : 15/11/2011
points : 28176
âge : 23
patronus : changeant. quoi è.é
animal de compagnie : Mochi, un hamster nain, et Silver, un renard des neiges~
my heart is : forever mine.
i'm feeling like : confused boy is confused.
ma baguette : ta baguette mesure 27.5 cm, est moyennement flexible, possède un cœur de dragon et est en bois de cèdre. « On ne peut jamais berner le possesseur d’une baguette de cèdre » , en outre, il est aussi important de comprendre que le cèdre se rapporte toujours à un sorcier d’une force de caractère et d’une loyauté subjuguante. Ne soyez donc pas surpris si votre baguette est aussi forte tête que vous ! Mais rassurez-vous, cette petite vous mènera loin et tâchera de vous aider à protéger tous vos êtres chers avec loyauté et précision.
wizard's spellbook :

The tunning of violins
Major third, or a minor seventh-, I'm a violin tuned a little sharp, tuned a little below.~
il y a quelque chose qui ne tourne pas rond dans ma vie, un truc qui ne fonctionne pas. un truc hors de ma portée de raisonnement, et pourtant, mon esprit n'a jamais été aussi clair. Clair de quoi, ça ne je sais pas. clair de moi peut-être, parce que j'ai l'impression d'avoir lâché les reines de mon corps, et que je vois tout de loin.
Chained to you
Fascination casts a spell and you became more than just a mystery, and I think about you all the time~
C'est intriguant à quel point un humain à la possibilité d'exercer un certain contrôle mental sur un autre, et je ne peux désormais que bien comprendre ce phénomène, puisque je suis soumis à ce genre de contrôle, bien malgré moi, je l'assure. J'espère juste que les limites fixées ne vont pas éclater et que je vais me retrouver dans une situation très peu avantageuse...
Strange relationship
I keep pushing and you keep holding on, I'm already gone~
Tu penses quoi exactement lorsque tu joues à ce petit jeu subtil ? Tu crois que je ne vois pas ce qui se passe, et bien que ça m'amuse, j'ai peur qu'un jour ça dérape et qu'on ait trop loin toi et moi. Tu te sens capable d'arrêter ou va falloir que je continue de te rapeller la situation dans laquelle tu te trouves ?
Sense of humor
You will like my sense of humor, you will be addicted to my smile, laughing all the while~
maman min hee, n'est-ce pas ? tu me fais rire, mais l'inverse doit être vrai à un certain niveau sinon on s'entendrait pas aussi bien. tes erreurs constantes et tes tentatives ratées mettent un bon rire dans ma vie, c'est très agréable. merci beaucoup ♥️
Ego
I have been contemplating, letting go of you ego, thought I'd let you know, you're getting old~
Ça devient ridicule tout ça, tout est ridicule, et surtout toi. T'as des manières que je supporte pas, et tu me casses solidement les c- oui, bref. Si c'était pas de l'adoration dévouée d'un de mes meilleurs amis pour ta gueule, je t'aurai classé out-of-life depuis longtemps. reste loin de moi.
Like it or not
Me, a laptop, 2 suitcases and I'm coming to see you, whether you like it or not~
depuis quelques temps il y a un léger froid entre nous, il serait peut-être temps de nous revoir comme il se doit non ? Silver ? Oh, ce n'est pas si grave, ça va faire de beaux bébés tout ça. Me tappe pas ! J'ai quand même droit à une visite parentale de temps à autre, alors t'es mieux de m'ouvrir la porte ou j'te kidnappe ton chien.
Talk talk talk
Please hear me out, 'cause all I want to do is just talk talk talk to you.~
J'ai toujours besoin de toi, oui, plus que jamais peut-être. je me suis fait distant ces derniers temps, j'en ai conscience, mais disons que j'ai mes raisons. je t'ai pas envoyé bouler, je te rassure, c'est juste mon cerveau qui dérive et qui m'interdit une seconde de répit...tu veux bien m'aider à m'éclaircir les idées ?

And I sing, lalala~ ♫


MessageSujet: Re: {ended} ♣ don't you know what you just started?   Mar 29 Nov - 3:39

Ses yeux étaient collés sur la bouteille située au centre du petit cercle qu'ils formaient. Cercle, pas vraiment, puisqu'à quatre, il s'agissait plus d'un quadrilatère, et vu la disposition, probablement même d'un carré... mais ce n'était pas important. Il fixait l'objet de verre avec une intensité qu'il ne comprenait pas lui-même, comme si une bombe se trouvait à sa place et menaçait de lui exploser au visage à tout moment. Il commençait à entrevoir les conséquences de son accord, ce dans quoi il s'était embarqué en suivant "little miss sunshine" à travers les dédales de son école pour se retrouver dans cet endroit lugubre avec une autre fillette et un mâle qui, bien qu'attrayant, en imposait trop pour lui. Habituellement, il aurait probablement sourit et aurait profité de la situation pour s'amuser, et balayer la nuit d'un revers de la main de lendemain. Après tout, ce n'était que des baisers, non ? Mais cela devenait une toute autre chose quand la bouteille devenait un fantasque constructeur de situation sensuelle. Les mots de la geobuk s'étaient infiltrés, sournois, dans les profondeurs de son esprit pour lui faire entrevoir mille scénarios qui lui tordaient les entrailles. Les actions resteraient probablement innocentes, mais qu'est-ce que ça serait s'il n'osait pas faire ce que le tyran de vitre ? C'était la première fois qu'il jouait à ce jeu en version magique. Non, en fait, c'était la première fois qu'il jouait à ce jeu tout court, mais comme tous les jeunes, il en comprenait tout de même le principe. Le sourire un peu faible mais certainement amusé qu'il avait échangé avec le plus vieux à peines quelques secondes auparavant s'était effacé de ses lèvres pour laisser place à la moue songeuse qui était restée jusqu'à présent. Non pas qu'il n'avait spécialement pas envie de jouer maintenant qu'il en connaissait les règles, mais il ne savait pas trop comment il allait se débrouiller. Il fut d'ailleurs presque soulagé lorsque la dragonne pointa Kessy du bout de la baguette et observa avec curiosité les volutes odorantes changer de couleur alors que la baguette de l'ineo se rapprochait du verre. Ses doigts se serrèrent sur sa propre baguette dans un réflexe surpris alors que la bouteille se mit à tournoyer comme si une main invisible lui avait donné un élan monstrueux. Ses yeux suivirent le goulot alors que la vitesse s'amenuisait, sa respiration se bloquant quelque part entre ses poumons et ses lèvres lorsqu'il vit la bouteille s'arrêter. Il relâcha une expiration un peu tremblante de nervosité alors qu'une fumée violette ponctuée d'argent venait narguer son regard, comme pour lui rappeler le mélange des deux maisons concernées par l'échange. Il retroussa le nez et releva les yeux, ignorant la provocation probablement volontaire de la bouteille coupable, se tendant quand la voix un peu faible mais chaude murmura les quelques paroles presque moqueuses. Il jeta un regard noir vers l'objet, manquant de s'énerver -bien inutilement- en voyant un bleu soyeux et un rouge enivrant s'entortiller dans une danse voluptueuse.

Sérieusement, ce foutu machin devait se moquer de lui, ce n'était pas possible autrement.

Ses yeux perçurent un mouvement dans la périphérie de son regard et il releva bien vite la tête, restant silencieux alors qu'il se redressait un peu sur son coussin posant ses mains sur le sol pour garder l'équilibre alors qu'il s'avançait pour être tout près de la bouteille, le haut de son corps un peu penché, tentant de faciliter au possible ce que l'ineo s'apprêtait à faire. Il avait du mal à garder son regard sur le plus vieux, bien du mal, alors que ce dernier était maintenant tout près, mais visiblement pas assez puisqu'il sentit plus qu'il ne vit une main attraper son propre t-shirt pour le rapprocher encore un peu. Il pinça un peu les lèvres, se mordant l'intérieur de la joue alors qu'un pan du vêtement était tiré pour dévoiler un peu de son épaule. Quand les lèvres de l'aîné se posèrent sur sa peau, il prit l'immédiate décision de bloquer toutes ses pensées et sa nervosité pour pouvoir simplement profiter. Ses muscles se relâchèrent un peu et il ne put empêcher le léger frisson de remonter sa colonne vertébrale quand la bouche glissa jusqu'à son cou. Tss. Il était vraiment trop faible face à son propre corps, décidément. Mais il ne pouvait pas s'en empêcher; certains endroits sur son corps étaient relativement plus sensibles que d'autre, et la zone de son cou en faisait partie. Ses yeux étaient déjà à demi clos quand le visage de Kessy fit face au sien, et il réalisa la présence des mains du rouge sur ses hanches à ce moment. Il eut un léger moment de confusion à se demander pourquoi, quand et comment elles s'étaient retrouvées là, puis silence radio, alors que les lèvres parfaites -mais ça, il n'avouerait jamais l'avoir pensé- du plus vieux se pressèrent contre les siennes, sans plus ni moins, et ses paupières tombèrent pour recouvrir ses yeux.

Non, il n'essayait pas de reproduire ces scènes de film avec les deux personnages qui fermaient les yeux pour savourer l'instant présent. Non, lui, il était plutôt dans une tentative désespérée de ne pas devenir complètement gêné à cause d'un simple baiser, plus précisément à cause de la proximité du visage de Kessy et du sien. Il nota par contre l'espèce de couinement féminin qui le fit sourire contre les lèvres du rouge et se fit un peu plus audacieux, refermant ses lèvres sur celle inférieure de l'aîné pour y passer la langue avant de se reculer pour éviter la réaction possiblement négative qu'il allait en tirer, se rasseyant correctement sur son coussin, jaugeant les visages rougis des jeunes femmes qui les fixaient avec des yeux brillants et de grands sourires. Il constata aussi la couleur de la fumée qui était passée au vert émeraude avec des éclats orangés, souriant presque victorieusement, comme si l'action lui avait permis de gagner contre la bouteille. Il se tourna ensuite un peu vers la blondinette en faisant un signe vers la bouteille « C'est ton tour, non ? ». Elle hocha la tête presque frénétiquement et leva sa baguette pour tapoter l'objet ensorcelé qui se mit à tournoyer de nouveau rapidement. Son regard quitta la bouteille presque malgré lui, suivant la ligne du corps de l'ineo pour remonter jusqu'à son visage, presque avec réluctance, incertain de l'air qu'il allait y trouver. Il détourna par contre les yeux avant de pouvoir l'apercevoir alors que la geobuk lâchait un soupir de désappointement, sa copine yongwang gloussant en tendant l'oreille, fixant le goulot qui pointa vers elle. « Une caresse sur le ventre, un baiser sur le front, un baiser avec la langue. » À ces mots, il sourcilla. Donc il y avait plus que des baisers dans ce jeu particulier... jusqu'où cela pouvait-il aller ? Il espérait vivement ne pas s'être embarqué dans un jeu prit dans un sex shop magique... manquerait plus que ça. Cette fois, il n'y eut pas vraiment d'hésitation par contre, et c'était visible que les deux filles s'entendaient et se connaissaient très bien. La main de la verte s'était glissée sans une parcelle de doute sous le haut de son amie et ses lèvres s'étaient posées sur son front.

Peu intéressé, il avait reposé son regard sur le visage de l'autre mâle pour observer ses réactions, remarquant que son regard à lui ne se détournait pas de la scène des deux demoiselles exécutant leur action sans problème et sans gêne. Il sourcilla un moment avant de se souvenir que tout le monde n'était pas comme lui, et que deux femmes se touchant et s'embrassant pouvait s'avérer un tant soit peu intéressant pour certaines personnes, et l'ineo faisait visiblement partit de ces personnes. Il en profita pour le parcourir du regard, profitant du fait qu'il ne pouvait pas être surpris, tous les regards étant occupés autre part que sur lui. Sa langue passa sur ses lèvres distraitement et il soupira discrètement en reposant ses yeux sur les deux jeunes femmes qui s'embrassaient, presque déçu de ne pas être captivé par l'image comme tout jeune homme normal l'aurait probablement été.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
the bad kitty cat admin.

pseudo : mee.
avatar : kwon ji yong.
messages : 359
here since : 15/11/2011
points : 34412
âge : 28
patronus : un... chat. ouais.
animal de compagnie : dopey, un joli black racer qui n'apprécie pas trop les hommes~
my heart is : quoi ? mais t'écoutes pas ce qu'on dit, toi ? semblerait que la petite ryan l'ait volé.
i'm feeling like : an asshole.
ma baguette : 34,5 centimètres, très peu flexible, coeur de dragon & bois d’if. Les baguettes en bois d’if sont parmi les plus rares et leurs partenaires eux-mêmes sortent de l’ordinaire. Elles donnent à leur possesseur un pouvoir de vie ou de mort, ce qui leur donne également une réputation terrifiante. Avec en plus un cœur de dragon, accentuant son pouvoir déjà considérable, ce type de baguette peut devenir très dangereux et difficile à contrôler, elle doit absolument être maniée par une personne talentueuse et sûre d’elle. L’if ne choisit jamais un maître médiocre ou timide, vous devriez donc avoir les capacités pour dompter cette baguette.
wizard's spellbook :

dès qu'un humain vient à la vie, il est déjà assez vieux pour mourir. ben tiens, j'imagine que ça aurait pu m'éviter toute cette merde. mais tu sais, kyungjee, nul bonheur ne pourrait exister sans faculté d'oubli. et si tu oubliais heena, c'était comme si j'étais mort, non ? parce qu'apparemment, le bonheur ne s'acquiert qu'à force de courage, et tu sais très bien, mon vieux, que c'est pas mon fort. non tu vois, il n'y a rien qui soit entièrement en notre pouvoir sinon nos pensées. et ça tu l'as compris, joonha, hein ? oh, fais pas semblant, tu sais très bien de quoi je parle. non, non, t'auras pas raison de moi... enfin. mes pensées n'auront pas raison de moi, disons, puisque ce n'est pas par la satisfaction des désirs que s'obtient la liberté, mais par la destruction du désir, n'est-ce pas, min guk ? ouais, toi et moi, va falloir faire quelque chose. mais tu sais, je crois que j'opte plus pour la destruction, dans ce cas-là. mais encore, le désir est l'appétit de l'agréable, et je pense, là, ma petite becca, que tu ne pourrais mieux le prouver. ça semble bien agréable entre tes cuisses, n'est-ce pas ? dans tous les cas, à mes yeux elles le sont. mais la beauté se raconte encore moins que le bonheur, et ryan, tant que j'y suis, chère princesse, entre nous, il n'y a point besoin de mots. votre beauté défierait toutes les guerres, ça j'en suis certain, et la guerre... la guerre est un acte de violence destiné à contraindre l'adversaire à exécuter notre volonté, qu'il soit verbal ou physique. n'est-ce pas, cyrus ? mais pourtant, toi, tu n'en aurais pas besoin. tu ne t'en rends même pas compte, n'est-ce pas ? c'est absurde à quel point je peux te laisser me faire du mal. mais l'absurdité d'une chose n'est pas une raison contre son existence, c'en est plutôt une condition. ça doit expliquer notre amitié, hein, savon ? bon, d'accord, t'es un p'tit con. j't'emmerde, mais au fond, j't'aime bien. bien heureux que tu lises jamais ça. au moins, on dit bien que l'expérience, c'est là le fondement de toutes nos connaissances. d'ailleurs, parlant d'expérience, y'en a certaines qui sont à ne jamais recommencer. n'est-ce pas, soojin ? t'es bien têtue, cocotte, mais tu pourrais mettre ça dans ta palette de connaissance et ne plus me suivre. mais je te l'accorde, on dit bien que les passions sont comme la peste et le typhus. cessez de les combattre, elles reviennent. par contre, cette dernière, je te la dédierais à toi tout particulièrement, mark. ah, oups, jinjung. allez, pourquoi tu te bats ? obsession, passions, après tout... ouais. boire sans soif et faire l'amour en tout temps, madame. il n'y a que ça qui nous distingue des autres bêtes.


ah, ce bon vieux livre de philosophie...



MessageSujet: Re: {ended} ♣ don't you know what you just started?   Mer 30 Nov - 0:27

Il n'y avait jamais vraiment de telles choses comme de la douceur ou de la tendresse lorsqu'il s’agissait de Kessy. Après tout, la tendresse, la douceur et la passion – ou quoi que ce soit dans le genre – n'étaient-ils pas le genre de sentiments que l'on échangeait avec la personne aimée ou un partenaire dans le genre ? Définitivement, ce n'était donc pas pour lui. On ne lui avait jamais reproché un quelconque manque de talent, que ce soit au niveau des baisers ou d'autres, mais on lui avait bien souvent reproché un manque de réciprocité. D'ailleurs, les baisers, il n'en était pas particulièrement un fervent amateur. Il lui avait semblé que la gente féminine appréciait tout particulièrement ce contact mais, lui, finalement, ne considérait pas plus la chose qu'une façon pratique et efficace de faire fermer la gueule de certaines de ses conquêtes. Son premier contact avec une paire de lèvres féminines avait d'ailleurs été sous la ceinture, par mesure représentative. Glorieuses premières expériences. Le contact des lèvres du garçon ne l'avait donc finalement pas plus dérangé qu'il ne le fallait ; il fallait dire que, dans le cas présent, Kessy arrivait même à assumer que ce n'était pas franchement désagréable. Ses lèvres étaient douces, pulpeuses et même, aussi absurde cela pouvait-il paraître, confortables. Tout ça pour dire que la situation, bien qu'hors-contexte et pratiquement imposée, était une de ces rares – et très rares – situations où le baiser n'était pas un dernier recours poli pour demander à l'autre de la fermer et faire son boulot en silence. L'une de ces rares fois où, secrètement, silencieusement, il pouvait l'apprécier l'espace de quelques secondes, même si son baiser, à lui, n'était toujours pas particulièrement emplis de tendresse ou une connerie dans le genre. Lorsqu'il avait senti la langue du plus jeune, cependant, les traits de son visage s'étaient crispés un peu, un sourcil s'haussant. Il ne savait pas exactement si c'était pour le jeu, pour le spectacle qu'ils offraient aux deux jeune femmes ou simplement pour le plaisir d'en profiter. Il ne connaissait rien du jeune octopus, ne serait-ce qu'un prénom sur une tête, une maison et une petite manie pour l'alcool, mais l'aise qu'il avait démontré au travers du baiser, pensa-t-il lorsqu'il revint poser ses fesses sur son coussin, brisant le contact, en laissait beaucoup à imaginer. Il avait humecté ses propres lèvres, son regard ne quittant pas de suite la figure de son vis-à-vis alors qu'il se posait déjà qu'une seule question : est-ce qu'il les attirait, ou c'était simplement qu'une majorité importante des coréens de cette académie étaient homosexuels ? Son regard ne quitta pas le visage du bleu avant un moment – du moins, pas avant que ce dernier ne reprenne la parole pour annoncer la suite du jeu, la sirène tournant la tête vers la blonde à laquelle il s'adressait en pinçant les lèvres. Il ne réalisa qu'à ce moment que la fumée prenait toujours la couleur des maisons ou ou des concernés, amusé par la teinte verte que venait de prendre la couleur de cette dernière, après que la fumée teintée d'un joli violet se soit dissipée.

Le jeune homme avait vite fait d'oublier ses questionnements – ou révélations ? - lorsque la tortue avait tapoté sa baguette sur la vitre de la bouteille d'un vert crasseux, cette dernière recommençant son manège et tournoyant dans tous les sens, les volutes de fumée colorées presque étourdissantes alors qu'il tentait, stupidement, d'en détecter le genre – d'agréables – odeurs qui s'en échappaient et changeait de ton ou d'intensité chaque fois que la couleur en changeait. Puis, finalement, la bouteille s'arrêta et, cette fois, elle avait choisi les deux filles. Un sourire amusé vint éclairer les traits de son visage en guise d'appréciation lorsqu'il entendit les consignes de la bouteille et son regard fut automatiquement attiré vers les deux filles qui s'activaient déjà et répondaient, sans l'ombre d'une hésitation, aux consignes qu'on leur avait adressées. Visiblement, elles se connaissaient très bien et, toujours visiblement, ce n'était peut-être pas la première fois qu'elles s'aventuraient à ce genre de touchers l'une envers l'autre. Ou peut-être faisaient-elles exprès et, pauvre mâle naïf qu'il était, il se laissait prendre au jeu, laissant son imagination tourner rapidement alors qu'il s'en délectait lui-même, léchant ses lèvres alors qu'il observait attentivement cette main qui se glissait sous le haut de l'autre jeune femme. Décidément, tout s'arrêta un peu trop rapidement à son goût alors que, dans un monde de fantaisies, dans sa tête, du moins, il aurait certainement préféré qu'elles n'arrêtent pas. quoi qu'il en soit, la bouteille fit un tour puis s'arrêta devant l'autre jeune homme du cercle ''d'amis'' – si l'on pouvait le qualifier de la sorte – la fumée s'en échappant prenant une jolie teinte d'un bleu royal, vif et argenté, annonçant que l'action était validée et que c'était à présent au tour de l'octopus de tourner la bouteille. Ou, du moins, de la toucher avec sa baguette. Ah, ces lâches de sorciers... ce qu'il aimait le monde dans lequel il était né, juste pour cette raison.

le rouge reporta son attention vers la bouteille, toujours silencieux, n'ayant échangé aucune parole de plus avec les autres que celles qu'il avait prononcé à son arrivée dans la pièce. Les deux jeunes femmes, elles, par contre, n'avaient déjà aucun mal à parler du jeu et de ses possibilités, se demandant sur qui, cette fois, la dite bouteille allait 'jeter son dévolu'. Lorsqu'on entendit le bruit du bois, léger, tapoter le verre creux de la bouteille, cependant, les deux filles se turent, laissant place au suspens. Mais dans tous les scénarios, il y en avait un seul que personne n'avait prévu : la bouteille tournoya cinq fois dans le sens des aiguilles d'une montre, puis trois fois dans le sens inverse, s'arrêtant l'espace de quelques secondes sur la geobuk. Mais la fumée, cette fois, resta blanche et épaisse un moment, et la bouteille, elle, silencieuse. C'est après quelques sourcillements que la bouteille fit demi-tour, s'arrêtant sur l'octopus, une fumée bleue toute aussi vive qu'il y avait de cela à peine trente secondes s'en échappant à nouveau. « chance ! tu choisis ta victime. sept minutes au paradis, un morceau de vêtement retiré chaque et au moins dix baisers à dix différents endroits. » un lourd silence retomba et Kessy cligna des yeux, hésitant entre ricaner ou tout simplement être exaspéré par la demande. Qui il allait choisir ? Oh, il n'en savait rien, et il ne se posait franchement pas la question. Non, la question qu'il se posait en ce moment était plutôt : où allaient-ils trouver un placard ? Ils n'allaient quand même pas fouiller tous les recoins des sous-sols seulement pour valider une action, si ? Et juste comme il tournait la tête pour balayer la pièce du regard, une porte apparut derrière le jeune homme, s'ouvrant sur un paysage qui laissait croire que c'était... effectivement, un placard, sorti de nulle part. Il pencha la tête sur le côté, un peu, perplexe. Les sorciers l'étonneraient toujours : entre ça et les friandises qui donnaient la nausée exprès ou à saveur de terre et de poubelles en décomposition... et soudainement, l'idée le frappa : le jeu était capable de demander n'importe quoi, visiblement, et peut-être qu'il commençait à regretter de s'être laissé entraîner dans cette chose. « et le jeu... il s'arrête quand ? » demanda-t-il, dans un murmure, n'obtenant qu'un rictus de la part des deux jeunes femmes. Misère.

_________________
everybody wanna motherfucking know why

i dress so fly, sit so high, well bitch i do it cause i could. i'm so hood, yeah, i wear my pants below my waist and you and your man is planning to hate but i got these golds up in my mouth, if you get closer you'll know what i'm talkin about.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://akiwa.bb-fr.com


avatar
the sneaky gnawing admin.

pseudo : Jin~
avatar : Henry Lau ♥
messages : 252
double compte(s) : Yun Ivory
here since : 15/11/2011
points : 28176
âge : 23
patronus : changeant. quoi è.é
animal de compagnie : Mochi, un hamster nain, et Silver, un renard des neiges~
my heart is : forever mine.
i'm feeling like : confused boy is confused.
ma baguette : ta baguette mesure 27.5 cm, est moyennement flexible, possède un cœur de dragon et est en bois de cèdre. « On ne peut jamais berner le possesseur d’une baguette de cèdre » , en outre, il est aussi important de comprendre que le cèdre se rapporte toujours à un sorcier d’une force de caractère et d’une loyauté subjuguante. Ne soyez donc pas surpris si votre baguette est aussi forte tête que vous ! Mais rassurez-vous, cette petite vous mènera loin et tâchera de vous aider à protéger tous vos êtres chers avec loyauté et précision.
wizard's spellbook :

The tunning of violins
Major third, or a minor seventh-, I'm a violin tuned a little sharp, tuned a little below.~
il y a quelque chose qui ne tourne pas rond dans ma vie, un truc qui ne fonctionne pas. un truc hors de ma portée de raisonnement, et pourtant, mon esprit n'a jamais été aussi clair. Clair de quoi, ça ne je sais pas. clair de moi peut-être, parce que j'ai l'impression d'avoir lâché les reines de mon corps, et que je vois tout de loin.
Chained to you
Fascination casts a spell and you became more than just a mystery, and I think about you all the time~
C'est intriguant à quel point un humain à la possibilité d'exercer un certain contrôle mental sur un autre, et je ne peux désormais que bien comprendre ce phénomène, puisque je suis soumis à ce genre de contrôle, bien malgré moi, je l'assure. J'espère juste que les limites fixées ne vont pas éclater et que je vais me retrouver dans une situation très peu avantageuse...
Strange relationship
I keep pushing and you keep holding on, I'm already gone~
Tu penses quoi exactement lorsque tu joues à ce petit jeu subtil ? Tu crois que je ne vois pas ce qui se passe, et bien que ça m'amuse, j'ai peur qu'un jour ça dérape et qu'on ait trop loin toi et moi. Tu te sens capable d'arrêter ou va falloir que je continue de te rapeller la situation dans laquelle tu te trouves ?
Sense of humor
You will like my sense of humor, you will be addicted to my smile, laughing all the while~
maman min hee, n'est-ce pas ? tu me fais rire, mais l'inverse doit être vrai à un certain niveau sinon on s'entendrait pas aussi bien. tes erreurs constantes et tes tentatives ratées mettent un bon rire dans ma vie, c'est très agréable. merci beaucoup ♥️
Ego
I have been contemplating, letting go of you ego, thought I'd let you know, you're getting old~
Ça devient ridicule tout ça, tout est ridicule, et surtout toi. T'as des manières que je supporte pas, et tu me casses solidement les c- oui, bref. Si c'était pas de l'adoration dévouée d'un de mes meilleurs amis pour ta gueule, je t'aurai classé out-of-life depuis longtemps. reste loin de moi.
Like it or not
Me, a laptop, 2 suitcases and I'm coming to see you, whether you like it or not~
depuis quelques temps il y a un léger froid entre nous, il serait peut-être temps de nous revoir comme il se doit non ? Silver ? Oh, ce n'est pas si grave, ça va faire de beaux bébés tout ça. Me tappe pas ! J'ai quand même droit à une visite parentale de temps à autre, alors t'es mieux de m'ouvrir la porte ou j'te kidnappe ton chien.
Talk talk talk
Please hear me out, 'cause all I want to do is just talk talk talk to you.~
J'ai toujours besoin de toi, oui, plus que jamais peut-être. je me suis fait distant ces derniers temps, j'en ai conscience, mais disons que j'ai mes raisons. je t'ai pas envoyé bouler, je te rassure, c'est juste mon cerveau qui dérive et qui m'interdit une seconde de répit...tu veux bien m'aider à m'éclaircir les idées ?

And I sing, lalala~ ♫


MessageSujet: Re: {ended} ♣ don't you know what you just started?   Mer 30 Nov - 3:45

Les paroles de Kessy résonnèrent dans sa tête comme un écho infini, ses yeux se relevant de sur la bouteille qu'il fixait pensivement quelques secondes avant. Ses sourcils se froncèrent devant l'absence de réponse et la volonté inexistante des deux jeunes filles à bien vouloir prononcer quelques paroles pour confirmer ou nier la légère crainte qui semblait être née dans la conscience des deux garçons. Il était vrai que si la bouteille offrait ce genre de conséquence, on ne pouvait pas savoir jusqu'où exactement le jeu irait. Ils n'en étaient qu'à trois actions, et il lui semblait que le jeu était fait de sorte que les obligations devenaient de plus en plus intimes, de plus en plus osées. Il n'imaginait pas, il n'osait pas imaginer ce que ça serait dans quatre ou cinq tours. Il murmura une injure, en anglais pour éviter que les autres ne puissent comprendre si jamais ils entendaient, ses yeux pivotant pour fixer le garçon assit face à lui, un léger doute imprégnant son esprit quant à la possibilité que ce dernier ait pu saisir le sens de ses mots. Après tout, Kessy n'était certainement pas un nom coréen, même si Lee l'était... il ne pouvait pas savoir, mais n'y avait-il pas d'autres élèves totalement coréens avec des noms anglais ? Il était possible que le jeune homme n'ait que des parents un peu particulier... il secoua la tête, se redressant un peu sur son coussin alors qu'il zieutait les autres participants, préférant mettre de côté le souci qu'il éprouvait envers la durée et la profondeur que pouvait prendre le jeu. Évidemment, son regard se fixa d'abord sur l'ineo, le détaillant momentanément, visualisant un peu l'action mais il détourna le regard dès qu'il sentit la chaleur commencer à s'accumuler dans ses joues. Il ne serait jamais capable d'oser. Non. Le choisir ça passait, les vêtements aussi mais. 10 endroits différents ? Il ne voulait même pas essayer d'imaginer où il pourrait poser ses lèvres. Une fille c'était plus simple. Il savait qu'il pouvait, qu'il n'aurait pas de problème à le faire, et surtout, petit plus très important, qu'il ne serait ni intimidé, ni gêné, ni... un peu trop excité.

Restait tout de même à savoir laquelle des deux femelles il allait bien pouvoir pren- choisir. La brunette avait des courbes douces et bien dessinées là où la blonde était un peu plus...plantureuse. Son regard glissa automatiquement vers la poitrine de la geobuk qu'il avait pu observé un peu plus tôt, un sourcil se haussant alors qu'il pensait à la praticité de sa taille de bonnet. Plus facile de poser ses lèvres là où il y avait plus de chair, évidemment. Il se leva, tendant la main vers la jeune femme à la chevelure dorée, lui souriant d'un air complice alors qu'elle saisissait sa main pour se relever, riant avec une lueur intéressée dans les yeux. Peut-être croyait-elle qu'il avait été plus affectée qu'il ne le laissait paraître par le petit acte de séduction qu'elle lui avait fait avant qu'il accepte de jouer avec elle à ce stupide jeu. Mais ce n'était pas spécialement le cas. La tête de Jin n'était pas remplie du corps sublime de la jeune femme qu'il conduisait vers le placard magique mais plutôt des endroits les plus stratégiques et les mieux placés où il pourrait poser un baiser sans trop en faire. Alors que la porte se refermait derrière eux avec une lenteur presque mesquine, son regard croisa celui de Kessy et un petit sourire se logea sur ses lèvres alors que la noirceur les enveloppait.

Jin se sentait définitivement étrange, un peu à l'étroit mais pas trop, assez pour qu'il puisse bouger assez librement. « Hihi... alors ? J'enlève quoi ? » Revenant sur ce qu'il avait à faire, il glissa ses mains le long du corps de la verte, ses doigts soulevant juste un peu sa jupe pour toucher les cuisses couvertes du collant qui venait avec l'uniforme féminin. « Mmh.. ça. Ton collant. » Il y eut une minute de silence et de petites mains douces glissèrent sous son t-shirt pour le soulever, lui faisant comprendre ce que lui devait enlever. Il s'activa, plutôt pressé d'en finir, et il put presque sentir son chandail disparaître au moment où il touchait le sol. Oh. Il ne pouvait pas le remettre donc... il lui faudrait probablement attendre la fin de la partie pour le récupérer. Le couinement surpris de sa partenaire le fit sourire, comprenant que son collant venait probablement de subir le même sort que son haut. À vue de nez, cela devait faire au maximum une minute qu'il était là...ce sept minutes allait être long... « Pourquoi mon collant ? » l'ennui était presque visible dans sa voix, alors qu'elle le sortait de ses pensées. Elle s'était probablement attendu à quelque chose comme sa jupe ou son haut, mais il avait déjà sa petite idée en tête. Il s'accroupit sans répondre, ses doigts se pressant sur la peau désormais nue de sa jambe, et il sourit en l'entendant émettre un petit "ooh" de compréhension quand son souffle butta contre sa cuisse. Il posa ses lèvres une première fois sur le corps de la demoiselle avant de se redresser un peu. « et de un... » ses doigts soulevèrent le haut de a blonde pour dévoiler son ventre où il posa un autre baiser. Attrapant sa main galamment, il en embrassa la paume, la faisant rire avec amusement. « plus que sept ! » dit-elle avec un enthousiasme certain dans la voix. Il hocha la tête en se relevant, pressant ses lèvres sur son biceps, puis tirant son haut comme Kessy l'avait fait avec lui pendant leur propre action. Il posa un baiser sur l'épaule mise à nue, un peu maladroit dans son aveuglement, puis dans son cou. « six... ». Il la sentit hocher la tête silencieusement et ajouta mentalement un deux minutes à la première écoulée lorsqu'ils avaient retirés leur morceau de vêtement.

Il allait trop vite.

Il devait encore faire quatre minutes, et il ne lui restait que quatre baisers. "Au moins" quatre baiser, plus précisément. Il grogna intérieurement et se redressa totalement, collant son dos contre le mur invisible dans la noirceur se trouvant dans son dos, attrapant la taille de la geobuk pour la rapprocher. Il ne se sentait pas particulièrement à l'aise, mais il devait faire son possible pour s'amuser un peu, et s'il devait s'amuser, autant le faire à s'amusant aux dépends de sa partenaire. « Refais-moi cette belle pose qui t'avantageait tant tout à l'heure... » la jeune fille émit un gloussement à son égard, avec un ton de victoire qu'il ignora, puisqu'elle ne semblait pas avoir vu l'ironie cachée de ses paroles. Il ne savait pas si elle se rendait compte qu'il ne pouvait rien voir, ou si elle savait où il voulait en venir, mais il la sentit bouger quand elle se pencha vers l'avant, offrant de nouveau sa poitrine avantageuse à son regard aveuglé. Il remonta une de ses mains pour savoir où positionner ses lèvres et se pencha pour glisser ses lèvres avec lenteur sur la courbe d'un de ses seins avant d'y planter un baiser un peu plus franc, souriant en la sentant frissonner. Plus que trois minutes, environ. Il suivit son cou de sa bouche avec lenteur pour retrouver son visage, pressant un baiser contre sa joue, puis contre son front. Un nouveau sourire imprégna son visage alors qu'il respirait volontairement contre les lèvres de la geobuk, attendant jusqu'à ce qu'elle s'avance d'elle-même pour saisir ses lèvres, chastement, refusant catégoriquement d'entrouvrir la bouche alors qu'elle tentait presque désespérément d'approfondir le baiser, simplement pour l'embêter un peu plus, grognant et manquant de la laisser gagner alors qu'elle pinçait sa peau au niveau de ses côtes.

Le déclic de la porte qui se rouvrait le fit sursauter et il du se retenir de ne pas repousser brutalement la demoiselle pour sortir. Il l'éloigna avec une fausse douceur et la poussa hors du faux placard, retourna s'asseoir à sa place sans même jeter un regard aux deux autres, se sentant soudain beaucoup plus timide, beaucoup plus exposé dans la lumière -même si tamisée- de la pièce. Il entendit les deux jeunes filles glousser et il roula des yeux, posant de nouveaux son regard sur la bouteille qui s'était mise à tourner après le léger tintement qu'avait provoqué le toucher un peu malhabile de la dragonne. Le goulot s'arrêta sur la personne assise face à lui, et il tendit l'oreille, intéressé par l'action qu'allait subir l'ineo. « chemin de baisers sur le torse ou la poitrine, promesses de plaisir murmurées à l'oreille. » l'action le fit arquer un sourcil surpris. Promesses de plaisir ? Mais qu'est-ce que c'était que ça ? Est-ce que... est-ce que la bouteille avait ordonné du dirty talk, ou rêvait-il ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
the bad kitty cat admin.

pseudo : mee.
avatar : kwon ji yong.
messages : 359
here since : 15/11/2011
points : 34412
âge : 28
patronus : un... chat. ouais.
animal de compagnie : dopey, un joli black racer qui n'apprécie pas trop les hommes~
my heart is : quoi ? mais t'écoutes pas ce qu'on dit, toi ? semblerait que la petite ryan l'ait volé.
i'm feeling like : an asshole.
ma baguette : 34,5 centimètres, très peu flexible, coeur de dragon & bois d’if. Les baguettes en bois d’if sont parmi les plus rares et leurs partenaires eux-mêmes sortent de l’ordinaire. Elles donnent à leur possesseur un pouvoir de vie ou de mort, ce qui leur donne également une réputation terrifiante. Avec en plus un cœur de dragon, accentuant son pouvoir déjà considérable, ce type de baguette peut devenir très dangereux et difficile à contrôler, elle doit absolument être maniée par une personne talentueuse et sûre d’elle. L’if ne choisit jamais un maître médiocre ou timide, vous devriez donc avoir les capacités pour dompter cette baguette.
wizard's spellbook :

dès qu'un humain vient à la vie, il est déjà assez vieux pour mourir. ben tiens, j'imagine que ça aurait pu m'éviter toute cette merde. mais tu sais, kyungjee, nul bonheur ne pourrait exister sans faculté d'oubli. et si tu oubliais heena, c'était comme si j'étais mort, non ? parce qu'apparemment, le bonheur ne s'acquiert qu'à force de courage, et tu sais très bien, mon vieux, que c'est pas mon fort. non tu vois, il n'y a rien qui soit entièrement en notre pouvoir sinon nos pensées. et ça tu l'as compris, joonha, hein ? oh, fais pas semblant, tu sais très bien de quoi je parle. non, non, t'auras pas raison de moi... enfin. mes pensées n'auront pas raison de moi, disons, puisque ce n'est pas par la satisfaction des désirs que s'obtient la liberté, mais par la destruction du désir, n'est-ce pas, min guk ? ouais, toi et moi, va falloir faire quelque chose. mais tu sais, je crois que j'opte plus pour la destruction, dans ce cas-là. mais encore, le désir est l'appétit de l'agréable, et je pense, là, ma petite becca, que tu ne pourrais mieux le prouver. ça semble bien agréable entre tes cuisses, n'est-ce pas ? dans tous les cas, à mes yeux elles le sont. mais la beauté se raconte encore moins que le bonheur, et ryan, tant que j'y suis, chère princesse, entre nous, il n'y a point besoin de mots. votre beauté défierait toutes les guerres, ça j'en suis certain, et la guerre... la guerre est un acte de violence destiné à contraindre l'adversaire à exécuter notre volonté, qu'il soit verbal ou physique. n'est-ce pas, cyrus ? mais pourtant, toi, tu n'en aurais pas besoin. tu ne t'en rends même pas compte, n'est-ce pas ? c'est absurde à quel point je peux te laisser me faire du mal. mais l'absurdité d'une chose n'est pas une raison contre son existence, c'en est plutôt une condition. ça doit expliquer notre amitié, hein, savon ? bon, d'accord, t'es un p'tit con. j't'emmerde, mais au fond, j't'aime bien. bien heureux que tu lises jamais ça. au moins, on dit bien que l'expérience, c'est là le fondement de toutes nos connaissances. d'ailleurs, parlant d'expérience, y'en a certaines qui sont à ne jamais recommencer. n'est-ce pas, soojin ? t'es bien têtue, cocotte, mais tu pourrais mettre ça dans ta palette de connaissance et ne plus me suivre. mais je te l'accorde, on dit bien que les passions sont comme la peste et le typhus. cessez de les combattre, elles reviennent. par contre, cette dernière, je te la dédierais à toi tout particulièrement, mark. ah, oups, jinjung. allez, pourquoi tu te bats ? obsession, passions, après tout... ouais. boire sans soif et faire l'amour en tout temps, madame. il n'y a que ça qui nous distingue des autres bêtes.


ah, ce bon vieux livre de philosophie...



MessageSujet: Re: {ended} ♣ don't you know what you just started?   Ven 2 Déc - 1:56

La porte s'était refermée derrière les deux autres et Kessy avait à peine regardé, posant automatiquement le regard vers la dragonne qui, elle, en avait fait de même. Un soupire traversa ses lèvres et il grimaça, observant ensuite la montre à son poignet. Sept minutes. Ils devaient attendre sept longues minutes, et dans la situation dans laquelle il était, autant dire qu'il devait attendre toute une éternité à ne rien faire de plus que fixer la bouteille et ses couleurs annonçant les étapes de l'action qui s'étaient bien déroulées. Autrement dit, il se retrouvait en enfer pendant sept petites minutes, tandis que le garçon, lui, se retrouvait en enfer de l'autre côté de la porte. Ironie du sort. Le rouge humecta ses lèvres une énième fois, son regard revenant se poser vers la brune qui, cette fois, avait changé de position, s'approchant de lui à quatre pattes, un petit sourire au coin des lèvres. Le plus vieux – elle était en quatrième année, s'il se rappelait bien – n'avait pu s'empêcher d'esquisser un sourire à son tour, haussant un sourcil alors qu'elle venait prendre place sur ses cuisses, ses mains, un peu froides, tombant sur les siennes, nues, se rappelant vaguement avoir perdu son collant quelque part dans la grande cour d'akiwa. Sa main droite glissa lentement le long de sa cuisse, se faufilant sous sa jupe et il redressa la tête, les cheveux de l'asiatique retombant dans son visage. « alors... tu me pardonnes ? » demanda-t-elle, d'un ton tout innocent, haussant les épaules, et l'espace de quelques secondes, l'idée qu'elle agissait comme une petite amie avec lui le fit grimacer et sa main passa dans son dos, glissant jusqu'à sa nuque pour faire pression sur sa tête et capturer les lèvres de la brune. Il avait mieux à faire que de discuter avec la dragonne pendant ces sept minutes et prouva son point lorsqu'il vint attraper une de ses hanches, pressant cette fois son bassin au siens et préférant laisser son corps parler. Kessy maîtrisait l'art de faire fermer la gueule de ces demoiselles en moins de trois secondes et sa tactique fut si réussie qu'au bout des dites sept minutes, lorsque la porte s'ouvrit, tout ce qu'il se rappela l'avoir entendue dire était une supplique comportant son prénom, qu'il avait ignorée, d'une part de lâcheté et d'autre part de raison. Raison ? Il en possédait une, parfois, lorsque ça l'arrangeait, probablement. La brune avait tourné la tête vers la porte et avait pincé les lèvres, soupirant, allant se rasseoir sagement sur son coussin et replaçant sa jupe, les joues plus rouges que jamais et le souffle un peu court. Kessy, lui, replaça sa chemise un peu déplacée et s'appuya une nouvelle fois sur ses mains, redressant la tête seulement pour apercevoir les deux jeunes revenir, le plus jeune avec son haut en moins et la blonde, elle, son collant, déduisit-il en observant ses jolies jambes. Un court silence se passa alors qu'ils rejoignaient tous leurs places respectives, et le félin tourna la tête vers la bouteille à nouveau.

La dragonne avait laissé entendre un nouveau gloussement lorsqu'elle avait compris que – enfin – c'était à son tour de tourner la bouteille, la fumée à présent d'une couleur dorée qui s'en échappait laissant une impression de chaleur, une odeur qui, il devina, devait être propre à chacun des élèves regroupés dans la pièce. Lorsque la fumée tournait au vert, cette dernière semblait procurer une impression de sympathie – mais tout était relatif à chacun. Le jeune homme passa la pointe de sa langue le long de sa propre lèvre supérieure, observant distraitement l'allure un peu négligée de la baguette de la yongwang lorsqu'elle fit tourner la bouteille, son regard toujours perdu vers la bouteille. Cette fois-ci, il ne sembla pas y avoir grand suspense et la bouteille ne tourna que deux tours et un quart, s'arrêtant devant la sirène et la fumée se colorant de rouge, s'entremêlant au jaune pour en faire un glorieux orange. Puis la bouteille donna ses consignes, et la jaune lui adressa, bien entendu, un sourire emplis de sous-entendus. Visiblement, cette dernière était plutôt satisfaite des dites consignes et du choix de la bouteille, et le félin put même remarquer que la brunette tirait la langue à la blonde, qui, elle, fronça les sourcils et s'empressa de prendre la main du bleu. Du coin de l'oeil, il n'eut pas le temps d'en voir plus, la brune venant déjà lui bloquer le champs de vision pour se placer sur ses cuisses, comme elle l'avait fait quelque dix minutes plus tôt. « re-bonjour... » fit-elle, d'une voix suave. « je t'ai manqué, mon lapin ? » poursuivit-elle, sans même baisser le ton, se fichant littéralement de l'oreille des autres. Comportement exhibitionniste un peu ? De toute évidence, il n'avait pas vraiment vu signe de pudeur chez elle, et, au fond, il s'en fichait un peu – beaucoup – de son attitude. En l'occurrence, c'était l’appellation qu'elle avait utilisé à son égard, qui l'avait – presque – fait grimacer. Mon « lapin » ? c'était déjà moins un pour elle. Les lapins, il les chassait, et c'était presque une insulte à son statut de félin. Il se lécha cependant les lèvres et redressa la tête, les longs cheveux de la dragonne venant chatouiller son visage alors qu'il baissait le regard vers ses lèvres, un sourcil haussé comme s'il la défiait de faire la suite. Il remarqua bien rapidement qu'elle n'osait pas le regarder dans les yeux et, amusé, il leva donc le regard, s'assurant qu'elle le croise juste pour voir le rouge revenir teinter ses joues de plus belle. Bingo. Le reste se passa assez rapidement et il blâma la gêne de la jeune femme – une yongwang gênée, vraiment ? Visiblement, ça existait. Suivant les consignes, elle avait glissé sa main à son collet, descendant jusqu'au quatrième bouton de sa chemise pour le déboutonner, les trois autres l'étant déjà, vestiges des quelques minutes qu'il avait passé avec elle un peu plus tôt. Mais dès l'instant où elle avait glissé sa main à l'intérieur de la dite chemise, elle bloqua. L'action s'était donc arrêtée là et, pour conséquence, elle était repartie à son coussin avec sa propre chemise en moins, gênée et un peu grognonne alors que, lui, n'en était que plus amusé. Puis il tapota sa baguette, son tour venant rapidement et, encore une fois, la bouteille tourna, un peu trop longtemps à son goût avant de s'arrêter à sa propre personne.

« tenue d'adam ! » S'écria la bouteille, laissant un moment de silence alourdir l'ambiance quelques secondes alors que tout le monde attendait de savoir la suite des choses ou d'avoir des explications. « choisis le joueur de ton choix et fais-lui un striptease privé. » silence. La fumée resta rouge et argentée alors qu'il clignait des yeux, observant les joueurs rassemblés autour de la bouteille, perplexe. Faire un ''striptease'' à une femme lui semblait drôlement embarrassant et absurde, et c’est en soupirant et en fermant les yeux deux secondes qu'il prit une décision, réfléchissant à ses – très peu nombreux – choix. Lorsqu'il ouvrit les yeux, son regard se posa automatiquement vers le jeune homme face à lui, et un sourire amusé dessina ses lèvres, la fumée devenant bleue, comme si elle lisait dans ses pensées – c'était probablement le cas – et une nouvelle porte apparut. Il se redressa en faisant signe à Jinjung, d'un air quelque peu aguicheur. Oh, il n'y avait pas à dire, ça l'amusait et c'était visible. L'idée de faire fantasmer un pauvre garçon âgé de dix-sept ans lui semblait particulièrement comique et il n'allait pas se gêner, cette fois. Il attendit que le bleu passe la porte en premier avant de s'y infiltrer à son tour, la dite porte se refermant et disparaissant derrière lui par la suite. « le receveur, commença la voix, prononçant le prénom d'un ton robotique, cho jin jung, trouvera une liasse de billets. il y en a quinze et chaque fois qu'il tient à démontrer son appréciation, il pourra en glisser un dans les vêtements du donneur, lee kessy. lorsque le quinzième billet sera remis, l'action sera validée. » le silence retomba et Kessy haussa un sourcil. Quel jeu étrange... son regard balaya la pièce et tout ce qu'il remarqua furent ces trois choses : il y avait une chaise, pour jin, il supposa, une petite table pour les billets et les lumières étaient tamisées. Digne d'une avant-première, c'aurait été suffisant pour faire stresser les plus gênés et se faire sentir 'star d'un soir' n'importe qui d'autre. Kessy n'était ni l'un ni l'autre, et il ne retint pas son rictus lorsqu'une musique se fit entendre dans la pièce. heal me, my darling. Il se tourna vers l'autre et s'approcha, posant une main sur son épaule droite pour le forcer à reculer, lentement, ses doigts effleurant à peine sa peau dans une douce caresse et se glissant jusqu'à sa clavicule, faisant pression pour le forcer à s'asseoir sur la chaise qu'il avait remarqué un peu avant. Son regard se figea dans le siens et il humecta ses lèvres. « alors, jin... » débuta-t-il, ses doigts venant s'appliquer à défaire un premier bouton de sa chemise. « ce n'est pas dans mon genre de mettre les gens mal à l'aise, mais... tu sais pourquoi je t'ai choisi ? » ses derniers mots s'étaient terminés dans un souffle, presque murmurés, alors qu'il détachait un nouveau bouton de sa chemise, venant prendre place sur les cuisses du bleu, conscient de son poids très peu dérangeant. Il approcha son visage du siens, ses lèvres frôlant sa joue, s'arrêtant à son oreille. « … je crois que tu sais. » conclut-il, simplement, esquissant un mince sourire contre sa peau, lui laissant deviner d'une part la – gentille – moquerie dans ses paroles, et, d'une autre, l'amusement. Il se redressa, son poids disparaissant aussi rapidement qu'il était apparu sur ses cuisses, faisant un pas ou deux de reculons tout en détachant un nouveau bouton de sa chemise avant de se tourner pour déboutonner le dernier, dos au gamin. C'est seulement là qu'il se permit de marquer une pause, retenant une grimace et réfléchissant à comment allait se dérouler la suite. Il lécha ses lèvres, observant le fond de la pièce, inspirant profondément avant de trouver le regard du plus jeune dans le miroir du dit fond de la pièce. Miroir qui, visiblement, venait d'apparaître. Était-ce pour qu'il puisse tout voir et tout apprécier ? Pas mal, pensa-t-il, mais il devait s'activer un peu. Il tourna la tête par-dessus son épaule, préférant retrouver son regard de la sorte alors qu'il ouvrait lentement sa chemise, la laissant glisser un peu sur une première épaule. Son sourire aguicheur revint étirer ses lèvres alors qu'il dévoilait tout aussi lentement une autre épaule, faisant glisser sa chemise jusqu'à la moitié de ses omoplates, révélant graduellement le lettrage de son tatouage alors que quelques petits frissons apparaissaient à la surface de sa peau – froid. Il tenta cependant de ne pas trop s'attarder longtemps à la température de la pièce, la chemise descendant lentement jusqu'à la moitié de son dos, révélant de plus en plus de peau mais la gardant toujours tout contre son corps pour cacher une partie de son ventre, ses hanches et le bas de son dos.

La situation ne lui paraissait en rien être embarrassante ou particulièrement horrible ; pour une fois, il devait dire, il aimait bien sentir le regard de l'autre sur lui, et tout particulièrement lorsqu'il remit la chemise sur ses épaules avec ce même petit rictus plaqué au visage. Il revint vers lui, lentement, un pas devant l'autre, et cette fois, la chemise glissa rapidement jusqu'à ses coudes, dévoilant peu à peu son ventre, puis ses hanches, peut-être un peu trop bien dessinée à son goût, mais la chemise ne le quitta pas de suite. Il préféra venir reprendre sa place sur les genoux du garçon, penchant la tête, murmurant les paroles de la chanson au passage. « i need some loving... » il se redressa un peu, seulement pour enlever sa chemise une bonne fois pour toutes mais restant bien en place, attrapant les cheveux du plus jeune pour lui faire redresser la tête, admirant à quel point le visage du garçon était à niveau avec son bas-ventre. Touché.

_________________
everybody wanna motherfucking know why

i dress so fly, sit so high, well bitch i do it cause i could. i'm so hood, yeah, i wear my pants below my waist and you and your man is planning to hate but i got these golds up in my mouth, if you get closer you'll know what i'm talkin about.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://akiwa.bb-fr.com


avatar
the sneaky gnawing admin.

pseudo : Jin~
avatar : Henry Lau ♥
messages : 252
double compte(s) : Yun Ivory
here since : 15/11/2011
points : 28176
âge : 23
patronus : changeant. quoi è.é
animal de compagnie : Mochi, un hamster nain, et Silver, un renard des neiges~
my heart is : forever mine.
i'm feeling like : confused boy is confused.
ma baguette : ta baguette mesure 27.5 cm, est moyennement flexible, possède un cœur de dragon et est en bois de cèdre. « On ne peut jamais berner le possesseur d’une baguette de cèdre » , en outre, il est aussi important de comprendre que le cèdre se rapporte toujours à un sorcier d’une force de caractère et d’une loyauté subjuguante. Ne soyez donc pas surpris si votre baguette est aussi forte tête que vous ! Mais rassurez-vous, cette petite vous mènera loin et tâchera de vous aider à protéger tous vos êtres chers avec loyauté et précision.
wizard's spellbook :

The tunning of violins
Major third, or a minor seventh-, I'm a violin tuned a little sharp, tuned a little below.~
il y a quelque chose qui ne tourne pas rond dans ma vie, un truc qui ne fonctionne pas. un truc hors de ma portée de raisonnement, et pourtant, mon esprit n'a jamais été aussi clair. Clair de quoi, ça ne je sais pas. clair de moi peut-être, parce que j'ai l'impression d'avoir lâché les reines de mon corps, et que je vois tout de loin.
Chained to you
Fascination casts a spell and you became more than just a mystery, and I think about you all the time~
C'est intriguant à quel point un humain à la possibilité d'exercer un certain contrôle mental sur un autre, et je ne peux désormais que bien comprendre ce phénomène, puisque je suis soumis à ce genre de contrôle, bien malgré moi, je l'assure. J'espère juste que les limites fixées ne vont pas éclater et que je vais me retrouver dans une situation très peu avantageuse...
Strange relationship
I keep pushing and you keep holding on, I'm already gone~
Tu penses quoi exactement lorsque tu joues à ce petit jeu subtil ? Tu crois que je ne vois pas ce qui se passe, et bien que ça m'amuse, j'ai peur qu'un jour ça dérape et qu'on ait trop loin toi et moi. Tu te sens capable d'arrêter ou va falloir que je continue de te rapeller la situation dans laquelle tu te trouves ?
Sense of humor
You will like my sense of humor, you will be addicted to my smile, laughing all the while~
maman min hee, n'est-ce pas ? tu me fais rire, mais l'inverse doit être vrai à un certain niveau sinon on s'entendrait pas aussi bien. tes erreurs constantes et tes tentatives ratées mettent un bon rire dans ma vie, c'est très agréable. merci beaucoup ♥️
Ego
I have been contemplating, letting go of you ego, thought I'd let you know, you're getting old~
Ça devient ridicule tout ça, tout est ridicule, et surtout toi. T'as des manières que je supporte pas, et tu me casses solidement les c- oui, bref. Si c'était pas de l'adoration dévouée d'un de mes meilleurs amis pour ta gueule, je t'aurai classé out-of-life depuis longtemps. reste loin de moi.
Like it or not
Me, a laptop, 2 suitcases and I'm coming to see you, whether you like it or not~
depuis quelques temps il y a un léger froid entre nous, il serait peut-être temps de nous revoir comme il se doit non ? Silver ? Oh, ce n'est pas si grave, ça va faire de beaux bébés tout ça. Me tappe pas ! J'ai quand même droit à une visite parentale de temps à autre, alors t'es mieux de m'ouvrir la porte ou j'te kidnappe ton chien.
Talk talk talk
Please hear me out, 'cause all I want to do is just talk talk talk to you.~
J'ai toujours besoin de toi, oui, plus que jamais peut-être. je me suis fait distant ces derniers temps, j'en ai conscience, mais disons que j'ai mes raisons. je t'ai pas envoyé bouler, je te rassure, c'est juste mon cerveau qui dérive et qui m'interdit une seconde de répit...tu veux bien m'aider à m'éclaircir les idées ?

And I sing, lalala~ ♫


MessageSujet: Re: {ended} ♣ don't you know what you just started?   Ven 2 Déc - 6:04

« Tenue d'adam ! » Depuis qu'il avait entendu ces mots, ses oreilles bourdonnaient étrangement. Il y avait eut un silence étrange, plein d'intérêt, mais lui était beaucoup trop concentré sur ces simples mots qui l'avaient plus déstabilisés que ce qu'il aurait cru. La conclusion c'était faite assez rapidement dans sa tête. Nudité. Ce qui incluait le fait qu'il retire des vêtements. À qui ? Il ne le savait guère, mais il avait un doute, vu la position de la bouteille, que l'ineo serait celui qui devrait se dévoiler à leurs yeux. Mais avait-il vraiment envie de voir cela ? Oh, il n'allait pas le nier, Kessy était parfaitement dans ses goûts, et il n'aurait probablement aucun regret à pouvoir l'admirer, mais... ce dernier n'était sûrement pas du même avis, et il ne voulait pas froisser l'aîné. D'un côté, il était très attiré par lui, par son mystère, par ses apparitions presque suspectes dans sa vie, par ces étranges rencontres hasardeuses qui les poussaient sans arrêt un peu plus l'un vers l'autre, presque comme si le destin avait décidé de mettre son grain de sel pour qu'ils se parlent et se côtoient obligatoirement. Il ne croyait pas au destin -il devait le spécifier de nouveau- mais il ne pouvait pas croire qu'il s'agissait de "chance", puisque ce n'était pas tout à fait positif de le voir, c'était plutôt... mauvais. Mauvais pour son mental, pour sa curiosité. Il ne voulait pas que ça vire à l'obsession, il avait peur que l'aîné ne fasse exprès, avec ces rencontres un peu trop nombreuses et courtes pour être fortuites, pour attirer son attention et faire augmenter son intérêt en l'intriguant toujours plus.

Et maintenant, avec ça, il avait peur que son intérêt n'augmente pour une toute autre raison...

L'explication qui suivit sonna à ses oreilles comme un sauvetage. Il n'aurait pas besoin de décider entre garder son regard ailleurs ou le porter sur l'ineo, puisque ce dernier allait pouvoir faire son strip-tease en privé, à l'abri de ses yeux. Presque soulagé, il releva la tête pour savoir laquelle des deux jeunes femmes allait être choisie et se figea, sentant presque ses yeux s'agrandir sous la surprise alors qu'il croisait le regard de Kessy, baissant brièvement les yeux pour voir la fumée s'entremêler entre le rouge et le bleu de nouveau, le faisant comprendre l'ampleur de la situation. Il suivit presque bêtement le rouge du regard alors que ce dernier se levait, n'agissant presque que part automatisme quand le signe pratiquement charmeur de l'aîné lui fit comprendre qu'il devait se lever et se diriger lui aussi vers la porte qui venait d'apparaitre. Stupide magie. Il ne perdit pas de temps, déjà complètement gêné, n'osant même pas jeter un regard vers lui alors qu'il passait devant, traversant la tête en avisant immédiatement le peu de mobilier y étant présent, déglutissant en fixant la chaise comme si elle allait lui exploser au visage d'une seconde à l'autre. Il écouta les directives d'une oreille distraite, ses joues se couvrant d'un rouge vif lorsque la voix évoqua l'utilisation de billet. Il n'était jamais aller dans un vrai club de strip-tease, mais il savait comment cela fonctionnait... c'était d'autant plus gênant de devoir faire pareil en cette situation des plus embarrassante. Une mélodie discrète se fit entendre et il déglutit difficilement, comprenant qu'il était désormais trop tard pour reculer. Il tourna des yeux alertés vers le rouge lorsque les doigts de ce dernier touchèrent son épaule, le mouvement le faisant reculer alors que la caresse continuait jusqu'à sa clavicule, s'arrêtant juste avant de faire naître un frisson sur son épiderme. Il se retint de sursauter lorsqu'il fut un peu forcé à s'asseoir. Il voulut détourner le regard pour jeter un œil à ce qui se trouvait autour de lui, mais il s'en trouva incapable quand les yeux de l'aîné accrochèrent les siens. « alors, jin... » il n'avait pas quitté ses yeux, mais il voyait très bien les doigts travailler sur le premier bouton de la chemise de l'aîné dans sa vision périphérique. L'entente de son nom l'avait fait tressaillir et cette réaction le fit secouer intérieurement la tête. Pourquoi était-il aussi stressé ? Après tout, si Kessy l'avait choisit, il avait droit à ce spectacle sans avoir à craindre les représailles. Il devrait en profiter, plutôt que d'être aussi nerveux. « ce n'est pas dans mon genre de mettre les gens mal à l'aise, mais... tu sais pourquoi je t'ai choisi ? » il savait que ce n'était pas une question, qu'il n'attendait probablement pas vraiment de réponse, et il resta donc silencieux. Il ne savait pas ce qu'il devait répondre de toute façon.

Parce que non, il ne savait pas. Il n'en avait aucune idée, et pour le moment, alors que son regard captait l'attaque sur un nouveau bouton, il ne pouvait pas plus s'en foutre. Par contre, il pouvait dire sans l'ombre d'un doute que c'était très certainement dans le but de s'amuser, de l'agacer. C'est ce qu'il se dit quand il sentit le ton de sa voix, et il ferma brièvement les yeux, incertain de ce qu'il devait faire. Il les rouvrit par contre bien rapidement en sentant le rouge s'asseoir sur ses cuisses, sentant ses mains se crisper de chaque côté de son corps, comme dans l'envie de le repousser, ou de l'attirer plus près, il ne savait pas. Il ne savait pas s'il devait se sentir attaqué ou non. Il ne savait pas si son vis-à-vis se moquait simplement de lui, parce qu'il était jeune, ou parce qu'il était muneo, ou parce qu'il était plus gay qu'autre chose, ou... peu importe. C'était d'ailleurs sûrement le cas... même s'il préférait ne pas trop y penser. « … je crois que tu sais. » Le sourire qu'il arbora sur ses lèvres à ce moment lui fut invisible, mais il le sentit contre sa peau, et il put entendre l'amusement. Il. Ne se moquait pas méchamment de lui. Du moins c'était ce qu'il laissait entrevoir, et Jin devait avouer qu'il espérait vraiment que c'était vraiment ce que cela voulait dire. Il avait du mal à supporter quand quelqu'un se foutait ouvertement de sa gueule.

Il eut un petit mouvement de tension quand Kessy se releva, une de ses mains se relevant comme pour le retenir, mais il fit mine d'aller toucher les billets pour que son geste paraisse plus naturel. Ses doigts se crispèrent un peu sur la table quand son regard lâcha finalement le visage du rouge descendant presque avec réluctance sur le torse qui se dévoilait à peine, pinçant les lèvres quand l'homme se retourna. Le muneo se redressa dans son siège, maugréant intérieurement de ne pas pouvoir profiter de l'entier spectacle, sursautant presque en voyant un miroir apparaître directement devant l'aîné, comme si la pièce réagissait à ses pensées, ce qui ne l'étonnerait même pas rendu à ce niveau. Il fixa curieusement le visage aux yeux clos du strip-teaser temporaire, manquant de sursauter à nouveau quand les yeux du jeune homme s'ouvrirent pour croiser son regard. Il n'eut pas besoin de la surface réfléchissante bien longtemps par contre, car l'aîné tourna la tête pour pouvoir le regarder sans l'entremise du miroir. Il du alors utiliser tout ce qu'il avait de calme pour ne pas laisser ses yeux s'agrandir de nouveau, déglutissant légèrement alors qu'une épaule se découvrait. Il sentit par contre son calme se dégrader au fur et à mesure que la peau se dévoilait à ses yeux, pure, pâle mais moins que la sienne.. parfaite. L'encre noir qui traçait une phrase qu'il n'arrivait certes pas à lire, mais qui le faisait presque frémir juste par sa présence. Il soupira intérieurement en se léchant distraitement les lèvres, songeant à comment il aimerait retracer le lettrage du bout des doigts, se ressaisissant par contre en voyant la chemise recouvrir à nouveau l'épiderme à l'apparence si douce. Il ne put par contre pas s'en plaindre plus longtemps alors qu'il se retournait pour revenir vers lui, sa chemise ouverte retombant de nouveau au niveau de ses coudes, lui laissa une belle vue d'ensemble sur son torse, son ventre... et sur ses hanches qui, nota Jin, semblaient un peu...pas nécessairement rondes, mais il pouvait dénoter une certaine courbure attrayante à ce niveau. Il n'eut pas spécialement d'admirer ce point, par contre, car l'ineo reprenait place sur ses cuisses, lui murmurant quelques paroles qu'il reconnut comme étant celle de la chanson qui jouait. Sa tête, qui tournait alors à cent à l'heure, retint qu'il semblait avoir plus de fluidité avec l'anglais qu'avec le coréen, mais cela s'effaça rapidement de sa mémoire à court terme alors que le plus vieux se relevait un peu, laissant finalement tomber sa chemise au sol. Le muneo eut à peine le temps d'enregistrer le fait qu'il se trouvait presque nez à nez avec une certaine partie du corps de son vis-à-vis qu'une main se glissait dans ses cheveux, le faisant se tendre un peu alors que son visage se relevait un peu. Ses yeux se relevèrent pour croiser le regard du rouge, et il sentit son propre souffle lui revenir au visage après avoir butter contre la peau se trouvant devant ses lèvres, ses joues rougissant de nouveau sans son consentement lorsqu'il remarqua la proximité qu'il avait avec son corps.

Après un certain silence, un moment de flottement où il n'osa pas trop réagir ou parler, son regard changea et une certaine lueur s'y alluma. Ses doigts se refermèrent sur un des billets et, sans quitter le plus vieux des yeux, il fit glisser ses doigts le long de la cuisse de l'aîné, s'amusant un peu avec les petits anneaux de métal s'y trouvant, touchant pour toucher, mais aussi pour pouvoir retrouver la poche du pantalon qu'il portait. Il préférait y aller subtilement, pour éviter tout retournement de situation, mais si Kessy semblait prendre un malin plaisir à tenter de le provoquer. S'il avait penser à lui donner tous les billets pour pouvoir s'en sortir sans trop de dommage pendant un moment, ce n'était plus du tout le cas maintenant. Maintenant, il avait envie de voir plus. Et quitte à être agacé il préférait en avoir pour son argent... dans le sens littéral du terme. Ses doigts s'accrochèrent à sa ceinture alors qu'il glissait le premier billet dans la poche de son jeans, frissonnant presque lui-même alors que la pulpe de son majeur effleurait la peau juste au-dessus de la bordure du vêtement. Il s'en sentait presque mal, de vouloir à ce point toucher pour si peu. Si peu, se disait-il, mais tant en même temps. Il bougea légèrement la tête, la pressant discrètement un peu plus contre la main dans ses cheveux, ses yeux toujours ancrés dans les siens alors qu'il s'adressait à lui directement pour la première fois de la soirée « Tu t'amuses bien ? » il fut surpris du calme dans sa voix, et de la nonchalance s'y trouvant. Il aurait pensé parler d'une petite voix timide, après tout c'était ce comment il se sentait. Gêné, intimidé. Mais au contraire, son ton était plutôt chaud et clair, même si plutôt bas. « Je dois avoué que ce n'était pas exactement comme ça que j'imaginais ça... » Non, vraiment pas.

Il avait pensé à quelque chose de court, direct. Franchement sec, même. Quand il avait entendu parler des billets, il s'était presque attendu à se faire taxer pour que l'action se termine plus rapidement. Non, il ne voyait pas l'aîné comme une racaille ou quelque chose dans le genre, mais il ne s'était jamais imaginé qu'il pourrait se prendre au jeu comme cela. C'était...surprenant. Agréablement surprenant, même. « C'est une bonne surprise, je dois dire. Je sens que tu n'auras pas de mal avec cette action, mhh... » non, il n'avait pas envie de faire son gêné. Pas envie de dire que cela l'embarrassait. Oui, il l'était, mais...il appréciait. Et même si Kessy n'était pas gay, et qu'il se foutait probablement royalement de son opinion, il ne pouvait tout de même pas déprécier un compliment quand on lui en faisait un. Surtout quand c'était de son propre gré qu'il agissait ainsi. Il délaissa ses yeux pour reposer son regard sur son ventre, le regardant d'un air presque songeur, l'envie de toucher probablement plutôt apparent sur son visage, mais il s'en fichait maintenant. L'ineo savait à quoi s'en tenir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
the bad kitty cat admin.

pseudo : mee.
avatar : kwon ji yong.
messages : 359
here since : 15/11/2011
points : 34412
âge : 28
patronus : un... chat. ouais.
animal de compagnie : dopey, un joli black racer qui n'apprécie pas trop les hommes~
my heart is : quoi ? mais t'écoutes pas ce qu'on dit, toi ? semblerait que la petite ryan l'ait volé.
i'm feeling like : an asshole.
ma baguette : 34,5 centimètres, très peu flexible, coeur de dragon & bois d’if. Les baguettes en bois d’if sont parmi les plus rares et leurs partenaires eux-mêmes sortent de l’ordinaire. Elles donnent à leur possesseur un pouvoir de vie ou de mort, ce qui leur donne également une réputation terrifiante. Avec en plus un cœur de dragon, accentuant son pouvoir déjà considérable, ce type de baguette peut devenir très dangereux et difficile à contrôler, elle doit absolument être maniée par une personne talentueuse et sûre d’elle. L’if ne choisit jamais un maître médiocre ou timide, vous devriez donc avoir les capacités pour dompter cette baguette.
wizard's spellbook :

dès qu'un humain vient à la vie, il est déjà assez vieux pour mourir. ben tiens, j'imagine que ça aurait pu m'éviter toute cette merde. mais tu sais, kyungjee, nul bonheur ne pourrait exister sans faculté d'oubli. et si tu oubliais heena, c'était comme si j'étais mort, non ? parce qu'apparemment, le bonheur ne s'acquiert qu'à force de courage, et tu sais très bien, mon vieux, que c'est pas mon fort. non tu vois, il n'y a rien qui soit entièrement en notre pouvoir sinon nos pensées. et ça tu l'as compris, joonha, hein ? oh, fais pas semblant, tu sais très bien de quoi je parle. non, non, t'auras pas raison de moi... enfin. mes pensées n'auront pas raison de moi, disons, puisque ce n'est pas par la satisfaction des désirs que s'obtient la liberté, mais par la destruction du désir, n'est-ce pas, min guk ? ouais, toi et moi, va falloir faire quelque chose. mais tu sais, je crois que j'opte plus pour la destruction, dans ce cas-là. mais encore, le désir est l'appétit de l'agréable, et je pense, là, ma petite becca, que tu ne pourrais mieux le prouver. ça semble bien agréable entre tes cuisses, n'est-ce pas ? dans tous les cas, à mes yeux elles le sont. mais la beauté se raconte encore moins que le bonheur, et ryan, tant que j'y suis, chère princesse, entre nous, il n'y a point besoin de mots. votre beauté défierait toutes les guerres, ça j'en suis certain, et la guerre... la guerre est un acte de violence destiné à contraindre l'adversaire à exécuter notre volonté, qu'il soit verbal ou physique. n'est-ce pas, cyrus ? mais pourtant, toi, tu n'en aurais pas besoin. tu ne t'en rends même pas compte, n'est-ce pas ? c'est absurde à quel point je peux te laisser me faire du mal. mais l'absurdité d'une chose n'est pas une raison contre son existence, c'en est plutôt une condition. ça doit expliquer notre amitié, hein, savon ? bon, d'accord, t'es un p'tit con. j't'emmerde, mais au fond, j't'aime bien. bien heureux que tu lises jamais ça. au moins, on dit bien que l'expérience, c'est là le fondement de toutes nos connaissances. d'ailleurs, parlant d'expérience, y'en a certaines qui sont à ne jamais recommencer. n'est-ce pas, soojin ? t'es bien têtue, cocotte, mais tu pourrais mettre ça dans ta palette de connaissance et ne plus me suivre. mais je te l'accorde, on dit bien que les passions sont comme la peste et le typhus. cessez de les combattre, elles reviennent. par contre, cette dernière, je te la dédierais à toi tout particulièrement, mark. ah, oups, jinjung. allez, pourquoi tu te bats ? obsession, passions, après tout... ouais. boire sans soif et faire l'amour en tout temps, madame. il n'y a que ça qui nous distingue des autres bêtes.


ah, ce bon vieux livre de philosophie...



MessageSujet: Re: {ended} ♣ don't you know what you just started?   Mar 6 Déc - 0:45

« tu t'amuses bien ? » il avait parlé. Pour la première fois de la soirée – ces lèvres servaient à quelque chose. Et il devait avouer que, même lui, après avoir vu l'expression de son visage changer au fil des dernières secondes, avait presque été surpris du ton de voix que le plus jeune venait d'employer. À ses mots, le sourire imprimé au coin de ses lèvres n'avait fait que sembler plus présent, quoi qu'aussi léger, probablement soutenu par la lueur amusée qui traversait son regard et lui donnait un air semi-moqueur. Puis il avait haussé les épaules, d'un geste qui aurait presque pu se faire passer pour innocent s'il s’agissait d'une autre situation, préférant garder ses mots pour de plus utiles choses alors qu'il l’apercevait attraper un billet. Combien de temps lui avait-il fallut pour obtenir ce billet ? Il n'en savait rien – après tout, en ce moment, il n'avait aucune perception du temps. Aucune perception correcte, du moins, et peut-être que trente secondes s'étaient passées mais peut-être bien, aussi, que la dernière action avait duré deux minutes. S'il avait toute sa tête – enfin, il l'avait, seulement... - probablement aurait-il tenté de compter le temps qu'il lui faudrait pour obtenir, en tout, ces quinze billets et mettre fin à cette action. Non pas qu'il ne s'amusait pas – au fond, pour qu'il décide de le faire de cette façon, il fallait bien qu'il y prenne un minimum de plaisir – mais... il n'avait pas spécialement l'intention, ni l'envie, d'y passer toute la nuit. Et son moment favori de la soirée serait probablement le moment où il quitterait le jeune octopus pour le laisser sur sa faim. Non pas narcissique, il avait cependant sût décréter la mince lueur d'envie – de désir, peut-être – dans le regard du bleu. Il s'en nourrissait, rien de plus, rien de moins. La logique, il ne la trouvait pas. Ou du moins, il ne cherchait pas à la trouver, mais avait toujours trouvé une explication rationnelle à cette envie de constamment attirer les hommes. Enfin, rationnelle... le plus rationnel possible dans ce monde quelque peu fantaisiste aux yeux du commun mortel. Sa mère, ou ses cousines, par exemple, avaient bien beau tous être modèles de pureté et de chasteté, mais la moitié d'entre elles devaient bien s'être faites dépuceler bien avant le temps, simplement parce qu'elles le cherchaient. Oh, ça, après... ce n'était que son humble avis, et s'il devait lier son attitude présente à un quelconque détail de son passé, ce serait bien le seul. Uniquement parce que ce point de vue de la chose était beaucoup plus facile à assumer que quelconque autre raison... on se doute bien.

La main du plus jeune s'était faufilée le long de sa cuisse et ses propres doigts, eux, avaient relâché leur emprise un peu pour ne pas lui causer de mal en le sentant s'y presser, glissant au travers de sa chevelure pour toucher sa nuque, ses doigts, un peu glacés, y trouvant de quoi se réchauffer. Les billets avaient retrouvé sa poche peu avant qu'il ne parle et ses doigts avaient à peine frôler sa peau, et ce fut presque suffisant pour le faire frissonner. Presque, seulement, il avait un peu plus de contrôle que... ça. Le félin fut presque tenté d'enfoncer la lame un peu plus profondément dans la plaie, de devenir quelque peu obscène en apercevant son regard mais se contenta d'humecter ses lèvres, ses mains retombant doucement le long de son corps alors qu'il lui laissait quelques secondes pour observer ce qu'il semblait tellement vouloir toucher, ses propres mains glissant lentement le long de ses cuisses pour atteindre sa ceinture, ses pouces se hissant sous cette dernière, y faisant pression. « on dirait que quelqu'un a envie de toucher... » fit-il simplement, dans un souffle, pressant ses mains vers le bas pour faire descendre son pantalon – accompagné de ses sous-vêtements – un peu plus bas, laissant voir le début de la chute de ses hanches, mordillant sa propre lèvre inférieure alors qu'il baissait le regard. Il ne savait pas exactement sur quoi il devait continuer mais savait au moins une chose ; le but d'un 'striptease' n'était pas seulement de se mettre à nu mais, bien évidemment... taquiner l'attention. L'intriguer, probablement. Et d'un point de vue plus érotique : l'exciter. Il analysa donc le visage de l'asiatique, retirant ses chaussures sans l'aide de ses mains, comme pour l'agacer, retirant le moins intéressant à premier. Sur le plan esthétique, cela dit, c'était toujours un point de plus. Il n'y avait rien de plus ringard que la nudité accompagnée de... chaussettes et chaussures. La simple idée suffit presque à le faire grimacer mais il se retint, rictus au visage, débouclant lentement sa ceinture. Et au final, s'il s'était retenu de faire quoi que ce soit d'obscène un peu plus tôt ; il découvrit rapidement que, peu importe ce qu'il pouvait bien faire à partir de maintenant, même le plus petit geste en découlerait de l'obscénité. Alors s'il voulait avoir ses billets : autant y mettre le... paquet.

« dis-moi, qu'est-ce que tu as envie de toucher ? » souffla-t-il, une fois de plus, alors qu'il retirait avec une lenteur appuyée la ceinture, cette dernière quittant son pantalon pour rejoindre le sol au bout de ce qui sembla être une... éternité, probablement plus pour l'autre que pour lui, puisque, lui, pouvait toujours tenir à en rajouter. Il déboutonna d'abord son jean sans aller plus loin. La ceinture était déjà une étape. Comment allait-il pouvoir lui donner les quinze autres billets s'il n'avait même plus de vêtements, de toute façon ? Il devait garder son pantalon sur lui le plus longtemps possible, en convint-il, lâchant aussitôt son pantalon pour venir, à nouveau, glisser sa main derrière la tête du garçon, agrippant sa chevelure, un peu moins doucement, cette fois-ci, comme s'il s’agissait d'un de ces bons vieux classiques pornographiques où il s'apprêtait à le forcer à se mettre à genoux pour un peu de minable sexe oral. Rien de tout ça, cependant. Même si l'envie de lui faire croire qu'il allait réellement le faire pointait le bout de son nez au fond de sa tête, il s'en empêcha avant même d'avoir le temps de faire pression sur sa nuque, revenant tout simplement prendre place sur ses cuisses, ses mains se posant sur son torse pour qu'il garde le dos bien droit, s'assurant, à la fois, de garder une certaine distance entre leurs deux corps. Pas qu'il était réellement menaçant : seulement, il n'arriverait probablement même pas à continuer s'il était trop près. Bon, certes, il était tout de même assis sur lui, mais la logique de kessy, pour le plus vieux, du moins, était sans égal. Ses mains glissèrent jusqu'à ses épaules, faisant mine de les masser alors que ses pupilles venaient chercher les siennes, tentative d'échange plus que d'intimidation. « mon ventre, ou c'est simplement une consolation pour ce que tu ne pourras finalement pas voir ce soir ? » il laissa un moment de silence se prolonger après ses mots. 'Ce soir' ne désigneait rien de plus que la soirée qu'ils passaient ensemble en ce moment, et, pourtant... en laissait des tonnes à imaginer, encore. Qu'est-ce qu'il y avait après ce soir ? Techniquement, rien. Mais son petit jeu avec le jeune octopus n'était certes pas terminé. S'il avait apprécié captiver son attention au cours des derniers mois – cela faisait presque une année complète à présent, non ? - il apprécierait encore plus lui donner de quoi rêver, ou de quoi s'accrocher à ces petites rencontres certes très courtes mais plutôt excitantes. Il lui suffisait d'un regard et de quelque frôlement d'épaule pour avoir son attention et, au fond de lui, il devait bien l'avouer, cette idée le faisait jubiler. Il n'irait pas jusqu'à prétendre être le centre des pensées du bleu, loin de là d'ailleurs, mais l'idée de pouvoir possiblement l'être un jour, ou même l'espace de quelques heures, ou bien minutes, avait un côté... alléchant, pour ne pas dire carrément orgasmique. Ses mains se joignirent l'une à l'autre derrière sa nuque alors qu'il penchait la tête de côté un peu, pressant subtilement son bassin au sien alors qu'il faisait mine de s'asseoir un peu mieux sur ses cuisses. « tu veux m'aider à retirer mon pantalon, jin ? » demanda-t-il finalement, d'une voix basse et pleine de sous-entendus.

_________________
everybody wanna motherfucking know why

i dress so fly, sit so high, well bitch i do it cause i could. i'm so hood, yeah, i wear my pants below my waist and you and your man is planning to hate but i got these golds up in my mouth, if you get closer you'll know what i'm talkin about.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://akiwa.bb-fr.com


avatar
the sneaky gnawing admin.

pseudo : Jin~
avatar : Henry Lau ♥
messages : 252
double compte(s) : Yun Ivory
here since : 15/11/2011
points : 28176
âge : 23
patronus : changeant. quoi è.é
animal de compagnie : Mochi, un hamster nain, et Silver, un renard des neiges~
my heart is : forever mine.
i'm feeling like : confused boy is confused.
ma baguette : ta baguette mesure 27.5 cm, est moyennement flexible, possède un cœur de dragon et est en bois de cèdre. « On ne peut jamais berner le possesseur d’une baguette de cèdre » , en outre, il est aussi important de comprendre que le cèdre se rapporte toujours à un sorcier d’une force de caractère et d’une loyauté subjuguante. Ne soyez donc pas surpris si votre baguette est aussi forte tête que vous ! Mais rassurez-vous, cette petite vous mènera loin et tâchera de vous aider à protéger tous vos êtres chers avec loyauté et précision.
wizard's spellbook :

The tunning of violins
Major third, or a minor seventh-, I'm a violin tuned a little sharp, tuned a little below.~
il y a quelque chose qui ne tourne pas rond dans ma vie, un truc qui ne fonctionne pas. un truc hors de ma portée de raisonnement, et pourtant, mon esprit n'a jamais été aussi clair. Clair de quoi, ça ne je sais pas. clair de moi peut-être, parce que j'ai l'impression d'avoir lâché les reines de mon corps, et que je vois tout de loin.
Chained to you
Fascination casts a spell and you became more than just a mystery, and I think about you all the time~
C'est intriguant à quel point un humain à la possibilité d'exercer un certain contrôle mental sur un autre, et je ne peux désormais que bien comprendre ce phénomène, puisque je suis soumis à ce genre de contrôle, bien malgré moi, je l'assure. J'espère juste que les limites fixées ne vont pas éclater et que je vais me retrouver dans une situation très peu avantageuse...
Strange relationship
I keep pushing and you keep holding on, I'm already gone~
Tu penses quoi exactement lorsque tu joues à ce petit jeu subtil ? Tu crois que je ne vois pas ce qui se passe, et bien que ça m'amuse, j'ai peur qu'un jour ça dérape et qu'on ait trop loin toi et moi. Tu te sens capable d'arrêter ou va falloir que je continue de te rapeller la situation dans laquelle tu te trouves ?
Sense of humor
You will like my sense of humor, you will be addicted to my smile, laughing all the while~
maman min hee, n'est-ce pas ? tu me fais rire, mais l'inverse doit être vrai à un certain niveau sinon on s'entendrait pas aussi bien. tes erreurs constantes et tes tentatives ratées mettent un bon rire dans ma vie, c'est très agréable. merci beaucoup ♥️
Ego
I have been contemplating, letting go of you ego, thought I'd let you know, you're getting old~
Ça devient ridicule tout ça, tout est ridicule, et surtout toi. T'as des manières que je supporte pas, et tu me casses solidement les c- oui, bref. Si c'était pas de l'adoration dévouée d'un de mes meilleurs amis pour ta gueule, je t'aurai classé out-of-life depuis longtemps. reste loin de moi.
Like it or not
Me, a laptop, 2 suitcases and I'm coming to see you, whether you like it or not~
depuis quelques temps il y a un léger froid entre nous, il serait peut-être temps de nous revoir comme il se doit non ? Silver ? Oh, ce n'est pas si grave, ça va faire de beaux bébés tout ça. Me tappe pas ! J'ai quand même droit à une visite parentale de temps à autre, alors t'es mieux de m'ouvrir la porte ou j'te kidnappe ton chien.
Talk talk talk
Please hear me out, 'cause all I want to do is just talk talk talk to you.~
J'ai toujours besoin de toi, oui, plus que jamais peut-être. je me suis fait distant ces derniers temps, j'en ai conscience, mais disons que j'ai mes raisons. je t'ai pas envoyé bouler, je te rassure, c'est juste mon cerveau qui dérive et qui m'interdit une seconde de répit...tu veux bien m'aider à m'éclaircir les idées ?

And I sing, lalala~ ♫


MessageSujet: Re: {ended} ♣ don't you know what you just started?   Jeu 8 Déc - 4:55

Ampères. Nom donné à la mesure de l'intensité d'un courant électrique à débit constant. Il ne savait pas exactement le nombre de ces électrons libres qui se faufilaient dans ses veines, ni comment il avait réussit à les accumuler, probablement avec une simple formule qu'il serait capable d'employer si un corps un peu trop chaud -dans tous les sens du terme- à son goût ne se trouvait pas directement sous son nez. Possiblement la sur-utilisation de ses neurones qui commençait à sur-doser le niveau électrique, ou son système nerveux qui faisait des siennes à cause de son état de stress tendu, bien qu'étrangement agréable. Quoiqu'il en soit, il devait certainement y avoir une réponse tout à fait logique et scientifique à la décharge qui remonta sa colonne vertébrale lorsque les doigts du plus vieux relâchèrent ses cheveux pour se glisser contre sa nuque, froids mais rafraichissant sur sa peau brûlante. Les cheveux étaient connus pour dégager les électrons plus facilement après tout, peut-être que l'hypertension électrique avait profité du fait que l'être humain était un bon conducteur pour que le courant statique se propage à travers son corps lorsqu'il y avait eut choc entre les protons qui s'étaient transférés d'un corps à l'autre. C'était. C'était très logique, purement logique. Il n'y avait rien à craindre d'une réaction purement scientifique qu'il ne pouvait en rien contrôler, non ? Non, il ne paniquait pas. Il ne comprenait simplement pas. Il n'était pas particulièrement excité, pas encore, même s'il sentait ses joues chauffer presque en permanence maintenant. Mais il sentait la tension, il sentait une boule de former au creux de son estomac, et il ne savait plus si c'était une mauvaise impression, un stress lié à un mauvais pressentiment, ou si c'était de la hâte, une étrange envie à satisfaire, de la curiosité mal placée de vouloir en voir un peu plus, malgré tout ce qu'il avait pensé sur la possibilité que Kessy ne veuille pas de cela, que cela le mettrait mal à l'aise, ou peu importe. De toute façon, le rouge n'avait pas l'air spécialement dérangé par cette petite démonstration d'habileté sur le plan de la séduction, il n'avait pas l'air gêné ou dégoûté par son regard, au contraire. Il avait presque l'air de s'en nourrir, d'y trouver un certain contentement même. Mais ce n'était peut-être aussi que dans sa tête, et peut-être qu'au fond, l'ineo voulait juste partir au plus vite et ne plus jamais le revoir après, que ce n'était que le jeu, qu'un masque, une façade pour ne pas que son malaise ne paraisse.

« dis-moi, qu'est-ce que tu as envie de toucher ? » ses yeux, qui s'étaient jusqu'à lors fixés sur sa ceinture du moment où ses doigts s'y étaient accrochés, se relevèrent pour observer son visage avec une parcelle de curiosité et d'interrogation. Oh, il savait où il voulait en venir. Mais avait-il réellement envie d'une réponse, ou c'était simplement pour jouer avec ses nerfs ? Sa propre main se retira du cuir de la ceinture quand celle-ci fut débouclée, reglissant le long de la cuisse de l'aîné jusqu'à effleurer le bord de la table où ses doigts se déposèrent, attrapant presque par automatisme du bout de l'index un des billets, rapprochant inconsciemment les autres du bord de la table pour ne pas avoir à détacher son regard de son vis-à-vis pour réussir à les saisir. Son nez se retroussa comme pour indiquer l'absence d'envie qu'il avait de répondre à ce genre de question, même s'il savait que cela faisait partit du jeu, qu'il devrait y répondre, au moins pour aider le jeune homme face à lui à gagner ses billets. Sa tension interne monta d'un cran et cette fois les volts parcoururent sa peau de haut en bas, manquant de le faire tressaillir lorsque le rouge reprit sa place sur ses cuisses, ses mains se posant sur son torse. L'électricité statique, encore, ça ne pouvait pas être autre chose, se propagea du plat de ses mains à son ventre et remonta à nouveau sa colonne, le faisant cette fois frissonner discrètement alors que les petits cheveux sur sa nuque se redressait sous le léger choc électrique grimpant dans son dos. Sa peau s'habitua au toucher et les courant s'amenuisèrent jusqu'à disparaître, ne revenant que brièvement lorsque ses mains se déplacèrent pour se poser sur ses épaules. Il laissa leur regard se croiser, ne tentant même pas de l'éviter, même s'il savait que ce n'était probablement pas une très bonne idée. Le regard presque félin du plus vieux le fit presque ciller, mais il le soutint tout de même, le sourire dans sa vue périphérique l'agaçant presque alors qu'il laissait sa main partir de la table, effleurant de son tranchant le flanc de l'ineo jusqu'à sa hanche, glissant un autre billet directement sous la bordure de son jeans, peu surpris de remarquer sa disparition dès que ses doigts quittèrent le papier.

La continuité de sa question précédente résonna à ses oreilles comme un coup de gong et il du bloquer un sursaut. Une lueur d'incertitude s'alluma dans ses yeux alors qu'il réfléchissait presque minutieusement à la question. Il n'en savait rien, vraiment, vraiment rien. Honnêtement, il avait envie de toucher chaque partie nouvelle dévoilée, il avait envie de sentir la peau chaude sous ses doigts et de caresser l'épiderme doux qu'il n'avait jusqu'à lors qu'effleuré. Mais dans sa tête, sa logique ne pouvait construire son chemin autrement; il aurait envie de voir plus, de sentir plus, oui. C'était simplement une question de désir humain, déterminisme social qui poussait chaque personne à ne jamais posséder assez de ce qu'elle a. Il ne pouvait donc pas répondre ni par la négative, ni par la positive. Oh, oui, son ventre était sa cible présente, mais il n'y avait aucun doute que ses mains chercheraient à un moment, peut-être pas dans les prochaines secondes, peut-être pas dans les prochaines heures, mais certainement à un moment, à descendre, à avoir plus que ce qu'il avait. De ce qu'il pouvait voir et avoir, plutôt. Car rien ne lui appartenait, mais il ne répugnerait pas poser une certaine marque de possession sur lui, se faire sa place dans un coin du cerveau de l'ineo pour y rester, lui rendre la monnaie de sa pièce avec l'emprise qu'il avait sur lui, l'attention qu'il lui volait à chaque rencontre, chaque regard, chaque sourire mystérieux qu'il n'arrivait jamais à expliquer. Incapable de répondre, il ne fit que pencher la tête pour lui offrir un regard particulier, affirmatif dans l'envie de toucher son estomac, mais avec un arrière-fond de désir qui ne cachait pas la possibilité de vouloir plus. On disait souvent que les yeux étaient le miroir de l'âme, et il avait la drôle d'impression que si Kessy le voulait, il pourrait sans mal trouver tout ce qu'il voulait dans son regard. La lueur dans ses yeux s'intensifia par contre lorsqu'il sentit le mouvement sur ses cuisses, le subtil changement de pression contre son bassin. Ses lèvres s'entrouvrirent sur une exhalation tremblante qu'il s'obligea à garder la plus silencieuse possible. C'était finement joué, et s'il ne savait pas mieux du rouge, il aurait vraiment pu croire à un réajustement. Mais chaque détail, chaque mouvement semblait minutieusement choisis. Regards, intonations. Sourires et gestes. Comme toujours, comme depuis un an. Tout était calculé, préparé dans un but qu'il, comme toujours, ne pouvait pas voir. « tu veux m'aider à retirer mon pantalon, jin ? » les yeux de l'appelé se plissèrent légèrement mais un sourire presque timide étira ses lèvres et ses doigts, après avoir attraper un autre billet en prévision, se posèrent sur ses hanches, à demi sur son jeans à demi sur sa peau, prenant la liberté de décider un peu de comment se jouerait la prochaine partie. « si tu me permets, je ne vais certainement pas refuser... » il fit presque malicieusement jouer le billet sur la peau de sa hanche, remontant le long de son flanc jusqu'à effleurer son bras, pliant le papier en deux pour le glisser entre ses lèvres, arquant un sourcil en souriant un peu plus, son sourire timide devenant un peu plus joueur, et attendit quelques secondes avant de relâcher le billet qui disparut aussitôt, laissant sa bouche libre de nouveau, laissant le bout de ses doigts effleurer la pulpe de ses lèvres avant de revenir placer sa main sur sa hanche après avoir choppé en chemin un autre billet. Valait mieux être préparé, les choses semblaient être sur le point de se corser un peu, et il ne voulait pas être pris de court. « y'a pas que tes vêtements qui en révèlent un peu trop, alors je me suis dit que récompenser ta bouche ne serait pas de trop, mh ? » il avait murmuré, pour ne pas enterré la musique, pour ne pas briser l'espèce de charme sensuel qui semblait les avoir entouré. C'était probablement à sens unique, c'était probablement juste une parade pour l'ineo, mais Jin y trouvait tout de même son plaisir, alors il devait y mettre du siens un peu, ce n'était que justice qu'il le rende au moins un peu plus à son aise en jouant le jeu qu'en restant de marbre et en le fixant simplement comme un simple client dans un bar de danseuse. Danseur, pardon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
the bad kitty cat admin.

pseudo : mee.
avatar : kwon ji yong.
messages : 359
here since : 15/11/2011
points : 34412
âge : 28
patronus : un... chat. ouais.
animal de compagnie : dopey, un joli black racer qui n'apprécie pas trop les hommes~
my heart is : quoi ? mais t'écoutes pas ce qu'on dit, toi ? semblerait que la petite ryan l'ait volé.
i'm feeling like : an asshole.
ma baguette : 34,5 centimètres, très peu flexible, coeur de dragon & bois d’if. Les baguettes en bois d’if sont parmi les plus rares et leurs partenaires eux-mêmes sortent de l’ordinaire. Elles donnent à leur possesseur un pouvoir de vie ou de mort, ce qui leur donne également une réputation terrifiante. Avec en plus un cœur de dragon, accentuant son pouvoir déjà considérable, ce type de baguette peut devenir très dangereux et difficile à contrôler, elle doit absolument être maniée par une personne talentueuse et sûre d’elle. L’if ne choisit jamais un maître médiocre ou timide, vous devriez donc avoir les capacités pour dompter cette baguette.
wizard's spellbook :

dès qu'un humain vient à la vie, il est déjà assez vieux pour mourir. ben tiens, j'imagine que ça aurait pu m'éviter toute cette merde. mais tu sais, kyungjee, nul bonheur ne pourrait exister sans faculté d'oubli. et si tu oubliais heena, c'était comme si j'étais mort, non ? parce qu'apparemment, le bonheur ne s'acquiert qu'à force de courage, et tu sais très bien, mon vieux, que c'est pas mon fort. non tu vois, il n'y a rien qui soit entièrement en notre pouvoir sinon nos pensées. et ça tu l'as compris, joonha, hein ? oh, fais pas semblant, tu sais très bien de quoi je parle. non, non, t'auras pas raison de moi... enfin. mes pensées n'auront pas raison de moi, disons, puisque ce n'est pas par la satisfaction des désirs que s'obtient la liberté, mais par la destruction du désir, n'est-ce pas, min guk ? ouais, toi et moi, va falloir faire quelque chose. mais tu sais, je crois que j'opte plus pour la destruction, dans ce cas-là. mais encore, le désir est l'appétit de l'agréable, et je pense, là, ma petite becca, que tu ne pourrais mieux le prouver. ça semble bien agréable entre tes cuisses, n'est-ce pas ? dans tous les cas, à mes yeux elles le sont. mais la beauté se raconte encore moins que le bonheur, et ryan, tant que j'y suis, chère princesse, entre nous, il n'y a point besoin de mots. votre beauté défierait toutes les guerres, ça j'en suis certain, et la guerre... la guerre est un acte de violence destiné à contraindre l'adversaire à exécuter notre volonté, qu'il soit verbal ou physique. n'est-ce pas, cyrus ? mais pourtant, toi, tu n'en aurais pas besoin. tu ne t'en rends même pas compte, n'est-ce pas ? c'est absurde à quel point je peux te laisser me faire du mal. mais l'absurdité d'une chose n'est pas une raison contre son existence, c'en est plutôt une condition. ça doit expliquer notre amitié, hein, savon ? bon, d'accord, t'es un p'tit con. j't'emmerde, mais au fond, j't'aime bien. bien heureux que tu lises jamais ça. au moins, on dit bien que l'expérience, c'est là le fondement de toutes nos connaissances. d'ailleurs, parlant d'expérience, y'en a certaines qui sont à ne jamais recommencer. n'est-ce pas, soojin ? t'es bien têtue, cocotte, mais tu pourrais mettre ça dans ta palette de connaissance et ne plus me suivre. mais je te l'accorde, on dit bien que les passions sont comme la peste et le typhus. cessez de les combattre, elles reviennent. par contre, cette dernière, je te la dédierais à toi tout particulièrement, mark. ah, oups, jinjung. allez, pourquoi tu te bats ? obsession, passions, après tout... ouais. boire sans soif et faire l'amour en tout temps, madame. il n'y a que ça qui nous distingue des autres bêtes.


ah, ce bon vieux livre de philosophie...



MessageSujet: Re: {ended} ♣ don't you know what you just started?   Dim 11 Déc - 0:57

« si tu me permets, je ne vais certainement pas refuser... » la sirène avait hoché la tête à ces mots, inconsciemment, presque imperceptiblement, humectant ses lèvres pour une énième fois. Et c'est lorsqu'il baissa très légèrement la tête, contemplant ses lèvres qui s'étiraient en un sourire dont il n'aurait trop sut décrire la nature, que la question le frappa. Où étaient les limites ? Limites, limites. Celles qu'il imposait toujours, qu'il traçait à la perfection. Il se permettait souvent de frôler les dites limites sans pourtant réellement les franchir. Mais qu'est-ce qui, au fond, pouvait bien déterminer ce qui animait en lui ce profond désir de sentir son regard sur lui, son désir, ou sou attention toute portée à lui ? Kessy n'était pas méchant, ou du moins, il ne le croyait pas. Il n'avait rien à voir avec tous ces typiques rouges croyant qu'être méchant était la meilleure façon de faire honneur à leur maison. Ou si, alors, quelqu'un osait prétendre que le félin était méchant, il n'avait qu'une chose à dire : il y avait une différence entre la méchanceté et l'indifférence. Il n'avait pas appris à pardonner, à aimer, à donner à son prochain ou, encore, à récompenser, chérir et s'exprimer. Non ; en premier lieu, il avait appris à se taire, écouter, et faire comme on le demandait. Puis, avec le temps, il avait appris autrement. Il avait appris qu'il ne devait jamais compter sur autre que lui-même et qu'écouter les gens ne servait à rien. Ils étaient fourbes, méchants et manipulateurs, peu importe ce qu'ils pouvaient tenter de vous faire croire, bourrant votre crâne d’âneries loufoques. L'humain avait été créé et avait évolué de sorte à développer cette particularité bien à lui et c'était bien malheureux : il possédait une intelligence et une logique hors du commun, dévastatrices. C'était remettre le monde entre les mains d'une bête trop conne pour savoir utiliser sa logique convenablement. Lui-même n'était pas mieux qu'aucun d'entre eux, au fond, pensa-t-il, alors qu'il mordillait l'intérieur de sa joue, éliminant cette envie de s'approprier les lèvres du garçon l'espace de quelques secondes. Les limites devenaient, peu à peu, floues, abstraites, pour finalement se dissiper, disparaître et n'être plus rien qu'un amas de choses illogiques qu'il ne comprenait plus. Si faire souffrir les gens ne lui apportait absolument rien de plus qu'un dégoût profond, une envie de détourner le regard et d'abandonner, alors pourquoi aimait-il tant jouer ce jeu ? Un frisson avait parcouru son échine et ses paupières avaient presque flanché au toucher de sa peau sur la sienne. Ça n'avait pourtant rien à voir avec une caresse, mais il l'avait senti : son cœur qui sautait un bon et qui, soudainement, courait le marathon à lui seul. Comme s'il en avait eut besoin, en avait eut la nécessité pour seulement, enfin, réaliser qu'il ne faisait plus partie de ce monde depuis déjà de longues secondes, clignant des yeux, son regard chocolat revenant trouver les noisettes de son vis-à-vis. Et même si une part de lui semblait espérer aspirer son âme au travers d'un regard, seulement dans l'espoir de comprendre ce qui lui plaisait tant lorsqu'il posait le regard sur lui, aller chercher l'essence même de ce sentiment, il restait neutre, de marbre, silencieux, enfin. Il entrouvrit les lèvres pour accueillir le billet, sans poser de questions, ses mains toujours posées sur ses épaules, patient. Il ne savait pas vraiment ce qu'il attendait, probablement qu'il laisse aller le billet, mais le plus jeune avait laissé un moment de suspens, comme s'il n'était pas certain de vouloir le lui remettre. Ou peut-être espérait-il faire durer ce moment. Lorsqu'il le lâcha, le billet disparu, tout comme le premier, et le regard de la sirène se posa vers la table où les treize autres billets l'attendaient. Douze, puisqu'il en avait saisit un autre, qu'il, maintenant, pouvait sentir frôler la peau de sa hanche. À ses mots, son sourire lui revint, tout comme ses esprits, semblait-il. Il pencha la tête et humecta ses lèvres, sa langue passant lentement tout au long de l'inférieure, et son index vint tracer une ligne le long du côté droit de son cou.

Son cœur s'était calmé aussi rapidement qu'il ne s'était emballé, et le frisson disparu aussi rapidement qu'il lui était venu. Raison ? Aucune idée. Peut-être qu'il se prenait trop bien au jeu, peut-être était-il trop bon acteur – il préférait toujours se donner ce genre de raisons que de chercher d'autres raisons, ou, encore, se demander pourquoi il ne voyait plus trop les limites, à présent. La chanson s'était arrêtée et il avait pris le temps d'écouter le rythme de son souffle, presque capable d'entendre les battements de son cœur, En réalité, il n'avait qu'à s'approcher un peu pour les entendre, mais ses deux doigts s'étaient pressés sous sa mâchoire, tâtant discrètement, notant son rythme cardiaque. Ses pupilles. Ses lèvres, peut-être même sa salivation. N'importe quel signe pouvant l'avancer sur son état mental et physique, n'importe quel signe pouvant lui prouver qu'il avait un minimum de contrôle sur lui et que rien de ce qu'il faisait n'était inutile. Qu'il faisait son effet. Qu'il était, possiblement, le centre de toute son attention, au moins pour les quelques prochaines minutes... ou heures. Ses doigts se désistèrent de toute pression, glissant à nouveau le long de son cou, rebroussant le chemin, visitant le creux de son épaule, ses doigts touchant à peine sa peau et son regard, lui, suivant le chemin qu'il traçait sur le corps de l'autre. Aucune règle n'avait précisé que lui n'avait pas le droit de le toucher, et même si ses touchers étaient subtiles, presque futiles, ils étaient suffisants. Son index vint redessiner la forme d'une clavicule, comme si elle lui montrait le chemin vers son bras, dessinant d'abstraites formes tout au long de ce dernier, s'arrêtant au niveau de son coude. Il s'avança, tout doucement, penchant la tête, ses lèvres venant se placer juste au-dessus son épaule, frôlant à peine. Son jeu continuait, et, visiblement, il ne faisait que commencer. Il contempla la dite peau quelques secondes, son souffle se butant contre sa peau pour revenir à lui, en scrutant chaque pore comme pour s'assurer de ne manquer aucun frisson tandis que son index poursuivait son chemin et venait s'arrêter à son poignet, qu'il saisit entre deux doigts, tournant la tête pour souffler au creux de son épaule, son cou, puis tout près de sa mâchoire et, finalement, le lobe de son oreille. Il humecta une nouvelle fois ses lèvres et sa langue frôla le dit lobe de son oreille, et, bien évidemment, ce fut volontaire.

« mais tu vas devoir te lever, si tu veux m'aider. » murmura-t-il à son oreille, une nouvelle chanson se faisant entendre en fond, et c'est à ce moment qu'il tira sur son poignet, se redressant et le forçant à faire de même. Il attrapa son autre poignet, faisant attention à ne pas faire tomber le billet, l'entraînant un peu plus loin de la chaise avec lui et directement devant le miroir, histoire qu'il puisse l'observer sous tous les angles, encore une fois. En temps normal – ça l'aurait gêné. Probablement même jusqu'au point où il aurait préféré s'asseoir dans un coin de la pièce, fumer, et pénaliser tout le monde, dans le cas où le plus jeune aurait refusé de lui donner les billets. Il ne savait pas exactement quelle étrange force le poussait à le faire : mais il le faisait, et lorsqu'il fut en place, il tira lentement les mains du plus jeune pour les poser à sa ceinture et les lâcher par la suite, ses mains remontant le long de ses bras, revenant prendre place sur ses épaules. « lentement, hein ? » finit-il par demander, lui adressant un clin d'oeil.

_________________
everybody wanna motherfucking know why

i dress so fly, sit so high, well bitch i do it cause i could. i'm so hood, yeah, i wear my pants below my waist and you and your man is planning to hate but i got these golds up in my mouth, if you get closer you'll know what i'm talkin about.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://akiwa.bb-fr.com


avatar
the sneaky gnawing admin.

pseudo : Jin~
avatar : Henry Lau ♥
messages : 252
double compte(s) : Yun Ivory
here since : 15/11/2011
points : 28176
âge : 23
patronus : changeant. quoi è.é
animal de compagnie : Mochi, un hamster nain, et Silver, un renard des neiges~
my heart is : forever mine.
i'm feeling like : confused boy is confused.
ma baguette : ta baguette mesure 27.5 cm, est moyennement flexible, possède un cœur de dragon et est en bois de cèdre. « On ne peut jamais berner le possesseur d’une baguette de cèdre » , en outre, il est aussi important de comprendre que le cèdre se rapporte toujours à un sorcier d’une force de caractère et d’une loyauté subjuguante. Ne soyez donc pas surpris si votre baguette est aussi forte tête que vous ! Mais rassurez-vous, cette petite vous mènera loin et tâchera de vous aider à protéger tous vos êtres chers avec loyauté et précision.
wizard's spellbook :

The tunning of violins
Major third, or a minor seventh-, I'm a violin tuned a little sharp, tuned a little below.~
il y a quelque chose qui ne tourne pas rond dans ma vie, un truc qui ne fonctionne pas. un truc hors de ma portée de raisonnement, et pourtant, mon esprit n'a jamais été aussi clair. Clair de quoi, ça ne je sais pas. clair de moi peut-être, parce que j'ai l'impression d'avoir lâché les reines de mon corps, et que je vois tout de loin.
Chained to you
Fascination casts a spell and you became more than just a mystery, and I think about you all the time~
C'est intriguant à quel point un humain à la possibilité d'exercer un certain contrôle mental sur un autre, et je ne peux désormais que bien comprendre ce phénomène, puisque je suis soumis à ce genre de contrôle, bien malgré moi, je l'assure. J'espère juste que les limites fixées ne vont pas éclater et que je vais me retrouver dans une situation très peu avantageuse...
Strange relationship
I keep pushing and you keep holding on, I'm already gone~
Tu penses quoi exactement lorsque tu joues à ce petit jeu subtil ? Tu crois que je ne vois pas ce qui se passe, et bien que ça m'amuse, j'ai peur qu'un jour ça dérape et qu'on ait trop loin toi et moi. Tu te sens capable d'arrêter ou va falloir que je continue de te rapeller la situation dans laquelle tu te trouves ?
Sense of humor
You will like my sense of humor, you will be addicted to my smile, laughing all the while~
maman min hee, n'est-ce pas ? tu me fais rire, mais l'inverse doit être vrai à un certain niveau sinon on s'entendrait pas aussi bien. tes erreurs constantes et tes tentatives ratées mettent un bon rire dans ma vie, c'est très agréable. merci beaucoup ♥️
Ego
I have been contemplating, letting go of you ego, thought I'd let you know, you're getting old~
Ça devient ridicule tout ça, tout est ridicule, et surtout toi. T'as des manières que je supporte pas, et tu me casses solidement les c- oui, bref. Si c'était pas de l'adoration dévouée d'un de mes meilleurs amis pour ta gueule, je t'aurai classé out-of-life depuis longtemps. reste loin de moi.
Like it or not
Me, a laptop, 2 suitcases and I'm coming to see you, whether you like it or not~
depuis quelques temps il y a un léger froid entre nous, il serait peut-être temps de nous revoir comme il se doit non ? Silver ? Oh, ce n'est pas si grave, ça va faire de beaux bébés tout ça. Me tappe pas ! J'ai quand même droit à une visite parentale de temps à autre, alors t'es mieux de m'ouvrir la porte ou j'te kidnappe ton chien.
Talk talk talk
Please hear me out, 'cause all I want to do is just talk talk talk to you.~
J'ai toujours besoin de toi, oui, plus que jamais peut-être. je me suis fait distant ces derniers temps, j'en ai conscience, mais disons que j'ai mes raisons. je t'ai pas envoyé bouler, je te rassure, c'est juste mon cerveau qui dérive et qui m'interdit une seconde de répit...tu veux bien m'aider à m'éclaircir les idées ?

And I sing, lalala~ ♫


MessageSujet: Re: {ended} ♣ don't you know what you just started?   Lun 12 Déc - 5:35

Sentir son cœur manquer un battement n'était très certainement qu'une expression pas très logique d'une réaction physiologique suite à l'augmentation soudaine du rythme cardiaque suite à une émotion forte. C'était scientifique, et normal, mais en ce moment, Jin était loin d'être scientifique, et encore plus loin d'être normal, lorsqu'il sentit la fine caresse contre son cou. Le silence c'était de nouveau installé dans la pièce, il ne savait pas si c'était définitif ou non, mais il savait qu'il aurait préféré que la chanson continue. Tout pour ne pas entendre ses propres battements de cœur dans ses oreilles, le son de son souffle un peu tremblotant. Et il lui sembla que son cœur accélérait encore plus lorsqu'il sentit deux doigts juste sous sa mâchoire, et que son cerveau lui fit comprendre comme un choc qu'ils étaient placés juste sur son pouls, et qu'il pouvait ressentir chaque battement un peu affolé de son muscle cardiaque. Il déglutit un peu difficilement, ayant du mal à garder les yeux dans les siens après cette prise de conscience, mais tentant tout de même de ne pas ciller, se battant même avec lui-même pour calmer ses battements de cœur et régulariser sa respiration. Il ne put par contre tenir son regard plus longtemps quand ses doigts bougèrent pour rejoindre le creux de son épaule, mais heureusement pour lui l'ineo détourna les yeux avant qu'il ne puisse le faire pour fixer ses propres gestes. La simple caresse, pourtant à peine présente, réussit à lui faire perdre un peu plus ses moyens et ses yeux se fermèrent lentement, son cerveau tentant désespérément de se déconnecter de ses sens pour lui permettre de garder un contrôle potable de son corps et de ses réactions physiques. Mais le rouge ne semblait pas particulièrement sensible à son envie de rester calme puisque les caresses sur sa peau continuèrent, les doigts dansant sur son épiderme, s'arrêtant quelques secondes sur la chair sensible au creux de son coude, une exhalation un peu tremblante s'échappant de ses lèvres. Qui aurait pu deviner qu'un toucher aussi simple, aussi délicat, pouvait devenir aussi sensuel et plaisant ? Il avait du mal à y croire, et il avait surtout du mal à enregistrer que c'était bien le Kessy qu'il observait souvent de loin, incapable de l'approcher, qui lui faisait découvrir ce genre de chose. Le Kessy qui disparaissait de sa vue aussi facilement qu'il apparaissait dans sa vie. Le Kessy qui s'appropriait son attention d'un simple regard, qui accrochait ses yeux alors qu'il ne faisait que passer devant lui. Le Kessy qui semblait, tout aussi incroyable que cela pouvait lui paraître, éveiller une sorte d'obsession chez lui, une obsession encore jeune et fragile, mais qui était déjà suffisante pour le forcer à ne voir que lui, à être perturbé par un mouvement que l'on aurait pu croire invitant, à être secoué par sa simple vision, comme si le regarder était devenu une chose trop forte, trop poussée, qu'une culpabilité incessante le torturait lorsqu'il osait seulement se questionner à son sujet. Il avait entendu parler de lui, des rumeurs, seulement, mais assez semblables en un point pour se rejoindre sur une même base; Lee Kessy n'était pas un être à approcher. Mais comment faire pour ignorer cette envie d'en savoir plus, de taire sa curiosité maladive, alors que sa simple présence était à la fois imposante et intimidante pour lui. Il ne semblait pas avoir la possibilité d'échapper à cette obsession naissante, puisqu'à chaque fois qu'il réussissait à oublier, à surmonter, une nouvelle apparition détruisait à nouveau tout ce qu'il avait pu construire comme mur entre lui et le rouge.

Et ce mur, déjà malmené, semblait devenir poussière alors qu'il sentait chaque parcelle de sa peau se tendre et se couvrir des frissons passagers mais réguliers. Le souffle chaud le fit rouvrir les yeux à demi, et il se mordit la lèvre inférieure avec douceur, testant la pulpe de ses dents, alors que ses iris assombries se posaient sur la tête décidément trop proche de l'ineo. Il savait que s'il ne faisait que se replacer un peu, juste un tout petit peu, les lèvres de l'aîné seraient de nouveau sur sa peau, comme lors de leur première action, mais il résista à l'envie de le faire. Il devait se ressaisir. Il n'était pas en train de jouer avec une quelconque personne simplement pour s'amuser, sans craindre de plus et sans peur du rejet. Il était dans un jeu, simplement, avec ce qui semblait être un très bon acteur qui ne voulait probablement que réussir à obtenir ce dont il avait besoin pour finir la partie. Malgré ces bonnes pensées supposées l'aider à garder un contrôle total sur lui-même, il frémit un peu plus en sentant les doigts sur son poignet, et encore plus quand le souffle bougea. Épaule. Creux de l'épaule. Cou. Mâchoire. Oreille. Oh. Un lourd frisson le parcourut et il ouvrit les yeux un peu plus grand quand il sentit quelque chose d'humide effleurer, tout juste, le lobe de son oreille, et il du user de toute sa volonté pour ne pas saisir l'aîné par la gorge pour l'éloigner, ou l'embrasser... il ne savait plus trop ce qu'il préférait, à ce niveau. « mais tu vas devoir te lever, si tu veux m'aider. » les mots tombèrent sur ses tympans en même temps que les premières notes d'une seconde chanson, et il hocha presque imperceptiblement la tête, n'opposant aucune résistance lorsqu'il fut tiré hors de la chaise pour la première fois depuis le début du strip-tease. Il cligna des yeux avec surprise lorsque son regard tomba sur le dos de l'aîné, au travers du miroir ornant le mur. Lentement, ses iris parcoururent la colonne vertébrale, admirant la peau douce, la courbe subtile de sa chute de rein, le développement un peu féminin de ses hanches, la finesse de sa taille, remontant jusqu'à ses épaules plus larges, plus masculines, son cou délicat puis il croisa son propre regard et faillit sursauter. Il n'avait pas cru avoir les joues aussi rouges, et la noirceur de ses yeux indiquaient l'état de dilatation avancée de ses pupilles. Sans savoir pourquoi, cette vision de lui-même le surpris, et le laissa dans un étant mental plutôt songeur. Il ne comprenait pas; était-il si excité par ce strip-tease ? Était-ce vraiment juste parce que l'autre faisait bien son action, ou parce qu'il s'agissait de Lee Kessy ? Il n'en savait fichtrement rien, mais quelque chose au fond de sa tête lui disait qu'il y avait peu de chance que la première option soit la meilleure. Oh, pas de doute, l'ineo était particulièrement doué pour faire cette action, mais il y avait une différence entre apprécier un spectacle et y prendre goût...à ce point. Il se secoua par contre en sentant ses mains être tirées vers le corps du rouge, son regard lâchant le miroir pour se fixer sur le visage de son vis-à-vis, ignorant volontairement le fait qu'il avait définitivement l'air bien anormal, comparer à son expression habituelle. Il tenta par contre de garder une expression au moins neutre, au minimum, masque qu'il avait un peu de mal à maintenir en place mais qu'il se devait de garder.

Ses doigts s'accrochèrent au cuir de la ceinture dès qu'ils s'y posèrent, serrant le matériel presque possessivement comme pour se rattacher à quelque chose de matériel, de solide, pour s'ancrer à quelque part. Les doigts du plus vieux rencontrèrent sa peau de nouveau, se hissant jusqu'à ses épaules « lentement, hein ? ». Il hocha la tête presque bêtement en réponse, ne sachant pas trop que dire ou comment le dire, ne faisant qu'acquiescer même si la question n'était pas une vrai question, et que la réponse était plus stupide encore que le hochement de tête qu'il lui avait fait. C'était peut-être le clin d'œil qui l'avait déstabilisé au point qu'il n'avait même pas pu émettre un commentaire sarcastique ou une réponse amusante, ou peut-être que c'était simplement la signification de la demande en elle-même, mais il était resté pratiquement muet de stupeur. Pour palier ce manque flagrant de vocabulaire, ses mains avaient décidé de parler d'elles-mêmes, à sa place, remplaçant volontairement son cerveau en perdition pour commencer leur propre règne. Satisfait de son petit jeu, des caresses et du spectacle, il glissa tout d'abord, presque à regret, le billet sous la bordure du pantalon, juste à côté de l'os de la hanche, pressant son pouce contre la peau dès le papier volatilisé, la pulpe du doigt suivant la courbe de l'os en remontant vers son flanc. Il ne savait pas s'il avait véritablement le droit de toucher ainsi, sans demander la permission, mais il n'arrivait plus à résister à son envie d'avoir quelques privilèges en plus. À quelque part, dans un coin de son cerveau qui arrivait encore à être le moindrement logique, il pensa aux billets restés sur la table, et à son impossibilité de les atteindre désormais. Comme pour répondre à cette demande, il pu sentir quelque chose se glisser dans la poche arrière de son jeans et il lâcha la ceinture pour tâter, par automatisme, y découvrant la liasse des billets restant, un sourire amusé fleurissant sur ses lèvres à cette trouvaille. Il aurait dû s'en douter. Cette pièce avait été créée par la magie, et le miroir se trouvant devant lui en était la preuve. Il était apparut tout juste lorsqu'il avait espéré pouvoir voir plus. La logique magique était plutôt simple là-dedans. Il était celui qui était à même de décider.

Ses doigts retrouvèrent bien vite la ceinture et la fit glisser avec lenteur autour des hanches de la sirène, sa main inoccupée se posant presque naturellement dans le bas du dos de l'ineo, les doigts tapant doucement sur sa peau au rythme de la chanson qui jouait en fond, et il releva les yeux pour croiser de nouveau son regard quand le tintement de la ceinture se fit entendre alors qu'il la lâchait, la faisant tomber au sol. « assez lent.. ? » son sourire retourna sur ses lèvres, un peu taquin, alors que sa main se posait sur le bas de sa hanche, à la naissance de sa cuisse, ses doigts serrant juste un peu pour bien faire sentir leur présence. Il ne croyait pas vraiment pouvoir faire ciller l'aîné, et il ne se sentait pas du tout en position de contrôle. Il ne pensait pas non plus avoir le pouvoir d'exciter, ou même d'intéresser de cette manière le rouge, mais il ne contrôlait pratiquement plus ses gestes. Mais étrangement, même s'il n'agissait définitivement pas normalement, il ne s'était pratiquement jamais sentit aussi naturel, aussi détendu. Ça en était presque troublant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
the bad kitty cat admin.

pseudo : mee.
avatar : kwon ji yong.
messages : 359
here since : 15/11/2011
points : 34412
âge : 28
patronus : un... chat. ouais.
animal de compagnie : dopey, un joli black racer qui n'apprécie pas trop les hommes~
my heart is : quoi ? mais t'écoutes pas ce qu'on dit, toi ? semblerait que la petite ryan l'ait volé.
i'm feeling like : an asshole.
ma baguette : 34,5 centimètres, très peu flexible, coeur de dragon & bois d’if. Les baguettes en bois d’if sont parmi les plus rares et leurs partenaires eux-mêmes sortent de l’ordinaire. Elles donnent à leur possesseur un pouvoir de vie ou de mort, ce qui leur donne également une réputation terrifiante. Avec en plus un cœur de dragon, accentuant son pouvoir déjà considérable, ce type de baguette peut devenir très dangereux et difficile à contrôler, elle doit absolument être maniée par une personne talentueuse et sûre d’elle. L’if ne choisit jamais un maître médiocre ou timide, vous devriez donc avoir les capacités pour dompter cette baguette.
wizard's spellbook :

dès qu'un humain vient à la vie, il est déjà assez vieux pour mourir. ben tiens, j'imagine que ça aurait pu m'éviter toute cette merde. mais tu sais, kyungjee, nul bonheur ne pourrait exister sans faculté d'oubli. et si tu oubliais heena, c'était comme si j'étais mort, non ? parce qu'apparemment, le bonheur ne s'acquiert qu'à force de courage, et tu sais très bien, mon vieux, que c'est pas mon fort. non tu vois, il n'y a rien qui soit entièrement en notre pouvoir sinon nos pensées. et ça tu l'as compris, joonha, hein ? oh, fais pas semblant, tu sais très bien de quoi je parle. non, non, t'auras pas raison de moi... enfin. mes pensées n'auront pas raison de moi, disons, puisque ce n'est pas par la satisfaction des désirs que s'obtient la liberté, mais par la destruction du désir, n'est-ce pas, min guk ? ouais, toi et moi, va falloir faire quelque chose. mais tu sais, je crois que j'opte plus pour la destruction, dans ce cas-là. mais encore, le désir est l'appétit de l'agréable, et je pense, là, ma petite becca, que tu ne pourrais mieux le prouver. ça semble bien agréable entre tes cuisses, n'est-ce pas ? dans tous les cas, à mes yeux elles le sont. mais la beauté se raconte encore moins que le bonheur, et ryan, tant que j'y suis, chère princesse, entre nous, il n'y a point besoin de mots. votre beauté défierait toutes les guerres, ça j'en suis certain, et la guerre... la guerre est un acte de violence destiné à contraindre l'adversaire à exécuter notre volonté, qu'il soit verbal ou physique. n'est-ce pas, cyrus ? mais pourtant, toi, tu n'en aurais pas besoin. tu ne t'en rends même pas compte, n'est-ce pas ? c'est absurde à quel point je peux te laisser me faire du mal. mais l'absurdité d'une chose n'est pas une raison contre son existence, c'en est plutôt une condition. ça doit expliquer notre amitié, hein, savon ? bon, d'accord, t'es un p'tit con. j't'emmerde, mais au fond, j't'aime bien. bien heureux que tu lises jamais ça. au moins, on dit bien que l'expérience, c'est là le fondement de toutes nos connaissances. d'ailleurs, parlant d'expérience, y'en a certaines qui sont à ne jamais recommencer. n'est-ce pas, soojin ? t'es bien têtue, cocotte, mais tu pourrais mettre ça dans ta palette de connaissance et ne plus me suivre. mais je te l'accorde, on dit bien que les passions sont comme la peste et le typhus. cessez de les combattre, elles reviennent. par contre, cette dernière, je te la dédierais à toi tout particulièrement, mark. ah, oups, jinjung. allez, pourquoi tu te bats ? obsession, passions, après tout... ouais. boire sans soif et faire l'amour en tout temps, madame. il n'y a que ça qui nous distingue des autres bêtes.


ah, ce bon vieux livre de philosophie...



MessageSujet: Re: {ended} ♣ don't you know what you just started?   Mar 3 Jan - 9:39

Jouer avec les nerfs du plus jeune avait été, et depuis longtemps, son passe-temps inconditionnel. Qu'il le veuille ou qu'il ne le veuille pas lui-même ; il ne pouvait pas vraiment le nier. Du moins, sur ce point-là, au moins, il ne pouvait se mentir à lui-même. Il n'y avait finalement rien qui le rattachait réellement au garçon, ne serait-ce qsue cette envie – ce besoin – de jouer, s'amuser, se moquer un peu plus de lui chaque fois qu'il croisait l'iris chocolatée de ses yeux. Disparaître et puis ne réapparaître que quelques jours plus tard. Oh, il aurait pu se mettre dans son chemin tous les jours, s'il l'avait voulu. L'embêter encore plus, lui donner l'impression qu'il devenait fou et même s'infiltrer dans ses dortoirs à la tombée de la nuit. Qui ne le savait pas, de toute façon ? Le félin n'était pas sain d'esprit. Le capitaine des ineos était un être assoiffé de sang, de vengeance, cruel et ignoble. Cette pensée le faisait presque sourire. Certes, il aurait pu faire tout ça. Oui, mais où en était le plaisir ? Il finirait par se lasser de Jinjung, le connaître par cœur et n'avoir plus rien à jouer. La surprise du bleu se transformerait rapidement e monotonie et, le jeu, finalement, deviendrait une routine embêtante. Il préférait donc apparaître ici et là, quand la chance se présentait, comme un cheveu sur la soupe, un invité mal-accueilli, imprévu. Et, ensuite, il lui laissait quelques jours pour se poser et réfléchir. Anticiper une prochaine rencontre et, peut-être, réciter mille fois encore et encore ce qu'il lui dirait lorsqu'il, enfin, l'attraperait. Puis, finalement, oublier, penser que c'était enfin la fin lorsque, au bout de quelques jours, il n'avait toujours pas pointé le bout de son nez. Et le voilà qui, à nouveau, perdrait tous ses moyens lorsque, la semaine d'après, il remettrait leur rendez-vous secret, apparaissant à nouveau seulement pour lui adresser ce magnifique sourire de vainqueur. Voilà comment il fonctionnait ; naturellement, de cette façon, il cultivait son intérêt, entretenant une curiosité probablement presque malsaine chez le jeune octopus. Des regrets ? Non... aucun, en fait. Pourquoi avoir des regrets ? C'était presque un orgasme de le savoir frissonner sous ses mains, à présent, alors qu'il savait parfaitement qu'il n'arriverait pas à oublier ces quelques minutes passées en sa compagnie lorsqu'ils se quitteraient à nouveau.

Lorsqu'ils s'étaient placés vis-à0vis du miroir, le plus vieux des deux avait tourné la tête vers la sienne, légèrement, observant les joues rougies de sa victime. Oui, parce que ni l'un ni l'autre ne pouvait le nier ; Jinjung était de loin la victime de cette mascarade et Kessy, lui, remplissait à merveille le rôle du bourreau – et il s'en délectait, un peu comme si chaque seconde passant était une nouvelle caresse le menant vers la jouissance. Une belle comparaison, en effet, mais la métaphore en ce cas présent ne semblait pouvoir n'être que très peu délicate. Cela dit, il ne s'en délectait cependant probablement pas autant qu'il ne se délectait de l'expression actuelle du visage du garçon. Il avait léché ses propres lèvres, comme s'il s'apprêtait à le dévorer tout rond ; Jinjung ne l'aurait-il pas laissé le faire, après tout ? Cette pensée étira ses lèvres en un mince sourire, discret, mais il se retint de passer tout commentaire ou d'approfondir cette pensée. Un peu vulgaire, qui sait où elle aurait pu le mener, après tout ? Mais, au fond, c'était un peu ce qu'il tentait de faire... il le grugeait, jusqu'à l'os, dévorant jusqu'à la dernière petite miette de contrôle ou de sang-froid qu'il possédait. Il était patient, mais il ne tarderait pas à lui faire perdre les pédales, comme on le disait si bien. Plus que quelques minutes, et les nerfs de Jinjung lâcheraient, s'envoleraient, comme s'il n'avait jamais été question d'en garder une once en sa présence. Pourrait-il alors faire ce qu'il désirait et comme bon lui semblait avec le pauvre bleu ? Qui sait. Ce n'était pas comme s'il avait l'intention d'en faire son esclave, mais la simple idée de pouvoir le contrôler comme il l'entendait bien semblait particulièrement alléchante. Il se retint donc de lécher – pour une énième fois – ses lèvres et sa concentration un peu envolée sur l'allure du garçon lui revint, tout doucement, alors que son regard atteignait ses lèvres qui lui semblaient déjà un peu sèches. Il le sentait flancher, ses dérober sous son regard et, jusqu'à maintenant, il réalisa qu'il y avait une chose, toute petite et très bête, qu'il n'avait jamais vraiment prise en compte ; cruel, c'était avec les hormones croissantes d'un pauvre adolescent qu'il jouait. Finalement, son regard se posa vers ses yeux, ses pupilles presque entièrement noires qui auraient pu donner l'impression à n'importe qui qu'il s’agissait là de L'effet d'une quelconque drogue et, effectivement, on aurait pu avoir peur de son allure. Tout ça sans parler de son souffle qui se faisait de plus en plus bruyant, rapide et irrégulier. Et, toujours, en ne notant pas la teinte un peu cerise de ses lèvres un peu abusées par les dents de l'adolescent. En l'occurrence, il était la drogue actuelle de l'adolescent, et cette pensée n'aida en rien le sourire de la sirène à disparaître. Au contraire... il baissa le regard lorsqu'il sentit son pouce caresser – distraitement ou non – sa peau, retraçant la forme de sa hanche jusqu'à son flanc, ses yeux, eux, se posant vers ses clavicules alors qu'il réalisait que les billets n'étaient plus sur la table. Ça n'avait rien de très impressionnant, après tout – les choses que la sorcellerie pouvait réaliser étaient infinies, et ça, finalement, ce devait être un peu basique. Un jeu sorcier, tout ce qu'il y avait de plus banal, et qui suivait la règle numéro un ; suivre l'avis du maître du jeu, qui, actuellement, se trouvait être Jinjung. Un léger frisson courra le long de son échine lorsqu'il entendit sa voix et que ses doigts se resserrèrent sur son pantalon, à la naissance de sa cuisse, le surprenant lui-même, mais il n'en fit pas cas. Il préféra d'ailleurs ne même pas y réfléchir, sa main droite se posant au niveau de sa nuque et ses doigts jouant sur sa peau, s'infiltrant à nouveau au travers de sa chevelure.

Il était vrai que l'ambiance n'était pas désagréable et que ses sens étaient décuplés, particulièrement à cet instant lorsqu'une petite heure était passée depuis qu'il avait consommé la dernière bouffée de sa propre – vraie – drogue, et que chaque toucher pouvait possiblement lui être fatal. Négatif, et positif à la fois. Il se sentait en confiance, bien dans sa peau et le regard appréciateur du plus jeune avait un effet doublement plus positif, que ce soit sur son ego ou sa façon d'agir ; il se sentait sexy, et c'était connu – on ne pouvait l'être si on ne se sentait pas l'être. Plus il donnait, plus c'était réciproque et plus il avait envie d'en donner en retour. Cette bulle, en l'occurrence, l'empêchait de se concentrer sur les touchers qu'il lui offrait, sa peau un peu trop sensible, ses sens un peu fébriles et les envies qui venaient et repartaient. Rien de grave, pour le moment, et rien qui ne le dérangerait particulièrement lorsqu'il se réveillerait le lendemain – du moins, pas de ce qu'il croyait. Il redressa la tête, quelque peu aguicheur, et revint chercher son regard, haussant un sourcil, puis les épaules pour suivre. « c'est toi qui voit, non ? » demanda-t-il, ses derniers mots s'évaporant dans un murmure alors qu'il recommençait, ayant remarqué l'attention toute particulière et les réactions qu'il semblait avoir causé chez l'autre lorsqu'il s'était un peu trop approché de son oreille à peine quelques secondes – minutes – plus tôt. Cette fois, son nez fut le premier à se butter à son lobe d'oreille, soufflant doucement, toujours dans le but de lui soutirer quelques frissons, ses lèvres se posant sur la peau chaude de sa nuque mais n'effleurant qu'à peine son épiderme. Ses lèvres n'avaient qu'à peine eut le temps de découvrir le corps de son vis-à-vis et, pourtant, il l'avait remarqué, elles faisaient leur effet. Il soupira, volontairement, et attendit un moment avant de laisser ses lèvres glisser une fois de plus jusqu'à son oreille. « mmh oui, c'est bien à toi de voir. » il ouvrit les yeux, ses cils venant chatouiller sa peau, l'effleurant à peine, tandis que son regard, lui, se posait vers son oreille. Il hésitait, cette fois, mordillant l'intérieur de sa joue, réfléchissant à retardement, se posant une ultime question : devait-il goûter à sa chair ? Il ne réfléchit pas à cette dernière question très longtemps et, ce, même si le temps lui paraissait déjà être une éternité ; ses dents s'accaparèrent de son lobe d'oreille l'espace d'une seconde avant de murmurer la suite. « c'est pour toi, que je dis ça. si ça ne t'amuse pas, alors dépêche-toi de me retirer mes vêtements. c'est toi qui décide, non ? » sa langue se posa sous son oreille et glissa jusqu'à sa mâchoire, là où il mordilla, à nouveau et très délicatement, un bout de peau. « on pourrait y passer la nuit complète si ça te chantait, ce n'est pas moi qui décide. » il se tut enfin et ses mains quittèrent sa nuque, passant par ses épaules et ses clavicules pour arrêter leurs chemins sur ses côtes, y restant, immobiles, l'espace de quelques secondes avant de revenir vers son dos, donnant l'impression de l'enlacer sans pourtant le faire, gardant une certaine distance. Enfin, une certaine distance, jusqu'à ce que son bassin se presse vers l'avant, compressant les mains du garçon entre leurs deux bassins respectifs. Oh, oui, c'était volontaire, surtout lorsque ses mains descendaient le long de son dos pour suivre la chute de ses reins et que son nez trouvait son chemin sous son oreille, s'y pressant.

_________________
everybody wanna motherfucking know why

i dress so fly, sit so high, well bitch i do it cause i could. i'm so hood, yeah, i wear my pants below my waist and you and your man is planning to hate but i got these golds up in my mouth, if you get closer you'll know what i'm talkin about.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://akiwa.bb-fr.com


avatar
the sneaky gnawing admin.

pseudo : Jin~
avatar : Henry Lau ♥
messages : 252
double compte(s) : Yun Ivory
here since : 15/11/2011
points : 28176
âge : 23
patronus : changeant. quoi è.é
animal de compagnie : Mochi, un hamster nain, et Silver, un renard des neiges~
my heart is : forever mine.
i'm feeling like : confused boy is confused.
ma baguette : ta baguette mesure 27.5 cm, est moyennement flexible, possède un cœur de dragon et est en bois de cèdre. « On ne peut jamais berner le possesseur d’une baguette de cèdre » , en outre, il est aussi important de comprendre que le cèdre se rapporte toujours à un sorcier d’une force de caractère et d’une loyauté subjuguante. Ne soyez donc pas surpris si votre baguette est aussi forte tête que vous ! Mais rassurez-vous, cette petite vous mènera loin et tâchera de vous aider à protéger tous vos êtres chers avec loyauté et précision.
wizard's spellbook :

The tunning of violins
Major third, or a minor seventh-, I'm a violin tuned a little sharp, tuned a little below.~
il y a quelque chose qui ne tourne pas rond dans ma vie, un truc qui ne fonctionne pas. un truc hors de ma portée de raisonnement, et pourtant, mon esprit n'a jamais été aussi clair. Clair de quoi, ça ne je sais pas. clair de moi peut-être, parce que j'ai l'impression d'avoir lâché les reines de mon corps, et que je vois tout de loin.
Chained to you
Fascination casts a spell and you became more than just a mystery, and I think about you all the time~
C'est intriguant à quel point un humain à la possibilité d'exercer un certain contrôle mental sur un autre, et je ne peux désormais que bien comprendre ce phénomène, puisque je suis soumis à ce genre de contrôle, bien malgré moi, je l'assure. J'espère juste que les limites fixées ne vont pas éclater et que je vais me retrouver dans une situation très peu avantageuse...
Strange relationship
I keep pushing and you keep holding on, I'm already gone~
Tu penses quoi exactement lorsque tu joues à ce petit jeu subtil ? Tu crois que je ne vois pas ce qui se passe, et bien que ça m'amuse, j'ai peur qu'un jour ça dérape et qu'on ait trop loin toi et moi. Tu te sens capable d'arrêter ou va falloir que je continue de te rapeller la situation dans laquelle tu te trouves ?
Sense of humor
You will like my sense of humor, you will be addicted to my smile, laughing all the while~
maman min hee, n'est-ce pas ? tu me fais rire, mais l'inverse doit être vrai à un certain niveau sinon on s'entendrait pas aussi bien. tes erreurs constantes et tes tentatives ratées mettent un bon rire dans ma vie, c'est très agréable. merci beaucoup ♥️
Ego
I have been contemplating, letting go of you ego, thought I'd let you know, you're getting old~
Ça devient ridicule tout ça, tout est ridicule, et surtout toi. T'as des manières que je supporte pas, et tu me casses solidement les c- oui, bref. Si c'était pas de l'adoration dévouée d'un de mes meilleurs amis pour ta gueule, je t'aurai classé out-of-life depuis longtemps. reste loin de moi.
Like it or not
Me, a laptop, 2 suitcases and I'm coming to see you, whether you like it or not~
depuis quelques temps il y a un léger froid entre nous, il serait peut-être temps de nous revoir comme il se doit non ? Silver ? Oh, ce n'est pas si grave, ça va faire de beaux bébés tout ça. Me tappe pas ! J'ai quand même droit à une visite parentale de temps à autre, alors t'es mieux de m'ouvrir la porte ou j'te kidnappe ton chien.
Talk talk talk
Please hear me out, 'cause all I want to do is just talk talk talk to you.~
J'ai toujours besoin de toi, oui, plus que jamais peut-être. je me suis fait distant ces derniers temps, j'en ai conscience, mais disons que j'ai mes raisons. je t'ai pas envoyé bouler, je te rassure, c'est juste mon cerveau qui dérive et qui m'interdit une seconde de répit...tu veux bien m'aider à m'éclaircir les idées ?

And I sing, lalala~ ♫


MessageSujet: Re: {ended} ♣ don't you know what you just started?   Mar 3 Jan - 14:47

La chaleur commençait à le consumer totalement, surtout au niveau de son ventre et de son visage. Ses pensées se bousculaient dans sa tête, lui donnant presque la migraine alors qu'il tentait désespérément de les mettre en ordre. Sa confusion plus que totale ne faisait que lui faire perdre la tête un peu plus, lui faire perdre le contrôle qu'il maintenait déjà avec difficulté sur lui-même. Pire que ça -bien pire-, il sentait qu'il commençait doucement, mais dangereusement à s'exciter. Il ne croyait toujours pas avoir une chance de voir cette envie être assouvie, mais il ne pouvait empêcher les frissons et les chocs de faire des allés et venues dans tout son corps pour chatouiller et agacer ses nerfs, les rendant plus que sensibles et pratiquement dérangeants dans leur présence. Il ne savait désormais plus si la situation lui plaisait ou le déstabilisait, si elle prenait un tournant agréable ou le dirigeait tout droit dans le mur, si elle le portait vers plus ou si, au contraire, allait détruire tout ce qu'il avait, même si ce qu'il avait avec l'ineo était déjà bien peu. Qu'allait-il bien pouvoir faire si l'aîné se désintéressait de lui, s'il le laissait faire, s'il le laissait prendre le contrôle total de la situation et lui soutirer ce dont il avait envie ? Allait-il seulement continuer de tenter d'attirer son attention? Allait-il cesser de vouloir l'attiser, de vouloir capter son regard lorsqu'il s'y attendait le moins? Ces rencontres capricieuses avec le rouge n'étaient certainement pas considérées comme une constante de sa vie, mais il pouvait réellement avouer que si elle venait à disparaître, il n'y avait aucun doute possible qu'elles lui manquent terriblement. Après tout, sans ces instants de surprise confuse, sa vie serait bien monotone. Il était doué pour mettre de la nouveauté dans la vie des gens, mais il n'avait jamais été lui-même une cible auparavant. Et il avouait que même si c'était plutôt déstabilisant et parfois énervant, il y avait une sorte d'attente, d'impatience qui l'étreignait entre chaque rencontre et qui parfois pouvait l'empêcher de dormir plusieurs heures tant l'inconstance de ces visites subtiles lui tordait le ventre. Il avait beau utiliser son super cerveau de muneo, il ne pouvait jamais prévoir une de ces apparitions, il n'avait jamais été capable de déceler un indice pour lui indiquer une certaine fréquence. Et si cela s'arrêtait... c'était quand même devenu une petite partie intéressante de sa vie et cela lui manquerait certainement.

Ces pensées auraient pu l'aider à se clarifier l'esprit, mais malheureusement Kessy ne semblait pas vouloir laisser sa tête s'épurer, puisqu'il avait à peine eut le temps de se ressaisir avant que son regard ne se relève vers lui et que sa voix ne résonne dans la pièce, le simple son de cette voix faisant naître un frémissement à la base de sa nuque. Frémissement qui s'accentua d'autant plus lorsque son le bout de son nez heurta délicatement le lobe de son oreille, lui faisant ouvrir les yeux un peu plus grand alors que le souffle chaud de son bourreau se mêlait à la partie pour effleurer sa peau. Son regard se troubla légèrement lorsque les lèvres se joignaient au mouvement pour effleurer la peau de son cou, juste une faible présence qui suffit à le faire définitivement ciller, ses doigts se serrant sur les hanches de l'ineo pour tenter de garder un contact avec la réalité. Il ouvrit la bouche pour parler après s'être rendu compte que le rouge avait passé quelques commentaires -en plus d'une fausse question-, souhaitant probablement plus entendre le son de sa propre voix pour se rassurer, mais il fut interrompu avant même d'avoir pu articuler une syllabe par un soupire prononcé lorsqu'il sentit la langue taquine sur sa peau. Il se surprit à retenir sa respiration, les yeux grands ouverts, attendant de savoir avec une sorte de crainte passive ce qu'il allait bien pouvoir faire. Son attente fut bien vite récompensée, le muscle humide se déplaçant jusqu'à sa mâchoire où les dents s'attaquèrent à leur tout à sa chair. Ses iris s'embuèrent un peu plus et il se concentra sur ses paroles pour éviter de se laisser distraire par les sensations qui restaient collées à sa peau malgré l'absence de toucher.

Son niveau de perception sembla par contre monter d'un cran lorsque les doigts fins de son vis-à-vis se glissèrent jusqu'à ses côtes, passant sur ses épaules brûlantes et tendues en passant sur ses clavicules, le faisant perceptiblement tressaillir. Soufflant légèrement pour faire passer sa tension, il n'eut pas le temps de se préparer à la pression de son bassin contre le siens, les mains chaudes se déplaçant dans son dos, le rapprochement de son visage contre son oreille étant le contact de trop. Il se mordit la lèvre presque violemment mais il put entendre son propre faible gémissement, autant de surprise que d'excitation, qu'il tenta presque désespérément de camoufler sous un léger toussotement qu'il trouva lui-même très peu naturel. Il se redressa, presque tendu, se distançant inconsciemment du corps de l'ineo, gêné à point qu'il n'aurait pas cru possible auparavant. Il ne put par contre pas empêcher ses doigts de se crisper un peu plus sur les hanches du plus vieux et son souffle de se couper, sentant son ventre brûler ardemment, le désir et l'envie grimpant en flèche en lui sans lui laisser aucune chance de pouvoir se calmer malgré ses tentatives aussi fortes que vaines. Il se sentait si stupide de se sentir aussi tenté, aussi attiré par un homme qui ne lui retournerait jamais cet intérêt particulier. Il s'empressa de détourner son attention, du moins de tenter de la détourner en se raclant la gorge, osant enfin parler. « Je ne crois pas que toi tu aies très envie de passer la nuit ici... surtout avec moi. » Il marqua une pause, fermant les yeux en pinçant brièvement les lèvres, effaçant la nuance accusatrice de sa voix pour continuer. Après tout, ce n'était pas la faute de Kessy si ce dernier préférait nettement les filles aux garçons, il n'allait tout de même pas le lui reprocher, même si c'était bien de la faute de l'aîné s'il se retrouvait prit dans cette situation, et surtout sous le joug de cette obsession qui l'empêchait presque de résister aux « attaques » de l'ineo. Il délogea une de ses mains du corps de son vis-à-vis et attrapa un des billets dans sa poche, le pliant habilement entre ses doigts pour en faire un petit carré, le montant pour que le papier plié soit face au visage du rouge. « Tu veux ça? » Il sentait très bien que c'était probablement par pur vengeance, que Kessy subisse un petit retour de situation. Il avait peu d'espoir que le rouge soit déstabilisé ou du moins dérangé, mais même si cela n'avait aucun apport négatif pour l'ineo, il y aurait au moins quelque chose de positif pour lui. Ignorant totalement le fait qu'il avait probablement l'air d'un idiot, d'un profiteur ou d'un désespéré, il ramena le billet près de sa bouche et le tapota sur sa lèvre inférieure, l'air presque songeur. Ses yeux se rouvrirent finalement pour croiser le regard de l'aîné, tentant de garder un air neutre à défaut de pouvoir avoir l'air amusé ou joueur. Il avait perdu la capacité de se forger un masque pour cacher son trouble, mais il pouvait encore mimer une certaine neutralité. « Tu peux venir le chercher, si tu veux. » Il pencha la tête sur le côté, l'air presque innocent alors qu'il pressait ses lèvres autour du billet, cachant la moitié du papier. Il avait vraiment apprécier le baiser qu'ils avaient échangé plus tôt, et il avait besoin d'un certain réconfort pour la gêne qu'il éprouvait à cause des actions du plus vieux, et quoi de mieux que de s'offrir une petite gâterie pas trop difficile à obtenir ?

Il devait par contre avouer qu'il craignait un peu que l'autre refuse son offre et décide de simplement l'attraper avec ses doigts pour éviter d'avoir à l'embrasser. Mais il lui semblait que le plus vieux était plutôt joueur, et même plus que ça, alors il y avait tout de même un espoir qu'il se prenne à nouveau au jeu, autant pour son propre amusement que pour attiser un peu plus le muneo. Bon, c'était en quelque sorte mauvais pour lui de tendre la perche servant à le battre, mais il sentait l'envie bouillonner en lui et commencer à gruger ses défenses. Alors pour se calmer, il avait besoin de satisfaire au moins un ou deux de ces besoins temporaires. Bon, évidemment, il avait aussi besoin que Kessy arrête de l'exciter volontairement, parce que c'était définitivement ce qu'il faisait, et qu'il le laisse se calmer un peu. Mais avec les connaissances qu'il avait du comportement de l'aîné, il n'avait aucune chance que cela ne se produise. Au contraire, s'il faisait part de son désir de se clarifier la tête, il aurait probablement droit à plus de tease et plus de tentations, morales comme physiques. Ce qu'il ne souhaitait définitivement pas. Alors il ne pouvait qu'espérer que son corps puisse s'habituer aux touchers et aux envies qui le déstabilisaient toujours un peu plus à chaque minute.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
the bad kitty cat admin.

pseudo : mee.
avatar : kwon ji yong.
messages : 359
here since : 15/11/2011
points : 34412
âge : 28
patronus : un... chat. ouais.
animal de compagnie : dopey, un joli black racer qui n'apprécie pas trop les hommes~
my heart is : quoi ? mais t'écoutes pas ce qu'on dit, toi ? semblerait que la petite ryan l'ait volé.
i'm feeling like : an asshole.
ma baguette : 34,5 centimètres, très peu flexible, coeur de dragon & bois d’if. Les baguettes en bois d’if sont parmi les plus rares et leurs partenaires eux-mêmes sortent de l’ordinaire. Elles donnent à leur possesseur un pouvoir de vie ou de mort, ce qui leur donne également une réputation terrifiante. Avec en plus un cœur de dragon, accentuant son pouvoir déjà considérable, ce type de baguette peut devenir très dangereux et difficile à contrôler, elle doit absolument être maniée par une personne talentueuse et sûre d’elle. L’if ne choisit jamais un maître médiocre ou timide, vous devriez donc avoir les capacités pour dompter cette baguette.
wizard's spellbook :

dès qu'un humain vient à la vie, il est déjà assez vieux pour mourir. ben tiens, j'imagine que ça aurait pu m'éviter toute cette merde. mais tu sais, kyungjee, nul bonheur ne pourrait exister sans faculté d'oubli. et si tu oubliais heena, c'était comme si j'étais mort, non ? parce qu'apparemment, le bonheur ne s'acquiert qu'à force de courage, et tu sais très bien, mon vieux, que c'est pas mon fort. non tu vois, il n'y a rien qui soit entièrement en notre pouvoir sinon nos pensées. et ça tu l'as compris, joonha, hein ? oh, fais pas semblant, tu sais très bien de quoi je parle. non, non, t'auras pas raison de moi... enfin. mes pensées n'auront pas raison de moi, disons, puisque ce n'est pas par la satisfaction des désirs que s'obtient la liberté, mais par la destruction du désir, n'est-ce pas, min guk ? ouais, toi et moi, va falloir faire quelque chose. mais tu sais, je crois que j'opte plus pour la destruction, dans ce cas-là. mais encore, le désir est l'appétit de l'agréable, et je pense, là, ma petite becca, que tu ne pourrais mieux le prouver. ça semble bien agréable entre tes cuisses, n'est-ce pas ? dans tous les cas, à mes yeux elles le sont. mais la beauté se raconte encore moins que le bonheur, et ryan, tant que j'y suis, chère princesse, entre nous, il n'y a point besoin de mots. votre beauté défierait toutes les guerres, ça j'en suis certain, et la guerre... la guerre est un acte de violence destiné à contraindre l'adversaire à exécuter notre volonté, qu'il soit verbal ou physique. n'est-ce pas, cyrus ? mais pourtant, toi, tu n'en aurais pas besoin. tu ne t'en rends même pas compte, n'est-ce pas ? c'est absurde à quel point je peux te laisser me faire du mal. mais l'absurdité d'une chose n'est pas une raison contre son existence, c'en est plutôt une condition. ça doit expliquer notre amitié, hein, savon ? bon, d'accord, t'es un p'tit con. j't'emmerde, mais au fond, j't'aime bien. bien heureux que tu lises jamais ça. au moins, on dit bien que l'expérience, c'est là le fondement de toutes nos connaissances. d'ailleurs, parlant d'expérience, y'en a certaines qui sont à ne jamais recommencer. n'est-ce pas, soojin ? t'es bien têtue, cocotte, mais tu pourrais mettre ça dans ta palette de connaissance et ne plus me suivre. mais je te l'accorde, on dit bien que les passions sont comme la peste et le typhus. cessez de les combattre, elles reviennent. par contre, cette dernière, je te la dédierais à toi tout particulièrement, mark. ah, oups, jinjung. allez, pourquoi tu te bats ? obsession, passions, après tout... ouais. boire sans soif et faire l'amour en tout temps, madame. il n'y a que ça qui nous distingue des autres bêtes.


ah, ce bon vieux livre de philosophie...



MessageSujet: Re: {ended} ♣ don't you know what you just started?   Jeu 5 Jan - 8:45

Un nouveau frisson, toujours aussi inexpliqué et un peu mal-accueilli, lui aussi, avait parcouru son échine lorsqu'il avait entendu le gémissement de l'autre. Il n'arrivait toujours pas à savoir si ce gémissement l'intriguait, le rendait particulièrement fier ou l'interloquait. Était-ce parce que le jeune garçon manquait d'expérience ou réellement parce qu'il avait réussit avec brio à lui soutirer ce gémissement ? Dans tous les cas, le petit toussotement qui avait suivi – pour camoufler, il imaginait – avait suffit à détourner son attention. L'amuser, plutôt, et lui faire remarquer l'embarras du plus jeune plutôt que de le laisser se concentrer sur son propre embarras. Embarras ? Ce n'était pas exactement le mot. Il était dérangé, plutôt, probablement. Rien à voir avec de la gêne. Pas dans ce sens-là, du moins. Ennuyé, disons. Sa langue passa lentement le long de sa lèvre supérieure, son souffle se coupant l'espace de quelques secondes lorsqu'il parla, comme pour l'écouter un peu mieux, sentant presque son oreille frétiller au son de sa voix. « je ne crois pas que toi tu aies très envie de passer la nuit ici... surtout avec moi. » il haussa un sourcil et tourna la tête pour observer sa joue, sa peau, tentant d’apercevoir l'expression de son visage. Le plus jeune marqua une pause et pendant celle-là, le plus vieux prit le temps de réfléchir. Était-il irrité ? Fâché que les envies ne soient peut-être pas partagées des deux côtés ? Il semblait l'accuser, comme si le fait qu'il ne cherchait pas spécialement la même chose que lui, dans toute cette histoire, était une mauvaise chose. Certes ; il jouait avec ses nerfs, mais... il ne pouvait pas se plaindre, non ? S'il était un minimum attirant pour l'autre, à son avis, c'était une bonne chose qu'il lui porte attention. Mais tout le monde ne le voyait pas de la même façon, et Kessy avait un point de vue particulier sur la chose – autrement dit, il ne ressentait que rarement les choses de la même façon que les autres, et son indifférence face aux désirs et aux besoins du commun mortel l'empêchait bien souvent de comprendre le mal qu'il pouvait causer, ou les limites, lorsqu'il les dépassait. Inconsciemment. Ses propres limites, elles, il les connaissait par cœur. Celles des autres, par contre, étaient floues, même si ces dites limites semblaient être les mêmes pour tout le monde. Celles que, lui, étrangement, ne connaissait pas. avait ignoré tout au long de sa vie. Celles qu'on ne lui avait jamais apprises. Sa langue claqua contre son palais, presque imperceptiblement, dans un signe d'agacement partagé, et il soupira, son souffle courant à la surface de sa peau. « tu veux ça ? » il redressa la tête à ses mots, son regard se posant directement vers le billet, plié presque parfaitement. Son regard fut cependant attiré vers un des coins du billet, là où ce n'était pas totalement droit, symétrique, parfait, comme s'il ne pouvait s'en empêcher. Il pencha très légèrement la tête, se forçant à lever le regard pour observer celui du brun, pinçant les lèvres, dérangé. C'était sa petite obsession, secrète. Les lacets de sa chaussure ne devaient pas être plus long d'un côté, les boucles devaient faire la même circonférence et ses pieds devaient être droits, tout comme la couverture de son lit devait être parallèle au sol, ou son oreiller, par exemple, au plis de la dite couverture. Lee Kessy était bien le seul qu'on avait surpris en train de déplacer son lit à trois heures du matin parce qu'il n'était pas en angle parfait avec la fenêtre. Un jour, on le prendrait sûrement en train de détruire les murs pour remplacer les fenêtres qui n'étaient pas taillées de façon symétrique, dans le château.

Si l'autre avait l'air idiot dans son manège ? Touché, Kessy n'avait pas vraiment remarqué, et il revint sur terre seulement lorsqu'il tapota le billet contre ses lèvres, se retenant pour ne pas secouer la tête, chassant ses pensées absurdes. « tu peux venir le chercher, si tu veux. » une moitié du billet disparu entre les lèvres du bleu, et Kessy fixa les dites lèvres, à demi perplexe et à demi amusé. Il hocha la tête, négativement, par amusement, certainement, penchant la tête vers l'avant, l'observant au travers d'un petit voile de mystères. Il n'allait tout de même pas révéler tout ce qu'il pouvait lui passer par la tête, si ? Pour le moment, il aimait bien le petit jeu auquel se prêtait l'autre, et il n'avait pas l'intention d'y couper court. Surtout pas lorsque l'autre lui offrait une si belle preuve, sur un plateau doré, même, qu'il en voulait un peu plus de la part de la sirène. Kessy se redressa, croisant les bras, levant les yeux au ciel et pinçant les lèvres en coin, faisant mine de réfléchir l'espace de quelques secondes. Puis il haussa les épaules, se détacha complètement du corps de l'autre et fit quelques pas pour le contourner, se retrouvant derrière lui, observant la silhouette plus masculine mais pourtant bien moins mature que la sienne, la chute de ses reins, ses épaules, sa nuque, s'arrêtant derrière lui, le laissant face à son propre reflet – celui qu'il semblait tant vouloir éviter. Plus il l'observait, plus il voyait les signes de son jeune âge, et plus il se rapprochait de cette impression nauséeuse de n'être qu'un pauvre malade. Et pourtant, cette idée... ne semblait que le forcer à pousser le bouchon, un peu plus, comme s'il se doutait que le plus jeune n'en avait probablement rien à faire, des gamins de son âge. Peut-être qu'il aimait se sentir spécial, au fond. Probablement. Il se rapprocha de l'octopus, sa main droite se glissant en douceur sur sa hanche, ses doigts se referment avec la même lenteur, douceur, mais pressant jusqu'à, probablement, y laisser des marques visibles de ses doigts. Sa peau, nue, était chaude, signe avant-coureur que l'excitation du garçon ne faisait qu'augmenter au fil des secondes, et il put même s'amuser à observer les frissons naissant à la surface de sa peau lorsque son souffle se butta à sa nuque, ne serait-ce que l'espace de quelques secondes. Il patienta un moment avant d'attraper son autre hanche, redressant la tête, posant son menton sur son épaule. Il était plus grand que lui, mais d'à peine quelques centimètres – ce n'était pas particulièrement flatteur, mais, comme ça, au moins, il avait une bonne vue de l'ensemble. Il laissa un faible « hmm. » s'échapper d'entre ses lèvres, croisant son regard dans le miroir l'espace d'une fraction de seconde mais ne s'y attardant pas, son regard revenant aussitôt vers ses mains, la gauche se détachant de sa hanche avec la même lenteur à laquelle elle s'y était attachée, son index suivant la bordure de son pantalon, venant chatouiller le creux entre sa hanche et le bas de son ventre, humectant ses lèvres.

« c'est un baiser que tu veux, alors ? » demanda-t-il, comme si de rien n'était, se jouant littéralement du malaise du garçon. Pourquoi s'en préoccuperait-il, de toute façon ? Jinjung devait être le genre de garçon qui n'attendait que ça, que quelqu'un vienne lui marcher sur les pieds. La plupart des gamines capricieuses agissaient de la sorte pour finalement adorer se retrouver mains et pieds liés lorsqu'il s'agissait du lit – pourquoi le bleu ferait-il exception à la règle ? Certes, c'était un garçon. Et il y avait probablement quelque chose de plus intriguant à son sujet que toutes ces minettes inintéressantes, mais à en juger par son état, il n'était pas différent sur ce point-là. Son regard descendit jusqu'à son entrejambe et il ricana, tout bas, tout près de son oreille, la paume de sa main passant sur son pantalon sans vraiment y donner quelconque pression, revenant juste monter le long de son ventre pour se poser au milieu de son buste, le tirant vers lui pour l'enlacer, se pressant à ses fesses. Son bras, au même moment, se plaça en travers de son torse, le retenant contre lui, comme s'il anticipait son mouvement, le fait qu'il tenterait de se défaire de cette soudaine pression, bien ou mal accueillie. Quoi qu'il en soit, il jouait avec ses nerfs, et il jouerait jusqu'à la fin – et le bleu devait commencer à le comprendre. Un baiser ? Ça ne représentait plus grand chose, au final, il l'avait déjà embrassé un peu plus tôt au courant du jeu, après tout. Mais si ça pouvait lui procurer une quelconque satisfaction... ah, non, tenez. Kessy venait justement d'ajouter une nouvelle raison de se sentir insatisfait. Donnant donnant. Comme s'il refusait de lui donner quelconque satisfaction, s'était senti obligé d'en ajouter une couche avant de revenir au devant, le contournant, sa main ne lâchant pas la ceinture du brun et s'agrippant même un peu mieux lorsqu'il se retrouva à nouveau devant lui. Il lécha ses lèvres, probablement un peu volontairement, baissant le regard, observant le bas-ventre du garçon. « parfait. » murmura-t-il, refusant toujours de chasser cet amusement du ton de sa voix alors qu'il tirait sur sa ceinture pour l'approcher de lui. Doucement, cependant. Pas question d'être brusque. Il n'allait tout de même pas tout casser, si ? Son souffle vint bientôt se mélanger à celui du bleu, et le plus vieux se surpris à admirer les lèvres pulpeuses de son vis-à-vis, cette fois, ses doigts s'insinuant discrètement sous sa ceinture, froids, pour venir se presser au bas de son ventre, sous son vêtement, sans aller plus loin. Le froid mi-agréable de ses doigts lui permettait simplement de lui faire comprendre sa présence, plus encore lorsqu'il entrouvrit les lèvres pour glisser la moitié visible du billet entre celles-ci, ses lèvres touchant les siennes. Il ferma les yeux, réfléchissant rapidement à la suite, sa main libre rejoignant le bas du dos du plus jeune pour le tirer contre lui, un peu mieux du moins, sa langue passant sous le billet pour le forcer à entrouvrir les lèvres un peu. C'était le seul moyen, après tout, non ? Au fond, il n'allait pas dire qu'il y prenait – secrètement – plaisir, blâmant tout sur les réactions de l'octopus. Sa langue retraça le pourtour de sa lèvre inférieure, demandant brièvement l'accès avant de se glisser sous le billet, le forçant à entrouvrir les siennes et laisser le billet tomber entre ses lèvres et disparaître. Rapidement, il fut oublier, et sa langue vint rejoindre sa congénère dans un soupir, à demi volontaire. Eh voilà, bien joué, connard.

_________________
everybody wanna motherfucking know why

i dress so fly, sit so high, well bitch i do it cause i could. i'm so hood, yeah, i wear my pants below my waist and you and your man is planning to hate but i got these golds up in my mouth, if you get closer you'll know what i'm talkin about.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://akiwa.bb-fr.com


avatar
the sneaky gnawing admin.

pseudo : Jin~
avatar : Henry Lau ♥
messages : 252
double compte(s) : Yun Ivory
here since : 15/11/2011
points : 28176
âge : 23
patronus : changeant. quoi è.é
animal de compagnie : Mochi, un hamster nain, et Silver, un renard des neiges~
my heart is : forever mine.
i'm feeling like : confused boy is confused.
ma baguette : ta baguette mesure 27.5 cm, est moyennement flexible, possède un cœur de dragon et est en bois de cèdre. « On ne peut jamais berner le possesseur d’une baguette de cèdre » , en outre, il est aussi important de comprendre que le cèdre se rapporte toujours à un sorcier d’une force de caractère et d’une loyauté subjuguante. Ne soyez donc pas surpris si votre baguette est aussi forte tête que vous ! Mais rassurez-vous, cette petite vous mènera loin et tâchera de vous aider à protéger tous vos êtres chers avec loyauté et précision.
wizard's spellbook :

The tunning of violins
Major third, or a minor seventh-, I'm a violin tuned a little sharp, tuned a little below.~
il y a quelque chose qui ne tourne pas rond dans ma vie, un truc qui ne fonctionne pas. un truc hors de ma portée de raisonnement, et pourtant, mon esprit n'a jamais été aussi clair. Clair de quoi, ça ne je sais pas. clair de moi peut-être, parce que j'ai l'impression d'avoir lâché les reines de mon corps, et que je vois tout de loin.
Chained to you
Fascination casts a spell and you became more than just a mystery, and I think about you all the time~
C'est intriguant à quel point un humain à la possibilité d'exercer un certain contrôle mental sur un autre, et je ne peux désormais que bien comprendre ce phénomène, puisque je suis soumis à ce genre de contrôle, bien malgré moi, je l'assure. J'espère juste que les limites fixées ne vont pas éclater et que je vais me retrouver dans une situation très peu avantageuse...
Strange relationship
I keep pushing and you keep holding on, I'm already gone~
Tu penses quoi exactement lorsque tu joues à ce petit jeu subtil ? Tu crois que je ne vois pas ce qui se passe, et bien que ça m'amuse, j'ai peur qu'un jour ça dérape et qu'on ait trop loin toi et moi. Tu te sens capable d'arrêter ou va falloir que je continue de te rapeller la situation dans laquelle tu te trouves ?
Sense of humor
You will like my sense of humor, you will be addicted to my smile, laughing all the while~
maman min hee, n'est-ce pas ? tu me fais rire, mais l'inverse doit être vrai à un certain niveau sinon on s'entendrait pas aussi bien. tes erreurs constantes et tes tentatives ratées mettent un bon rire dans ma vie, c'est très agréable. merci beaucoup ♥️
Ego
I have been contemplating, letting go of you ego, thought I'd let you know, you're getting old~
Ça devient ridicule tout ça, tout est ridicule, et surtout toi. T'as des manières que je supporte pas, et tu me casses solidement les c- oui, bref. Si c'était pas de l'adoration dévouée d'un de mes meilleurs amis pour ta gueule, je t'aurai classé out-of-life depuis longtemps. reste loin de moi.
Like it or not
Me, a laptop, 2 suitcases and I'm coming to see you, whether you like it or not~
depuis quelques temps il y a un léger froid entre nous, il serait peut-être temps de nous revoir comme il se doit non ? Silver ? Oh, ce n'est pas si grave, ça va faire de beaux bébés tout ça. Me tappe pas ! J'ai quand même droit à une visite parentale de temps à autre, alors t'es mieux de m'ouvrir la porte ou j'te kidnappe ton chien.
Talk talk talk
Please hear me out, 'cause all I want to do is just talk talk talk to you.~
J'ai toujours besoin de toi, oui, plus que jamais peut-être. je me suis fait distant ces derniers temps, j'en ai conscience, mais disons que j'ai mes raisons. je t'ai pas envoyé bouler, je te rassure, c'est juste mon cerveau qui dérive et qui m'interdit une seconde de répit...tu veux bien m'aider à m'éclaircir les idées ?

And I sing, lalala~ ♫


MessageSujet: Re: {ended} ♣ don't you know what you just started?   Jeu 5 Jan - 18:43

Il y avait décidément un truc qui lui échappait, il ne savait pas trop quoi, mais il n'avait jamais sentit ses nerfs aussi à fleur de peau. Chaque mouvement, chaque souffle l'électrisait et son cerveau n'arrivait plus du tout à gérer les milles et une informations qui grimpaient à toutes secondes le long de son cortex en vu d'être analysées. Ses sens semblaient s'être décuplés, et il n'arrivait pas à savoir s'il trouvait cela dérangeant ou étonnant mais néanmoins appréciable. C'était plutôt nouveau pour lui, il connaissait bien les ficelles théoriques du plaisir, et bon, en jeune mâle il avait évidemment fait quelques découvertes par lui-même, mais il était loin d'être, comment dire.. expérimenté. En fait, il était bien peu avancé niveau relation sexuelle, puisqu'il n'avait jusqu'à lors jamais porter son attention sur quelqu'un de cette manière, du moins pas autant. Et pour les petites attractions qu'il avait pu ressentir auparavant, elles n'avaient jamais été volontairement entretenues par l'autre parti, et c'était effacée sans qu'il n'y ait retour d'attirance. Alors oui, il était puceau, mais il ne s'en faisait pas pour ça. Il était encore jeune, et il ne s'attardait pas vraiment sur les adolescents de son âge, alors il était évident qu'il ne pouvait pas trouver chaussure à son pieds, et pas seulement au niveau émotionnel. Il doutait grandement que quelqu'un de plus âgé ne lui porte réellement attention, de toute façon, et c'était plutôt difficile d'approcher quelqu'un de cette manière. Mais il ne perdait pas espoir, et cette soirée renouvelait en quelque sorte son assurance puisqu'au final, il pouvait bien se dire qu'il avait tout de même été apte à capter un semblant d'intérêt chez un ineo qu'on déclarait "froid" et "indifférent" à la tout va. C'était plutôt encourageant, d'un certain point de vue, et cette petite aventure qui n'irait probablement pas très loin lui offrait tout de même un apport optimiste quant à sa propre personne. Orgueil ? Certainement. Mais ce n'était pas tout les jours qu'il pouvait le nourrir, alors il en profitait lorsqu'il le pouvait. Mais il trouvait cela tout de même assez malsain de pouvoir, et surtout de vouloir, engorger sa fierté en utilisant cette situation qui était clairement humiliante. C'était une émotion complètement contradictoire, et s'il ne se connaissait pas il y aurait pratiquement vu de fâcheuses tendances à la soumission, ce qui ne lui plaisait pas vraiment. Il se savait têtu et fier, et ce comportement plus qu'étrange à garder la tête baissée et à tenter de ne pas trop réagir plutôt que de se lancer dans l'action sans penser aux conséquences lui était inconnu. Oh, il pouvait toujours rabattre le clapet de sa conscience en remettant la faute sur l'effet intimidant que lui procurait la présence du rouge, mais cela serait ne pas être honnête avec lui-même. Et le temps des questions n'étaient pas venu, de toute façon. Il préférait nettement tenter de se reprendre en main pour chasser cette attitude faiblarde et réfléchir à ce qui s'était produit plus tard. Bien, bien plus tard.

Mais il était plutôt difficile, voir carrément impossible, de pouvoir se remettre sur les rails lorsqu'on profitait de votre état de sensibilité accrue pour vous faire perdre les pédales. Et c'était actuellement ce qu'il se passait, alors que Kessy réagissait de manière plutôt inattendue à sa petite provocation, se détachant de lui pour lui faire subir d'alléchantes tortures qui ne cessaient de lui faire tourner la tête et d'effacer peu à peu la moindre de ses pensées logiques. Son regard trouble s'était fixé sur le miroir, suivant les gestes de son bourreau dans l'espoir stupide de pouvoir ainsi éviter de s'attarder sur sa propre personne, sentant la honte grimper en lui à chaque fois qu'il apercevait son propre visage ou zieutait ses mains qui s'étaient crispées sur son propre pantalon. Il avait la dure impression d'être une simple proie, faible et incapable de se défendre face à un prédateur qui, ironiquement, n'avait pas l'air si menaçant que ça d'un point de vue tout à fait objectif. Mais c'était tout de même un prédateur, et un perfide, en plus. Il n'attaquait pas directement, il préférait... jouer avec sa nourriture.

La pression de la main sur sa hanche fit glisser son regard du miroir, et ses yeux se stoppèrent directement sur la main, chassant avec vigueur la satisfaction saugrenue qu'il éprouvait en sentant les doigts s'ancrer dans sa chair, appuyant suffisamment pour qu'il sente le sang affluer sous sa peau, la rougissant pour tracer la forme de sa main. Plutôt que d'être agacé à l'idée d'avoir la marque de ses doigts sur sa chair, comme il avait imaginé l'être, il en ressentait plutôt un plaisir idiot, une pensée qu'il pourrait, demain, voir cette rougeur et savoir, réaliser que ce n'était pas qu'une illusion obscène créée par son cerveau dans un délire alcoolisé. Son regard remonta lentement vers le miroir pour y apercevoir l'approche d'une seconde main sur l'autre côté de son corps. Ses épaules se détendirent presque par réflexe lorsqu'il sentit l'aîné y appuyer la tête, et il retint un sifflement agacé en réalisant à quel point son corps réagissait de lui-même pour tenter de rendre la situation plus commode pour le plus vieux, alors qu'au fond c'était plutôt lui qui avait besoin de ce genre de commodité, avant de perdre totalement l'esprit entre les mains de son tyran. Sa respiration se coupa plutôt sèchement au milieu d'une expiration, ses yeux s'agrandissant un peu alors qu'il voyait et sentait sa main se déplacer lentement vers l'intérieur de son corps, un doigt se promenant à la limite de son pantalon, ses muscles se crispant sous le toucher alors que l'index jouait sur sa peau, le distrayant presque totalement de ses paroles qui sonnèrent tout de même à ses oreilles après quelques secondes d'inattention. « c'est un baiser que tu veux, alors ? » La question le laissa sans voix, bien que de toute façon il ne pouvait pas réellement parler puisqu'il laisserait le billet s'échapper s'il le faisait. Mais après une légère hésitation, il hocha la tête un peu maladroitement, à moitié timidement. Il eut à peine le temps de voir le mouvement de sa main et de comprendre la raison de son ricanement avant qu'une présence, discrète et brève, ne se fasse sentir au niveau de son pantalon. Il se tendit et recula en réponse automatique pour s'éloigner de la main- mauvais mouvement. Les doigts continuèrent leur chemin jusqu'au centre de son torse pour pousser, le collant contre le corps de l'aîné qui, prévoyant visiblement ses réactions, barra son chemin de fuite en pressant son bras en travers de son buste pour le bloquer contre lui. Il sembla au muneo qu'à ce moment, un nouveau niveau venait d'être atteint, même s'il ne savait pas trop en quoi. Le passage de la main beaucoup trop basse à son goût ? Le souffle qu'il sentait sur sa peau ? Le contact entre leur corps ? Ou ce contact tout à fait nouveau contre ses fesses qui, il devait l'avouer, le mettait dans un état d'esprit plus que confus face à ses propres désirs. Il n'était pas idiot et il était bien renseigné, et même s'il savait bien que son attirance allait surtout pour la gente masculine, il avait toujours cru que ce genre de contact l'effraierait, au moins au début, mais on venait de lui prouver le contraire, et cela le déstabilisait un peu. Voir beaucoup. Et le plus gros problème ? Il commençait à sentir la chaleur augmenter et. Il avait honte de l'avouer, et même de se l'avouer à lui-même, mais il sentait très bien que l'excitation était rendue trop grande pour qu'il puisse s'empêcher de durcir. Il tentait vainement de l'ignorer, de se calmer, de penser à des choses peu appréciables, mais il n'avait pas d'échappatoire. Les yeux ouverts, il captait chaque mouvement, anticipait chaque action, remarquait chaque détail et apercevait chaque sourire, chaque regard. Les yeux fermés, ses sens se multipliaient et il ressentait à un degré pratiquement intolérable chaque effleurement, toucher, souffle... Un geignement presque désespéré passa ses lèvres sans qu'il ne puisse le contrôler, discret au possible mais tout de même audible, et il détourna les yeux dans une tentative un peu inutile de se reprendre en main. Si seulement il pouvait se prendre en main d'une manière plus physique... il secoua la tête, chassant cette pensée aussi dérangeante qu'involontaire. Ce n'était certainement pas ce qui allait l'aider à rester sur terre.

Autre chose qui ne l'aidait certainement pas; le déplacement de Kessy face à lui, qui avait jeté un regard qu'il qualifia -probablement influencé par son agacement- de pervers et humiliant vers son entrejambe, murmurant d'un ton pratiquement moqueur un simple mot qui fit grimper son irritante honte. Les doigts accrochèrent sa ceinture pour le tirer un peu plus près et, bien malgré lui, le bleu ramena son visage pour faire face à la sirène, se faisant violence pour ne pas réagir lorsqu'il sentit lesdits doigts se glisser sous son vêtement, agréablement froids sur sa peau brûlante. Quelques secondes d'attente de plus et il sentit enfin les lèvres du plus vieux se presser sur les siennes. Son corps sembla se détendre d'un coup alors qu'il sentait la langue se presser contre sa lèvre inférieure pour en forcer l'ouverture avant de se retirer, retraçant plaisamment sa lèvre pour quémander l'accès plutôt que la brusquer, ce qu'il fit sans trop de problème dès qu'il sentit le rouge tenter d'entrouvrir sa bouche de nouveau. Fermant les yeux à demi, il se mis en tête l'idée de reculer, ne s'attendant pas à avoir plus quand le billet quitta ses lèvres mais il fut surpris de voir plutôt le baiser s'approfondir. Ses paupières recouvrirent totalement ses yeux pour le laisser profiter de chaque contact, se retrouvant enfin dans un élément qu'il connaissait mieux, et qu'il savait maîtriser un minimum. Une de ses mains attrapa la hanche de l'aîné, ferme mais douce, alors que la seconde grimpait le long de son dos pour se presser contre sa nuque, sa tête se penchant par automatisme pour prendre l'angle idéal pour rendre le baiser plus confortable et agréable. Il était nettement plus à l'aise, et tout dans la position de son corps l'indiquait. C'était un terrain qu'il appréciait, embrasser était le seul contact physique plus ou moins intime qu'il avait déjà partager avec quelqu'un d'autre. C'était rassurant de pouvoir avoir un certain contrôle sur une situation parce que, pour une fois, elle ne lui était pas trop inconnue, et il en profitait, ses doigts jouant sur la peau de sa hanche distraitement, comme s'il n'y avait pas eut ces longues et nombreuses minutes où il avait été totalement prit de court, retrouvant même un peu de son attitude habituelle alors qu'il repoussait la langue de l'aîné hors de sa bouche pour pouvoir attraper la lèvre inférieure de l'ineo pour la mordiller délicatement et assez brièvement.

Ça, il aimait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
the bad kitty cat admin.

pseudo : mee.
avatar : kwon ji yong.
messages : 359
here since : 15/11/2011
points : 34412
âge : 28
patronus : un... chat. ouais.
animal de compagnie : dopey, un joli black racer qui n'apprécie pas trop les hommes~
my heart is : quoi ? mais t'écoutes pas ce qu'on dit, toi ? semblerait que la petite ryan l'ait volé.
i'm feeling like : an asshole.
ma baguette : 34,5 centimètres, très peu flexible, coeur de dragon & bois d’if. Les baguettes en bois d’if sont parmi les plus rares et leurs partenaires eux-mêmes sortent de l’ordinaire. Elles donnent à leur possesseur un pouvoir de vie ou de mort, ce qui leur donne également une réputation terrifiante. Avec en plus un cœur de dragon, accentuant son pouvoir déjà considérable, ce type de baguette peut devenir très dangereux et difficile à contrôler, elle doit absolument être maniée par une personne talentueuse et sûre d’elle. L’if ne choisit jamais un maître médiocre ou timide, vous devriez donc avoir les capacités pour dompter cette baguette.
wizard's spellbook :

dès qu'un humain vient à la vie, il est déjà assez vieux pour mourir. ben tiens, j'imagine que ça aurait pu m'éviter toute cette merde. mais tu sais, kyungjee, nul bonheur ne pourrait exister sans faculté d'oubli. et si tu oubliais heena, c'était comme si j'étais mort, non ? parce qu'apparemment, le bonheur ne s'acquiert qu'à force de courage, et tu sais très bien, mon vieux, que c'est pas mon fort. non tu vois, il n'y a rien qui soit entièrement en notre pouvoir sinon nos pensées. et ça tu l'as compris, joonha, hein ? oh, fais pas semblant, tu sais très bien de quoi je parle. non, non, t'auras pas raison de moi... enfin. mes pensées n'auront pas raison de moi, disons, puisque ce n'est pas par la satisfaction des désirs que s'obtient la liberté, mais par la destruction du désir, n'est-ce pas, min guk ? ouais, toi et moi, va falloir faire quelque chose. mais tu sais, je crois que j'opte plus pour la destruction, dans ce cas-là. mais encore, le désir est l'appétit de l'agréable, et je pense, là, ma petite becca, que tu ne pourrais mieux le prouver. ça semble bien agréable entre tes cuisses, n'est-ce pas ? dans tous les cas, à mes yeux elles le sont. mais la beauté se raconte encore moins que le bonheur, et ryan, tant que j'y suis, chère princesse, entre nous, il n'y a point besoin de mots. votre beauté défierait toutes les guerres, ça j'en suis certain, et la guerre... la guerre est un acte de violence destiné à contraindre l'adversaire à exécuter notre volonté, qu'il soit verbal ou physique. n'est-ce pas, cyrus ? mais pourtant, toi, tu n'en aurais pas besoin. tu ne t'en rends même pas compte, n'est-ce pas ? c'est absurde à quel point je peux te laisser me faire du mal. mais l'absurdité d'une chose n'est pas une raison contre son existence, c'en est plutôt une condition. ça doit expliquer notre amitié, hein, savon ? bon, d'accord, t'es un p'tit con. j't'emmerde, mais au fond, j't'aime bien. bien heureux que tu lises jamais ça. au moins, on dit bien que l'expérience, c'est là le fondement de toutes nos connaissances. d'ailleurs, parlant d'expérience, y'en a certaines qui sont à ne jamais recommencer. n'est-ce pas, soojin ? t'es bien têtue, cocotte, mais tu pourrais mettre ça dans ta palette de connaissance et ne plus me suivre. mais je te l'accorde, on dit bien que les passions sont comme la peste et le typhus. cessez de les combattre, elles reviennent. par contre, cette dernière, je te la dédierais à toi tout particulièrement, mark. ah, oups, jinjung. allez, pourquoi tu te bats ? obsession, passions, après tout... ouais. boire sans soif et faire l'amour en tout temps, madame. il n'y a que ça qui nous distingue des autres bêtes.


ah, ce bon vieux livre de philosophie...



MessageSujet: Re: {ended} ♣ don't you know what you just started?   Ven 6 Jan - 1:09

Malaise ? Disparu, envolé. Comme s'il n'avait jamais existé, dès l'instant où ses lèvres avaient retrouvé celles de son vis-à-vis. Un domaine dans lequel il avait beaucoup plus d'expérience, visiblement, à en juger par sa main qui se posait sur sa hanche et l'autre qui se pressait à sa nuque, s'appliquant au baiser, sa langue caressant la sienne comme si c'était la chose la plus naturelle au monde. Comme si c'était ce qu'il attendait depuis bien trop longtemps, déjà, et que tout se déroulait comme il l'avait déjà imaginé. L'espace de quelques secondes, l'échange le plus intime que les deux garçons avaient pu partager jusqu'ici semblait être écrit dans le ciel ; ou, du moins, pour le plus jeune. Et dire que quelques minutes plutôt il se plaignait des lèvres rosées de la jolie dragonne, ironie du sort. Et lui, dans tout ça ? Il avait probablement décidé de ne plus se poser de questions, même s'il savait parfaitement qu'elles reviendraient à la course très bientôt, le tiraillant à nouveau. Des doutes, des questions ? Il y en avait toujours, partout, mais ce sujet-là était tout particulièrement sensible, et s'il était convaincu de connaître ses propres valeurs, il avait toujours l'impression d'entendre la voix de son paternel lui répéter sans cesse qu'il savait, qu'il avait toujours su, comme si c'était l'évidence même. Ce devait être l'essence de son dégoût profond envers la chose, et pourtant, il ne pouvait empêcher une douce sensation de chaleur de s'installer au creux de son estomac, ni trop présente, ni trop dérangeante, juste agréable, plaisante et discrète. Comme s'il se retrouvait dans une situation confortable. Rassurante, ou il ne savait quelle autre connerie dans le genre, mais le contact de ses lèvres collées aux siennes ne le dérangeait pas. C'était plutôt absurde, il fallait l'avouer : cette situation n'avait rien de confortable, absolument pas, même. Et cette voix ? Il l'entendait, à nouveau. Elle était constamment là, après tout, mais cette rage, ce dégoût profond et cette haine qu'il pouvait y déceler semblait toute particulière. C'était inadmissible, il commettait un crime : il déshonorait sa famille et tachait le nom des nobles Lee. Mais n'avait-il pas déjà été renié ? Il y avait cette étrange sensation de bien-être qui l'envahissait, chaque fois qu'il se sentait enfreindre cette règle. Mais elle était accompagnée de cette honte, cette sensation d'être exactement tout ce qu'on lui avait dit. Celle-là, oui, celle-là. Mais ses lèvres avaient bon goût et sa peau était douce, sa voix n'était pas dérangeante et son regard, lui, lorsqu'il se posait sur son corps, le flattait presque – lui procurait quelque chose d'indescriptible. Ce que c'était ? Il n'en savait que trop rien, et chercher à le savoir ne menait à rien. C'était se casser la tête, beaucoup trop fort et beaucoup trop longtemps, tout ça pour tenter de comprendre quelque chose qu'il ne comprenait pas. Ne comprendrait jamais. Ne voulait même pas comprendre. Ce devait être trop humain pour qu'il n'arrive à y mettre les mots, les explications ou la logique. Ce n'était pas scientifique, et cette simple affirmation était suffisante à ce qu'il baisse les bras. Alors il se retrouvait, là, comme un con, devant un mur. Il avait le choix et tous les outils en mains : il pouvait le détruire, ou même le contourner s'il en avait envie. C'était bien souvent ce qu'il faisait. Mais il fixait ce mur et n’agissait pas, laissait la suite se dérouler comme elle l'entendait – ou, comme le plus jeune l'entendait, plutôt. Si Jinjung représentait ce mur ? Oh, bien sûr que non. Jinjung n'avait rien à voir avec un obstacle, et il ne savait pas trop où situer cet obstacle, mais il s'y trouvait. À savoir, l'obstacle était peut-être lui-même, au final, et ce devait bien être la seule raison pour laquelle il n'arrivait pas à le contourner. Cette pensée l’enrageait le frustrait, lui retournait l'estomac à l'envers et le lui nouait, lui transperçait les poumons et le faisait saigner de l'intérieur et pourtant : rien. Toujours rien. Mais c'est qu'il était bien con, au fond. Fort, n'est-ce pas ? Mais bien con.

Il ouvrit les yeux, lentement, ses paupières tremblant à peine, retrouvant le courage de le faire et de l'observer. Écrasé, il se demanda une seconde ce qu'il devait faire par la suite. Drôles d'envies, et contradictions, comme à l'habitude. Il y avait beaucoup de choses à régler dans cette tête, et ça, ce n'était qu'un problème de plus. Problème qu'il tasserait et oublierait, comme tous les autres. Regrets ? Il n'en aurait aucun, ni ce soir, ni le lendemain, puisque de toute évidence : avoir des regrets, c'était pour les perdants. Il se distança un peu du plus jeune, ses lèvres quittant définitivement les siennes et son regard, assombrit, retrouvant le sien, comme s'il le réprimandait, silencieusement, d'avoir été trop loin. Comme si, bien sûr, rien n'était de sa faute à lui. C'était lui qui l'avait demandé, non ? Il n'avait fait qu'obéir. Il pinça les lèvres, presque agacé par le rose qui virait un peu au rouge vif de celles du bleu, signe bien évident du baiser peu délicat qu'ils avaient échangé. Passion ? Presque. Pas totalement. Voyons, ils n'en étaient pas encore à ce niveau-là... pas encore. Kessy faisait toujours connaissance avec les réactions et la logique de l'autre, l'analysait, et chaque seconde qui passait était un pied de plus en plus ancré dans la tombe qu'il, préalablement, s'était creusé lui-même lorsqu'il avait accepté de jouer à ce jeu sans même savoir que le quatrième joueur serait lui. Lui-même, en personne, Kessy. Qu'est-ce que c'était... divertissant.

Un rictus lui vint et il ne retint pas un petit rire moqueur de s'échapper d'entre ses lèvres, quelque chose qui s'apparentait probablement à un ricanement, se moquant ouvertement et délibérément de l'état de sa victime. À partir de maintenant, il devait improviser, visiblement. Soit ça, soit il suivait les désirs du plus jeune afin d'obtenir le reste des billets. Fait étrange, il ne savait toujours pas s'il avait envie de terminer toute cette mascarade maintenant ou s'il avait envie de poursuivre le jeu, encore et encore, juste pour le torturer un peu plus, jusqu'à ce qu'il craque. Où est-ce que ça pouvait mener, si l'autre craquait ? Il ne semblait pas vraiment avoir le courage de faire quoi que ce soit, et s'il se trompait, il ne serait alors que le seul perdant de son propre jeu. Pour l'instant ? Il ne se sentait pas perdant, et de toute évidence, quel homme pouvait-il être ? Il refusait l'échec et n'était jamais un perdant. Il n'était qu'un bon à rien, et dans plusieurs domaines, mais n'était cependant pas un perdant, pas lorsqu'il était clairement maître du jeu, du moins. Il humecta ses lèvres, reposant son regard vers les lèvres du muneo, levant la main pour placer son pouce sous la lèvre inférieure du garçon, la caressant sans grande tendresse, la dite caresse se transformant bientôt en une emprise presque douloureuse sur le menton de l'autre. Son autre main, elle, n'avait toujours pas bougé, ses doigts encore froids il y avait de cela à peine quelques secondes semblant brûler de chaleur, à présent. Il était tenté, plus que tenté de pousser ce toucher un peu plus loin, le frustrer encore plus et, peut-être, l'humilier un peu, mais il n'en fit rien. Ses doigts se pressèrent un peu plus fort à sa peau avant de quitter son pantalon, revenant agripper sa hanche une fraction de seconde. Puis cette fois, ce fut son corps qui se distança totalement du sien, comme si rien ne s'était passé, et qu'il reprenait son rôle. Il n'avait rien d'un professionnel en la matière et, pourtant, cette fois, c'était cette impression qu'il donnait, voulait donner ; tout ça juste pour le frustrer, lui donner l'impression qu'ils se retrouvaient plus proches l'un de l'autre une seconde pour retourner la situation l'instant d'après. Il s'agissait là uniquement d'un jeu, jeu de frustration, et, inconsciemment, jeu du plus fort. « il ne faudrait pas trop s'égarer, je pense. » fit-il, comme si de rien n'était, reposant son attention vers son propre corps, son petit sourire revenant dessiner le coin de ses lèvres qui, elles-mêmes, se faisaient un peu plus rougies, à présent. « et comme tu ne sembles pas décidé à le faire... » il s'arrêta là, l'impression de dépenser un peu trop de salive le forçant à ne plus parler. De toute évidence, c'était d'un langage corporel dont il s'agissait. C'était un non-verbal qu'il maîtrisait à perfection. Ses pouces se glissèrent à l'intérieur de son propre sous-vêtement, qui dépassait déjà de quelques centimètres, visible, l'abaissant jusqu'à ce qu'un peu plus que la naissance de ses fesses soit visible, un peu plus que le bas de son ventre, sans pourtant aller trop loin, relâchant le dit sous-vêtement pour revenir à son pantalon. Il redressa la tête à ce moment, haussant un sourcil, comme s'il lui demandait silencieusement s'il aimait, jusqu'à maintenant, ce qu'il lui offrait.

Mais ça, il n'en doutait pas, bien évidemment.

Il marqua une pause, d'une part pour réfléchir et, d'une autre, pour faire monter l'anticipation. Il n'avait pas vraiment envie de tout révéler maintenant, et même s'il lui restait toujours un vêtement même après qu'il se serait débarrassé du pantalon probablement encombrant à la vue de l'autre, ça lui semblait déjà trop. Il y avait encore dix billets à donner – s'il avait bien compté, du moins – et il se demandait franchement comment il allait pouvoir mériter les dix autres. Il soupira, contemplant l'autre, son regard venant finalement se reposer, à nouveau, vers son pantalon. « wait. » fit-il, comme s'il savait soudainement quoi faire. Il leva le bras, le pointant et lui faisant signe d'aller s'asseoir. Il attendit patiemment qu'il le fasse, pinçant les lèvres et les humectant à nouveau, soudainement un peu nerveux, tentant tout de même de le cacher un peu. Il ne savait pas trop dans quoi il s'embarquait, encore, mais au fond, c'était toujours mieux que de finir totalement à poil... - du moins, il le croyait. Lorsque le plus jeune fut assis, le plus vieux redressa la tête, au plafond, comme s'il attendait qu'une nouvelle chanson ne résonne. Et, comme de fait, le disque sembla tourner, et, bientôt, on entendit les premières notes d'une chanson. Chanson qui ne manqua pas de le faire sourire alors qu'il baissait la tête, reposant son attention vers le bleu qui, à présent, devait se retrouver à quelque deux mètres de lui. Il posa ses mains sur ses hanches, d'abord, puis marcha vers lui, posant, lentement, un pied devant l'autre, jusqu'à ce qu'il ne reste plus qu'à peu près un demi-mètre entre eux deux. shorty come here, i wanna grab your body, Il se laissa lentement retomber sur ses genoux, son regard ne quittant pas celui du bleu une seule seconde alors que ses mains en faisaient de même, son dos se cambrant juste assez pour avantager les formes quelque peu féminines de son corps. S'il avait déjà fait ça ? Non, mais on lui avait déjà fait, quelques fois, probablement. Il s'activa, tout doucement, s'avançant vers lui de façon aguichante, et d'une façon qu'on aurait pu qualifier de... drôlement féline. lay you on the sofa. and as i pull your hair, il s'arrêta lorsqu'il fit face à ses genoux, ne pouvait plus avancer, ses mains glissant le long de ses jambes pour venir se placer entre ses cuisses et les écarter, y trouvant sa place. Il tenta de ne pas trop penser à ce qu'il s'apprêtait à faire, s'y lancer sans trop réfléchir et, plutôt que de psychoser sur l'allure ridicule qu'il devait avoir, ill se leva lentement, son corps frôlant en grande partie son entrejambe alors que le sien venait se trouver à niveau de son visage. i'm gonna stroke your body, make you bend over... for me. son corps, ses hanches ondulèrent, et son jean sembla vouloir le quitter l'espace d'une seconde mais il n'en fit rien, le baissant un peu pour le remonter à nouveau, sa main droite trouvant refuge sur son épaule tandis que sa jambe, adjacente, chevauchait sa cuisse pour un peu mieux se positionner. Et, là, l'embarras fut rapidement remplacé par de l'amusement, encore une fois. and you've been waiting patiently for me to break you off... Il était toujours aussi maître du jeu et il le réalisait, lentement, alors qu'il agrippait ses cheveux, venant enfin réellement chevaucher ses cuisses et poser ses mains sur le dossier de la chaise. Il l'emprisonnait presque, littéralement, le forçant à subir le roulement de ses hanches et les contacts ô-si-subtils, frôlements rapides et autres tortures dans le genre.

_________________
everybody wanna motherfucking know why

i dress so fly, sit so high, well bitch i do it cause i could. i'm so hood, yeah, i wear my pants below my waist and you and your man is planning to hate but i got these golds up in my mouth, if you get closer you'll know what i'm talkin about.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://akiwa.bb-fr.com


avatar
the sneaky gnawing admin.

pseudo : Jin~
avatar : Henry Lau ♥
messages : 252
double compte(s) : Yun Ivory
here since : 15/11/2011
points : 28176
âge : 23
patronus : changeant. quoi è.é
animal de compagnie : Mochi, un hamster nain, et Silver, un renard des neiges~
my heart is : forever mine.
i'm feeling like : confused boy is confused.
ma baguette : ta baguette mesure 27.5 cm, est moyennement flexible, possède un cœur de dragon et est en bois de cèdre. « On ne peut jamais berner le possesseur d’une baguette de cèdre » , en outre, il est aussi important de comprendre que le cèdre se rapporte toujours à un sorcier d’une force de caractère et d’une loyauté subjuguante. Ne soyez donc pas surpris si votre baguette est aussi forte tête que vous ! Mais rassurez-vous, cette petite vous mènera loin et tâchera de vous aider à protéger tous vos êtres chers avec loyauté et précision.
wizard's spellbook :

The tunning of violins
Major third, or a minor seventh-, I'm a violin tuned a little sharp, tuned a little below.~
il y a quelque chose qui ne tourne pas rond dans ma vie, un truc qui ne fonctionne pas. un truc hors de ma portée de raisonnement, et pourtant, mon esprit n'a jamais été aussi clair. Clair de quoi, ça ne je sais pas. clair de moi peut-être, parce que j'ai l'impression d'avoir lâché les reines de mon corps, et que je vois tout de loin.
Chained to you
Fascination casts a spell and you became more than just a mystery, and I think about you all the time~
C'est intriguant à quel point un humain à la possibilité d'exercer un certain contrôle mental sur un autre, et je ne peux désormais que bien comprendre ce phénomène, puisque je suis soumis à ce genre de contrôle, bien malgré moi, je l'assure. J'espère juste que les limites fixées ne vont pas éclater et que je vais me retrouver dans une situation très peu avantageuse...
Strange relationship
I keep pushing and you keep holding on, I'm already gone~
Tu penses quoi exactement lorsque tu joues à ce petit jeu subtil ? Tu crois que je ne vois pas ce qui se passe, et bien que ça m'amuse, j'ai peur qu'un jour ça dérape et qu'on ait trop loin toi et moi. Tu te sens capable d'arrêter ou va falloir que je continue de te rapeller la situation dans laquelle tu te trouves ?
Sense of humor
You will like my sense of humor, you will be addicted to my smile, laughing all the while~
maman min hee, n'est-ce pas ? tu me fais rire, mais l'inverse doit être vrai à un certain niveau sinon on s'entendrait pas aussi bien. tes erreurs constantes et tes tentatives ratées mettent un bon rire dans ma vie, c'est très agréable. merci beaucoup ♥️
Ego
I have been contemplating, letting go of you ego, thought I'd let you know, you're getting old~
Ça devient ridicule tout ça, tout est ridicule, et surtout toi. T'as des manières que je supporte pas, et tu me casses solidement les c- oui, bref. Si c'était pas de l'adoration dévouée d'un de mes meilleurs amis pour ta gueule, je t'aurai classé out-of-life depuis longtemps. reste loin de moi.
Like it or not
Me, a laptop, 2 suitcases and I'm coming to see you, whether you like it or not~
depuis quelques temps il y a un léger froid entre nous, il serait peut-être temps de nous revoir comme il se doit non ? Silver ? Oh, ce n'est pas si grave, ça va faire de beaux bébés tout ça. Me tappe pas ! J'ai quand même droit à une visite parentale de temps à autre, alors t'es mieux de m'ouvrir la porte ou j'te kidnappe ton chien.
Talk talk talk
Please hear me out, 'cause all I want to do is just talk talk talk to you.~
J'ai toujours besoin de toi, oui, plus que jamais peut-être. je me suis fait distant ces derniers temps, j'en ai conscience, mais disons que j'ai mes raisons. je t'ai pas envoyé bouler, je te rassure, c'est juste mon cerveau qui dérive et qui m'interdit une seconde de répit...tu veux bien m'aider à m'éclaircir les idées ?

And I sing, lalala~ ♫


MessageSujet: Re: {ended} ♣ don't you know what you just started?   Ven 6 Jan - 3:49

L'impression d'être un enfant se faisant gronder par son père parce qu'il avait fait une bêtise lui monta à la tête, et il sentit ses joues brûler sous la gêne et l'humiliation, alors que l'aîné lui reprochait presque moqueusement le léger dérapage. Une moue boudeuse imprégna ses lèvres rougies automatiquement et ses épaules s'affaissèrent en signe de défaite, même si la réplique qui s'accrochait à ses lèvres ne tarda pas à faire jaillir sa voix. « Ce n'était pas un égarement. C'était dans l'optique de te donner un billet, c'est toi qui en a rajouté. » visiblement sur un ton défensif, sa phrase avait été un peu sèche, et il n'avait pas pu l'empêcher de s'échapper. C'était peut-être un peu immature, mais il ne voulait tout de même pas se faire reprocher quelque chose qu'il n'avait pas intentionnellement commencé de lui-même. Il avait demandé pour un baiser, mais la profondeur de ce dernier avait été décidé par l'aîné, et celui-ci ne pouvait pas dire le contraire. Et s'il osait, le bleu ne se laisserait certainement pas accuser sans rien dire, surtout qu'il se rendait bien compte qu'il avait plutôt été du genre à s'écraser et à se laisser faire jusqu'à présent, ce qui était un peu inhabituel pour lui. L'excuse de l'intimidation pouvait durer un moment, mais il était plus que temps qu'il se reprenne et cesse de laisser le plus vieux diriger l'entière situation, même si au fond c'était ce que l'action demandait. Mais à savoir, l'action ne demandait pas de tease, pas de contact ou de frustration, et à savoir, elle ne demandait surtout pas de le mettre dans un état d'excitation avancée. Bon, il n'était pas si excité que ça, mais il sentait qu'il n'allait pas tarder à l'être si le rouge ne cessait pas les tortures visuelles et physiques qu'il semblait se plaire à lui infliger continuellement pour être certain de bien le déstabilisé, voir même de mettre à terre chacune de ses défenses et chaque parcelle du contrôle qu'il possédait sur son propre corps. Mais ce n'était visiblement pas dans ses intentions, et la vue de ces longs doigts s'infiltrant sous le sous-vêtement de l'aîné pour l'abaisser le fit déglutir pratiquement de travers. Il s'ordonna à mainte reprise de détacher son regard de la peau qui se dévoilait peu à peu à ses yeux, mais il ne pu pourtant se résoudre à regarder ailleurs. Il arracha son regard un peu perdu de cette vision seulement en apercevant du coin de l'œil le visage de la sirène qui se redressait pour pouvoir croiser son regard, haussant un sourcil mi-interrogatif mi-explicite à son égard, demandant et affirmant à la fois ce qu'il pensait de son petit spectacle. Même s'il avait voulu, il n'aurait pas pu répondre, par contre. Sa gorge lui semblait atrocement sèche, tout comme ses lèvres qu'il humidifia en y passant la langue, un peu lentement, comme s'il admirait un repas particulièrement alléchant. Se reprenant pas contre pour ne pas faire croire à l'autre que ce qu'il faisait l'intéressait au point qu'il en salive, il rentra la langue et le fixa simplement, sagement, sans commenter parce que non seulement cela s'avérerait inutile, mais en plus il n'en avait pas spécialement envie. Et puis, il avait l'impression que même s'il ne parlait pas, l'aîné était capable de tout de même savoir ce qu'il pensait simplement en observant les réactions de son corps, la lueur dans ses yeux ou l'attitude qu'il adoptait. S'il était dans son état normal, il aurait probablement été possible que le bleu ait été capable d'en faire de même, mais non seulement il avait jusqu'à lors toujours été inapte à décrypter le comportement de l'ineo, mais en plus il n'était certainement pas dans un état cérébral adapté à une situation d'analyse, ne serait-ce que pour l'alcool qu'il avait ingurgité dans la petite fête précédant le jeu.

Il avait d'ailleurs beaucoup de mal à se rappeler ce qui s'était passé pendant cette fête, et à se souvenir même de comment il avait finit par aboutir dans ce cachot. Il se souvenait vaguement du baiser, du placard enchanté avec la blondinette geobuk mais cela semblait bien flou comparé à ce dont il se se rappelait par rapport à ce qui s'était produit depuis son entrée dans la pièce de strip-tease magique. Il commençait à croire que l'étrange effet qu'avait le plus vieux sur lui nuisait à sa mémoire lorsqu'il se trouvait dans les parages, son attention paraissant oublier tout autre chose pour ne se centrer que sur lui. Ce qui était relativement normal dans le cas présent, mais cela le ramenait à d'autres rencontres, plus brève et plus. Chaste, disons. Qui avait eut le même effet de fixation. Le passage du rouge laissait toujours ses traces sur la concentration, la mémoire et les pensées du plus jeune, et plus la soirée allait, plus il se rendait compte d'à quel point Kessy avait un impact important sur sa vie, avec sa simple présence fortuite -ou pas- qui apparaissait ça et là durant ses journées, voir ses semaines. La durée du jeu, se dit-il, était bien plus importante que ce qu'il aurait cru. La partie n'avait pas commencé aujourd'hui, elle avait débuté bien avant, au tout départ, dès que l'ineo eut décidé de s'amuser avec le plus jeune d'une manière assez particulière. Au fond, il avait l'impression que ce n'était que la suite du jeu, que c'était en quelque sorte là où le second niveau commençait. Et il se demandait s'il était vraiment près à faire ça, il avait peur de passer ce level. Cette partie de bouteille lui apparaissait maintenant comme le premier "boss" du tableau, et s'il jouait mal la partie, ça serait game over pour lui. Et il perdrait alors l'attention de l'aîné, car à quelque part, autant le rouge tentait de capter son regard, autant il devait le chercher, le trouver, voir planifier ses arrivées pour le faire. Évidemment, ce n'était qu'une théorie, et officiellement ces rencontres restaient seulement le fruit du hasard, mais il avait tout de même un doute. Le hasard jouait bien, mais pas tant que ça. Et après près d'un an d'apparitions dites "fortuites" qui se reproduisaient sans arrêt, il n'allait pas bêtement accepter que le destin mettait l'ineo sur sa route simplement pour le rendre dingue et le faire s'inventer des plans fous et des impressions stupides. D'un autre côté, il avait souvent espérer que toutes ces rencontres ne soient que des coïncidences. Parce qu'échapper à ce genre de situation lorsqu'il était déjà incapable de seulement mettre la main sur l'aîné s'avérait impossible. De plus, ce n'était pas comme s'il en avait réellement envie...après tout, qui voudrait fuir un jeune homme aussi intéressant ? Quoique s'il en croyait les rumeurs... probablement une bonne partie de l'école préférerait se retrouver face à une sirène que de devoir être enfermée dans la même pièce que son vis-à-vis pendant plusieurs heures. Ce qui était plutôt ironique puisque lui était plutôt près à affronter une sirène pour se retrouver dans la même pièce que lui pendant plusieurs heures...

Enfin...tout dépendait de ce qui se passait pendant ces heures, parce qu'au moment même il aurait quand même préféré avoir à ne pas subir ce genre de chose. Pas que ce n'était pas...agréable, mais. C'était plutôt négatif, et dans plusieurs facettes de la situation. « wait. » fixant ses yeux sur lui automatiquement, Jin ne pu qu'attendre silencieusement les instructions du plus vieux qui, depuis un moment, semblait réfléchir à ce qui suivrait. Inquiétant, un peu. Intriguant, beaucoup. Son bras s'éleva, un index élégant pointant la chaise abandonnée depuis plusieurs minutes, lui faisant signe de bien vouloir reprendre place. Ses yeux s'agrandirent un peu, un sentiment d'angoisse nouant son estomac alors qu'il obéissait presque malgré lui, prit d'étourdissement alors que les quelques options qu'il avait lui tournaient dans la tête, les scénarios possibles imprégnant sa vision en faisant gonfler son inquiétude à une vitesse vertigineuse. Il ne se sentait pas vraiment prêt à ravoir Kessy sur les genoux, pas après ce qui c'était passé, pas avec ce début d'érection qu'il ne pourrait ni cacher, ni protéger, pas avec cette chaleur intense qui le faisait flamber vivant juste à l'idée de ravoir l'aîné sur ses cuisses. Un certain malaise l'étreignit d'autant plus lorsque les notes d'une nouvelle chanson résonnèrent dans la pièce et que le plus vieux s'avança jusqu'à se retrouver non loin de lui. Les paroles de la chanson débutèrent et un long frisson remonta sa colonne vertébrale lorsque son cerveau enregistra les mots suivant la musique, se mordillant la lèvre inférieure nerveusement alors que l'ineo se laissait tomber sur ses genoux et avançait vers lui d'une manière gracieuse, presque trop pour être humaine, mais il mit cette impression sur le compte de l'alcool et de ses sens un peu à fleur de peau qui devait lui jouer des tours. La montée du corps de la sirène contre le siens, le mouvement hypnotisant de ses hanches, la précarité du jeans qui semblaient vouloir rejoindre le sol à tout moment, tout était un peu trop tentant, un peu trop près, beaucoup trop aguichant. La fuite semblait être la meilleure idée à ce point de la situation, mais elle était impossible; ses jambes étaient coincées sous le corps ondulant du rouge, et les bras fins situés de part et d'autre de sa tête, visiblement posées sur le dossier, finissait de le rendre prisonnier de son bourreau attitré. Il devait pourtant y avoir un moyen de faire finir cette douce torture qui le rendait un peu plus fou à chaque seconde.

Et oui, cette solution plutôt simple lui apparut dans un éclair de lucidité comme il en connaissait peu en cette soirée. Une de ses mains jusqu'à maintenant inutiles descendit en effleurant l'une des cuisses du plus vieux pour tirer un des billets de sa poche -ou plutôt deux, en prévision-, et, apparemment sans gêne, mais intérieurement mortifié, il glissa ses doigts sur le ventre plat de son vis-à-vis pour glisser l'un des papiers imprimés sous la bordure de son boxer, le lâchant presque immédiatement. Il lui fallut quelques secondes pour se décider, alors que ses yeux restaient depuis un petit moment fixé sur son torse, pour poser son autre main sur le haut d'une clavicule, s'assurant que juste le bout de ses doigts ne touche la peau, et que la pression soit à peine présente. Il releva les yeux pour croiser son regard, penchant la tête avec un petit air quémandeur. « Je peux toucher, monsieur le strip-teaser ? » Il ne s'était pas départit de sa gêne, et sa voix était restée plutôt basse quand il avait posé la question, mais elle avait été assez claire pour être bien entendue, il n'en doutait pas. Il savait que l'autre jeune homme souhaitait aussi en finir, même si jouer avec ses nerfs semblait lui plaire au plus haut point, et il s'était donc décidé à lui offrir un peu plus de chance de gagner ses billets rapidement. Et puis, il en avait bien envie aussi, alors pour les deux partis l'entente pouvait être bonne, si évidemment le rouge acceptait sa demande, ainsi que l'offre se trouvant derrière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
the bad kitty cat admin.

pseudo : mee.
avatar : kwon ji yong.
messages : 359
here since : 15/11/2011
points : 34412
âge : 28
patronus : un... chat. ouais.
animal de compagnie : dopey, un joli black racer qui n'apprécie pas trop les hommes~
my heart is : quoi ? mais t'écoutes pas ce qu'on dit, toi ? semblerait que la petite ryan l'ait volé.
i'm feeling like : an asshole.
ma baguette : 34,5 centimètres, très peu flexible, coeur de dragon & bois d’if. Les baguettes en bois d’if sont parmi les plus rares et leurs partenaires eux-mêmes sortent de l’ordinaire. Elles donnent à leur possesseur un pouvoir de vie ou de mort, ce qui leur donne également une réputation terrifiante. Avec en plus un cœur de dragon, accentuant son pouvoir déjà considérable, ce type de baguette peut devenir très dangereux et difficile à contrôler, elle doit absolument être maniée par une personne talentueuse et sûre d’elle. L’if ne choisit jamais un maître médiocre ou timide, vous devriez donc avoir les capacités pour dompter cette baguette.
wizard's spellbook :

dès qu'un humain vient à la vie, il est déjà assez vieux pour mourir. ben tiens, j'imagine que ça aurait pu m'éviter toute cette merde. mais tu sais, kyungjee, nul bonheur ne pourrait exister sans faculté d'oubli. et si tu oubliais heena, c'était comme si j'étais mort, non ? parce qu'apparemment, le bonheur ne s'acquiert qu'à force de courage, et tu sais très bien, mon vieux, que c'est pas mon fort. non tu vois, il n'y a rien qui soit entièrement en notre pouvoir sinon nos pensées. et ça tu l'as compris, joonha, hein ? oh, fais pas semblant, tu sais très bien de quoi je parle. non, non, t'auras pas raison de moi... enfin. mes pensées n'auront pas raison de moi, disons, puisque ce n'est pas par la satisfaction des désirs que s'obtient la liberté, mais par la destruction du désir, n'est-ce pas, min guk ? ouais, toi et moi, va falloir faire quelque chose. mais tu sais, je crois que j'opte plus pour la destruction, dans ce cas-là. mais encore, le désir est l'appétit de l'agréable, et je pense, là, ma petite becca, que tu ne pourrais mieux le prouver. ça semble bien agréable entre tes cuisses, n'est-ce pas ? dans tous les cas, à mes yeux elles le sont. mais la beauté se raconte encore moins que le bonheur, et ryan, tant que j'y suis, chère princesse, entre nous, il n'y a point besoin de mots. votre beauté défierait toutes les guerres, ça j'en suis certain, et la guerre... la guerre est un acte de violence destiné à contraindre l'adversaire à exécuter notre volonté, qu'il soit verbal ou physique. n'est-ce pas, cyrus ? mais pourtant, toi, tu n'en aurais pas besoin. tu ne t'en rends même pas compte, n'est-ce pas ? c'est absurde à quel point je peux te laisser me faire du mal. mais l'absurdité d'une chose n'est pas une raison contre son existence, c'en est plutôt une condition. ça doit expliquer notre amitié, hein, savon ? bon, d'accord, t'es un p'tit con. j't'emmerde, mais au fond, j't'aime bien. bien heureux que tu lises jamais ça. au moins, on dit bien que l'expérience, c'est là le fondement de toutes nos connaissances. d'ailleurs, parlant d'expérience, y'en a certaines qui sont à ne jamais recommencer. n'est-ce pas, soojin ? t'es bien têtue, cocotte, mais tu pourrais mettre ça dans ta palette de connaissance et ne plus me suivre. mais je te l'accorde, on dit bien que les passions sont comme la peste et le typhus. cessez de les combattre, elles reviennent. par contre, cette dernière, je te la dédierais à toi tout particulièrement, mark. ah, oups, jinjung. allez, pourquoi tu te bats ? obsession, passions, après tout... ouais. boire sans soif et faire l'amour en tout temps, madame. il n'y a que ça qui nous distingue des autres bêtes.


ah, ce bon vieux livre de philosophie...



MessageSujet: Re: {ended} ♣ don't you know what you just started?   Ven 6 Jan - 7:41

and, boy, your clothes are still on but imm'a rip em off... drôle de réaction de la part de l'octopus. Étrangement, il s'y plaisait encore plus. Quoi que, au final, ce n'était peut-être pas si étonnant que ça. Il se nourrissait, encore et toujours, du regard de sa victime. Les billets n'auraient jamais été suffisants pour lui faire faire de telles choses, ni en temps normal, ni maintenant : il avait donc dû se rattacher à quelque chose, trouver une motivation, une raison de poursuivre. Une réponse à toutes ses questions face à la situation dans laquelle il se retrouvait, ou quelque chose dans le genre, puisqu'il devait toujours satisfaire les envies de son cerveau en premier lieu. Impulsif, il l'était, mais il était un impulsif logique et réfléchit.... du moins, selon sa propre logique, puisque les autres ne comprenaient pas toujours sa façon de fonctionner – et c'était très bien comme ça. le monde serait bien horrible si les gens arrivaient à deviner pourquoi il fonctionnait de telle façon, ce qu'il allait faire ou comment tout se produirait, non ? Il vivait, indépendamment et inconsciemment, sous cette règle. ... with my teeth, yea yea yeah. ses dents, trop droites et trop blanches, s'étaient refermées sur sa lèvre inférieure au son des paroles, et un sourire probablement encore plus amusé que les autres – si c'était possible, du moins – se cachait derrière ce pincement de lèvres. Finalement, la pièce n'était peut-être pas seulement à l'écoute des besoins et des désirs du plus jeune. Après tout, c'était un jeu sorcier, et ceux-là étaient particulièrement vils – il n'y avait qu'à observer les dirigeants et les professeurs de cette école, ou encore, même, Mr. Dazzle, pour comprendre que les sorciers aimaient tous bien jouer avec les nerfs des autres sorciers. Kessy était un sorcier sang-pur, et sous cette optique, tout prenait une logique implacable. Mais, finalement, musicalement, ça semblait plutôt être selon ses goûts. Aurait-il pu trouver une meilleure chanson pour ce genre d'actions ? Il en doutait, et la musique, lente, sensuelle mais pourtant surprenante et presqu'un (presque ?) peu vulgaire donnait un punch tout à fait recherché à sa danse contact, et chaque fois qu'il bougeait... and boy imm'a whisper this into your ear ; son regard vint se figer vers celui du plus jeune alors qu'il écoutait ses mots, haussant un sourcil, comme s'il venait d'oser demander la chose la plus courageuse au monde. Ce n'était pas le cas, et ce n'était pas comme s'il lui avait demandé s'il pouvait le baiser ici-même, sur cette chaise, mais ça s'y apparentait. Il haussa les épaules en guise de réponse et, comme s'il cherchait à l'empêcher de faire quoique ce soit de scandaleux, par automatisme, ses mains relâchèrent le dossier de la chaise, la droite passant à sa gauche, et il se tourna, lentement, chevauchant à nouveau ses cuisses et l'emprisonnant toujours entre ses bras, mais se retrouvant dos à lui, cette fois. Il tourna la tête, par-dessus son épaule, ses lèvres mimant les paroles alors qu'il roulait des hanches à nouveau, son corps se rapprochant dangereusement du siens. how deep do you want me to go? la lueur d'amusement, vicieuse et brûlante au fond de son regard, sembla devenir impossible à éteindre l'espace de quelques secondes. Il mordillait à nouveau ses lèvres et tentait d'être à son avantage, révéler un peu plus de ce qu'il était capable de faire à chaque seconde qui passait, tout en se gardant une certaine réserve.

L'impression de se la jouer femelle devait se faire présente, mais pourtant, il n'en faisait pas cas. Ça aurait été bien trop dérangeant, là, maintenant, et ça aurait probablement tout gâché. Pour le moment, il se débrouillait bien, et il n'avait pas dans l'intention de remettre ses talents – cachés et inattendus – en question. Les questions viendraient après, comme toujours – et probablement qu'il les ignorerait, encore une fois. À quoi est-ce que ça pouvait bien servir, de toute façon ? Rien, sauf peut-être l'emmerder. Une de ses jambes se glissa entre les siennes, le forçant à les écarter un peu pour se faire une place, son fessier trouvant place sur sa cuisse et son corps se plaçant en biais du siens, sa jambe gauche entre les siennes et la droite, elle, par-dessus la droite du garçon. do you want me to speed it up, speed it up...Il humecta ses lèvres, réalisant qu'elles se faisaient un peu sèches elles aussi, tournant la tête l'espace de quelques secondes pour se faire discret. Était-il narcissique au point de sentir un brin d'excitation monter lorsqu'il pouvait sentir que le jeune homme, sous lui, se faisait de plus en plus excité ? Il n'en savait rien, mais, ridiculement, c'était toujours plus simple pour lui de se dire qu'il était narcissique plutôt que d'assumer que le début d'érection qu'il pouvait sentir presser sur sa cuisse l'excitait réellement. ... or go slow? dans tous les cas, il n'y avait rien d'alarmant, et comme s'il avait prédit que les touchers du plus jeune auraient peut-être – possiblement – put être dérangeant, le perturber un peu ou se faire... comment dire, trop présents, il cambra le dos de façon invitante, sa tête retombant sur ses épaules et attrapant ses poignets. Ses yeux se refermèrent, doucement, et sa tête se pencha un peu sur le côté, comme si le toucher lui procurait une certaine sensation de bien-être – non, de jouissance, plutôt, c'était le mot. C'était surjoué, évidemment, mais il se fiait sur ses talents d'acteur, ce soir. C'était un tout autre domaine, qu'il n'était pas très habitué de jouer, mais il s'y plaisait. start from the bed, il tira sur ses mains, les posant au niveau de ses côtes, selon ses demandes. Ne venait-il pas de lui demander s'il pouvait le toucher ? Il avait accepté, seulement, il préférait être l'élément déclencheur de cette suite et s'assurer qu'il en tirait plus que l'autre ne pouvait en tirer. Ou, du moins, pour le moment, évitant les points peut-être un peu plus... inévitablement sensibles, et s'avantageant sous les mains du plus jeune, bien évidemment. Ses mains pressèrent sur les siennes, le forçant à appuyer un peu plus ses touchers sur sa peau, faisant descendre tout doucement ses mains jusqu'à ses flancs alors qu'il ondulait à nouveau. now we out here on the floor... sa cuisse, à proximité de son entrejambe, se voulait être dérangeante, très présente, et il ne tentait aucune supercherie pour le cacher. Elle se pressait comme elle le pouvait, tentant d'y ajouter un peu plus de pression, jusqu'à ce qu'elle devienne assez insoutenable pour qu'il en perde tous ses moyens. Après, cette dernière pouvait être aussi positive que négative, pour lui. Il ne voyait pas Jinjung comme un violeur ou quoi que ce soit dans le genre, et il ne lui semblait pas être le genre de gamin particulièrement dominant au lit : c'était déjà, au moins, un point de gagné. La première – et dernière, mais qui sait – fois qu'il s'était adonné à ce genre de pratiques avec une personne de même sexe (c'était toujours facile de blâmer ça sur le fait qu'on doit tous 'faire ses expériences, un jour'), il s'était promis de ne jamais faire l'inverse. Ça n'avait aucune logique, de toute évidence. Si être au-dessous d'un homme pouvait lui procurer une forme de plaisir encore inexplorée, inexpliquée, ce n'était pas de sa faute. On ne contrôlait pas les sensations qu'un corps pouvait ressentir, non ? Ça n'avait donc jamais été de sa faute. L'inverse n'avait cependant aucune logique, si l'on suivait celle où le sexe masculin ne l'attirait pas. boy, you're really in for a threat now ; il tourna lentement la tête, faisant glisser ses mains jusqu'à ses hanches, ondulant à nouveau ces dernières, l'observant à présent plus directement, lèvres toujours pincées dans une tentative de se faire un peu plus aguicheur. En toute honnêteté, Jinjung n'était pas un garçon repoussant, c'était bien vrai. S'il l'avait été, il n'y aurait eut aucune chance qu'il ne s'adonne à ce manège, bien évidemment. C'était donc un plus, pour le bleu, et il n'avait qu'à y réfléchir quelques secondes pour le réaliser : mais l'octopus devait être tellement mortifié à l'idée de savoir ce que pouvait penser la sirène de lui qu'il n'oserait probablement jamais s'aventurer sur de tels terrains, réfléchir à de telles choses.

Son poids fit transfert, le haut de son corps se pressant au sien, sa peau, un peu plus moîte, à présent, semblant vouloir fusionner à la sienne alors qu'il soulevait le bassin pour faire passer les mains du plus jeune sous son pantalon, le baissant très, très lentement. Il ne savait pas si c'était malsain ou correct, à ce niveau-là, mais il avait soudainement l'impression de s'emporter un peu et d'en faire trop, causer sa propre perte alors qu'il entremêlait ses doigts aux siens et se collait un peu plus à lui, ondulait un peu plus, soufflait un peu plus contre la peau de son cou et fermait un peu plus les yeux, sentant les doigts du plus jeune se faufiler sous son dernier vêtement réellement... protecteur du regard de l'octopus, disons. but don't fall in love, cause we're just having sex. il avait murmuré ces dernières paroles, ses yeux s'étant ouverts pour le fixer comme si ces paroles avaient été les plus véridiques depuis tout le début de la chanson. Et c'était vrai, mais il ne savait toujours pas s'il voulait mettre l'accent sur la première partie ou la seconde. Le fait qu'il ne se passait rien de concret entre les deux – et ne se passerait probablement rien de concret – ou que les paroles insinuaient qu'il y avait, ou y aurait, bien un truc très sexuel entre eux ce soir. Il y avait deux minutes, il aurait fermement appuyé que c'était impossible. we're not making love tonight ; à présent ? Il espérait très fortement qu'il avait raison il y avait de cela deux minutes, tout simplement. Mais ça, il ne l'avouerait jamais. Avouer quoi ? Qu'il commençait à avoir des doutes face à ses envies, sans pourtant se battre contre celles-ci, se demandant tout simplement si les envies ne commençaient pas à pointer le bout de leurs nez. Il fit passer ses mains vers l'arrière, sur ses fesses, et pour une raison ; lui faire baisser son pantalon un peu plus bas, encore, sans trop se gêner d'où les mains du plus jeunes devaient atterrir pour ça. Il fit donc baisser le pantalon jusqu'à ce qu'il se retrouve un peu plus bas que ses fesses, revenant prendre place sur sa cuisse à lui et replaçant les mains du plus jeune vers l'avant. Ses mains quittèrent les siennes mais il les laissa là, ses doigts remontant lentement le long de ses bras. hickeys all over your neck, kissing all over your body babe, il soupira, toujours volontairement, refermant les yeux alors que ses mains s'accrochaient à son cou, levant la jambe pour placer son talon au bord de la chaise et se redresser en douceur, les mains du plus jeune permettant à son pantalon de descendre encore un peu sans aller trop loin puisque sa cuisse, à présent surélevée, l'empêchait de faire autant. Son corps se retrouvait donc à être à demi couché dans les airs, ses hanches au niveau de son visage et sa cuisse lui bloquant le chemin. À partir de là, il ne savait plus trop ce qu'il faisait, mais il se contenta de se tenir à la chaise et à sa nuque, lui adressant un mince sourire avant de faire passer sa jambe de l'autre côté pour se retrouver face à lui. On n'avait plus qu'à se demander si Kessy n'avait pas été contorsionniste, d'un point de vue logique, dans une autre vie. Ou s'il n'était pas un chat, dans cette vie-là, tiens, mais pourquoi y penser ? boy you're gon' get it tonight when we have sex. il s'écarta de lui, juste un peu, reprenant sa place entre ses jambes et laissant finalement tomber son pantalon, le poussant un peu plus loin avant de se baisser, lentement, entre ses jambes, son visage se retrouvant au niveau de son bas-ventre et ses mains glissant le long de ses cuisses pour les tenir bien écartées. Son regard, inévitablement, vint se poser vers l'entrejambe beaucoup plus visible à présent de son vis-à-vis, sa main droite remontant sa cuisse jusqu'à pouvoir s'y presser. « j'imagine que tu n'as pas envie de me dire ce qu'il te plairait le plus de faire pour soulager ces tensions ? » demanda-t-il, léchant ses lèvres, bien au courant que cette simple question l’amènerait à y réfléchir même s'il n'exprimait pas ses envies. Lentement, il se redressa, revenant chevaucher ses cuisses avec ce petit sourire de champion.

_________________
everybody wanna motherfucking know why

i dress so fly, sit so high, well bitch i do it cause i could. i'm so hood, yeah, i wear my pants below my waist and you and your man is planning to hate but i got these golds up in my mouth, if you get closer you'll know what i'm talkin about.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://akiwa.bb-fr.com


avatar
the sneaky gnawing admin.

pseudo : Jin~
avatar : Henry Lau ♥
messages : 252
double compte(s) : Yun Ivory
here since : 15/11/2011
points : 28176
âge : 23
patronus : changeant. quoi è.é
animal de compagnie : Mochi, un hamster nain, et Silver, un renard des neiges~
my heart is : forever mine.
i'm feeling like : confused boy is confused.
ma baguette : ta baguette mesure 27.5 cm, est moyennement flexible, possède un cœur de dragon et est en bois de cèdre. « On ne peut jamais berner le possesseur d’une baguette de cèdre » , en outre, il est aussi important de comprendre que le cèdre se rapporte toujours à un sorcier d’une force de caractère et d’une loyauté subjuguante. Ne soyez donc pas surpris si votre baguette est aussi forte tête que vous ! Mais rassurez-vous, cette petite vous mènera loin et tâchera de vous aider à protéger tous vos êtres chers avec loyauté et précision.
wizard's spellbook :

The tunning of violins
Major third, or a minor seventh-, I'm a violin tuned a little sharp, tuned a little below.~
il y a quelque chose qui ne tourne pas rond dans ma vie, un truc qui ne fonctionne pas. un truc hors de ma portée de raisonnement, et pourtant, mon esprit n'a jamais été aussi clair. Clair de quoi, ça ne je sais pas. clair de moi peut-être, parce que j'ai l'impression d'avoir lâché les reines de mon corps, et que je vois tout de loin.
Chained to you
Fascination casts a spell and you became more than just a mystery, and I think about you all the time~
C'est intriguant à quel point un humain à la possibilité d'exercer un certain contrôle mental sur un autre, et je ne peux désormais que bien comprendre ce phénomène, puisque je suis soumis à ce genre de contrôle, bien malgré moi, je l'assure. J'espère juste que les limites fixées ne vont pas éclater et que je vais me retrouver dans une situation très peu avantageuse...
Strange relationship
I keep pushing and you keep holding on, I'm already gone~
Tu penses quoi exactement lorsque tu joues à ce petit jeu subtil ? Tu crois que je ne vois pas ce qui se passe, et bien que ça m'amuse, j'ai peur qu'un jour ça dérape et qu'on ait trop loin toi et moi. Tu te sens capable d'arrêter ou va falloir que je continue de te rapeller la situation dans laquelle tu te trouves ?
Sense of humor
You will like my sense of humor, you will be addicted to my smile, laughing all the while~
maman min hee, n'est-ce pas ? tu me fais rire, mais l'inverse doit être vrai à un certain niveau sinon on s'entendrait pas aussi bien. tes erreurs constantes et tes tentatives ratées mettent un bon rire dans ma vie, c'est très agréable. merci beaucoup ♥️
Ego
I have been contemplating, letting go of you ego, thought I'd let you know, you're getting old~
Ça devient ridicule tout ça, tout est ridicule, et surtout toi. T'as des manières que je supporte pas, et tu me casses solidement les c- oui, bref. Si c'était pas de l'adoration dévouée d'un de mes meilleurs amis pour ta gueule, je t'aurai classé out-of-life depuis longtemps. reste loin de moi.
Like it or not
Me, a laptop, 2 suitcases and I'm coming to see you, whether you like it or not~
depuis quelques temps il y a un léger froid entre nous, il serait peut-être temps de nous revoir comme il se doit non ? Silver ? Oh, ce n'est pas si grave, ça va faire de beaux bébés tout ça. Me tappe pas ! J'ai quand même droit à une visite parentale de temps à autre, alors t'es mieux de m'ouvrir la porte ou j'te kidnappe ton chien.
Talk talk talk
Please hear me out, 'cause all I want to do is just talk talk talk to you.~
J'ai toujours besoin de toi, oui, plus que jamais peut-être. je me suis fait distant ces derniers temps, j'en ai conscience, mais disons que j'ai mes raisons. je t'ai pas envoyé bouler, je te rassure, c'est juste mon cerveau qui dérive et qui m'interdit une seconde de répit...tu veux bien m'aider à m'éclaircir les idées ?

And I sing, lalala~ ♫


MessageSujet: Re: {ended} ♣ don't you know what you just started?   Sam 7 Jan - 0:35

Dans son top 10 des situations les plus incroyables et improbables qu'il avait vécues jusqu'à présent, celle-ci devait certainement se retrouver dans les trois premières. Ou du moins c'était ce qu'il pensait alors que son regard descendait le long du dos nu de l'aîné, tentant de se distraire de manière visuelle pour essayer d'ignorer le rapprochement pratiquement drastique du corps du plus vieux, qui frôlait un peu trop sa peau, l'ondulation de ses hanches ne faisant que renforcer le mouvement et la sensation de proximité. Il se faisait chauffer volontairement et il lui semblait que c'était de pire en pire. Chaque minutes passées se révélait être une nouvelle source de torture qui se trouvait toujours une étape plus haute que la précédente, le jetant sans arrêt dans un désarroi confus se renouvelant à chaque mouvement. À un moment un roulement de bassin le faisait retenir son souffle alors que celui d'après il soupirait quand sa peau effleurait la sienne. Le jeu s'avérait dangereux, maintenant, et il en avait terriblement conscience. Autant son cerveau flottait dans la brume, autant il était nettement plus lucide que quelques minutes auparavant. C'est d'ailleurs pourquoi la lueur dans les yeux de l'ineo le fit autant bouillonner de l'intérieur que craindre terriblement la suite des évènements. Il ne savait pas vraiment ce que cela pouvait annoncer, mais la mention "rien de bon" apparaissait dans sa tête comme un avertissement qui, bien évidemment, il ne prit pas en compte, mi-volontairement mi-forcé. Après tout, pouvait-il se sauver après tout ça ? Pouvait-il encore songer à ne pas affronter la suite, à voir jusqu'où ce jeu pouvait le mener, jusqu'à quel point il allait pouvoir recevoir et profiter de ce qu'il recevait de la part de l'aîné, une occasion probablement aussi extraordinaire qu'unique, qu'il ne revivrait sûrement jamais après. Une chance solitaire qu'il se devait de saisir, quitte à devoir regretter d'avoir reçu trop peu pour tout ce qu'il allait perdre en continuant ainsi de laisser les choses déraper sans qu'il ne puisse, ni ne veuille, garder le contrôle sur ce qui se produisait. Et ce qui se produisait justement en ce moment le fit un peu trop réagir, quand soudainement l'une des jambes du plus vieux se glissait entre les siennes, se rapprochant dangereusement de son entrejambe. Ses yeux se fixèrent aussitôt sur la cuisse séparant les siennes, les yeux grands ouverts, le corps en alerte alors qu'il s'attendait au pire. Et le pire se passa évidemment, et il laissa sa tête rouler brièvement vers l'arrière alors que la jambe coupable appuya tout doucement, à peine présente, sur son membre durcissant peu à peu. Ses propres cuisses tressaillirent un peu et tous les muscles se situant entre ses genoux et ses épaules se tendirent et se contractèrent. Il tenta sans réel succès de faire fi de la sensation d'attente qui creusa son chemin au creux de son ventre, l'envie de se presser contre cette cuisse à la fois trop et trop peu présente tiraillant l'entièreté de son corps, mais il bloqua cette idée et, avec beaucoup de volonté, réussit à empêcher son corps de bouger de lui-même. Faire semblant d'avoir le complet contrôle sur son corps. Il devait réussir à garder bonne figure, ne serait-ce que pour quelques minutes de plus. Mais cette volonté de fer se fissura aussi facilement qu'une planche de bois sec quand il sentit les doigts autour de ses poignets, la courbure alléchante de son dos et la position du corps du rouge, sa tête un peu de biais, sa gorge pratiquement exposée, pâle et invitante... il prit une profonde inspiration pour ne pas s'essayer, pour garder enchaînée cette envie de toucher, d'embrasser et de morde cette chair douce que le plus vieux faisait jouer devant lui depuis trop longtemps pour ses pauvres hormones. Il ne savait pas si un dieu avait prit pitié de son cas, mais il ne put empêcher un faible couinement de satisfaction d'échapper ses lèvres alors qu'il sentait ses mains se poser sur la peau de son bourreau. Guidé par les mains de l'aîné, il le laissa décider de ce qu'il avait droit de toucher, le bout de ses doigts se pressant juste un peu plus pour bien sentir chaque côte alors qu'ils glissaient vers le bas, caressant ses flancs. C'est environ à ce niveau qu'il perdit toute notion de ce toucher et que ses yeux se fermèrent.

La cuisse, celle entre les siennes, qui avait été oubliée alors qu'il profitait de ce qui lui était offert, venait de se presser un peu plus étroitement, un frissonnement intense le parcourant et faisant presque trembler son corps, l'entièreté de son attention revenant soudainement vers l'endroit auquel il préférait ne pas penser. Ses yeux se fermèrent brièvement et il se mordit violemment la lèvre inférieure, un sentiment de panique le saisissant alors qu'il se rendait compte qu'il n'en faudrait pas vraiment beaucoup plus pour le faire complètement flancher, briser la totalité de ses défenses. C'était terriblement inquiétant, surtout qu'il savait qu'il n'obtiendrait probablement rien de la part de la sirène, et qu'il allait simplement s'humilier et se montrer faible face à son propre corps. Ses yeux se rouvrirent pour se fixer sur lui, plus embués que jamais, ayant du mal à se concentrer sur quelque chose en particulier, se rendant à peine compte que ses doigts s'étaient crispés mais, par un quelconque miracle, ne s'étaient pas accrochés à ce qui se trouvait sous ses mains. Heureusement d'ailleurs, car elles étaient désormais à la lisière du pantalon, se glissant lentement à l'intérieur, faisant s'écarquiller ses yeux, d'intérêt et de surprise, alors qu'il voyait le vêtement glisser avec une lenteur insoutenable plus bas sur les hanches de sons vis-à-vis. Ses doigts s'accrochèrent au sous-vêtement de leur propre gré, glissant en dessous, y laissant d'ailleurs le billet se trouvant toujours entre ses doigts. « fuck... » l'injure anglaise passa entre ses dents dans un sifflement qui pouvait presque paraître irrité, mais qui était plutôt l'exposition d'une frustration et d'un sentiment d'impuissance qu'il ne pouvait plus garder pour lui. Il commençait vraiment à en avoir assez, et à se questionner dramatiquement sur ce qu'il avait bien pu faire dans ses vies antérieures pour mériter ce genre de traitement. Enfin, il n'allait pas se lamenter, il y avait probablement maintes personnes qui auraient bien aimer pouvoir assister à ce genre de spectacle, mais avait-il réellement besoin de subir toutes ces tortures qui ne trouveraient probablement pas fin, puisque lui-même allait décidément rester sur sa faim ? Comme pour cruellement confirmer ses doutes, les paroles de la chanson, accompagnée du murmure -qu'il trouva atrocement sensuel- de son tyran personnel résonnèrent à ses oreilles comme un coup de gong. Mais le coup de gong ne fut pas suffisant pour le sortir de son état chaotique, car il n'eut que quelques secondes pour analyser les mots avant que ses doigts ne trouvent refuge, sous la guidance du plus vieux, sur les fesses de ce dernier, continuant par contre leur descente jusqu'à ce que le bout de ses doigts effleurent la peau nue de ses cuisses. Il déglutit difficilement lorsque ses mains furent libérées, restant sagement sur son bassin, ses yeux aux iris pratiquement noirs de désir se fixant là où ses doigts étaient placés, remarquant à quel point il lui suffisait de bouger seulement de quelques centimètres pour pouvoir poser ses mains sur l'entrejambe du plus vieux. Secouant la tête pour se départir de cette idée qui n'allait certainement pas plaire à la sirène, il releva la tête alors que les mains de ladite sirène se glissaient autour de son cou.

L'enchaînement de mouvement qui suivit le laissa pantois. La seule chose qu'il put véritablement comprendre fut que le corps du plus vieux se retrouvait de nouveau face à lui. Et alors qu'il s'éloignait un peu, l'envie de le retenir, la même qu'il avait ressentit au tout début du strip-tease, revint en force, et ses doigts se crispèrent à nouveau pour résister à cette envie de l'agripper pour le garder contre lui. Cette idée lui fit un peu peur. Il savait qu'il ne le ferait pas, mais qu'il souhaite le faire, user de force pour l'obliger à rester près, et probablement à faire plus que ça, le mettait mal à l'aise. Le rouge serait probablement dégoûté par ce genre de pensées, et il devait se garder de songer à ce genre de chose, c'était primordial pour son propre contrôle -qu'il n'avait déjà plus, en fait-. De nouveau entre ses jambes, et bientôt de nouveau à genoux entre ses jambes, Kessy sembla prendre plaisir à noter le changement au niveau de son propre entrejambe, ce qui aurait pu le faire rougir si son visage n'avait pas déjà été carmin à un point qu'il s'étonnait de ne pas avoir de la fumée sortant de ses oreilles, ou un nuage de vapeur s'échappant de sa peau. Les longs doigts du rouge, doigts qu'il se surprit à admirer d'un œil tout à fait nouveau, se pressèrent contre l'intérieur de ses cuisses, les gardant ouvertes pour son bon gré. Le pauvre bleu, au bord du suicide mental et du désespoir physique, ne pu que monter une main à sa bouche pour mordre une jointure alors que l'une des mains joueuses montait trop haut et se faisait trop présente, se pressant contre son membre engorgé.

« j'imagine que tu n'as pas envie de me dire ce qu'il te plairait le plus de faire pour soulager ces tensions ? »

Une bombe explosant dans la pièce n'aurait pas pu produire un effet aussi violent chez le muneo qui frémit presque brutalement à ses paroles, faisant facilement le lien entre la position de sa main et l'insinuation de la phrase. Forçant ses yeux à se fermer pour qu'il puisse réfléchir convenablement sans devoir croiser le regard déstabilisant du plus vieux. C'était une demande claire et nette, moqueuse comme toujours, mais qui laissait peu de place à l'imagination quant à la réponse attendue. Cela détruisait environ tout ce qu'il avait pu penser à propos du dégoût de l'aîné sur ce qui se passait dans sa tête. Un gros chamboulement, en gros. Difficile à gérer, dans la situation. Mais devait-il répondre ? Il y avait tellement de théorie possible accompagnant ce genre de demande. De la plus négative à la plus positive, il y avait un amalgame de sentiments et de contradictions émanant de chaque décision qu'il devait prendre face à cette situation nouvelle et qu'il trouvait, tout à coup, terriblement effrayante.

Peut-être que Kessy cherchait seulement à le faire parler pour se moquer de lui. Dans ce cas, la meilleure solution était simplement de se taire et de le laisser imaginer ce qu'il voulait, ou le laisser se désintéressé de la question pour passer à autre chose. Peut-être aussi qu'il souhaitait savoir mais seulement par curiosité. Il était alors évident qu'une réponse était attendue, mais elle n'apporterait rien de bon au muneo qui n'aurait alors rien à en retirer, et donc aucune raison de répondre à une chose aussi embarrassante. D'un autre côté, peut-être qui cherchait simplement un accord pour continuer, pour pousser le jeu plus loin et passer à une étape plus importante. Une réponse était alors nécessaire, humiliante peut-être mais décidément positive dans le sens où il en retirerait quelque chose de bon. Peut-être cherchait-il aussi, dans un cas extrêmement trop optimiste pour être réel, à lui faire plaisir, et qu'il voulait réellement savoir ce qui lui plairait. Réponse obligatoire et récompense certes agréable, mais c'était tellement impossible qu'il n'osait même pas y songer plus que ça. Et le sourire qu'il arborait signifiait clairement qu'il savait le chaos mental qu'il provoquait chez l'adolescent, et que c'était tout à fait volontaire. Et probablement, qu'il savait très bien que le cadet ne répondrait pas, ce qui était la chose la plus crédible dans le cas, juste à voir à quel point il contrôlait chaque réaction pour être le plus discret possible, tentant de cacher tout ce qu'il trouvait embarrassant ou honteux. Puis il y avait aussi quelques apports positifs qu'il pouvait en retirer. Il pouvait surprendre l'aîné en répondait sincèrement, sans enjolivure. Mais il y avait possibilité que cela ne lui apporte que de la gêne et que le rouge se moque seulement de lui en le traitant d'imbécile. Devait-il prendre le risque, pour une putain de fois dans sa vie, agir sans penser aux conséquences, sans penser qu'il allait regretter, sans penser qu'il allait probablement avoir un envers forcément négatif à ses actes ? Il n'en était pas certain, et il s'agissait tout de même de Kessy, et il ne voulait pas baisser dans son estime, ni se faire mal voir par lui, ni se rabaisser à ses yeux.

Prenant une profonde inspiration, gardant les yeux fermés pour ne pas croiser son regard et perdre tout le courage qu'il avait emmagasiné à force de réfléchir et de s'encourager, il lécha nerveusement ses lèvres avant de murmurer, incapable de parler plus haut, sa voix un peu enrouée par l'angoisse naturelle qui s'éveillait chez lui chaque fois qu'il parlait sans réellement être convaincu que c'était une bonne idée « de faire.. ? Me toucher, évidemment... ou demander l'aide de quelqu'un pour le faire. » ses yeux s'ouvrirent, se fixant directement dans les siennes, son regard un peu éclairci ayant une lueur significative qui annonçait clairement son envie que le quelqu'un en question soit l'homme présentement assit sur ses genoux, qui le tyrannisait sexuellement depuis ce qui lui semblait être des heures.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
the bad kitty cat admin.

pseudo : mee.
avatar : kwon ji yong.
messages : 359
here since : 15/11/2011
points : 34412
âge : 28
patronus : un... chat. ouais.
animal de compagnie : dopey, un joli black racer qui n'apprécie pas trop les hommes~
my heart is : quoi ? mais t'écoutes pas ce qu'on dit, toi ? semblerait que la petite ryan l'ait volé.
i'm feeling like : an asshole.
ma baguette : 34,5 centimètres, très peu flexible, coeur de dragon & bois d’if. Les baguettes en bois d’if sont parmi les plus rares et leurs partenaires eux-mêmes sortent de l’ordinaire. Elles donnent à leur possesseur un pouvoir de vie ou de mort, ce qui leur donne également une réputation terrifiante. Avec en plus un cœur de dragon, accentuant son pouvoir déjà considérable, ce type de baguette peut devenir très dangereux et difficile à contrôler, elle doit absolument être maniée par une personne talentueuse et sûre d’elle. L’if ne choisit jamais un maître médiocre ou timide, vous devriez donc avoir les capacités pour dompter cette baguette.
wizard's spellbook :

dès qu'un humain vient à la vie, il est déjà assez vieux pour mourir. ben tiens, j'imagine que ça aurait pu m'éviter toute cette merde. mais tu sais, kyungjee, nul bonheur ne pourrait exister sans faculté d'oubli. et si tu oubliais heena, c'était comme si j'étais mort, non ? parce qu'apparemment, le bonheur ne s'acquiert qu'à force de courage, et tu sais très bien, mon vieux, que c'est pas mon fort. non tu vois, il n'y a rien qui soit entièrement en notre pouvoir sinon nos pensées. et ça tu l'as compris, joonha, hein ? oh, fais pas semblant, tu sais très bien de quoi je parle. non, non, t'auras pas raison de moi... enfin. mes pensées n'auront pas raison de moi, disons, puisque ce n'est pas par la satisfaction des désirs que s'obtient la liberté, mais par la destruction du désir, n'est-ce pas, min guk ? ouais, toi et moi, va falloir faire quelque chose. mais tu sais, je crois que j'opte plus pour la destruction, dans ce cas-là. mais encore, le désir est l'appétit de l'agréable, et je pense, là, ma petite becca, que tu ne pourrais mieux le prouver. ça semble bien agréable entre tes cuisses, n'est-ce pas ? dans tous les cas, à mes yeux elles le sont. mais la beauté se raconte encore moins que le bonheur, et ryan, tant que j'y suis, chère princesse, entre nous, il n'y a point besoin de mots. votre beauté défierait toutes les guerres, ça j'en suis certain, et la guerre... la guerre est un acte de violence destiné à contraindre l'adversaire à exécuter notre volonté, qu'il soit verbal ou physique. n'est-ce pas, cyrus ? mais pourtant, toi, tu n'en aurais pas besoin. tu ne t'en rends même pas compte, n'est-ce pas ? c'est absurde à quel point je peux te laisser me faire du mal. mais l'absurdité d'une chose n'est pas une raison contre son existence, c'en est plutôt une condition. ça doit expliquer notre amitié, hein, savon ? bon, d'accord, t'es un p'tit con. j't'emmerde, mais au fond, j't'aime bien. bien heureux que tu lises jamais ça. au moins, on dit bien que l'expérience, c'est là le fondement de toutes nos connaissances. d'ailleurs, parlant d'expérience, y'en a certaines qui sont à ne jamais recommencer. n'est-ce pas, soojin ? t'es bien têtue, cocotte, mais tu pourrais mettre ça dans ta palette de connaissance et ne plus me suivre. mais je te l'accorde, on dit bien que les passions sont comme la peste et le typhus. cessez de les combattre, elles reviennent. par contre, cette dernière, je te la dédierais à toi tout particulièrement, mark. ah, oups, jinjung. allez, pourquoi tu te bats ? obsession, passions, après tout... ouais. boire sans soif et faire l'amour en tout temps, madame. il n'y a que ça qui nous distingue des autres bêtes.


ah, ce bon vieux livre de philosophie...



MessageSujet: Re: {ended} ♣ don't you know what you just started?   Dim 8 Jan - 0:20

« fuck... » il perdait ses moyens, c'était de plus en plus visible. C'était la première fois qu'il l'entendait jurer et c'était presque étonnant – mais, en même temps, comment pouvait-il en juger ? Ce n'était pas comme s'il lui parlait réellement régulièrement. Il ne lui parlait pas du tout, en fait. Peut-être que Jinjung jurait beaucoup plus qu'il n'en donnait l'impression, finalement. Mais ça n'avait pas réellement d'importance lorsqu'il pouvait si bien sentir le membre du plus jeune durcir au travers de son pantalon, son excitation qui, soudainement, semblait monter en flèche, et ses joues rougies, accompagnées de ses iris noirs. Et après sa question, le bleu avait semblé entrer dans une période de réflexion et le rouge se demanda s'il réfléchissait réellement à une façon de lui répondre, ou si c'était simplement parce qu'il imaginait toutes les choses qu'il aurait voulu recevoir en cet instant, comme il l'avait prévu. Probablement un peu des deux, à en juger par l'expression qu'arborait son visage.

Le félin se retrouvait donc presque complètement nu, installé sur les cuisses du garçon, et à présent, aucune erreur de sa part n'était admissible, beaucoup trop exposé, il n'osait pas imaginer le drame que pourrait engendrer ne serait-ce qu'un minime signe d'excitation de sa part. Et pour le moment, tout allait bien, mais il ne savait pas s'il avait réellement aucune chance de résister aux réactions naturelles de son corps. Il s'agissait tout de même d'un autre corps collé au sien et d'une situation sexuelle. Autrement dit, il ne pouvait empêcher son propre corps de suivre la vague et d'en faire de même. Après tout, quelle était la réelle définition d'une excitation, ou d'une érection, dans le cas présent ? C'était se préparer à l'acte sexuel, mettre son corps en mode 'reproduction', aussi vulgaire et peu romantique pouvait devenir la chose mise sous cet angle. Certaines races d'animaux avaient des relations homosexuelles simplement par instincts. Instincts de mâle, besoin évident. Et pourtant, eux, on ne les qualifierait pas d'homosexuels – c'était une situation cocasse, tout simplement, mais la plupart des humains arrivaient à faire la différence entre une attirance sexuelle et des envies à combler, un manque. En l'occurrence, Kessy avait passé tellement plus de temps sous sa forme animale qu'humaine qu'il ne s'étonnait même plus d'avoir des instincts animaux plus poussés que ses propres instincts d'humain. Mais, à la fin, les humains n'étaient-ils pas tous des animaux, eux aussi ? Tout ce qu'ils avaient de plus, au fond, ce n'était qu'une intelligence meurtrière qui les poussaient à détruire, petit à petit, le monde dans lequel ils vivaient. On n'allait tout de même pas imaginer Kessy qui s’enrôlait chez la PETA ou quelque chose dans le genre, tout de même. Pourquoi se préoccuper d'une chose qui se passerait lorsqu'il ne serait même plus là ? Et ça, c'était bien un bel exemple que l'humain était con et qu'il ne faisait pas exception à la règle. Mais son existence n'était que temporaire et il n'aurait jamais même de petits-enfants dont il devrait s'inquiéter du sort. Il n'était pas désespéré au point de mettre fin à ses jours, mais pas assez con pour croire qu'il avait un quelconque avenir très brillant ou une grande famille à venir. La famille, pour lui, ça avait été rayé de sa liste de préoccupations principales il y avait cela bien des années. Famille ? Foutaise. Et, pour le moment, ce n'était pas comme s'il comptait bâtir une famille avec le plus jeune. Tout ce qu'il tentait de faire, c'était d'arriver à garder une once de contrôle, malgré la tension qu'il sentait tout doucement monter. Comment expliquer ce fait, maintenant ? Simple. Ce devait être de simples instincts. Quand était la dernière fois qu'il avait laissé d'autres mains que les siennes toucher son corps ? À part la petite brune d'il y avait de cela à peine une ou deux heures, qui n'avait pas mené à grand choses, d'ailleurs, les examens du temps des fêtes avaient pris beaucoup trop de temps pour qu'il n'y pense une seconde. Les études venaient avant toute autre chose, et même s'il n'avait pas passé le plus clair de son temps à étudier, il avait plutôt passé le plus clair de son temps à récolter des informations sur les examens auprès de ses professeurs. Quel serait le sujet principal, pouvait-il avoir un pré-examen, … etc. Ça n'avait pas servi à grand-chose, sauf en botanique : là, ça n'avait servi qu'à lui prouver qu'il coulerait cette matière encore une fois, probablement. Mais qu'est-ce qu'il s'en fichait, de cultiver un jardin de plantes meurtrières...

« me toucher, évidemment... ou demander l'aide de quelqu'un pour le faire. » son regard se redressa pour croiser celui de l'octopus, réalisant enfin qu'il s'était, lui aussi, perdu dans un tourbillon de pensées en tentant de contrôler les réactions de son corps. Tourbillon de pensées qui s'effaça bien rapidement, loin derrière sa tête alors que ses paroles le surprenait. Il n'arrivait pas à dire s'il était agréablement surpris – ou juste surpris, tout court. Il avait cru remarquer que le garçon était impulsif lors de ses observations, ou, même, juste ce soir, il avait cru le remarquer. Mais, cette fois, il s'attendait littéralement à ce que l'autre pleure ses excuses juste quelques secondes après avoir affirmé ces choses – mais rien ne se passa, et la langue du plus vieux claqua contre son palais en signe de – de quoi, en fait ? D'agacement, d'irritation ? Il ne savait pas ce qui l'irritait le plus. Le ton de sa voix – ce n'était presque qu'un murmure, mais pourtant – ou l'image qui lui venait en tête. L'espace de quelques secondes, il avait pu imaginer le plus jeune s'adonner à de telles pratiques, et l'image lui semblait tout particulièrement érotique. Sa tête était en constant déni, et il commençait à se sentir épuisé. Il ne comprenait plus rien et n'avait plus envie de réfléchir au pourquoi du comment, et, pourtant, il arrivait encore à le faire : n'était-ce pas parce qu'il l'imaginait penser à lui ? Peu importe qui le faisait, au fond, c'était toujours érotique. On lui avait déjà fait le coup, chez la gente féminine, mais jamais chez la gente masculine. Ce devait être le fait qu'il se procure du plaisir en pensant à lui, ou quelque chose dans le genre. Le fait qu'il, indirectement, arrivait à procurer du plaisir aux gens. Après, ça ne pouvait que faire monter la frustration. Et frustrer les gens ? Oh, ce qu'il aimait.

« hm ? » avait été sa seule réponse lorsqu'il avait remarqué son regard. Alors il le visait ? Visiblement, oui. Il voulait que lui le touche, le soulage ? Cette idée lui paraissait absurde et ne semblait avoir rien d'intéressant... du moins, rien à côté de la première. Et c'est là que l'idée le frappa. Il redressa soudainement la tête, et, probablement, il réalisa que le fait qu'il venait d'avoir une idée devait être visible. Mais pas tant, tout de même, juste assez pour que l'autre s'inquiète. Ou anticipe. Quoi qu'il en soit, un faible rire s'échappa d'entre les lèvres du capitaine et il passa une main dans ses cheveux, soupirant. Certes, c'était une bonne idée, mais avant, il devait... préparer le territoire. Il lécha ses lèvres, en douceur, penchant la tête vers l'entrejambe du garçon pour l'observer sans gêne, sa main – qui s'était glissée au travers de ses propres cheveux – retombant sur la cuisse du garçon et ses doigts pianotant le long de cette dernière, se dirigeant vers sa hanche pour revenir vers sa ceinture. « tu veux peut-être qu'on remédie à cette situation maintenant ? » demanda-t-il, dans un souffle, fixant son pantalon. Ou, plutôt, fixant la bosse qui se faisait de plus en plus proéminente. L'idée s'installait dans sa tête, doucement, l'empêchant de réfléchir à autre chose et le forçant presque à en faire un nouveau but. Il voulait le voir faire ça, drôlement, et les images qui lui venaient en tête avaient été suffisantes pour qu'une vague électrisante lui traverse le corps, le forçant à fermer les yeux une fraction de seconde. Et la dite vague était un très, très mauvais signe – du moins, en son sens à lui – et, pourtant, il n'en fit rien. Ses doigts s'accrochèrent à sa ceinture et il vint la déboucler avec la même douceur, faisant bien attention à appuyer la paume de sa main sur son entrejambe, mordillant, discrètement, l'intérieur de sa joue lorsqu'il pu sentir le sang affluer dans l'organe gonflé. Mais qu'est-ce qu'il avait ? Il n'en savait rien, mais il savait que son corps atteindrait bientôt ses limites. Il allait bientôt dépasser ce stade de contrôle absolu, et à en juger par l'électricité statique qui lui parcourait le corps, c'était très bientôt. Il se repositionna un peu sur ses cuisses, de façon à être un peu plus loin de lui et pouvoir se pencher vers l'avant, un peu... juste au cas. Lorsqu'il eut enfin débouclé sa ceinture, il ne la lui retira pas, s'occupant simplement de la dégager du chemin pour pouvoir déboutonner le dit pantalon et le détacher, léchant à nouveau ses lèvres, ses doigts retraçant l'ouverture de son pantalon, de façon à frôler à peine la zone un peu partout autour de son membre. Lui faire sentir sa présence sans pour autant l'appuyer assez pour qu'il n'en tire quelconque satisfaction, presque comme si ce n'était pas voulu. Oh, oui, Jinjung allait se toucher. Sous son nez, d'ailleurs. Mais il n'était probablement pas encore assez perdu pour le faire tout de suite – ce pourquoi il se pencha vers lui, inclinant la tête pour venir souffler contre son oreille. « c'est ici que tu veux que je te touche ? » le questionna-t-il, d'une voix basse, suave et à demi murmurée, son doigt s'aventurant finalement plus loin pour se poser sur son érection, voyageant du plus bas au plus haut qu'il pouvait atteindre et puis s'arrêtant, collant sa joue à la sienne. « je ne suis pas certain, encore. et si tu me montrais ? » conclut-il, avec un mince sourire, attrapant le poignet du plus jeune pour faire glisser sa main jusqu'à l'ouverture de son pantalon, ne se redressant pas mais posant son front contre son épaule pour avoir une vue plongeante sur le corps du plus jeune, le forçant à presser sa main contre sa propre excitation. « touche-toi. » ordonna-t-il, dans le plus grand des sérieux.

_________________
everybody wanna motherfucking know why

i dress so fly, sit so high, well bitch i do it cause i could. i'm so hood, yeah, i wear my pants below my waist and you and your man is planning to hate but i got these golds up in my mouth, if you get closer you'll know what i'm talkin about.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://akiwa.bb-fr.com


avatar
the sneaky gnawing admin.

pseudo : Jin~
avatar : Henry Lau ♥
messages : 252
double compte(s) : Yun Ivory
here since : 15/11/2011
points : 28176
âge : 23
patronus : changeant. quoi è.é
animal de compagnie : Mochi, un hamster nain, et Silver, un renard des neiges~
my heart is : forever mine.
i'm feeling like : confused boy is confused.
ma baguette : ta baguette mesure 27.5 cm, est moyennement flexible, possède un cœur de dragon et est en bois de cèdre. « On ne peut jamais berner le possesseur d’une baguette de cèdre » , en outre, il est aussi important de comprendre que le cèdre se rapporte toujours à un sorcier d’une force de caractère et d’une loyauté subjuguante. Ne soyez donc pas surpris si votre baguette est aussi forte tête que vous ! Mais rassurez-vous, cette petite vous mènera loin et tâchera de vous aider à protéger tous vos êtres chers avec loyauté et précision.
wizard's spellbook :

The tunning of violins
Major third, or a minor seventh-, I'm a violin tuned a little sharp, tuned a little below.~
il y a quelque chose qui ne tourne pas rond dans ma vie, un truc qui ne fonctionne pas. un truc hors de ma portée de raisonnement, et pourtant, mon esprit n'a jamais été aussi clair. Clair de quoi, ça ne je sais pas. clair de moi peut-être, parce que j'ai l'impression d'avoir lâché les reines de mon corps, et que je vois tout de loin.
Chained to you
Fascination casts a spell and you became more than just a mystery, and I think about you all the time~
C'est intriguant à quel point un humain à la possibilité d'exercer un certain contrôle mental sur un autre, et je ne peux désormais que bien comprendre ce phénomène, puisque je suis soumis à ce genre de contrôle, bien malgré moi, je l'assure. J'espère juste que les limites fixées ne vont pas éclater et que je vais me retrouver dans une situation très peu avantageuse...
Strange relationship
I keep pushing and you keep holding on, I'm already gone~
Tu penses quoi exactement lorsque tu joues à ce petit jeu subtil ? Tu crois que je ne vois pas ce qui se passe, et bien que ça m'amuse, j'ai peur qu'un jour ça dérape et qu'on ait trop loin toi et moi. Tu te sens capable d'arrêter ou va falloir que je continue de te rapeller la situation dans laquelle tu te trouves ?
Sense of humor
You will like my sense of humor, you will be addicted to my smile, laughing all the while~
maman min hee, n'est-ce pas ? tu me fais rire, mais l'inverse doit être vrai à un certain niveau sinon on s'entendrait pas aussi bien. tes erreurs constantes et tes tentatives ratées mettent un bon rire dans ma vie, c'est très agréable. merci beaucoup ♥️
Ego
I have been contemplating, letting go of you ego, thought I'd let you know, you're getting old~
Ça devient ridicule tout ça, tout est ridicule, et surtout toi. T'as des manières que je supporte pas, et tu me casses solidement les c- oui, bref. Si c'était pas de l'adoration dévouée d'un de mes meilleurs amis pour ta gueule, je t'aurai classé out-of-life depuis longtemps. reste loin de moi.
Like it or not
Me, a laptop, 2 suitcases and I'm coming to see you, whether you like it or not~
depuis quelques temps il y a un léger froid entre nous, il serait peut-être temps de nous revoir comme il se doit non ? Silver ? Oh, ce n'est pas si grave, ça va faire de beaux bébés tout ça. Me tappe pas ! J'ai quand même droit à une visite parentale de temps à autre, alors t'es mieux de m'ouvrir la porte ou j'te kidnappe ton chien.
Talk talk talk
Please hear me out, 'cause all I want to do is just talk talk talk to you.~
J'ai toujours besoin de toi, oui, plus que jamais peut-être. je me suis fait distant ces derniers temps, j'en ai conscience, mais disons que j'ai mes raisons. je t'ai pas envoyé bouler, je te rassure, c'est juste mon cerveau qui dérive et qui m'interdit une seconde de répit...tu veux bien m'aider à m'éclaircir les idées ?

And I sing, lalala~ ♫


MessageSujet: Re: {ended} ♣ don't you know what you just started?   Dim 8 Jan - 4:15

Il ne savait pas trop si sa réponse avait été la meilleure, ni s'il aurait dû simplement se taire, mais il n'avait pas encore reçu le retour négatif, ce qui s'avérait plutôt rassurant. Il avait plutôt remarqué une lueur intéressante s'allumer dans les yeux de l'aîné, ce qui avait directement titiller son attention. C'était peut-être seulement son imagination qui tentait de lui faire halluciner ce qu'il voulait voir, mais le plus vieux n'avait pas l'air particulièrement rebuté par ses mots, même si son claquement de langue l'avait un peu inquiété à un certain point. Mais il ne se moquait pas de lui, par encore du moins, et ne semblait pas dégoûté par ses paroles, ce qui était un plus sur lequel il ne cracherait certainement pas. Mais malheureusement, son excès de courage ne semblait pas avoir nécessairement encouragé l'ineo à lui donner le soulagement qu'il quémandait de manière peu discrète. Au contraire, il semblait plus pensif, et il devait avouer que de ce retrouver face à un Kessy pensif dans ce genre de situation n'augurait absolument rien de bon. Et sa crainte ne fit qu'augmenter lorsque ce dernier se redressa presque soudainement, le faisant sursauter, et il leva stupidement les yeux au-dessus de la tête de la sirène, presque sûr d'y trouver une ampoule allumée tant la trouvaille mentale avait provoqué une réaction subite chez l'aîné. Le léger rire qui suivit suffit à presque le faire trembler d'angoisse. Ça s'annonçait vraiment mal pour lui. Ce n'était toujours pas railleur, mais il pouvait vraiment s'attendre au pire pour que cette idée fasse rire ainsi son bourreau. Il n'avait jamais eut aussi peur pour une chose aussi risible, aussi... aussi quoi, d'ailleurs ? Il ne savait même pas ce que c'était, ce n'était ni matériel, ni encore réellement existant. Mais il savait qu'il n'allait probablement pas apprécier, ou ne pas apprécier de la bonne manière disons. Son regard rejoignit le visage du rouge une nouvelle fois, se mordant la lèvre alors qu'il réalisait que les yeux du jeune homme s'étaient abaissés jusqu'à son entrejambe beaucoup trop tendue à son goût désormais. Cette fois il eut par contre la décence de ne pas se sentir trop gêné ou humilié par ce regard, puisqu'il y était maintenant un peu plus habitué. Il n'avait plus rien à cacher, n'est-ce pas ? Après tout, c'était une réaction naturelle de son corps, et puis de toute façon l'aîné était déjà au courant, autant visuellement que physiquement. Il n'allait pas commencer à la jouer trop timide alors qu'il était déjà trop tard pour cacher son envie. Surtout qu'il ne se sentait pas particulièrement en droit de rester trop gêné alors qu'il avait lui-même faite une déclaration qui n'entrait pas vraiment dans la case de l'innocence. Alors soit, il était excité, et n'avait pas à en ressentir une honte si forte. Il avait derrière lui l'excuse de la virginité et des hormones, après tout. Et puis... la main qui glissait le long de sa cuisse pour rejoindre sa hanche ne l'aidait pas à se sentir vraiment gêné, en fait. « tu veux peut-être qu'on remédie à cette situation maintenant ? » Ses yeux s'étrécirent à cette question. Il trouvait qu'il en avait assez dit au niveau des aveux, et c'était beaucoup lui en demander d'oser dire ce qu'il avait en tête. Mais, incapable de résister à ce besoin de plaire au plus vieux pour recevoir ce dont il avait envie, il hocha lentement la tête, le regard fixé sur un point derrière l'épaule de l'aîné pour ne pas avoir à voir son visage. Il se sentait stupide et faible de se forcer ainsi à répondre, même si ce n'était pas verbalement, mais il avait l'impression que les avantages étaient plus grands que les inconvénients lorsqu'il osait exprimer, d'une manière ou d'une autre, ce qu'il pensait. Il passa une de ses mains sur son propre visage, pressant un instant ses doigts sur ses yeux clos comme s'il n'arrivait pas à suivre ce qui se passait, retirant bien vite ce qui lui bloquait la vue dans un halètement confus quand il sentit les doigts sur sa ceinture, ceinture qui fut d'ailleurs débouclée et tassée. Les choses commençaient à décidément se corser, et à aller un peu trop vite pour lui.

Jusqu'où irait-il ? Iraient-ils, même ? Jusqu'où Kessy avait-il l'intention de les mener, avec ce jeu qui virait réellement dangereux ? C'était un strip-tease, et rien dans ce genre d'activité n'obligeait le "danseur" à dénuder son "client" d'une quelconque manière. Mais le jeu avait changé depuis un moment, et avait passé à un tout autre niveau où le muneo n'avait plus aucun contrôle. Tout d'abord le maître du jeu, il était passé à un petit pion sans défense qui ne pouvait qu'encaisser sans rien dire, trop faible pour répliquer et trop désireux pour tout arrêter. Et le désir n'était que plus fort de secondes en secondes alors que les doigts l'agaçaient directement au niveau de son entrejambe, volontairement. Sa respiration s'entrecoupait désormais presque à chaque fois que les doigts se pressaient juste un peu trop contre la peau sensible de son membre, toujours par-dessus un vêtement, mais désormais bien moins épais que le tissu de son pantalon. Ses lèvres se pincèrent pour étouffer un petit son d'envie qu'il avait du mal à réprimer, et il déglutit difficilement en se rendant compte qu'il allait devoir contrôler le ton de sa voix, les gémissements involontaires et les réactions de son corps à un point qu'il n'avait jamais eut besoin d'atteindre jusqu'à présent, et ça l'inquiétait grandement. Son corps était très sensible au toucher de l'autre, et il avait déjà du mal avec son contrôle. Il imaginait mal toute la volonté dont il allait avoir besoin pour traverser ce genre d'épreuve inattendue. « c'est ici que tu veux que je te touche ? » Ses yeux se fermèrent de nouveau et ses doigts se crispèrent dans le vide avant de se relâcher, une de ses mains rejoignant le bord de la chaise pour s'y agripper, ne sachant pas trop quoi en faire, mais ayant décidément besoin de quelque chose pour se maintenir en contact avec la réalité. Son cerveau commençait à suivre le chemin de son visage en surchauffant à son tour. Il avait d'ailleurs du mal à comprendre comment sa tête n'avait pas encore prise en feu avec la chaleur qui semblait y prendre place depuis un bon moment déjà. La voix de l'ineo avait été un peu trop sensuelle, et son toucher c'était approfondit juste un peu, une sensation électrisante le secouant alors qu'il sentait une caresse plus poussée, directement sur son sexe. Son torse se souleva sous l'inspiration tremblante qu'il prit, et son regard s'abaissa presque malgré lui vers la main qui lui procurait cet effet plutôt dévastateur pour son pauvre esprit déjà sur le point de s'écrouler. Il se détendit un peu en sentant sa joue contre la sienne, mais cela ne dura qu'un moment, juste le temps que ses paroles ne s'enregistre dans son cerveau.

Lui montrer ? Quoi ? Pourquoi ? Lui montrer quoi ? Ses yeux s'écarquillèrent et il ne put empêcher sa tête de se secouer avec effarement quand les doigts de l'aîné s'enrouler autour de son poignet pour tirer sa main libre vers sa propre érection, un geignement de protestation s'échappant de ses lèvres sans qu'il ne fasse rien pour l'en empêcher, stupéfait et confus alors que ses doigts étaient pressés de force contre son entrejambe. « touche-toi. » il avait l'air terriblement sérieux, et cela effraya le muneo. Il ne pouvait, il ne pouvait réellement pas faire quelque chose comme ça, pas devant lui, pas devant personne, c'était impossible, c'était bien trop gênant, humiliant même, obscène. Kessy ne pouvait pas s'attendre à ce qu'il le fasse, tout de même, il n'en était pas question, il ne voulait pas, il.. il n'en était pas capable. Mais il ne riait pas, ne bougeait plus, il attendait. Il était sérieux. Ce n'était pas une blague, il s'attendait vraiment, il voulait vraiment que le cadet obéisse à cet ordre des plus pervers. « q-quoi ? non, non, je peux pas. p-pas devant...pas devant toi... je... » sa voix s'éteignit, faible et sans souffle. Aurait-il vraiment l'audace de désobéir à un ordre direct de la part de l'ineo ? Pouvait-il réellement se permettre de ne pas accepter ses conditions, ses demandes, alors que lui-même désirait tellement de chose de sa part ? Après tout, peut-être que s'il acceptait, s'il faisait... s'il...se dégradait à ce point devant lui. Oh, dieu, il ne pouvait pas, c'était tellement embarrassant. Même si cela lui apportait du positif, rien ne pourrait enlever ce sentiment de honte qui l'étranglait et faisait monter un malaise en lui. Même si c'était probablement sa seule chance de s'attirer les faveurs du rouge. Même si la sensation de sa propre main était presque rassurante. Il pouvait bouger ses doigts et soulager cette tension... il pouvait se procurer du plaisir sans avoir à attendre le bon vouloir de quelqu'un. Il pouvait...mais. Mais la sirène pouvait tout voir. Il savait. Il sentait son regard vrillé sur cette partie de son corps, il savait que ce qu'il sentait sur son épaule, c'était son front, et qu'il était placé ainsi juste pour pouvoir admirer le spectacle auquel il s'attendait. Comme si c'était impossible que Jin ne lui refuse ce petit plaisir personnel. Il devrait pourtant refuser, juste pour le contredire, juste pour lui prouver qu'il pouvait agir contre sa volonté. Mais c'était difficile d'ignorer son propre besoin grandissant, trop difficile, et il émit un soupir de défaite en laissant sa tête retomber sur l'épaule de son vis-à-vis, cachant son visage au creux de son cou en espérant que l'aîné aurait assez de pitié pour le laisser cacher sa gêne.

Ses dents s'attaquèrent à sa lèvre inférieure, déjà d'une teinte carmine assez foncée, alors que sa main se libérait de l'emprise des doigts du plus vieux pour se glisser sous son pantalon, n'osant pas vraiment passer la barrière du sous-vêtement pour le moment. La main qui était encore crispée contre la chaise remonta le long de la cuisse du rouge pour s'y agripper avec légèreté, ses doigts se crispant un peu contre sa peau mais sans plus, ne souhaitant pas se faire chasser de son nouvel emplacement. Ses pensées se brouillèrent dès qu'il pressa le bout de ses doigts contre la chair tendue camouflée par son boxer, son index appuyant à un endroit particulier sur la base de son membre, se faisant tressaillir presque volontairement alors qu'il agaçait cet endroit qu'il savait particulièrement sensible chez lui, une partie de lui-même notant qu'il n'avait probablement jamais été aussi excité auparavant, ce qui n'était pas si surprenant puisqu'il n'avait jusqu'à lors jamais partager une quelconque activité sexuelle avec une autre personne. Ses doigts remontèrent le long de son sexe, plaçant sa main de manière à ce que l'aîné puisse bien voir ce qu'il faisait, encore tout à fait conscient que ce qu'il faisait n'avait rien d'une petite séance de masturbation régulière mais bien un spectacle privé qu'il faisait dans le but précis de satisfaire les envies de quelqu'un qui n'était pas lui. Enfin, il satisfaisait bien ses propres envies d'une certaine manière, mais... d'une façon plus calme. Il ne devait pas agir en vitesse, et il n'avait pas de limite de temps, ni ce stress constant d'être surpris lorsqu'on vivait avec trois autres garçons. Il tourna un peu la tête, un souffle tremblant s'échouant contre la gorge du plus vieux. Il était incapable de garder la tête claire alors qu'il retraçait les contours de son gland, fermant les yeux pour imaginer une situation un peu différente, ce qui n'était pas très difficile vu la proximité de leurs corps. C'était si facile, avec la main du rouge si près de son entrejambe, de l'imaginer à sa place. Il rêvassait déjà, son cerveau se déréglant, le coupant presque de la réalité, ses doigts se resserrant un peu sur la cuisse du rouge alors que son autre main se glissait sous son sous-vêtement pratiquement par elle-même, s'enroulant autour de la base de son érection. Un gémissement franchit ses lèvres, clair et sans tentative de répression, cette fois, alors que la sensation de peau contre peau était presque trop fort pour lui. Il avait l'impression qu'il attendait ce contact depuis bien trop longtemps, et une vague de soulagement et de plaisir balaya son corps. Il caressa un peu plus franchement son membre durci en remontant et redescendant ses doigts, les gardant un peu lâches autour de son sexe pour continuer de ses faire plaisir sans risquer de briser ses propres barrières et de se mener à la jouissance dans un excès de besoin à combler. Et puis, mentalement, alors que son Kessy imaginaire avait sa main dans ses vêtements, il l'imaginait très bien être ce genre de personne qui agaçait beaucoup avant de réellement procurer un plaisir vif et cru à son...sa... la personne étant avec lui. « ...kessy.. » son nom lui échappa, volontairement, un peu suppliant, un peu désespéré, alors que le plus jeune ne savait plus trop où se mettre, quoi faire, s'il devait continuer, arrêter, pousser plus loin, lui offrir le spectacle complet ou pas, se dénuder, garder ses vêtements... Il avait déjà du mal à penser, du mal à le faire, l'embarras, le plaisir et la confusion se mélangeant en un sentiment inexplicable et complètement déstabilisant qui le rendait totalement inapte à réfléchir. Et dans un sens, c'était probablement tant mieux, car être capable de réfléchir à ce moment l'aurait probablement mené à sa perte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
the bad kitty cat admin.

pseudo : mee.
avatar : kwon ji yong.
messages : 359
here since : 15/11/2011
points : 34412
âge : 28
patronus : un... chat. ouais.
animal de compagnie : dopey, un joli black racer qui n'apprécie pas trop les hommes~
my heart is : quoi ? mais t'écoutes pas ce qu'on dit, toi ? semblerait que la petite ryan l'ait volé.
i'm feeling like : an asshole.
ma baguette : 34,5 centimètres, très peu flexible, coeur de dragon & bois d’if. Les baguettes en bois d’if sont parmi les plus rares et leurs partenaires eux-mêmes sortent de l’ordinaire. Elles donnent à leur possesseur un pouvoir de vie ou de mort, ce qui leur donne également une réputation terrifiante. Avec en plus un cœur de dragon, accentuant son pouvoir déjà considérable, ce type de baguette peut devenir très dangereux et difficile à contrôler, elle doit absolument être maniée par une personne talentueuse et sûre d’elle. L’if ne choisit jamais un maître médiocre ou timide, vous devriez donc avoir les capacités pour dompter cette baguette.
wizard's spellbook :

dès qu'un humain vient à la vie, il est déjà assez vieux pour mourir. ben tiens, j'imagine que ça aurait pu m'éviter toute cette merde. mais tu sais, kyungjee, nul bonheur ne pourrait exister sans faculté d'oubli. et si tu oubliais heena, c'était comme si j'étais mort, non ? parce qu'apparemment, le bonheur ne s'acquiert qu'à force de courage, et tu sais très bien, mon vieux, que c'est pas mon fort. non tu vois, il n'y a rien qui soit entièrement en notre pouvoir sinon nos pensées. et ça tu l'as compris, joonha, hein ? oh, fais pas semblant, tu sais très bien de quoi je parle. non, non, t'auras pas raison de moi... enfin. mes pensées n'auront pas raison de moi, disons, puisque ce n'est pas par la satisfaction des désirs que s'obtient la liberté, mais par la destruction du désir, n'est-ce pas, min guk ? ouais, toi et moi, va falloir faire quelque chose. mais tu sais, je crois que j'opte plus pour la destruction, dans ce cas-là. mais encore, le désir est l'appétit de l'agréable, et je pense, là, ma petite becca, que tu ne pourrais mieux le prouver. ça semble bien agréable entre tes cuisses, n'est-ce pas ? dans tous les cas, à mes yeux elles le sont. mais la beauté se raconte encore moins que le bonheur, et ryan, tant que j'y suis, chère princesse, entre nous, il n'y a point besoin de mots. votre beauté défierait toutes les guerres, ça j'en suis certain, et la guerre... la guerre est un acte de violence destiné à contraindre l'adversaire à exécuter notre volonté, qu'il soit verbal ou physique. n'est-ce pas, cyrus ? mais pourtant, toi, tu n'en aurais pas besoin. tu ne t'en rends même pas compte, n'est-ce pas ? c'est absurde à quel point je peux te laisser me faire du mal. mais l'absurdité d'une chose n'est pas une raison contre son existence, c'en est plutôt une condition. ça doit expliquer notre amitié, hein, savon ? bon, d'accord, t'es un p'tit con. j't'emmerde, mais au fond, j't'aime bien. bien heureux que tu lises jamais ça. au moins, on dit bien que l'expérience, c'est là le fondement de toutes nos connaissances. d'ailleurs, parlant d'expérience, y'en a certaines qui sont à ne jamais recommencer. n'est-ce pas, soojin ? t'es bien têtue, cocotte, mais tu pourrais mettre ça dans ta palette de connaissance et ne plus me suivre. mais je te l'accorde, on dit bien que les passions sont comme la peste et le typhus. cessez de les combattre, elles reviennent. par contre, cette dernière, je te la dédierais à toi tout particulièrement, mark. ah, oups, jinjung. allez, pourquoi tu te bats ? obsession, passions, après tout... ouais. boire sans soif et faire l'amour en tout temps, madame. il n'y a que ça qui nous distingue des autres bêtes.


ah, ce bon vieux livre de philosophie...



MessageSujet: Re: {ended} ♣ don't you know what you just started?   Dim 8 Jan - 23:16

Contre toute attente, Kessy n'avait rien à voir avec un de ces vulgaires amateurs de pornographie qui ne savaient qu'à moitié s'y prendre. Le félin n'était probablement pas assez narcissique ou confiant en lui-même pour affirmer être un Dieu du lit, mais il était cependant assez objectif pour se considérer relativement excellent lorsqu'il s'agissait de manier l'art de l'érotisme. Baiser ? Il n'y avait pas de telles choses, pour lui. Il avait, avait eut et aurait toujours plusieurs amantes, et aucune d'entre elles n'avaient reçu un traitement particulièrement charmant lorsque les ébats s'étaient terminés, mais aucune d'entre elles ne pouvait dire le contraire : Kessy les avait aimées toutes et chacune à leur juste valeur, du moins au lit, et les avait gâtées, traitées comme des reines ne serait-ce que l'espace de quelques heures. Malgré ce que ces langues de vipères pouvaient faire croire à son sujet ; ce n'était pas tout le monde qui pouvait se glisser sous les draps de l'américain. Au contraire, c'était un privilège qu'on devait se mériter. Il n'était pas assez fou pour prétendre qu'aucune de ses conquêtes n'avait jamais été spontanée et qu'elles avaient toutes été réfléchies et choisies ; c'était faux, et doublement faux. Celles-ci étaient généralement les plus belles, les plus mémorables. Elles venaient et repartaient, acceptaient d'être aimées l'espace d'une demi-nuit pour être oubliées par la suite, marquant pourtant de vifs souvenirs la tête du félin. Elles avaient toutes un parfum différent ; parfois plus discret et d'autres fois beaucoup moins naturel, mais qu'y avait-il de plus magnifique, au final, que d'être maître des tourmentes érotiques de mademoiselle... ou monsieur ? Il avait fermé les yeux en sentant la tête de l'octopus se poser sur son épaule, un long frisson courant le long de son échine, lui donnant l'impression que des épines lui poussaient dans le dos, au creux des omoplates, des reins, lui donnant l'étrange envie de se recroqueviller pour l'empêcher de souffler sur sa peau sensible. Qu'avait-il donc ? Son estomac se nouait douloureusement et sa peau, contre la sienne, lui semblait presque insupportable. Son parfum lui venait aux narines, délicat, plus masculin, et il en conclut qu'il n'en était pas moins attirant. C'est à cet instant même qu'il fit le lien, une ultime conclusion – les limites n'existaient plus, étaient trop floues, dépassées et ignorées depuis bien trop longtemps pour qu'il ne tente d'en imposer de nouvelles. Ça n'avait plus aucun sens de les imposer, de toute évidence. Qui savait où ça pouvait le mener ? S'il avait été un peu plus admirable, s'il n'avait pas éradiqué toute humanité en lui-même il y avait de cela quelques années, déjà, peut-être aurait-il mieux compris l'essence même de la chose. Ça n'avait rien à voir avec ce qu'il était, ce qu'il aspirait à être ou ce que les autres tentaient de faire de lui, finalement. Et ce qu'il se passait derrière le rideau... restait derrière le rideau. Il humecta ses lèvres, ravalant discrètement et difficilement sa salive, penchant la tête un peu pour la poser sur la sienne. Son parfum. Il avait envie de l'embouteiller et de le garder avec lui.

Ses doigts se désistèrent, laissant aller son poignet, et son front vint rejoindre à nouveau son épaule et ses yeux se reposèrent vers son entrejambe, partiellement à découvert, à présent, mais toujours caché par le sous-vêtement. Voyeur, il avait du mal à fixer ses pensées sur autre chose alors que sa main se glissait sous son pantalon et qu'il pouvait voir ses doigts jouer sur son propre sexe, tendu, engorgé de sang. Et la vue était insoutenable, pourtant si captivante, et sa perversion l'emportait depuis belle lurette sur sa raison. Raison ? Mais quelle raison. Il n'y avait aucune raison à se faire lorsqu'il pouvait sentir ces énormes vagues de chaleur l'emporter, le noyer, faire battre son cœur un peu plus rapidement et lui donner l'impression que chaque millimètre de sa peau devenait érogène. Il y avait une course au travers de son corps, un marathon dans ses veines, une électricité statique l'empêchant de penser à autre chose : le garçon qui s'apprêtait à se toucher, sous son nez, assouvissant certaines de ses envies les plus perverses. Et ces vagues, qui le traversaient déjà depuis quelques secondes, venaient s'échouer au bas de son ventre, cruellement. Son souffle tremblant contre sa gorge et bientôt un gémissement, sa main qui s'insinuait sous son boxer pour visiblement attraper sa verge et les mouvements de la dite main, et toutes les choses qu'il pouvait imaginer. Il pouvait sentir le sang affluer dans la région sud de son corps, tout particulièrement entre ses jambes, et inévitablement engorger son propre membre qui se réveillait, lentement, son érection naissante n'annonçant rien de très agréable pour son cas au cours des quelques prochaines minutes. Ou heures, qui sait, au fond. « ...kessy.. » nouveau choc électrique qui le parcourait, lui donnait envie de se plier en deux, lui infligeant presque des crampes, le ton de sa voix l'empêchant de voir clair et de réfléchir à quoi que ce soit, à présent. Sa voix, son prénom et le ton qu'il avait employé ; ce simple mot de cinq lettres se répétait dans sa tête, en écho, et il se demanda l'espace de quelques secondes s'il ne devait pas supplier le ciel d'avoir un peu de pitié sur lui. Il ne comprenait pas ce que son corps tentait de lui faire comprendre, mais tout ce qu'il savait, à présent, c'était une chose ; il y avait un énorme concentré de frustration en lui, et ça lui éclatait à la gueule, soudainement, comme s'il venait tout juste de réaliser que le jeune Jinjung pouvait, lui aussi, être attirant.

« continue. » souffla-t-il en guise d'ordre, redressant la tête, attrapant la mâchoire du plus jeune de sa main droite et sa main gauche venant se serrer autour de la sienne, par-dessus le vêtement. L'envie était devenue beaucoup trop forte pour qu'il ne puisse y résister et si ses doigts s'enfonçaient un peu trop fort dans sa mâchoire, ses lèvres ne l'avaient pas pour autant managé, le forçant à lever la tête, venant mordiller le creux de son cou avant de faire voyager ses lèvres le long de sa gorge. La définition du mot « jouet » se concrétisait en ce qui concernait Jin, et il apprendrait probablement très bientôt que Kessy était très possessif lorsqu'il s'agissait de ses jouets ; ils étaient rares, il n'en collectionnait pas beaucoup, mais ceux-ci devaient bien rester de la rare marchandise, n'est-ce pas ? Il ne s'amusait pas avec n'importe quoi – ou n'importe qui – pensait-il, absurdement, alors que ses lèvres s'accaparaient un bout de peau juste sous sa mâchoire pour le suçoter, son pouce venant se presser sous son gland – toujours au travers du vêtement – comme pour le tenir occupé, au même moment. Ce devait être la première fois qu'il faisait les choses aussi délibérément sans se poser de questions, et il n'arrivait toujours pas à savoir si ça lui faisait du bien ou si ça l'inquiétait plus qu'autre chose – mais, dans tous les cas, il s'amusait. Et lorsque ses lèvres lâchèrent le bout de peau qu'elles s'étaient appropriées, son pouce se détacha de sa mâchoire pour passer sur la marque violacée, un mince sourire étirant le coin de ses lèvres. Fier ? Plutôt. Il aurait pu payer pour voir la gueule de ses camarades de classe, de dortoir ou même de chambre. Il patienta quelques secondes avant de relâcher sa mâchoire et son entrejambe, sa joue se collant à la sienne et son regard revenant se poser vers le dit entrejambe, sa lèvre inférieure coincée entre ses dents alors que sa main gauche – toujours au même endroit – venait tirer sur son pantalon, tout doucement. « laisse-moi voir... » demanda-t-il, affichant une moue. Ce n'était pas qu'il n'osait pas baisser son sous-vêtement de suite, mais plutôt... une marque de respect, peut-être. Probablement, en fait. Au fond, il était bien parti, et il ne tenait pas à tout détruire en un clin d'oeil ; Jin allait tout de même décider du moment. Sa main se glissa un peu plus haut, venant jouer sur la peau nue de son bas-ventre, le titillant encore un peu plus comme s'il cherchait à lui faire comprendre qu'après, il prendrait la relève. Il ne savait pas réellement si c'était le cas, mais il savait au moins que ce genre de promesses non-dites semblaient fonctionner. Après ; pourquoi pas, lui procurer du bien ? Ce n'était pas si mal. L'imaginer gémir sous ses touchers et cambrer le dos ou atteindre l'extase et - -

Il pinça soudainement les lèvres et ferma brusquement les yeux. Il y avait définitivement quelque chose qui ne tournait pas rond dans toute cette situation, mais la chose qui clochait le plus devait être : son membre qui prenait vie et pulsait violemment, entre ses jambes. Mais plutôt que de se cacher ou quoi que ce soit dans le genre, il vint poser ses mains de chaque côté de la tête du garçon et se pressa contre lui, roulant le bassin comme il l'avait fait un peu plus tôt puis penchant la tête, ses fesses retrouvant rapidement ses cuisses alors qu'il semblait lui demander 'qu'est-ce que tu attends ?'

_________________
everybody wanna motherfucking know why

i dress so fly, sit so high, well bitch i do it cause i could. i'm so hood, yeah, i wear my pants below my waist and you and your man is planning to hate but i got these golds up in my mouth, if you get closer you'll know what i'm talkin about.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://akiwa.bb-fr.com


avatar
the sneaky gnawing admin.

pseudo : Jin~
avatar : Henry Lau ♥
messages : 252
double compte(s) : Yun Ivory
here since : 15/11/2011
points : 28176
âge : 23
patronus : changeant. quoi è.é
animal de compagnie : Mochi, un hamster nain, et Silver, un renard des neiges~
my heart is : forever mine.
i'm feeling like : confused boy is confused.
ma baguette : ta baguette mesure 27.5 cm, est moyennement flexible, possède un cœur de dragon et est en bois de cèdre. « On ne peut jamais berner le possesseur d’une baguette de cèdre » , en outre, il est aussi important de comprendre que le cèdre se rapporte toujours à un sorcier d’une force de caractère et d’une loyauté subjuguante. Ne soyez donc pas surpris si votre baguette est aussi forte tête que vous ! Mais rassurez-vous, cette petite vous mènera loin et tâchera de vous aider à protéger tous vos êtres chers avec loyauté et précision.
wizard's spellbook :

The tunning of violins
Major third, or a minor seventh-, I'm a violin tuned a little sharp, tuned a little below.~
il y a quelque chose qui ne tourne pas rond dans ma vie, un truc qui ne fonctionne pas. un truc hors de ma portée de raisonnement, et pourtant, mon esprit n'a jamais été aussi clair. Clair de quoi, ça ne je sais pas. clair de moi peut-être, parce que j'ai l'impression d'avoir lâché les reines de mon corps, et que je vois tout de loin.
Chained to you
Fascination casts a spell and you became more than just a mystery, and I think about you all the time~
C'est intriguant à quel point un humain à la possibilité d'exercer un certain contrôle mental sur un autre, et je ne peux désormais que bien comprendre ce phénomène, puisque je suis soumis à ce genre de contrôle, bien malgré moi, je l'assure. J'espère juste que les limites fixées ne vont pas éclater et que je vais me retrouver dans une situation très peu avantageuse...
Strange relationship
I keep pushing and you keep holding on, I'm already gone~
Tu penses quoi exactement lorsque tu joues à ce petit jeu subtil ? Tu crois que je ne vois pas ce qui se passe, et bien que ça m'amuse, j'ai peur qu'un jour ça dérape et qu'on ait trop loin toi et moi. Tu te sens capable d'arrêter ou va falloir que je continue de te rapeller la situation dans laquelle tu te trouves ?
Sense of humor
You will like my sense of humor, you will be addicted to my smile, laughing all the while~
maman min hee, n'est-ce pas ? tu me fais rire, mais l'inverse doit être vrai à un certain niveau sinon on s'entendrait pas aussi bien. tes erreurs constantes et tes tentatives ratées mettent un bon rire dans ma vie, c'est très agréable. merci beaucoup ♥️
Ego
I have been contemplating, letting go of you ego, thought I'd let you know, you're getting old~
Ça devient ridicule tout ça, tout est ridicule, et surtout toi. T'as des manières que je supporte pas, et tu me casses solidement les c- oui, bref. Si c'était pas de l'adoration dévouée d'un de mes meilleurs amis pour ta gueule, je t'aurai classé out-of-life depuis longtemps. reste loin de moi.
Like it or not
Me, a laptop, 2 suitcases and I'm coming to see you, whether you like it or not~
depuis quelques temps il y a un léger froid entre nous, il serait peut-être temps de nous revoir comme il se doit non ? Silver ? Oh, ce n'est pas si grave, ça va faire de beaux bébés tout ça. Me tappe pas ! J'ai quand même droit à une visite parentale de temps à autre, alors t'es mieux de m'ouvrir la porte ou j'te kidnappe ton chien.
Talk talk talk
Please hear me out, 'cause all I want to do is just talk talk talk to you.~
J'ai toujours besoin de toi, oui, plus que jamais peut-être. je me suis fait distant ces derniers temps, j'en ai conscience, mais disons que j'ai mes raisons. je t'ai pas envoyé bouler, je te rassure, c'est juste mon cerveau qui dérive et qui m'interdit une seconde de répit...tu veux bien m'aider à m'éclaircir les idées ?

And I sing, lalala~ ♫


MessageSujet: Re: {ended} ♣ don't you know what you just started?   Lun 9 Jan - 1:47

Sa tête semblait être sur le point d'exploser, certainement pas de douleur, mais il ne savait pas exactement de quoi, et ses sens semblaient s'être limités au toucher et à l'ouïe, car il n'arrivait plus à faire le point sur ce qui se passait devant lui, autour de lui, simplement les mouvements de ses propres doigts autour de son membre tendu, et le son de sa propre respiration et parfois, lorsqu'il retenait son souffle, de celle du plus vieux dont il percevait la présence une partie du temps, quand il ne bougeait pas trop ou tentait de se concentrer sur autre chose que les ondes de plaisir qu'il ressentait à chaque fois qu'une caresse venait soulager ce besoin pressant de plaisir qui commençait à écraser ses autres désirs. Et même s'il avait demandé sa guidance, de sa voix implorante qui semblait étrangement avoir fait son effet sur lui, sa température corporelle ayant soudainement augmentée, encore un peu plus fraîche que sa propre chair, mais définitivement plus chaude qu'à peine quelques minutes auparavant, il n'eut pas l'impression d'acquérir grand chose lorsque l'aîné lui indiqua simplement de continuer, ce qu'il fit sans poser de question. Si c'était le seul moyen pour lui de soulager cette tension grimpante dans l'ensemble de son corps, il n'allait pas se plaindre, même s'il aurait nettement préféré un certain coup de main de la part du rouge. Un coin de son cerveau lui promit pourtant de belles retombées s'il continuait d'obéir sagement, et il ne put que lui accorder raison, puisque c'était en quelque sorte la seule partie non dormante de son cortex au moment même. Déjà qu'il avait du mal à aller à l'encontre des ordres de l'ineo, s'il commençait à se battre avec lui-même, il n'allait pas s'en sortir. Ses doigts se resserrèrent juste un peu quand la main du rouge se pressa contre la sienne, seulement séparées par la mince barrière de tissu qui le cachait encore aux yeux du plus vieux, grognant légèrement alors que la réalité commençait à prendre le pas sur sa rêvasserie mentale. Il avait du mal à garder les pieds sur terre, dangereusement du mal, et il lui semblait que rien ne tentait de l'aider à rester bien accroché à la réalité lorsque les doigts du plus vieux attrapèrent sa mâchoire juste un peu trop fort, juste assez pour que le cadet craigne d'avoir des marques le lendemain, ce qui pourrait alors s'avérer extrêmement gênant et difficile à camoufler, lui qui n'était pas un expert en matière de maquillage. Quoiqu'il pourrait probablement trouver un sortilège de camouflage pour éviter les regards trop curieux... Sa tête fut relevée, et pendant quelques secondes ses mouvements s'arrêtèrent, ses yeux s'entrouvrant avec inquiétude, incertain de vraiment vouloir avoir le visage à découvert, et il fut presque content lorsqu'il réalisa que l'aîné ne faisait ça que pour avoir un meilleur accès à son cou. Presque content, car ce nouveau toucher le fit longuement frémir, et son cerveau s'accrocha presque désespérément à cette marque d'intérêt qu'il accordait enfin à son corps d'une manière tout à fait directe. Jusqu'à lors, les diverses actions posées incluant un certain contact physique avait toujours été dans un but bien précis qu'il avait réussit à reconnaître après quelques réflexions. Pour avoir les billets, pour l'agacer, pour jouer avec ses nerfs, pour le convaincre d'agir en fonction de ses désirs... mais cette fois, il n'y avait pas de but visible, ni caché, ni rien. Avec ce qu'il était en train de faire, avec la disposition de leurs corps, avec les actions précédentes, il pouvait assurer que ce n'était certainement pas pour l'exciter d'avantage, car il était probablement déjà à son plein potentiel, l'effet de sa main contre la sienne était définitivement plus agressant pour ses nerfs déjà bien limé, et il n'avait plus besoin d'être vraiment convaincu, à ce degré. Résultat ? C'était probablement un simple coup de tête, une envie qu'il avait décidé de satisfaire. Ce n'était pas quelque chose de vraiment extraordinaire, mais pour le muneo, c'était une petite victoire à son actif. Enfin, ça et l'augmentation pratiquement drastique de la chaleur corporelle du rouge qui annonçait sans l'ombre d'un doute une accumulation d'excitation sexuelle, dont il n'avait pas la preuve visuelle, mais qu'il pouvait pratiquement deviner la présence de par certaines réactions du corps au-dessus du siens.

La courte analyse qu'il avait réussit à faire après avoir arrêté ses propres mouvements brièvement se dissipa aussi vite qu'elle était apparue lorsque, d'un même mouvement, une pression au niveau de son entrejambe fit monter un choc presque violent le long de son dos pendant qu'un tiraillement inconnu juste sous sa mâchoire le fit sursauter, un moment d'incompréhension marqué de plaisir le prit par surprise, lui faisant un peu tourner la tête. Cela lui prit quelques secondes pour se remettre de l'étrange stupéfaction l'ayant secouée, et il réalisa que ledit tiraillement devait, enfin, il imaginait, il ne pouvait pas voir ni en être certain, être un signe avant-coureur d'une marque violacée due à l'éclatement de petites veines situées sous sa peau. Vulgairement parlant, un suçon. Son sang ne fit qu'un tour et il resta sans voix, ne sachant pas s'il devait ressentir une certaine honte d'être marqué ainsi, ou une confusion, ou... ou quelque chose d'autre que cette impression de satisfaction qui lui donnait envie de sourire. Il s'abstint bien de le faire, par contre, ne voulant pas se faire questionner sur cette réaction plutôt inhabituelle -ou l'était-elle ? Comment pouvait-il le savoir, après tout, il n'avait jamais seulement vu quelqu'un arborant ce genre de marque annonçant habituellement, à ce qu'il savait, une propriété intime de la personne marquée au marqueur...- suite à ce genre de chose. Ses yeux se refermèrent quand il sentit le pouce du plus vieux caresser l'endroit où il venait de laisser sa trace, relâchant peu après la prise qu'il avait toujours sur son visage, la pression sur son sexe disparaissant aussi, ne laissant que ses propres doigts pour se satisfaire. Point positif; sa bête envie de sourire disparu en même temps que les mains du plus vieux, ce qui laissa libre sa concentration pour qu'il puisse retenir d'autres types de réaction qui pouvaient s'avérer un peu plus gênantes. Comme, par exemple, le couinement surpris qui manqua de lui échapper lorsqu'il sentit ses pantalons se faire tirer un peu. « laisse-moi voir... » il déglutit difficilement, ne sachant pas trop comment réagir à ces mots. Il avait fait beaucoup déjà, sortant de sa zone de confort au point qu'il ne pouvait même plus la sentir, en faisant plus que ce qu'il avait imaginer qu'il en ferait avant plusieurs années encore, avec quelqu'un qu'il n'aimait même pas, qu'il connaissait à peine, et qui éveillait en lui plus de crainte et de respect que de bien-être et de confiance. Il se sentait déjà honteux de son comportement, il se sentait... il se sentait facile. C'était plus que désagréable, c'était mauvais pour lui, pour son image de lui-même, mais pourquoi en ressentait-il alors une telle excitation ? Pourquoi ne se dégoûtait-il pas encore ? Pourquoi continuait-il, comme un imbécile, à obéir à ces ordres dégradants ? Il n'était déjà pas en confiance avec lui-même, il n'était pas fier de son corps, et il était habituellement gêné de se changer devant ses camarades de dortoirs qui étaient plus âgés et dont la carrure était plus sculptée par l'âge que la sienne. Mais avec Kessy, il avait l'impression d'avoir un quelque chose de particulier, il avait ce sentiment de perte de contrôle et cette impression qu'il pouvait juste écouter sans avoir besoin de réfléchir, qu'il n'avait rien à craindre de l'image qu'il pouvait projeter, parce qu'il n'était pas vraiment attaché, que c'était une soirée unique... qu'il n'aurait que ça. Pas besoin alors de donner une bonne impression de soi. Un soir, une nuit, et c'était finit. Il avait beau sentir l'humiliation lui tordre la gorge, il ne voyait pas les conséquences du lendemain, et sans conséquences, pas de regrets. Alors autant tout donner. Et puis s'il ne voulait plus jouer... il pouvait toujours arrêter. Parce que ce n'était qu'un jeu, après tout.

S'accrochant à cette idée comme à une bouée de sauvetage dans son océan noir d'inquiétude, il prit sur lui de continuer la soirée, de laisser s'approfondir le jeu jusqu'à ce qu'il ne puisse plus supporter la pression et le tourment que cela lui apportait. Tourment qui, se dit-il avec amusement, risquait de disparaître au moment même où l'ineo allait véritablement poser ses mains sur lui, dans un but un peu différent que celui qui l'avait animé durant son strip-tease. Strip-tease parlant, il devait en quelque sorte s'y mettre aussi, puisque visiblement l'aîné avait bien dans l'idée de le laisser faire sur ce point. Ses doigts glissaient juste au-dessus de son sous-vêtement, tout près de son propre poignet, presque annonciateur des futurs plaisirs qu'il allait lui-même lui procurer. Son regard descendit, lentement, alors que sa langue passait sur ses lèvres enflées par ses morsures pour les humidifier, pour se rendre jusqu'à l'endroit où les yeux du rouge étaient eux-mêmes posés, et il souffla nerveusement. Prendre conscience de ce qui se passait vraiment, alors qu'il voyait de ses propres yeux sa main qui, comme pour bien assurer sa présence, fit un bref mouvement de va-et-vient qui le fit tressaillir. Il releva par contre bien vite la tête, son regard se fixant, alerté, sur son vis-à-vis alors que se dernier se mouvait de nouveau contre lui, aguichant, cherchant visiblement à lui faire accélérer le pas, ses propres doigts se crispant sur la cuisse pâle du plus vieux. Sa tête sembla se souvenir d'un certain détail et il rebaissa les yeux presque trop rapidement, la chaleur dans son corps semblant prendre un nouveau degré ou deux alors qu'il avait enfin la preuve visuelle qu'il cherchait précédemment. Kessy était bel et bien excité lui aussi, et cette information ne faisait que le pousser un peu plus dans les méandres du désir alors que son cerveau lui faisait difficilement comprendre qu'il était la cause de tout ceci. Comme si cette vision lui avait fait prendre une soudaine décision, sa main quitta la jambe de l'ineo pour se glisser vers son propre sous-vêtement, n'osant pas encore diriger son attention physique vers l'érection de son bourreau qui semblait toujours vouloir satisfaire ses envies de voyeurisme. Il glissa son pouce sous l'élastique de son boxer au niveau de l'aine, hésitant tout de même encore un peu, ses doigts remontant et raffermissant leur prise sur son membre alors que l'autre main descendant avec une lenteur involontairement sensuelle, ses yeux se fermant et sa tête se détournant comme pour ne pas être obligé de prendre conscience de l'ampleur de ce qu'il était en train de faire, abaissant son sous-vêtement aussi bas que possible, le vêtement se bloquant juste un peu en bas de la naissance de ses cuisses. Se coupant de l'extérieur pour ne pas figer dans cette position, il oublia les yeux fixés sur lui, oublia la présence du corps près du siens, oublia la chaleur qui en émanait, s'obligeant à imaginer plus fort, de manière plus réaliste, et il laissa sa tête rouler vers l'arrière alors que ses doigts se relâchaient un peu et que son pouce venait caresser avec douceur son gland. Il laissa le lourd frémissement secouer discrètement son corps, retenant le grognement qui semblait vouloir quitter sa gorge sans son consentement, perdant tout à fait sa concentration alors que sa main libre heurtait l'intérieur de la cuisse de l'ineo dans une tentative de s'agripper à quelque chose, ses yeux s'ouvrant et se fixant sur le visage de son vis-à-vis, soufflant au travers de sa respiration déréglée « assez.. ? » sa gêne l'empêchait un peu de continuer, de faire plus, mais il en voulait tellement plus. Alors il jouait sur sa dernière option; demander à celui qui semblait bien décider à dominer le jeu pour qu'il se joue selon ses désirs. Jin n'avait jamais eut l'âme d'un exhibitionniste, et il espérait vraiment que le spectacle, un peu maigre certes, mais le premier en ce genre qu'il faisait, avait été suffisant pour les goûts du jeune homme. Mais évidemment, si le plus vieux voulait qu'il continue, il y avait peu de chance qu'il ne se plie pas à sa volonté, autant parce qu'il voulait lui plaire que parce qu'il était en terrain inconnu et qu'il n'arrivait pas à savoir s'il agissait correctement ou non sans que les réactions de l'aîné ne le confirme. Il ne pouvait donc alors que se laisser guider sagement, et attendre une opportunité qui le mettrait un peu plus à l'aise où il pourrait prendre ses propres décisions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
the bad kitty cat admin.

pseudo : mee.
avatar : kwon ji yong.
messages : 359
here since : 15/11/2011
points : 34412
âge : 28
patronus : un... chat. ouais.
animal de compagnie : dopey, un joli black racer qui n'apprécie pas trop les hommes~
my heart is : quoi ? mais t'écoutes pas ce qu'on dit, toi ? semblerait que la petite ryan l'ait volé.
i'm feeling like : an asshole.
ma baguette : 34,5 centimètres, très peu flexible, coeur de dragon & bois d’if. Les baguettes en bois d’if sont parmi les plus rares et leurs partenaires eux-mêmes sortent de l’ordinaire. Elles donnent à leur possesseur un pouvoir de vie ou de mort, ce qui leur donne également une réputation terrifiante. Avec en plus un cœur de dragon, accentuant son pouvoir déjà considérable, ce type de baguette peut devenir très dangereux et difficile à contrôler, elle doit absolument être maniée par une personne talentueuse et sûre d’elle. L’if ne choisit jamais un maître médiocre ou timide, vous devriez donc avoir les capacités pour dompter cette baguette.
wizard's spellbook :

dès qu'un humain vient à la vie, il est déjà assez vieux pour mourir. ben tiens, j'imagine que ça aurait pu m'éviter toute cette merde. mais tu sais, kyungjee, nul bonheur ne pourrait exister sans faculté d'oubli. et si tu oubliais heena, c'était comme si j'étais mort, non ? parce qu'apparemment, le bonheur ne s'acquiert qu'à force de courage, et tu sais très bien, mon vieux, que c'est pas mon fort. non tu vois, il n'y a rien qui soit entièrement en notre pouvoir sinon nos pensées. et ça tu l'as compris, joonha, hein ? oh, fais pas semblant, tu sais très bien de quoi je parle. non, non, t'auras pas raison de moi... enfin. mes pensées n'auront pas raison de moi, disons, puisque ce n'est pas par la satisfaction des désirs que s'obtient la liberté, mais par la destruction du désir, n'est-ce pas, min guk ? ouais, toi et moi, va falloir faire quelque chose. mais tu sais, je crois que j'opte plus pour la destruction, dans ce cas-là. mais encore, le désir est l'appétit de l'agréable, et je pense, là, ma petite becca, que tu ne pourrais mieux le prouver. ça semble bien agréable entre tes cuisses, n'est-ce pas ? dans tous les cas, à mes yeux elles le sont. mais la beauté se raconte encore moins que le bonheur, et ryan, tant que j'y suis, chère princesse, entre nous, il n'y a point besoin de mots. votre beauté défierait toutes les guerres, ça j'en suis certain, et la guerre... la guerre est un acte de violence destiné à contraindre l'adversaire à exécuter notre volonté, qu'il soit verbal ou physique. n'est-ce pas, cyrus ? mais pourtant, toi, tu n'en aurais pas besoin. tu ne t'en rends même pas compte, n'est-ce pas ? c'est absurde à quel point je peux te laisser me faire du mal. mais l'absurdité d'une chose n'est pas une raison contre son existence, c'en est plutôt une condition. ça doit expliquer notre amitié, hein, savon ? bon, d'accord, t'es un p'tit con. j't'emmerde, mais au fond, j't'aime bien. bien heureux que tu lises jamais ça. au moins, on dit bien que l'expérience, c'est là le fondement de toutes nos connaissances. d'ailleurs, parlant d'expérience, y'en a certaines qui sont à ne jamais recommencer. n'est-ce pas, soojin ? t'es bien têtue, cocotte, mais tu pourrais mettre ça dans ta palette de connaissance et ne plus me suivre. mais je te l'accorde, on dit bien que les passions sont comme la peste et le typhus. cessez de les combattre, elles reviennent. par contre, cette dernière, je te la dédierais à toi tout particulièrement, mark. ah, oups, jinjung. allez, pourquoi tu te bats ? obsession, passions, après tout... ouais. boire sans soif et faire l'amour en tout temps, madame. il n'y a que ça qui nous distingue des autres bêtes.


ah, ce bon vieux livre de philosophie...



MessageSujet: Re: {ended} ♣ don't you know what you just started?   Lun 9 Jan - 10:47

Il était difficile de trouver un juste milieu entre ce qu'il était bon de faire et ce qu'il n'était pas bon de faire lorsque son cerveau était si embrouillé et nos pensées si occupées de choses obscènes ; mais c'était là toute la magie du désir sexuel, là où l'érotisme naissait, où les choses bizarres et peu communes étaient acceptées. On avait tous un fantasme, un désir sexuel caché quelque part au fond de notre tête et lorsqu'on nous l'offrait sur un plateau d'or, on n'allait pas le refuser – mais, qu'en temps normal, on n'aurait jamais cru révéler à qui que ce soit. Personne ne pouvait prétendre n'avoir rien d'étrange au fond de sa tête, et si pour certains, c'était les pieds, d'autres la douleur et il en passait, il y avait une part de voyeur en lui. Et même si l'autre ne semblait pas très bien assumer son rôle d'exhibitionniste, il y prenait part et il n'y avait aucun signe pouvant prouver concrètement qu'il n'aimait pas au moins un tout petit peu le spectacle qu'il donnait. Peu à l'aise, oui, mais qui était réellement très à l'aise lors de ses premières expériences ? À reculer quelques cinq ou six années auparavant, ce devait être le même genre de Kessy qu'on retrouvait. Peu confiant, stressé et un peu timide. Et ce n'était pas comme si le félin avait réellement une attitude timide, au fond. Mais l'humiliation, les ordres, la dominance et tout ce qui s'en suivait... semblait être un sujet particulièrement sensible chez tous les humains. Laisser l'autre prendre les devants et être à sa merci ; c'était peut-être parce qu'on en était intrigué, ou le fait de laisser son corps se faire abuser dans tous les sens, les plus doux et les plus durs, que ces choses procuraient tant d'envies malsaines. Actuellement, il ne s'agissait que de ça ; Kessy prenait le contrôle et lui dictait quoi faire et, Jin, en rôle de victime effrayée mais avide de faire plaisir à son maître, obéissait, humilié et excité à la fois, causant l'excitation partagée du dit maître. Le plus vieux ne se considérait pas comme un maître... du moins pas pour le moment, et n'allait pas lui exiger de le faire ; mais au sens figuré, c'était exactement ce qu'il était. Il humecta ses lèvres, les sentant se faire de plus en plus sèches et sentant sa salive se faire de plus en plus rare, comme si son cerveau avait totalement oublié tous les signes vitaux de son corps sauf un ; c'était primal et il devait combler ses désirs sexuels avant toute chose, autrement, il en crèverait. Au fond, il pouvait bien s'en passer, mais il y avait une partie de lui-même – n'était-ce pas sa tête et son corps entier, au fond ? – qui protestait, lui refusant l'idée.

Le garçon avait baissé les yeux pour observer sa propre main et le chat n'en fit pas cas, ne cherchant pas réellement à comprendre pourquoi il ressentait le besoin de voir de ses propres yeux. Une chose qui le frappa, cependant, fut son regard qui s'était dirigé vers son propre entrejambe au même moment où il y pensait, et s'il n'avait pas aimé la petite lueur traversant le regard du plus jeune, peut-être aurait-il pu en ressentir une quelconque gêne. Pour le moment, tout ce qui lui venait, c'était une montée d'amusement et un petit sourire qui venait, très, très discrètement, étirer le coin de ses lèvres en une moue amusée. Parce qu'au fond, si dans la vie de tous les jours il avait bien du mal à apprécier son corps ou le montrer à tout va, s'il avait une part de voyeur en lui ; secrètement, l'envers de la médaille était également véridique. Il n'y avait qu'à voir comment il s'était donné au jeu quelques minutes plus tôt. Exhibitionniste sur les bords, il n'avait pas tenté de le cacher lorsque son regard s'y était posé, sentant même son corps réagir, son membre gonfler un peu plus sous le vêtement, comme s'il demandait, ultimement, un peu d'attention. Mas même Kessy n'était pas très d'accord avec cette demande et il les tût, baissant à son tour la tête pour observer son autre main qui se détachait de sa cuisses, semblant, enfin, trouver le courage de poursuivre dans ce qu'il avait vu. Ça ne l'étonnait pas vraiment et, au fond, il s'en régalait déjà. Les hommes n'avaient jamais été le centre de ses fantasmes – et bien loin de là – mais cette fois, il s'agissait d'une toute autre chose que du sexe qui se retrouvait sous le vêtement du plus jeune. Certes, ça n'avait rien à voir avec l'anatomie féminine – mais qu'est-ce qu'il s'en fichait. Ce n'était pas comme s'il n'en jamais vu puisque lui-même vivait avec cet organe tous les jours depuis déjà vingt ans. La chose en elle-même, probablement. La preuve même que le garçon n'était pas totalement indifférent à ses attaques. Qu'il y avait une frustration sexuelle qui se cachait derrière tout ça depuis peut-être déjà quelques mois, qui sait.

Le vêtement s'abaissa lentement, révélant petit à petit un peu plus de peau, faisant picner les lèvres au plus vieux qui n'arrivait déjà plus à poser son regard autre part que sur les gestes du bleu juste sous son nez. Une nouvelle vague un peu plus puissante de désir s'empara de lui lorsque le vêtement fut écarté, comme il le pouvait, du chemin, révélant la main de l'octopus, ses doigts fermement serrés sur son membre et, par-dessus tout, son langage corporel. Il dégageait quelque chose de sensuel, de sexuel, quelque chose qui l'attirait au point d'en être presque perturbant pour le félin. Au point où il ne savait plus si c'était parce qu'il avait envie de le toucher, d'en voir plus, ou de répéter les mêmes gestes que le garçon face à lui – sur lui-même, évidemment. Avait-il réellement envie de le toucher ? Oui, il en était presque convaincu. Ironiquement, il ne savait pas si c'était plus pour son propre plaisir ou pour le plaisir du plus jeune. En référence, il savait là qu'il s'agissait d'un besoin de voir le plaisir se dessiner sur tous les traits du visage du bleu, et peut-être même l'entendre gémir – savoir que tout ça, au fond, c'était de sa faute à lui. Pour ce qui était de son propre état, il n'allait pas s'avancer sur la raison du pourquoi. À ses risques et périls, disons. Sa langue passa lentement sur sa lèvre supérieure et il redressa la tête, observant le visage de l'asiatique, frémissant au contact de ses doigts sur l'intérieur de ses cuisses. Il cherchait de quoi s'agripper et, visiblement, ses propres cuisses avaient été la première chose à sa portée ; et Kessy n'aimait pas trop cette idée puisque, chaque fois qu'il pouvait sentir ses ongles lacérer un peu plus sa peau ou ses doigts caresser involontairement – ou volontairement – lorsqu'il les bougeait sur sa peau, il devait se retenir pour ne pas grimacer ou attraper son poignet et lui ordonner d'arrêter maintenant. « assez ? » le rouge grogna discrètement lorsqu'il lui posa la question, fronçant les sourcils. Pourquoi lui demander une telle chose ? Il avait envie de dire 'c'est moi qui pose les questions et qui décide, là', mais il se retint, sa langue faisant au moins sept tours derrière ses lèvres scellées pour ne pas parler. Du coup, il ne prit même pas la peine d'y répondre, chassant l'irritation – facile – de ses pensées et resserrant ses cuisses sur celles de son vis-à-vis. Il chassa sa main de son endroit initial et le força à poser ses deux mains sur ses propres cuisses, les siennes venant se poser sur celles de son vis-à-vis pour les masser en douceur, montant lentement jusqu'à ce que ses doigts n'entourent son entrejambe, donnant l'impression que ses doigts allaient le toucher d'une seconde à l'autre.

Il n'allait tout de même pas oublier son but premier, non ? Il voulait jouer avec lui, rien de plus, rien de moins. Certes, il s'était pris à son propre jeu, mais qu'est-ce qui pouvait bien l'empêcher de continuer, de toute façon ? Et, surtout, qu'est-ce qui pouvait bien lui donner le droit de donner l'impression au bleu d'avoir gagné lorsque ce n'était pas le cas ? Il aurait bien pu lui balancer 'réaction typique' en pleine gueule – et c'était la vérité, après tout, c'était une réaction typique du corps masculin – mais il se retint. Il se rappelait vaguement d'une étude démontrant qu'une moyenne de 80% des hommes hétérosexuels regardant une pornographie homosexuelle avaient des chances de démontrer des signes d'excitation quelconque, que ce soit de la plus discrète possible – pression artérielle – à la plus évidente – érection. Une preuve de plus qu'il n'était pas si différent du commun mortel, voilà tout. Ah, Kessy avait retrouvé sa logique... mauvais signe. Il avait l'impression de, soudainement, se réveiller d'un long coma, comme si le fait d'avoir trouvé une soudaine logique, explication à son état, lui redonnait un peu confiance en lui-même, le pourquoi du comment, ou il ne savait quoi encore. Il avait toujours le dessus, et c'était l'autre, le plus affecté, après tout, mh. Plus encore, sa consommation ne faisait que décupler ses sens et lui donner une vive impression que tout était plus fort, tout était meilleur, tout était... si puissant. Il leva le regard pour croiser le sien, haussant un sourcil. « je crois qu'il te reste assez de billets pour commencer à penser à ta façon de les distribuer. » fit-il, son ton un peu plus froid maintenant, donnant l'impression de retomber froidement sur terre. « tu devrais peut-être me dicter quoi faire. » conclut-il, baissant le regard vers le torse du plus jeune, son index venant délicatement se glisser sous son membre – qui reposait à présent au bas de son ventre – frôlant à peine la délicate peau, ignorant la sensation étrange et grandissante au creux de son estomac et au bas de son ventre, tout ça pour garder une allure un peu plus fière.

_________________
everybody wanna motherfucking know why

i dress so fly, sit so high, well bitch i do it cause i could. i'm so hood, yeah, i wear my pants below my waist and you and your man is planning to hate but i got these golds up in my mouth, if you get closer you'll know what i'm talkin about.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://akiwa.bb-fr.com


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: {ended} ♣ don't you know what you just started?   

Revenir en haut Aller en bas
 

{ended} ♣ don't you know what you just started?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♣ akiwa ; school of witchcraft & wizardry.  ::  :: sous-sols :: cachot 163-