AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (nc - 17) who's laughing now ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar
ii

pseudo : lenalee; noona
avatar : lee chang seon
messages : 210
double compte(s) : feng shuan
here since : 26/11/2011
points : 26302
âge : 28
patronus : loser, on m'a dit.
animal de compagnie : un serpent que m'a offert kessy. je devais lui faire pitié à être le seul type sans animal dans le bahut. du coup maintenanant j'ai quincy. un serpent blizzard.
my heart is : cause you’re a criminal as long as you're mine.
i'm feeling like : sorry for party rocking.
ma baguette : mesure 22,5 centimètres, est relativement flexible, possède un coeur de crin de licorne et est en bois de charme. lorsque les baguettes en bois de charme choisissent un possesseur, c'est pour la vie : très fidèles, elles s'adaptent plus rapidement que la plupart des autres au style de magie de son possesseur et deviennent si rapidement personnalisée que quiconque d'autre aurait une grande difficulté à tenter l'utiliser. en plus du coeur de licorne, cette baguette est très fidèle et refusera d'effectuer tout sort allant à l'encontre des désirs ou des principes de son possesseur. voilà une baguette particulièrement sensible et à l'écoute !

MessageSujet: (nc - 17) who's laughing now ?   Mer 11 Jan - 21:07

Un soupir, voilà, c’était fait. Il venait de demander à minguk, par l’intermédiaire d’une messagerie instantané, s’il était possible de le voir ce soir au cimetière. Le jaune n’avait pas mis bien longtemps à répondre par le positif, se pliant comme il se doit au pseudo « challenge » lancé par le plus vieux. C’était une façon comme une autre d’avoir un dragon à disposition, et cyrus le savait parfaitement. Tout avait été formulé de sorte à ce qu’il tombe dans son piège, histoire que sa hardiesse et sa témérité de yongwang parlent à sa place, en le laissant sur la touche. La manipulation ? Oui, peut-être un peu mais dans le fond l’action était bel et bien louable, il ne lui voulait aucun mal – enfin techniquement non. Et quoiqu’il en soit, il n’était pas un rouge pour des prunes, il fallait bien que ça serve de temps en temps et se servir des points faibles des autres maisons n’était pas bien compliqué. Rapidement, cyrus avait refermé son laptop sans prendre la peine de l’éteindre, le rangeant à sa place habituelle dans le tiroir de sa table de nuit, juste à côté de son chargeur enroulé soigneusement. Il s’était ensuite redressé et tiré sur le bord de sa couche pour s’y asseoir, se penchant pour attraper la paire de chaussures qu’il avait retiré quelques heures plus tôt, une paire de bottes noires signées d’une grande marque dont il se fichait éperdument par la même occasion. Bien que la sirène soit toujours bien habillée, ce n’était pas sa préoccupation première d’être vêtu dans les meilleures – ou plutôt devrais-je dire les plus chères – marques du monde entier (moldu). Tout est question de style en fin de compte, tant que le modèle lui plaisait et lui semblait de bonne qualité, alors qu’importe l’argent dépensé. Sa mère avait toujours réagit de cette façon avec ses jumeaux, les habillant avec le meilleur dans toutes les catégories. Pour isiah, cela se passait assez mal puisqu’il prenait un malin plaisir à détruire, après quelques jours seulement, toutes ses nouvelles affaires. Comment ? En jouant sous la pluie ou en se trainant dehors sur les genoux – sans aucune utilité. Ou bien même en jouant au styliste avant-garde. Cyrus, lui, était plutôt un enfant soigneux et proche de ses affaires, contrairement à son imbécile de double pour le plus grand plaisir de sa mère. Mais quoi qu’on en dise il était également le plus terne et le plus terre à terre. Bizarre pour un verseau, mh ? Bref, le rouge enfila ses bottes en pinçant les lèvres, rentrant son pantalon dans celles-ci en minimisant les éventuels plis de son pantalon. Ensuite, il glissa ses mains dans ses cheveux pour remettre ceux-ci, leur donnant une subtile touche de volume et d’effet bataille sans pour autant s’y attarder. Il avait donné rendez-vous à minguk au cimetière, et ce, à vingt-deux heures tapantes. Il n’avait aucunement envie d’être en retard et pour franchir le couvre-feu en partant du sous-sol il fallait qu’il soit plutôt discret ; surtout depuis que les yongwang résidaient eux aussi à cet étage du bâtiment. Bien échu, d’ailleurs c’était bien d’eux dont on se méfiait le plus en matière de dérogation aux règles. Cyrus s’était levé de son lit, avait fait quelques pas jusqu’à son placard pour en sortir un sac en nylon noir qui tinta sous le déplacement. Ce qu'il y avait au fond ? Deux bouteilles d’alcool, pas trop fort ni trop léger, juste ce qu’il faut pour passer une soirée tranquille. En fait, il aurait très bien pu inviter minguk dans sa chambre mais trop de personnes étaient curieuse ces derniers temps et il n’avait pas envie de rendre des comptes, que ce soit à d’autres ineos ou ses colocataires. Le cimetière était venu naturellement dans ses idées, depuis qu’il avait fait la rencontre de ce stupide yongwang et de son caniche il n’avait plus envie de remettre les pieds sur le balcon, et puis – il consulta rapidement le cadran de la montre accrochée à son poignet – il était bien trop tard pour trainer à cet endroit. Non, décidément le cimetière était l’une de ses meilleures idées. Les surveillant pensaient les élèves trop froussards pour trainer là-bas en pleine nuit, encore plus par un temps pareil. C’est qu’il ne faisait pas spécialement chaud en janvier mais cyrus avait préparé le coup. Il plia rapidement une large couverture polaire enroulant les bouteilles dedans pour qu’elles ne fassent aucun bruit pendant le transport jusqu’à l’endroit du rendez-vous. Avant de refermer le sac il y lança un sachet d’herbe, son hachoir et un paquet de feuilles à rouler. Il se demanda alors si le plus jeune avait déjà fumé ou s’était déjà drogué auparavant, se délectant déjà de le dévergonder un peu si ce n’était pas encore le cas. Pas de doute, aujourd’hui minguk n’allait pas y échapper.

Un dernier jet de parfum sur sa veste noire et cyrus était prêt à l’heure pour franchir la muraille invisible du couvre-feu, quittant sa chambre sur la pointe des pieds en refermant derrière lui. Il inspira longuement en traversant la salle commune des ineos sans demander son reste, ignorant les regards inquisiteurs des quelques éveillées. Qu’est-ce que ça pouvait bien leur foutre au fond, très peu s’intéressaient aux activités de leurs camarades de maisonnée, encore moins chez les rouges. Il sortit finalement dans le couloir en regardant de part et d’autre, s’humectant les lèvres avec lenteur en remontant le sac en nylon sur son épaule, un froissement désagréable venant bourdonner à son oreille. Le chemin ne fût pas très long jusqu’au cimetière et il ne rencontra personne dessus, ni élève, ni surveillant. Pas même minguk, ce qui voulait signifier qu’il serait soit en avance, soit en retard ou alors il ne connaissait pas les mêmes raccourcis que la sirène. Une fois arrivé sur la quatrième tombe – vide, ce qui voulait dire que le dragon était bel et bien en retard - il retira le sac de son épaule en le faisant glisser le long de son bras et le posa sur le sol en l’ouvrant. Il sorti délicatement les deux bouteilles d’alcool qu’il positionna sur la tombe, de part et d’autre du marbre poli, bien en évidence pour que le jaune les aperçoive directement en arrivant. Au moins, en arrivant il saurait derechef à quoi s’attendre pour le reste de la soirée en la présence du plus âgé. De toute façon, il se doutait bien que l’histoire de claquettes en tutu n’avait pas sonné réaliste aux oreilles du jaune, et comme cyrus ne faisait rien correctement, il était quasi évident que ce genre de sorties allait arriver. Après, quant à savoir pouvoir il avait demandé à minguk plutôt qu’à quelqu’un d’autre, il ne savait pas. Ou plutôt il n’avait pas envie de se creuser la tête à savoir. En toute honnêteté, cela faisait maintenant quelques temps que cyrus et ce garçon se tournaient autour, ou du moins, c’est ce qu’il pensait. Franchement il n’était pas aveugle à ce point et même si le dragon l’avait clairement repoussé la dernière fois – lorsqu’ils se parlaient en chattant de leur ordinateur respectif- il sentait bien qu’au fond il y avait une espèce d’attirance.

L’ineo se rapprocha de la pierre tombale ou un nom de sorcier était gravé. Il s’y adossa avant de prendre appui sur ses mains pour hisser son corps et s’installer sur celle-ci, peu confortable cependant. Il croisa les jambes en sortant une clope qu’il alluma, fixant les environs trop sombres mais fort heureusement illuminés par les rayons puissants de la lune. Personne. « hummm. je vais taper ce mec si fort que je pourrais l’enterrer entre les deux couillons du fond. » se dit-il à lui-même en marmonnant entre ses dents, fixant les pierres tombales plus loin. Il se mit à remuer son pied lentement, comme pour se faire patienter en recrachant la fumée de sa clope en volutes interminables. Le temps filait, lui paraissant plus long maintenant qu’il était soumis au froid mordant de l’hiver. Puis soudain des pas se firent entendre plus loin et il plissa les yeux pour en deviner la silhouette sans pour autant se mettre à stresser – parce que ça pouvait bien être un surveillant après tout. Mais une petite tête blonde fit son apparition et il porta une nouvelle fois la cigarette à ses lèvres, tirant longuement en fixant le nouvel arrivant. « pas trop tôt, ouais. » s’enquit-il en lançant sa tête en arrière pour recracher sa fumée, sa pomme d’adam se faisant saillante. Puis il baissa lentement le regard sur le dragon, un sourire en coin se dessinant sur sa bouche alors qu’une partie de ses cheveux revenaient cacher son œil perçant. « j’ai failli crever d’ennui, sans rire. l’endroit parfait. » un faible rire, rauque. Puis le silence.


Dernière édition par Ahn Cyrus le Ven 23 Mar - 10:27, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
the queen admin.

pseudo : nana.
avatar : key/kim ki bum. {shinee}
messages : 355
here since : 15/11/2011
points : 29379
âge : 27
patronus : une antilope - plus précisément, une gazelle de thomson.
animal de compagnie : un chat angora blanc, nommé blank. par manque d'imagination, mh.
my heart is : ..j'aimerais mieux l'oublier celui-là, tiens.
ma baguette : 27,4 centimètres, plutôt flexible, plume de phénix, bois d'ébène. On dit que seuls les sorciers entièrement capables d'assumer leur marginalité peuvent posséder une baguette en ébène. la plume de phénix qu'elle contient en fait une baguette relativement rare, difficile à apprivoiser et à contrôler, cependant très puissante lorsque maitrisée.
wizard's spellbook :

« i don't want to lose,
but i can't resist you.
»
comment est-ce qu'on en est arrivé ici ? je ne sais pas. peut-être que ça ne concerne que moi, peut-être que je me fais des idées, aussi. peut-être que j'ai besoin de consulter - non, sûrement. mais il ne sort jamais de ma tête, peu importe le moment, l'endroit, il vient toujours me hanter, et j'ai envie de le voir, de l'entendre, de lui parler. de le toucher. cyrus, pourquoi est-ce que tu provoques ça ? j'aimerais bien le savoir.

{underco}


MessageSujet: Re: (nc - 17) who's laughing now ?   Ven 13 Jan - 13:38

Cela faisait maintenant plusieurs minutes qu’il avait quitté son ordinateur, et pourtant, un air perplexe restait encore et toujours affiché sur son visage. Et une question lui revenait sans cesse en tête : mais dans quoi est-ce que je viens de m’embarquer ? Il avait bien conscience que ce n’était jamais vraiment un bon plan d’aller quelque part avec un ineo, par expérience. Encore moins dans un cimetière, et encore moins quand l’ineo en question était ahn cyrus. Ce vil serpent l’avait provoqué et avait profité de sa curiosité pour l’attirer dans un piège, il le savait. Et un yongwang digne de ce nom ne se défile pas face à des provocations – particulièrement lorsqu’elles viennent d’un rouge. Finalement, il poussa un soupir, avant d’enfin se lever pour se diriger vers sa penderie. Il ne perdait pas le nord, tout de même. Même s’il allait dans un cimetière et qu’il ne savait pas exactement à quoi s’attendre, il était invité par une personne à laquelle il n’était pas insensible, et même s’il n’avait pas réellement envie de l’admettre, il lui était impossible de ne pas faire un effort vestimentaire dans ces conditions. Alors c’est tout naturellement qu’il l’avait ouvert, dévoilant sa petite collection personnelle, comme il l’appelait. Ses compagnons de chambre, et particulièrement kyung jee, s’amusaient beaucoup à ses dépens concernant ses affaires, et surtout sa façon de les ranger. Tout était soigneusement plié et classé par matière et par couleur. Une petite manie dont il n’arrivait pas à se débarrasser malgré tous ses efforts. Enfin, il avait laissé tomber au fil du temps, au fond. C’était pratique et utile pour lui, alors peu importe qu’il passe pour un cinglé auprès de ses colocataires. C’est avec une mine très concentrée qu’il avait finalement choisi un haut noir à manches longues et un jean de la même couleur. Il allait passer inaperçu avec ça.. mais c’était classe le noir, non ? Et c’était sombre. Et cyrus ne lui avait jamais paru être une personne très.. colorée, soyons francs. Il poussa un nouveau soupir en réalisant qu’il cherchait à s’habiller en fonction des goûts de l’ineo, mais qu’est-ce qu’il lui prenait d’un coup. Il s’habillait en noir parce qu’il allait dans un cimetière, voilà tout. Ça faisait du sens. Un mouvement de tête, puis il attrapa son manteau et une écharpe, avant de jeter un œil à l’heure et de froncer les sourcils. Trop tôt. Et ainsi il se contenta de poser les pièces de vêtements sur sa chaise de bureau et de s’asseoir sur son lit. S’il y avait bien une personne qui n’arrivait pas en avance en dehors des rendez-vous officiels – où il pouvait se montrer très ponctuel par contre, étonnement – c’était bien lui. Parce qu’arriver en avance, c’est admettre qu’on était impatient de venir, et ce n’était pas du tout l’impression qu’il voulait donner au rouge. C’était hors de question qu’il supporte un ineo trop fier de lui toute la soirée, ou pire, toute la nuit.

C’est bien dix minutes plus tard qu’il s’était redressé, jetant à nouveau un œil à l’heure et affichant un sourire. Plus que cinq minute avant l’heure de rendez-vous.. mh, c’était un bon moment pour y aller, cette fois. Il allait sûrement mettre plus que ça pour se faufiler hors du château de toute façon, vu l’heure. Il attrapa son manteau, l’enfila, de même que l’écharpe, avant de finalement quitter sa chambre et d’atterrir dans sa salle commune, presque vide – les deux élèves encore présents n’étant pas vraiment en mesure de repérer son passage, semblait-il, l’un étalé de tout son long sur un des canapés, endormi de toute évidence, et l’autre plongé dans un livre sur le quidditch. Ouais, les stéréotypes sur les yongwang étaient peut-être fondés, finalement. Il se contenta de lever les yeux au ciel, avant de finalement atteindre la porte donnant sur les sous-sols. Dehors aussi, c’était plutôt calme. Il jeta un œil un peu plus loin dans le couloir, dans la direction d’ineo – personne n’en venait, c’était bon à savoir. Ce serait idiot de croiser cyrus maintenant. De toute façon, il devait déjà y être, sauf s’il décidait également de venir un peu plus tard.. mais ça n’avait pas l’air d’être son genre, sachant qu’il avait lui-même fixé l’heure. Personne non plus vers le hall, mais les lumières étaient allumées, et des voix lointaines lui parvenaient. Et ça, ce n’était pas bon. Quand soudain une idée lui vint – il se colla au mur, fermant les yeux et fronçant les sourcils, un air très concentré au visage. Soudain, ses cheveux étaient devenus d’un noir profond, son visage n’était plus vraiment le même, et ses traits étaient à présent marqués par un âge plus avancé que le sien. Il rouvrit les yeux, alors, un sourire au visage, qu’il supprima bien vite en réalisant que non, décidément, se faire passer pour leur professeur de potions – austère à l’extrême – et sourire, ce n’était pas un bon plan. Et c’est donc d’un pas serein qu’il se dirigea vers la porte, passa devant deux élèves au pied des escaliers et ce très cher jimmy qui le salua sans même se douter de quoique ce soit. C’était trop facile, sérieusement. Et il s’éloigna du château, sans se presser, sous sa forme actuelle.

Une fois un peu plus loin, alors qu’il approchait du cimetière qu’il avait en vue et que les lumières d’akiwa faiblissaient derrière lui, il recommença simplement le même cinéma. Les traits du visage qu’il arborait se crispèrent un instant, et moins d’une minute plus tard, il était à nouveau lui-même, blond, et surtout, beaucoup plus jeune que son professeur. Qui n’allait sûrement pas comprendre les questions qu’il recevrait le lendemain.. mais personne n’irait le soupçonner, ils iraient encore croire que des élèves font du polynectar en secret, comme toujours. Ils oubliaient en permanence les quelques sorciers à particularités qui étaient élèves à l’école, et surtout lui. Il n’était pas vraiment un élève brillant, aussi beaucoup de gens n’allaient simplement pas croire que d’entre tous, lui, pouvait avoir ce genre de don. Et pourtant, si. Il continua finalement son chemin sur le sentier de terre qui continuait devant lui, les tombes se rapprochant et devenant plus nettes à chaque seconde. Un frisson traversa sa colonne vertébrale. L’ambiance n’était pas très chaleureuse, il fallait bien le reconnaître. Mais c’était un cimetière, ce serait faux de dire qu’il ne s’y était pas attendu. Rapidement, une silhouette se détacha dans le ciel noir, silhouette qu’il reconnut comme celle de cyrus, bien entendu. C’était prévisible, personne d’autre n’aurait eu ce genre d’idée. La plupart des yongwang, malgré leur pseudo courage, ne s’aventuraient pas dans ce genre d’endroit sans y être invités. Les ineo n’étaient pas pour le non-respect aux règles si ça ne leur apportait rien.. enfin, le pensait-il. Cyrus était un autre genre d’ineo, apparemment. Les autres n’allaient pas imaginer faire une chose pareille, simplement. « pas trop tôt, ouais. » un sourire presque fier s’était dessiné sur son visage. Alors il l’avait attendu, intéressant. Il releva les yeux vers cyrus, les posant finalement plutôt sur ce qu’il avait pris pour chaise. Question du jour, est-ce que poser ses fesses sur une pierre tombale c’est irrespectueux pour les morts ou non ? Il fronça les sourcils une seconde. Les morts devaient bien s’en foutre qu’on respecte ou non leurs tombes, en fait.

« t’étais pressé de me voir ? » Il fixa finalement les yeux sur la cigarette que tenait l’ineo entre ses doigts. Le jaune pouvait dire ce qu’il voulait contre la cigarette, à quel point l’odeur était désagréable et s’infiltrait facilement dans les vêtements par exemple, parce que clairement, la santé n’était pas le premier objectif du yongwang, mais vraiment, observer la fumée sortir d’entre les lèvres du plus âgé, c’était juste. captivant. Pourquoi est-ce qu’il avait toujours cette manie d’être attiré par des sales types, avec de sales habitudes et de sales manières ? C’était toujours comme ça. Blasant, à force. Il baissa les yeux quelques secondes plus tard, les détournant vers la tombe à côté de celle ou cyrus avait élu domicile, faisant même quelques pas vers elle. « j’ai failli crever d’ennui, sans rire. l’endroit parfait. » un nouveau sourire étira ses lèvres, forcément. Puis il releva la tête, fixant les yeux sur le rouge une nouvelle fois, une lueur espiègle au fond des yeux. « t’aurais pu t’occuper à lire les trucs sur les tombes.. tiens, celui-là est mort en – » il baissa les yeux une nouvelle fois vers la tombe qui lui faisait face, relevant des yeux étonnés vers cyrus après avoir lu les inscriptions « ..1822, mon dieu. ça date. » puis il pinça les lèvres, se retenant simplement de rire. Il avait au moins appris ce soir qu’il y avait des sorciers morts depuis plus de cent ans dans le cimetière d’akiwa. Qui sait, peut-être qu’un jour il aurait besoin de le savoir, même s’il en doutait fortement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
ii

pseudo : lenalee; noona
avatar : lee chang seon
messages : 210
double compte(s) : feng shuan
here since : 26/11/2011
points : 26302
âge : 28
patronus : loser, on m'a dit.
animal de compagnie : un serpent que m'a offert kessy. je devais lui faire pitié à être le seul type sans animal dans le bahut. du coup maintenanant j'ai quincy. un serpent blizzard.
my heart is : cause you’re a criminal as long as you're mine.
i'm feeling like : sorry for party rocking.
ma baguette : mesure 22,5 centimètres, est relativement flexible, possède un coeur de crin de licorne et est en bois de charme. lorsque les baguettes en bois de charme choisissent un possesseur, c'est pour la vie : très fidèles, elles s'adaptent plus rapidement que la plupart des autres au style de magie de son possesseur et deviennent si rapidement personnalisée que quiconque d'autre aurait une grande difficulté à tenter l'utiliser. en plus du coeur de licorne, cette baguette est très fidèle et refusera d'effectuer tout sort allant à l'encontre des désirs ou des principes de son possesseur. voilà une baguette particulièrement sensible et à l'écoute !

MessageSujet: Re: (nc - 17) who's laughing now ?   Sam 14 Jan - 12:04

Chaque fois qu’ils se retrouvaient l’un en face de l’autre, le petit jeu recommençait inlassablement. Mais quel jeu ? Celui de la « séduction », peut-être ? Non, ce mot semblait décidément trop fort mais c’est bel et bien quelque chose qui y ressemble dans le fond. Comme s’ils essayaient de plier les barrières de l’autres pour savoir lequel d’entre eux sera le premier à craquer et à se lancer à l’eau pour se libérer de l’emprise de l’autre. Cyrus n’avait pas envie de lui donner ce plaisir même si, de toute évidence, c’était exactement ce qu’il recherchait en fréquentant le dragon. Et cela devait être la même chose pour le plus jeune. En réalité, ils ne s’accordaient pas vraiment et ils n’échangeaient rien d’extrêmement original qui pouvait les lier l’un à l’autre d’une certaine façon. Le rouge était captivé par le jaune, et le jaune était captivé par le rouge. Enfin, c’est ce qu’il pensait puisqu’il était totalement interdit de le dévoiler à l’autre dans le but de ne pas perdre ledit jeu. Comme une sorte de faux équilibre, quelque chose dont on se délecte sans vraiment oser chercher plus loin de peur de tout casser ou d’être déçu. Ou comment se prendre la tête pour rien, quand on y pense. Cyrus ne tournait jamais autour du pot, lorsqu’il désirait quelque chose ou quelqu’un ardemment, il se contentait de foncer dans le tas, parfois maladroitement, mais il arrivait presque toujours à ses fins. Le talent naturel, hein ? Peut-être qu’il avait hérité de ce don, dans le fond, rien n’était certain que ça n’existait pas. Une sorte de charisme incontrôlable. Cela dit il ne comprenait pas pourquoi il faisait autant de chichis avec le plus petit, comme si c’était marqué quelque part qu’il devait jouer au jeu du chat et de la souris avec lui. C’était amusant, oui, mais extrêmement frustrant également. D’une certaine façon ils repartaient perdants à chaque rencontre ou discussion stérile, chacun de leur côté en prenant l’autre pour responsable de ne pas avoir craché le morceau. C’est vrai, pourquoi n’est-il pas fichu de plier ses barrières une bonne fois pour toute ? Ou alors peut-être qu’il n’en a rien à foutre et que tout ce que cyrus imagine est un rêve, une illusion ou peut-être bien même un fantasme ridicule. Parfois, il passait à la désillusion en se disant qu’il s’inventait des histoires, repassant en boucle tout ce qui aurait pu le mettre sur la voie, les paroles du yongwang, ses faits et gestes et même ses regards. Il en arrivait toujours à la même conclusion ; il n’était pas fou et ça crevait même les yeux qu’il le désirait ou n’était pas insensible. Si vraiment il n’éprouvait aucune attirance pour la sirène alors il était plus que temps s’aller faire réviser son odorat et son sixième sens pour ce genre de conneries. Il lui arrivait de temps en temps de se demander qui était le chat et qui était la souris dans toute l’histoire, sans vraiment avoir de réponse à sa question si ce n’est un orgueil bien trop sérieux et imbu de lui-même. « il est évident qu’il me veut, je ne fais que marcher dans son jeu en attendant qu’il plie et se dévoile ». Sauf que cela marchait bien dans l’autre sens également. Pourquoi l’aurait-il invité ce soir si ce n’était pas le cas ? Ce n’est pas comme si cyrus n’avait aucune autre personne avec qui passer la soirée. Peut-être même des personnes plus aptes à passer ce genre de moment que minguk. En réalité, il pensait trop, vraiment de trop pour quelque chose d’aussi futile et ça commençait à l’agacer et le fatiguer au plus haut point. C’était une sorte de faiblesse et c’était dangereux surtout en la présence du dragon. Il ne devait absolument pas s’avouer vaincu. Mais le jeu était bien trop entrainant pour y renoncer maintenant, l’air de rien, ou de faire ses aveux au concerné. Le rouge planta ses iris sur les bouteilles d’alcool, scintillantes sous les rayons de la lune et un nouveau sourire s’étira sur ses lèvres. Il n’était pas idiot, ah ça non. S’il se doutait que peut-être l’alcool alliait aider minguk à se délier la langue ? Évidemment ! Pardon ? Une technique de lâche ? Lâche aurait été le fait de le forcer à parler ou lui casser le cerveau avec ça, maintenant, il ne le l’obligeait même pas à boire ne serait-ce qu’une seule gorgée. À lui de savoir s’il était capable de tenir l’alcool ou non, tout simplement.

Minguk se dirigea vers la tombe voisine à celle de cyrus essayant d’y lire quelque chose de peu intéressant. « ..1822, mon dieu. ça date. » quasiment deux-cent ans, évidemment que ça datait. C’est à se demander comment est-ce que la pierre tombale tenait encore sans s’effriter de part et d’autre ni même crouler à la moindre tempête. Le rouge l’avait suivi du regard, sans expression particulière sur le visage, fronçant simplement les sourcils de temps en temps lorsque la fumée lui revenait dans les yeux. Tout ça était tellement passionnant, et si minguk s’attendait à ce qu’ils fassent la lecture comme de bon archéologues il se foutait le doigt dans l’œil, et ce, jusqu’au coude. La sirène fit claquer sa langue contre son palais avant de jeter son mégot au sol, se raclant ensuite la gorge pour reprendre la parole de sa voix plus rauque et douce ; « c’est passionnant indiana jones ! tu veux pas un petit pinceau pour aller relever les noms et les dates de toutes les tombes ? en fait c’pour ça que je t’ai demandé de venir, subite pulsion de jouer à l’archéologue tout ça. » il afficha un énième sourire, plus narquois cette fois. il le chahutait un peu, juste pour rire et ce n’était pas vraiment méchant. Minguk devait s’en douter ou du moins être un minimum habitué maintenant qu’il connaissait cyrus et son cynisme permanent. Lorsque cy n'aimait pas quelqu'un, il était bien moins gentil et tout ce qu'il disait était dans le but de blesser l'autre ou le provoquer. Jamais il ne portait le premier coup physique, mais s'y l'autre s'y adonnait alors il ne se gênait pas pour répondre le plus brutalement possible. Depuis qu'il avait vécu aux usa, il avait appris à se battre et défendre ses valeurs, qu'importe la façon et contre qui. Le plus vieux s’humecta les lèvres avant de fixer ses iris chocolats dans ceux de son ami, toujours amusé. Il enchaina ; « et sinon, pas trop dur pour foutre le camp de ta chambre ? enfin, j’imagine qu’en bon yongwang t’as plus d’un tour dans ton sac. » Lui aussi avait plus d’un tour dans son sac et, disons qu’avec le temps, il avait appris à être plus discret. Pour le reste il suffisait d’être un tant soit peu intelligent et d’avoir une bonne mémoire concernant les raccourcis et passages du château. Kessy s’y faufilait à souhait sous son autre forme, il ne restait plus qu’à prendre ses informations et les appliquer correctement pour ne pas se faire remarquer. Parfois c’était impossible d’y accéder, évidemment, mais bon. Il trouvait toujours bien un endroit pour s’en sortir et ce n’est pas comme s’il avait besoin de braver les couvres feu tous les jours, fort heureusement. Cyrus s’appuya une nouvelle fois contre la pierre tombale pour sauter sur ses pieds souplement, se penchant vers l'une des deux bouteilles, l’attrapant du bout des doigts « on va boire à la santé de ce macchabée de plus de deux-cent ans puisqu’on squatte sa tombe, mh ? » dit-il en ouvrant la bouteille, portant le goulot à ses lèvres pour s’en délecter d’une gorgée, puis d’une deuxième. Il tendit ensuite la bouteille à son vis-à-vis, toujours amusé en le regardant droit dans les yeux, un sourire au coin trainant éternellement sur ses lèvres brillantes sous l’alcool. Il les lécha sensuellement, arquant un sourcil « t’as pas peur d’un petit bisou indirect, hein, divindiana ? » il se mit à rire une nouvelle fois, couvrant le craquement de branche plus loin dans le cimetière. Peut-être un oiseau ? Peut-être le vent, ce n’était pas très important, de toute façon personne ne l’avait entendu. Qui pouvait bien venir trainer ici, à pareille heure de toute façon ? Ils étaient assez loin du château pour pouvoir parler à voix haute sans se faire remarquer et c'était aussi pour cette raison que cyrus avait choisi de venir squatter le cimetière. Sans jeu de mot, y avait pas un seul autre endroit plus mort que celui-ci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
the queen admin.

pseudo : nana.
avatar : key/kim ki bum. {shinee}
messages : 355
here since : 15/11/2011
points : 29379
âge : 27
patronus : une antilope - plus précisément, une gazelle de thomson.
animal de compagnie : un chat angora blanc, nommé blank. par manque d'imagination, mh.
my heart is : ..j'aimerais mieux l'oublier celui-là, tiens.
ma baguette : 27,4 centimètres, plutôt flexible, plume de phénix, bois d'ébène. On dit que seuls les sorciers entièrement capables d'assumer leur marginalité peuvent posséder une baguette en ébène. la plume de phénix qu'elle contient en fait une baguette relativement rare, difficile à apprivoiser et à contrôler, cependant très puissante lorsque maitrisée.
wizard's spellbook :

« i don't want to lose,
but i can't resist you.
»
comment est-ce qu'on en est arrivé ici ? je ne sais pas. peut-être que ça ne concerne que moi, peut-être que je me fais des idées, aussi. peut-être que j'ai besoin de consulter - non, sûrement. mais il ne sort jamais de ma tête, peu importe le moment, l'endroit, il vient toujours me hanter, et j'ai envie de le voir, de l'entendre, de lui parler. de le toucher. cyrus, pourquoi est-ce que tu provoques ça ? j'aimerais bien le savoir.

{underco}


MessageSujet: Re: (nc - 17) who's laughing now ?   Dim 15 Jan - 5:03

Le comportement du jaune une fois en présence de son ainé était quelque peu illogique. Complètement illogique en fait. Il en avait parfaitement conscience mais il n’avait pas d’explication à donner. C’est vrai, il n’était pas du genre à tourner autour du pot, d’ordinaire. Quand il voulait quelque chose, il le faisait savoir et lorsque l’autre n’était pas disposé à le comprendre de cette façon, il se faisait encore plus clair. Dans le pire des cas, il prenait les commandes et il agissait, simplement. Pourtant il n’avait jamais daigné laisser d’indices trop voyant à cyrus, et pourtant, l’envie ne lui en avait pas manqué à certaines occasions. Mais il était fier, trop fier sûrement. Et il voulait garder la tête haute et mener ce combat dignement - ce combat, oui. Il devait résister à la tentation, ne serait-ce que pour son orgueil. Combien de fois avait-il déjà plié devant ces satanés ineo ? Des dizaines, peut-être plus. Ils avaient toujours ce qu’ils voulaient et une fois qu’ils l’avaient eu, ils s’en désintéressaient et s’en débarrassaient comme d’un vieux jouet cassé. Il les connaissait à force les sirènes, il n’avait pas l’intention de tomber dans un de leur piège une fois encore. Et cet ineo-là n’était sûrement pas le plus inoffensif de l’école, loin de là même. Après tout, ça lui servait à quelque chose d’en fréquenter en permanence finalement – il avait compris beaucoup de choses à leur sujet rien qu’en observant kessy. Oui, il les mettait tous dans le même panier mais l’expérience lui avait déjà prouvée plusieurs fois que c’était la bonne chose à faire – non, la seule chose à faire – pour savoir à quoi s’en tenir et s’en protéger. Même s’il savait qu’il finirait un jour par craquer et tomber entre ses griffes, autant faire durer cette petite bataille le plus longtemps possible. Il était un yongwang, bon sang. Un dragon, une créature noble et valeureuse qui ne faiblit jamais ! Alors il n’allait pas perdre tout de suite, il ne devait pas perdre tout de suite. Il devait d’abord prouver à l’autre qu’il n’était pas une proie facile. Parce qu’il le savait parfaitement que cette attirance étrange était réciproque, il n’y avait qu’à observer le rouge pour s’en rendre compte. Cyrus venait en permanence le chercher, que ce soit par écrans interposés ou dans les couloirs et il était persuadé que ce n’était pas une coïncidence. Parce qu’entre un ineo et un yongwang, les coïncidences, ça n’existe pas, point.

Comme pour essayer d’apaiser son esprit, il garda les yeux fixés sur la tombe, relisant plusieurs fois les inscriptions sur celle-ci, tentant de ne pas se poser de questions. Non sans rire, il n’en revenait pas qu’un sorcier aussi vieux soit enterré ici, pourtant il le savait que le château était très vieux, et atlantis était là depuis.. sûrement des milliers d’années avant même que les sorciers ne viennent s’y installer, mais ça restait impressionnant. Il se serait attendu à voir une ruine à la place d’un cimetière, après deux-cents ans, à croire que ce lieu ne subissait pas les caprices du temps. Au fond, peut-être que c’était l’œuvre d’un sortilège lancé à la construction.. saleté de réalisme qui vient tout gâcher. « ..subite pulsion de jouer à l’archéologue tout ça. » il n’avait écouté cyrus que d’une oreille, comme souvent. Malgré lui, un sourire s’était tout de même formé sur ses lèvres. Pourtant le cynisme du rouge aurait dû lui taper sur le système, mais il semblait qu’il se soit habitué. Après tout, il parlait presque toujours comme ça, c’est certainement la raison pour laquelle ça ne lui faisait plus rien. Enfin, presque plus rien. Il releva les yeux vers l’ineo, un sourcil arqué. « Oh, ça va pas te tuer d’en savoir un peu plus sur nos prédécesseurs ! ça se trouve on peut en trouver un encore plus vieux.. » Comme si ça l’intéressait. Enfin, en trouver un plus vieux, ça pourrait presque être marrant. Qui sait, peut-être qu’un des morts étaient là depuis la fondation de l’école.. combien de temps auparavant, déjà ? un truc comme cinq cents ans – ou pas, au fond min guk ne suivait jamais ses cours d’histoire de la magie alors il n’avait qu’une idée très approximative de l’âge maximal que puisse avoir un cadavre dans ce cimetière. Il fronça les sourcils. Pourquoi est-ce qu’il s’emportait toujours dans des pensées stupides tout le temps, aussi ? « et sinon, pas trop dur pour foutre le camp de ta chambre ? enfin, j’imagine qu’en bon yongwang t’as plus d’un tour dans ton sac. » Une petite moue fit son chemin jusqu’à son visage un instant, alors qu’il affichait un air volontairement pensif. Il ne connaissait pas les passages secrets de l’école, il fallait bien l’avouer. Il ne connaissait aucuns mots de passe autre que ceux des salles communes également, et encore, pas toutes. Juste celles où il mettait les pieds de temps en temps, celles où il avait des amis proches. Il se servait en permanence de son don pour se sortir d’un mauvais pas ou pour éviter des ennuis. Et dieu merci, parce que ça l’aurait énormément embêté de devoir se pencher sur une carte d’akiwa pour apprendre par cœur les endroits où passer pour sortir. Il avait déjà assez de trucs à retenir comme ça pour continuer sa scolarité sereinement, inutile d’en rajouter. « En fait. Je suis juste passé par la porte d’entrée, tu vois. » Un petit sourire, presque fier, se glissa sur ses lèvres. Oh, il savait que ça ne déstabiliserait pas l’ineo, mais il était tout de même satisfait de son coup. Ses pensées allèrent très vite vers autre chose, cela dit. Il avait juste observé le plus âgé se relever, et c’est juste à ce moment-là qu’il s’était rappelé de la présence des bouteilles. Pourtant il les avait vues – elles étaient inratables, sérieusement – mais il n’y avait juste pas prêté attention. Il était naïf parfois. Ou bien il était trop concentré sur la personne en face de lui – ou les deux, en fait. Il fronça alors les sourcils, la réalisation se faisant doucement jusqu’à son cerveau. Le rouge l’avait fait venir dans un cimetière en pleine nuit juste pour boire ? La santé mentale d’ahn cyrus était défaillante. Il ne voyait pas d’autre explication. S’ils se faisaient prendre, c’était l’expulsion immédiate, il le voyait venir. Certes, les professeurs s’étaient relâchés depuis la reconstruction et la fin de la menace de l’autre cinglé de mage noir, mais la vieille folle était encore plus dingue que leur ancien directeur. Et bien plus cruelle – et min guk n’avait aucune envie de lui faire face un jour dans une pareille situation. Mais il n’avait pas vraiment le choix, si ? Et puis. Il avait beau essayer de se raisonner, il en avait envie. Il se tenait bien depuis la reprise des cours, il n’avait pas fait une seule grosse entorse au règlement. Juste quelques cours séchés. C’était un élève exemplaire depuis qu’il était revenu, à son sens, en tout cas. Et, triste réalité, ça commençait à lui taper sur le système. Il regrettait les petites soirées clandestines arrosées chez yongwang, même quand le prétexte était un match de quidditch gagné, il y prenait part sans se faire prier. Il aimait désobéir aux règles. Ça faisait monter son adrénaline, et c’était une sensation merveilleuse. Alors il n’hésita pas bien longtemps lorsque son ainé lui tendit la bouteille après avoir bu une gorgée. Il baissa les yeux une seconde, puis retourna son sourire au plus âgé avant de lui prendre la bouteille des mains et de la porter à ses lèvres, avalant une gorgée du liquide, une sensation de chaleur passant immédiatement au travers de son corps. Il n’avait jamais réussi à déterminer s’il aimait ou pas cette sensation – mais pour ce soir, il l’aimait, considérant la température extérieure. Il éloigna à nouveau le goulot de ses lèvres, passant sa langue sur celles-ci, les yeux fixés sur cyrus. « tant que t’as pas de microbes à me refiler, ça me dérange pas. » Il n’avait pas relevé le surnom. Il était habitué aux petits noms de l’ineo, et il savait très bien que ça ne faisait que lui faire plaisir lorsqu’il avait une réaction. Il avait fini par comprendre comment l’autre fonctionnait –en partie en tout cas. Il jouait. Et min guk n’allait pas se laisser avoir si facilement.

Il entendit un craquement mais n’y prêta pas attention, frissonnant. Il remonta son écharpe de sa main libre, commençant à réaliser qu’il n’était pas vraiment vêtu correctement pour un mois de janvier. Mais l’alcool allait remédier à ça, inutile de s’en faire. Un deuxième craquement se fit entendre pourtant, et il fronça les sourcils cette fois, jetant un regard tout autour de lui – rien. C’était curieux, tout de même. « dis, cyrus.. t’as pas entendu un truc ? » Il sentait venir la réflexion ironique du plus âgé, mais tant pis. Si c’était un professeur, ils étaient morts. Si c’était jimmy, encore pire. Et il voyait mal un élève s’aventurer ici maintenant.. Et ça ne pouvait rien être d’autre. Il le croyait fermement, en tout cas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
ii

pseudo : lenalee; noona
avatar : lee chang seon
messages : 210
double compte(s) : feng shuan
here since : 26/11/2011
points : 26302
âge : 28
patronus : loser, on m'a dit.
animal de compagnie : un serpent que m'a offert kessy. je devais lui faire pitié à être le seul type sans animal dans le bahut. du coup maintenanant j'ai quincy. un serpent blizzard.
my heart is : cause you’re a criminal as long as you're mine.
i'm feeling like : sorry for party rocking.
ma baguette : mesure 22,5 centimètres, est relativement flexible, possède un coeur de crin de licorne et est en bois de charme. lorsque les baguettes en bois de charme choisissent un possesseur, c'est pour la vie : très fidèles, elles s'adaptent plus rapidement que la plupart des autres au style de magie de son possesseur et deviennent si rapidement personnalisée que quiconque d'autre aurait une grande difficulté à tenter l'utiliser. en plus du coeur de licorne, cette baguette est très fidèle et refusera d'effectuer tout sort allant à l'encontre des désirs ou des principes de son possesseur. voilà une baguette particulièrement sensible et à l'écoute !

MessageSujet: Re: (nc - 17) who's laughing now ?   Dim 15 Jan - 17:38

Des microbes ? C’était bien impossible ou totalement ridicule d’imaginer ça en pensant à ahn cyrus. Même s’il n’était pas un « réel » maniaque bourré de tocs plus incommodant les uns que les autres, il accordait beaucoup d’importance à la propreté et l’hygiène en général. Que cela concerne ses affaires ou sa petite personne d’ailleurs, il était à cheval sur ces valeurs depuis l’enfance et rien ne changerait jamais ça. Minguk n’avait donc pas de souci à se faire, et c’est bien ce qu’il s’était dit puisqu’il avait tout de même porté le goulot à ses lèvres quelques secondes auparavant. La sirène, toujours amusée, se contentait de fixer la silhouette de son acolyte de soirée sans pourtant ajouter quoi que ce soit pour briser le silence de la nuit. Il préférait le mettre un peu mal à l’aise en lui donnant l’impression de le déshabiller des yeux, d’inspecter son corps dans le moindre détail. Oh, il fallait bien l’avouer, au fond, le dragon avait des courbes alléchantes et très peu masculines pour un homme. Il passait parfaitement pour le profil type de l’androgyne et cela faisait plaisir à cyrus qui oscillait depuis maintenant de longues années dans la bisexualité. Un homme qui ressemble quelque peu à une femme, que demander de plus, hein ? Et puis, détail non négligeable ; le yongwang était blond. Cyrus s’était fait une raison à force, il avait une attirance inexpliquée vers les blondes, de nature. Combiné avec minguk ce n’était que plus plaisant encore et il ne pouvait pas s’empêcher de faire une certaine fixation, une toute petite obsession de rien du tout mais qui avait au moins le mérite d’exister. Ouais, par contre, il se retenait bien d’en faire part au plus jeune. Il ne fallait pas que son vis-à-vis en profite et en abuse quand bon lui semble, déjà qu’il accumulait les bons points. Pour être honnête, le jaune était de plus en plus présent dans les pensées de cyrus. Il était totalement incapable de dire si c’était à cause de sa frustration sexuelle de ne pas le posséder comme bon lui semble le temps d’une nuit ou si, réellement, il y avait autre chose en dessous comme une anguille sous la roche. C’était accablant et cyrus détestait par-dessus tout avoir des marottes à collectionner comme une victime maniaque de ses désirs trop puissants. Fort heureusement pour lui, cela n’arrivait pas souvent et il y remédiait le plus rapidement possible. Seulement avec minguk, il n’avait aucune envie de parer ou d’abandonner le jeu. C’était bien plus tentant d’attendre, bouche béante, pour voir lequel des deux craquerait en premier. Et comme il attendait avec impatience que le plus jeune s’y colle histoire de satisfaire son égo surdimensionné, il ne pouvait pas échapper ou faire marche arrière comme si de rien n’était ; peut-être même s’enfuir en prétextant une connerie ou l’autre tout en se mettant à le détester. La technique est facile, une fois que l’on connait le fonctionnement du rouge, tout est bien plus simple à comprendre et cela prend même un certain sens, parfois paradoxal, mais logique à la fois. Voilà pourquoi cyrus est une personne compliquée d’apparence. Il fit la moue avant de lever les yeux au ciel pour admirer les astres. Les nuages semblaient timides et, pour une fois, le ciel semblait bien dégagé. Cependant il faisait toujours de plus en plus froid et même l’alcool n’arrivait pas à réchauffer la moindre parcelle de son corps. Le rouge pinça les lèvres avant de se pencher pour attraper son sac en nylon et en extraire la fameuse couverture polaire. Très large et de quoi enrouler deux corps facilement, à condition qu’ils daignent se rapprocher un peu plus, évidemment.

Avant qu’il ne puisse proposer quoique ce soit le plus petit avait repris la parole, plus suspicieux. « dis, cyrus…t’as pas entendu un truc ? » demanda-t-il, plutôt sérieux. La sirène tendit l’oreille sans pour autant entendre le moindre bruit. Il afficha un sourire avant de se rapprocher de minguk en passant la couverture autour de ses épaules et il railla « rien du tout, c’est jeanne d’arc maintenant, mh ? » il approcha son visage du sien, amusé en feintant de remettre le plaid sur l’épaule la plus éloignée de ses mains. Il pressa quelques secondes son corps contre celui de minguk en s’humectant très lentement les lèvres de sorte à ce que le plus jeune ne puisse rater aucun mouvement sensuel de sa bouche. Il poussa un petit sourire avant de tirer de part et d’autre du tissu, désirant le montrer dans son intégralité au dragon. « pas très grand, ça ne te dérange pas qu’on se presse un peu ? ou tu comptes jouer au stressé toute la soirée ? de toute façon t’as pas vraiment le choix. » c’est vrai, c’était son plaid après tout, s’il n’était pas content il n’avait qu’à se geler les couilles en le regardant. Le problème avec cyrus c’est qu’il était compliqué de dire s’il avait prévu son coup de a à z ou si tout s’enchevêtrait en grosse partie grâce au hasard. C’est qu’il était tout à faire capable de faire sienne la contingence et il n’avait montré plus d’une fois. Il est évident qu’aujourd’hui il avait imaginé la soirée dans une stricte mesure, avait fait quelques plans sur la comète, mais il y allait principalement au feeling avec un beau leitmotiv tel que « advienne que pourra » et basta. Il n’était pas du genre à se prendre la tête inutilement après tout, pourquoi l’aurait-il fait pour ce satané dragon. Cyrus se recula lentement, lui destinant un bref regard avant de reprendre la bouteille et de s’hydrater – si on peut appeler ça comme ça – d’une nouvelle lampée. Il serra les dents lorsque le liquide vint faire chauffer sa gorge, posant la bouteille contre la pierre tombale ou il avait trouvé refuge directement après son arrivée au cimetière. « tu permets. » dit-il en attrapant un morceau de la couverture pour l’écarter du corps de minguk et la faire passer derrière lui, juste assez pour qu’il s’y enroule rapidement.

Il planta une nouvelle fois ses yeux dans ceux du blond, contemplant la brillance de ceux-ci avant de glisser son regard sur ses lèvres en cœur et rosées. Il avait envie de détourner ses iris et montrer son irritation face à ce qu’il ne pouvait pas attraper – pas encore du moins – pourtant il avait envie de franchir toutes les limites et de l’embrasser ou au moins le toucher. Mais il était hors de question qu’il baisse les bras et détruise tous les sentiments éprouvants qu’il ressentait à ce moment précis. La sirène pinça les lèvres, au fond cela se voyait assez facilement qu’il luttait contre ses pulsions intérieures. Il ne fallait pas qu’il tombe dans son propre piège, n’avait-il pas emboité tout ça justement pour faciliter les ouvertures de minguk ? Ce serait tellement idiot et novice de tomber gueule la première dedans, comme l’arroseur arrosé. Mais que faire contre les pulsions et les envies, surtout quand on s’y abandonne habituellement sans même espérer relever le moindre challenge. Cyrus se trouvait bien ridicule, pour le coup. Il ne savait même plus quoi dire ni de quelle supercherie user. Sortir une phrase cynique, une petite vanne pour détendre l’atmosphère et se libérer de ses propres chaines ? Il n’en avait même pas envie, c’est pour dire. Il entrouvrit les lèvres, s’apprêtant à briser le silence tout en se rapprochant un peu plus de minguk, les yeux baissés vers l’espace qui diminuait à vue d’œil entre leur deux corps. « … mais rien ne sortait. Allez, creuse-toi la tête et surtout reprend ton sérieux, tu t’égares grandement – il n’avait de cesse de se marteler le cerveau avec ses conseils, débloquer ses muscles et son attitude nonchalante habituelle. Il soupira son prénom sensuellement et presque de manière incontrôlée tout en portant ses doigts gelés sur le menton du plus jeune pour lui faire redresser le visage et plonger ses yeux profonds dans les siens. minguk … » il fût arrêté dans sa course lorsqu’un nouveau craquement – plus fort cette fois – se fit entendre, suivit d’un râle fantomatique. La sirène détourna automatiquement les yeux, contractant sa mâchoire et relâchant son emprise sur le yongwang pour scruter les horizons. Machinalement - et inconsciemment - il attira le corps du plus jeune contre lui, comme s'il ressentait déjà le besoin de le protéger d'une menace évidente. Il n'y pouvait rien, d'aussi loin qu'il se souvienne, il avait toujours réagi de cette façon, encore plus quand il s'agissait de son frère ou de son cousin. Il fronça alors les sourcils vers le tas noirâtre. Était-ce une forme humaine qui s’agitait dans la pénombre du cimetière ? Des mouvements lents et saccadés ; et soudain une angoisse pesante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
the queen admin.

pseudo : nana.
avatar : key/kim ki bum. {shinee}
messages : 355
here since : 15/11/2011
points : 29379
âge : 27
patronus : une antilope - plus précisément, une gazelle de thomson.
animal de compagnie : un chat angora blanc, nommé blank. par manque d'imagination, mh.
my heart is : ..j'aimerais mieux l'oublier celui-là, tiens.
ma baguette : 27,4 centimètres, plutôt flexible, plume de phénix, bois d'ébène. On dit que seuls les sorciers entièrement capables d'assumer leur marginalité peuvent posséder une baguette en ébène. la plume de phénix qu'elle contient en fait une baguette relativement rare, difficile à apprivoiser et à contrôler, cependant très puissante lorsque maitrisée.
wizard's spellbook :

« i don't want to lose,
but i can't resist you.
»
comment est-ce qu'on en est arrivé ici ? je ne sais pas. peut-être que ça ne concerne que moi, peut-être que je me fais des idées, aussi. peut-être que j'ai besoin de consulter - non, sûrement. mais il ne sort jamais de ma tête, peu importe le moment, l'endroit, il vient toujours me hanter, et j'ai envie de le voir, de l'entendre, de lui parler. de le toucher. cyrus, pourquoi est-ce que tu provoques ça ? j'aimerais bien le savoir.

{underco}


MessageSujet: Re: (nc - 17) who's laughing now ?   Dim 15 Jan - 19:40

Le jaune était perplexe. Il avait des raisons, après tout. C’était simplement évident que le plus âgé avait une attirance pour lui, il ne pouvait pas se faire des idées à ce niveau-là, ou bien il était complètement cinglé. Mais son regard lui enlevait toujours le petit doute qui subsistait, parce que ce n’était pas la première fois qu’il sentait ces yeux, insistants, le déshabiller. Il avait déjà senti ce même regard de la part de l’ineo sur lui à quelques reprises – à chaque fois qu’ils se retrouvaient ensemble, en fait. Ce serait mentir de dire qu’il n’aimait pas ça, au fond, mais il aurait tellement voulu lui faire cracher le morceau une bonne fois pour toute. D’ordinaire, min guk poussait à bout ceux qui tentaient de lui résister. C’était un amusement comme un autre. Pourtant, il ne voulait pas faire ça avec cyrus. Allez savoir pourquoi – par fierté ? Ou alors parce qu’il voulait simplement avoir une réponse sans avoir à la chercher. Ce n’était pas une victoire s’il lui tendait une perche, voyez-vous. Bien sûr, c’était affreusement frustrant. Le yongwang n’avait jamais été une personne très patiente, et malgré tous ses efforts, lorsqu’il voulait quelque chose, il finissait par le réclamer. Mais il tentait d’y résister parce que c’était également un joueur. Et surtout, un fier dragon. Ce que la sirène finirait bien par comprendre un jour. Alors qu’une nouvelle vague de froid le traversait, il posa les yeux sur cyrus qui trafiquait il-ne-savait-quoi dans son cas, et très vite, la couverture fit son apparition, et le sourire de min guk s’étira légèrement sans qu’il ne puisse rien y faire. S’il était soulagé ? Oui. Il était bien content de voir que l’ineo avait prévu quelque chose contre le froid. Certes, il aurait pu y penser lui-même – mais comment aurait-il pu savoir que son manteau ne lui suffirait pas, hein. Ou que son ainé comptait le garder ici longtemps.. il n’aurait pas amené une couverture pour seulement une heure ou deux, non ? Alors, ça lui paraissait à présent évident : il était parti pour passer sa nuit dans un cimetière. Magnifique. Il observa les alentours une nouvelle fois, peu sûr de lui, avant de hausser les épaules. Son imagination lui avait sûrement joué un tour, inutile de trop s’y attarder. « jeanne d’arc maintenant, mh ? » il leva les yeux au ciel, un soupir traversant ses lèvres. Cyrus était fatiguant – mais il était affreusement captivant en même temps. Et ça commençait à l’agacer. Pourquoi tout ce que cet idiot racontait, même la plus idiote des vannes, lui paraissait intéressant ? Peu importe, il trouvait toujours le moyen de sentir quelque chose au fond de lui s’emballer. Il se sentait un peu comme une adolescente de quatorze ans amoureuse du bad boy de son lycée. Ridicule, parfaitement ridicule. Il devait absolument cesser ses conneries, et vite. « tu me prends pour un illuminé maintenant ? ça devait juste être un oiseau. » Il haussa les épaules, considérant le sujet clos.

Il baissa les yeux sur la couverture un moment, sentant son corps se réchauffer doucement juste à son contact. Efficace. Même si la proximité du rouge y était sûrement pour quelque chose aussi.. Mais il n’allait pas l’admettre, non. Malheureusement pour lui, il n’était qu’un être humain. Et pas un humain particulièrement fort, que ce soit physiquement ou mentalement. Ainsi, lorsqu’il posa les yeux sans pouvoir s’en empêcher sur les lèvres du plus vieux, il était persuadé qu’il avait senti ses joues rougir. Il ne rougissait pas, flûte. Il ne voulait pas. La pénombre allait sûrement cacher ça. Il n’avait rien dit à la longue tirade du plus âgé, se contentant de ne pas bouger, se répétant qu’il allait s’habituer à la proximité du plus âgé au fil du temps. Il n’allait pas se laisser crever de froid juste pour une petite bataille stupide non plus. Et il n’avait pas perdu pour ça ! Non, en fait, l’ineo était plus proche de perdre que lui. De toute façon, il s’était éloigné lui-même une seconde après pour récupérer sa bouteille. Mais la voilà la solution, l’alcool. Tout irait mieux une fois que min guk en aurait bu suffisamment. Lorsqu’il buvait, tout était plus facile – rien ne lui faisait peur, il se laissait aller et se désinhibait complètement. Et ce n’était pas toujours une bonne chose, mais ce soir, il ne pouvait rien lui arriver. Même saoul, il était persuadé qu’il n’allait pas dépasser les bornes en plein milieu d’un cimetière, par un froid pareil et entre deux tombes. C’était juste.. perturbant. Et s’il le faisait, il n’avait plus qu’à aller consulter après. Sérieusement. La couverture glissa alors de ses épaules, avant d’y revenir une nouvelle fois. Et il n’ajouta rien, observant simplement le rouge avec des yeux pensifs.

Une seconde plus tard son regard se planta dans le sien, et s’il n’avait pas tellement été dans le déni de ses sentiments, il aurait juré que son cœur avait raté un battement. Mais ce n’était pas arrivé, non non. Il se portait très bien et ça ne lui faisait absolument rien, ouais. Et s’il n’était pas aussi parano, il jurerait que l’autre était en plein combat mental. Il semblait sur le point de l’embrasser – mais. Le jaune ne voulait pas se faire d’idées trop tôt. C’était impossible que le plus âgé lui offre une victoire aussi facile. Ce serait presque comme gâcher le jeu – à croire qu’il n’avait pas duré assez longtemps au goût du dragon, encore. Soit il devenait patient, soit il devenait masochiste. La deuxième option restant la plus probable. Il le voyait approcher, doucement, et lui qui avait froid dix minutes plus tôt se sentait brûlant, tout d’un coup, comme prêt à exploser. Ça venait de l’alcool sûrement. Ça ne pouvait pas venir d’autre chose, ça ne pouvait surtout pas venir des lèvres de cyrus qui se rapprochaient dangereusement des siennes et.. mon dieu, il réalisa qu’il ne faisait qu’alterner entre fixer celles-ci ou fixer ses yeux dans les siens, et il se demandait si, d’un coup, il n’avait pas comme une lueur d’espoir au fond du regard. Est-ce que cyrus pouvait la voir ? « minguk … » Il ferma les yeux une seconde, un frisson parcourant son corps, avant de les rouvrir pour les fixer à nouveau sur lui. Mais allez, bon dieu, juste un peu encore ! il aurait tellement voulu le lui balancer, là, d’un coup. Mais il ne pouvait rien y faire, il était partagé entre l’envie de simplement le repousser avec un sourire et le voir enrager et celle de se pencher un peu plus et de rompre la petite distance qui les séparaient encore lui-même. Cruel dilemme. Au final, un nouveau bruit l’avait empêché de faire quoique ce soit, parce qu’il avait sursauté. Et finalement, ils étaient éloignés l’un de l’autre. Le dragon était frustré, affreusement. Il savait bien qu’il avait entendu quelque chose plus tôt, et le quelque chose en question, que ce soit un oiseau ou un lapin, venait de refaire surface au meilleur moment, évidemment. Cyrus avait failli craquer, il avait failli perdre, là, sous son nez. Et il aurait eu son baiser, il aurait eu cyrus tout court sans même avoir eu à aller le chercher lui-même ! Mais non. Une saloperie d’animal voulait l’emmerder.

Il tourna la tête brusquement vers l’origine du bruit, et il écarquilla les yeux soudainement. Ce n’était définitivement pas un animal, tout compte fait. Il n’avait pas réalisé tout de suite que l’emprise du plus vieux sur son corps s’était renforcée, il s’en était rendu compte lorsqu’il avait essayé de bouger, par curiosité, vers la chose informe d’où étaient venus les craquements. Il plissa les yeux alors, simplement, tentant d’identifier la créature. Il ne voyait qu’une forme, humanoïde presque, avancer dans la pénombre, et se faire plus nette à chaque seconde, sa respiration se faisant entendre, lui glaçant le sang. Puis finalement, la réalité le frappa en plein visage. « c’est un cadavre ! » Il s’était défait des bras de l’ineo soudainement, reculant d’un pas ou deux, les yeux fixés sur la chose. Machinalement, il porta sa main jusqu’à la poche de son manteau, en sortant sa baguette pour la pointer sur la chose, incapable pourtant de savoir exactement quoi faire pour la neutraliser. « cyrus.. j’espère que t’es bon en défense contre les forces du mal. (..) ou en soins aux créatures mais quelque chose me dit que ça c’est pas ton fo- » il se tut, soudain. Un craquement retentissant dans son dos, cette fois-ci. Il fit volte-face brusquement, marmonnant un lumos tout en pointant sa baguette dans la nuit. Et il réalisa à cet instant que sa soirée se transformait peu à peu en cauchemar. Il n’y en avait pas qu’une, de toute évidence, puisqu’une autre commençait à s’approcher d’eux de l’autre côté d’une démarche peu sûre, désarticulée, râlant de la même façon que la première. « t’as emmerdé les morts en t’asseyant sur la tombe de l’autre, j’en suis sûr ! » peu importe que ce soit ridicule comme raisonnement, il n’en avait pas d’autre pour le moment. Et ça l’arrangeait bien d’avoir de quoi blâmer cyrus, là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
ii

pseudo : lenalee; noona
avatar : lee chang seon
messages : 210
double compte(s) : feng shuan
here since : 26/11/2011
points : 26302
âge : 28
patronus : loser, on m'a dit.
animal de compagnie : un serpent que m'a offert kessy. je devais lui faire pitié à être le seul type sans animal dans le bahut. du coup maintenanant j'ai quincy. un serpent blizzard.
my heart is : cause you’re a criminal as long as you're mine.
i'm feeling like : sorry for party rocking.
ma baguette : mesure 22,5 centimètres, est relativement flexible, possède un coeur de crin de licorne et est en bois de charme. lorsque les baguettes en bois de charme choisissent un possesseur, c'est pour la vie : très fidèles, elles s'adaptent plus rapidement que la plupart des autres au style de magie de son possesseur et deviennent si rapidement personnalisée que quiconque d'autre aurait une grande difficulté à tenter l'utiliser. en plus du coeur de licorne, cette baguette est très fidèle et refusera d'effectuer tout sort allant à l'encontre des désirs ou des principes de son possesseur. voilà une baguette particulièrement sensible et à l'écoute !

MessageSujet: Re: (nc - 17) who's laughing now ?   Dim 15 Jan - 21:30

L’horreur en personne venait de s’inviter à leur petite soirée dans le cimetière. Pourtant cyrus n’avait pas envoyé le moindre carton d’invitation pour prévenir la populace de leur rendez-vous. Le glas de la vérité sonna à ses oreilles à la suite des mots du jaune. Un « cadavre » disait-il ? Non, c’était impossible. Cela relevait de la magie noire et il était quasiment inimaginable de croiser un mort vivant sur akiwa. Encore plus depuis que l’école avait souffert de la terrible attaque. Il n’avait aucune raison de se trouver là et cyrus avait encore plus de mal à croire les paroles du plus jeune. À tous les coups son imagination allait bien trop loin et c’est l’endroit qui le faisait halluciner de la sorte. C’est vrai, un cimetière c’est peu rassurant mais dans le fond c’est très tranquille, peu de personne y viennent et surtout les morts ne se redressent pas, pas comme si on les dérangeait par notre présence ou qu'on était en train de tourner un film d’horreur ou le clip de michael jackson en tout cas. Mais au fur et à mesure que ladite chose gagnait du terrain en s’avançant vers les deux jeunes hommes, il comprit et ne put plus réfuter les paroles du yongwang. Il avait bel et bien raison, c’est un zombie qui se tenait péniblement debout à quelques mètres, là, juste devant eux. Le dégout s’empara des tripes du plus grand, effectivement, tout était vrai. Il suffisait de porter un minimum d’attention à la dégaine du nouvel invité ou son apparence décrépie. On aurait dit une poupée totalement désarticulée et salement abimée par l’usure et le temps. Il était tellement maigre ! Ses cotes étaient tellement creusées que cyrus aurait pu les compter et les situer parfaitement, la taille de ses bras et de ses jambes faisait presque mal au cœur, comme si ce tas d’os venait tout juste de sortir d’un camp de concentration après la seconde guerre mondiale. L’état de sa peau était déplorable, elle semblait en lambeaux et même pas présente sur tout le corps, laissant des orifices et des trous béants se former ci et là. S’il n’était pas déjà mort, il était sur le point de crever, et personne ne pouvait rien faire pour lui ; pas même la mort, en fait. Cet homme était dans un état de décomposition très avancé, c’était évident. La sirène n’en croyait pas ses yeux et il avait comme une subite envie de se pincer le bras pour se réveiller. Il devait dormir profondément, il n’y avait pas d’autre explication. Mais cette odeur était tellement forte et insupportable qu’elle brisait tous ses espoirs d’être uniquement « en train de faire un mauvais rêve », c’était bel et bien la réalité, il ne sentait au fond de lui. Comment était-ce possible ? Cyrus fronça les sourcils tout en se reculant, glissant derechef et d’instinct ses doigts sur la poche avant de son pantalon. Il en faufila deux dans l’ouverture étroite pour en extraire sa baguette, s’humectant doucement les lèvres avant de faire une grimace. La mort était bien présente, ça se sentait littéralement parlant. Il glissa la manche de sa veste contre son nez, relâchant le plaid pour se libérer tout en se reculant de quelques pas, une nouvelle fois, ne désirant pas s’approcher de la chose ambulante. « putain quelle odeur immonde. » s’exclama-t-il tout en fronçant les sourcils. Comme si c'était si horrible que ça lui en piquait les yeux. Minguk prit une nouvelle fois la parole mais la sirène ne l’écoutait plus que d’une oreille, trop obnubilée par la présence de l’inferius juste sous son nez, à quelques mètres. Il ne savait même pas comment se comporter mais il se doutait bien qu’au fond de lui il n’était pas là pour prendre le thé ou simplement lâcher une petite blague – déjà, ça ne parle pas, si ? Il en doutait très franchement. Ses yeux semblaient crevés sans pour autant être absents comme s’y des vautours s’étaient attelés trop longtemps à les détruire. Enfoncés dans leurs orbites, sans vie. Le chaos, peut-être même la faucheuse en personne. Il ne savait plus et il se contenta de relever sa baguette dans les airs tout prêt à se défendre sans savoir comment. Il fallait qu’il trouve et se souvienne, ça ne devait pas être bien compliqué et quelque chose au fond de sa mémoire semblait réagir. Il était certain d’avoir déjà entendu parler de ce cas. La fuite ? C’était le plus facile mais dans tous les cas ils devaient se vendre auprès du personnel sinon l’inferus se dirigerait vers la château et ce serait encore pire. « allez, demi-tour ! » dit-il, réussissant à décrocher son regard du monstre tout se retournant rapidement vers le yongwang qui, quant à lui, avait fait de la lumière avec sa baguette. Non pas un mais deux inferis étaient présents. Il poussa un juron en attrapant la main libre de minguk pour le faire reculer vers lui – et par déduction logique, le reculer des deux nouveaux arrivants. « c’est quoi ce bordel, putain de merde. depuis quand ils sortent des tombes ces connards ? ... et je t’emmerde toi ! là, il ne faisait que répondre aux accusations de minguk. Merde, c’est vrai quoi ? Il ne pouvait pas avoir un don pour ramener les morts à la vie comme si la magie noire coulait dans ses veines. Il devait bien y avoir une explication logique à tout ça. lumos ! » s’exclama le rouge, un point lumineux sortant de sa baguette pour illuminer le côté où reposait le premier mort-vivant.

D’accord, ils étaient pris au piège. Ils étaient faits comme des rats et maintenant il fallait trouver le moyen de s’échapper. Apparemment le jaune n’avait pas la moindre solution à donner puisqu’il comptait sur les souvenirs de cyrus. Pour le coup, la sirène regrettait de dormir autant en classe et sécher les cours de soin aux créatures. En reculant, son fessier butta contre la pierre tombale et il se retourna rapidement, comme pour s’assurer que plus aucun invité n’allait apparaitre brusquement, attiré par les bruits. C’était déjà très étrange de voir un inferus, alors plusieurs cela relevait carrément de la fiction. Sa main devenait moite, mais elle tenait désespérément celle du plus petit comme pour s’assurer qu’il n’allait pas foutre le camp ou se faire embarquer par ces zombies. En y pensant sérieusement, son premier but actuellement était de veiller sur lui avant sa propre personne, c’était un devoir carrément. Encore plus du fait qu’il l’avait trainé ici, tout était de sa faute et s’il arrivait quelque chose minguk aurait bien toutes les raisons de lui en vouloir jusqu’à la mort – sans jeu de mot. « reste près de moi, et ... Il pointa ensuite sa baguette vers le couple de monstres, formant une nouvelle incantation incarcerem » des cordes sortirent alors de nulle part, venant nouer les deux zombies ensemble pour les empêcher d’avancer. Au moins ça les occuperait un moment, assez pour que les deux jeunes hommes trouvent quoi faire avec le premier invité. « j’imagine que c’est impossible à tuer, vu que c’est déjà mort. putain je me souviens plus de rien. allez minguk, t’as pas une seule idée ?! » Il lâcha la main du yongwang, alors que le désarticulé s’approchait toujours plus. Les yeux de la sirène se posèrent comme deux radars sur le manche d’une pelle oubliée, juste tout près d’eux. Il s’en approcha et le prit, de toute évidence il fallait qu’il fasse quelque chose et maintenant. Sans vraiment réfléchir et, alors que l’inferus tendait les bras agressivement pour le saisir, il lui donna un grand coup de pelle. Un bruit sourd se fit entendre alors qu’un des membres de la créature se décrocha, volant et tombant lâchement dans l’herbe du cimetière. Cela ne changeait strictement rien, et même avec un bras en moins il ne semblait pas dérangé. Comme s’il avait une tâche à accomplir et que rien n’y personne ne pouvait l’en empêcher. La tâche ? Faire la peau à toute forme d’humain se pointant dans le cimetière pendant la nuit. Était-ce un coup de la directrice, était-elle sadique à ce point pour faire régner l’ordre dans l’école ? Plus rien n’avait de logique, tout semblait possible après ce qu’il venait de voir. Malgré tout ce qu’il pouvait faire, le monstre continuait d’avancer et il butta une nouvelle fois contre la pierre tombale, levant l’arme improvisée qu’il tenait dans sa main comme pour se rassurer. Mais il savait que ça ne servait strictement à rien, la menace approchait de plus en plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
the queen admin.

pseudo : nana.
avatar : key/kim ki bum. {shinee}
messages : 355
here since : 15/11/2011
points : 29379
âge : 27
patronus : une antilope - plus précisément, une gazelle de thomson.
animal de compagnie : un chat angora blanc, nommé blank. par manque d'imagination, mh.
my heart is : ..j'aimerais mieux l'oublier celui-là, tiens.
ma baguette : 27,4 centimètres, plutôt flexible, plume de phénix, bois d'ébène. On dit que seuls les sorciers entièrement capables d'assumer leur marginalité peuvent posséder une baguette en ébène. la plume de phénix qu'elle contient en fait une baguette relativement rare, difficile à apprivoiser et à contrôler, cependant très puissante lorsque maitrisée.
wizard's spellbook :

« i don't want to lose,
but i can't resist you.
»
comment est-ce qu'on en est arrivé ici ? je ne sais pas. peut-être que ça ne concerne que moi, peut-être que je me fais des idées, aussi. peut-être que j'ai besoin de consulter - non, sûrement. mais il ne sort jamais de ma tête, peu importe le moment, l'endroit, il vient toujours me hanter, et j'ai envie de le voir, de l'entendre, de lui parler. de le toucher. cyrus, pourquoi est-ce que tu provoques ça ? j'aimerais bien le savoir.

{underco}


MessageSujet: Re: (nc - 17) who's laughing now ?   Lun 16 Jan - 14:55

Tout lui avait semblé s’accélérer dès l’apparition des deux créatures. Il n’avait pas réfléchi, il avait reculé et sorti sa baguette par réflexe, logique pour un sorcier. Sauf qu’il s’était retrouvé coincé, baguette en main, en face de ce qui semblait être la réplique parfaite du premier invité. Il ne devait pas paniquer, même s’il était à deux doigts de le faire. Le yongwang ne supportait pas ni cette odeur, ni cette vision et encore moins l’idée d’être si proche de deux corps en décomposition avancée, il se sentait comme tétanisé, incapable d’agir. Puis d’un coup, il repensa à la présence de l’ineo et l’espace d’une seconde, il eut peur qu’il ait pris ses jambes à son cou, l’abandonnant à son sort. Il tourna brusquement les yeux vers lui pour réaliser pourtant presque avec surprise, et beaucoup de soulagement, qu’il était encore bien présent. Et la panique qui tentait de l’envahir sembla disparaître, petit à petit. Il avait toujours peur des sirènes, malgré tous ses efforts. Même s’il en fréquentait, il n’avait jamais eu une confiance totale en eux, parce que les ineo pouvaient retourner leur veste n’importe quand, au moment le plus opportun. Il l’avait appris au fil du temps et il n’attendait plus rien de leur part, même quand il les appréciait. La plupart d’entre eux étant particulièrement lâches, il n’avait pas à avoir honte d’avoir douté de lui – cyrus était un ineo digne de confiance, il semblait, mais c’était une espèce rare. Il le troublait, cela dit. Ses idées préconçues sur les rouges lui semblaient infondées, d’un seul coup. Depuis le début, il n’agissait pas du tout comme le plus jeune s’y était attendu. Il le rassurait, et ça, le jaune ne pouvait pas le nier – oui, sa présence le rassurait. L’odeur le sorti finalement de ses pensées. Même en tentant de ne pas y faire attention, il ne pouvait pas s’en empêcher, c’était immonde. Un peu plus et il n’arriverait pas à garder son dîner, et ce serait bien dommage de vomir sur les belles chaussures de cyrus. Pourtant, il n’avait jamais vu personne mourir. Il n’avait jamais été jouer avec des cadavres, également, bien entendu. Cette odeur, il n’y était pas habitué, et pourtant, il pouvait dire de lui-même ce que c’était – l’odeur de la mort. Littéralement. Qui en plus de lui donner la nausée, lui glaçait le sang.

Sa baguette était toujours pointée devant lui, vers un des cadavres, éclairant faiblement le cimetière. Il n’avait pas bougé, il tentait de réfléchir avant de se lancer. Il ne savait pas comment les renvoyer dans leurs tombes. Il n’était même pas sûr de savoir ce que c’était – il avait un doute, mais sa raison lui interdisait d’y penser. C’était impossible, ça ne pouvait pas être des inferi. Il ne les avait jamais étudiés, et ne savait même pas à quoi ils étaient censés ressembler – ou plutôt, si, mais très vaguement. Des cadavres qui marchent vers un but et qui ne s’arrête qu’une fois leur tâche accomplie... S’il se souvenait bien. Et c’était exactement la description des deux immondes créatures qui s’approchaient d’eux. Mais personne au château ne pouvait les avoir créés. Leur directrice était sûrement la seule sorcière assez puissante pour utiliser une magie aussi avancée, et il était persuadé qu’elle n’était pas assez dingue pour les avoir postés ici elle-même. Mais c’était inimaginable qu’un élève les aient crées – personne n’en savait assez sur l’art de la magie noire parmi les étudiants pour produire de telles choses. Quant à lui, il ne savait pas comment les tuer – non, les vaincre. Ils ne pouvaient pas les tuer, techniquement, puisqu’ils étaient déjà morts. Mais comment peut-on tuer quelque chose qui est déjà mort ? La question resta sans réponse, en suspens dans sa tête. Il n’avait pas le temps d’essayer de se souvenir, ou de monter un plan ingénieux pour s’en débarrasser. Et puis, les plans, ce n’était pas son genre. L’improvisation, par contre, faisait partie de son quotidien. Il sentit alors les doigts de cyrus serrés contre les siens, et une vague de chaleur s’installa dans son ventre. Il se sentait en sécurité, avec lui. Il resserra également sa main sur la sienne, cherchant à se donner du courage – plus encore qu’il n’était censé en avoir. Parce que malgré toutes les boutades qu’il pouvait bien recevoir de la part de ses camarades de maison, il n’était pas faible. Et ce n’était pas un trouillard. C’était un dragon – un dragon prêt à tout pour passer par-dessus les obstacles qui lui faisaient face, et surtout, soucieux de protéger les personnes qu’il chérissait. Certes, l’ineo n’était pas fragile, et c’était bien lui, la figure protectrice entre eux deux. Mais le jaune comptait bien veiller également à ce qu’il ne lui arrive rien. Il se colla un peu plus contre lui, obéissant, la baguette pointée sur une des silhouettes sombres qui s’avançaient. Soudain, des cordes jaillirent suite à la formule du plus âgé, emprisonnant les deux corps l’un contre l’autre. Mais ça ne sembla pas les arrêter, min guk pouvait encore les voir gigoter pour se détacher, l’air de rien. C’était bien des inferi. Ils ne reculaient devant rien, ils étaient imperturbables. Prêts à tout pour les attraper. « j’imagine que c’est impossible à tuer, vu que c’est déjà mort. allez minguk, t’as pas une seule idée ?! » Il déglutit, d’un coup. Il avait bien cherché, mais il était incapable de se souvenir. Peu importe. Il répéta le même geste qu’avait eu cyrus un peu plus tôt, pointant brusquement sa baguette sur les formes devant lui ; « stupéfix ! » un éclair rouge avait jaillit de sa baguette, frappant de plein fouet. Pourtant, il nota avec stupéfaction qu’il n’y avait aucun effet notable. La stupéfixion ne marchait pas sur les inferi ? Il était donc impossible de les immobiliser, ne serait-ce qu’un instant. Ils étaient obligés de les détruire, donc. Bon sang. Et il se frustrait tout seul, parce qu’il savait que quelque part, dans un coin de sa tête, il avait la solution. Allez, réfléchis. Il avait vu mee kyung les étudier une fois, il lui avait même fait une réflexion à ce sujet. Il avait lu une page par-dessus son épaule, pour la déconcentrer. Mais il ne se souvenait pas le moins du monde de ce qu’il avait lu sur cette page. Et il devait se souvenir, impérativement. Mais en attendant, si l’immobilisation ne marchait pas.. autant les faire exploser. Il ouvrit grand les yeux, une idée lui traversant l’esprit, alors, et sa baguette vint machinalement pointer à nouveau dans la direction des inferi, mais cette fois plus bas, sur le sol sous leurs pieds. « bombarba ! » Il réalisa que ce n’était pas une bonne idée – pour lui, en tout cas - à la seconde ou il prononça l’incantation. Une explosion avait retenti et de la poussière lui venait dans les yeux, alors qu’il tentait de se protéger avec son écharpe. Lorsqu’il releva les yeux, il réalisa que les créatures avaient été projetées un peu plus loin, l’une d’entre elle ayant perdu une jambe et se traînant à présent au sol vers eux, le membre en question remuant un peu plus loin. C’était ridicule, mais ça la ralentissait. Et c’était ce qui importait, pour l’instant.

Il réalisa alors que l’explosion n’avait pas été discrète du tout. Est-ce qu’il avait attiré l’attention de jimmy, qui gardait la porte ? Peut-être, avec un peu de chance, que le vieux calamar dormait déjà. Ce qui leur laissait un petit sursit – parce que même si quelqu’un s’était réveillé, le quelqu’un en question n’allait pas courir jusqu’au cimetière en pyjama pour y jeter un œil maintenant. L’explosion avait été ciblée, en plus, et précise – donc, pas particulièrement grosse. Avec un peu de chance, personne n’avait rien entendu au château. Il recula d’un coup, s’enfonçant un peu plus loin dans le cimetière, tirant sur la main du rouge. Ils ne devaient pas rester en vue depuis le sentier par précaution – ils devaient attirer les créatures plus loin. Il murmura à nouveau lumos pour rallumer sa baguette, alors que la pénombre gagnait du terrain à mesure qu’il reculait. La créature rampante se rapprochait dangereusement, ses doigts osseux grattant la terre pour essayer d’atteindre sa jambe, encore hors de portée. Machinalement, il pointa sa baguette dans sa direction – et comme par magie, la main se retira, un petit cri strident échappant de sa propriétaire. Il écarquilla les yeux, une voix féminine qu’il connaissait bien s’élevant dans sa tête, d’un seul coup. on ne peut pas les tuer, voyons, ils sont déjà morts.. mais ils craignent la lumière et le feu, ils retombent en sommeil quand ils y font face, la lumière et le feu. Bon sang, comment avait-il pu oublier une connerie pareille, c’était d’une simplicité enfantine. « cyrus, ils ont peur de la lumière ! » s’était-il alors écrié, presque extatique. L’adrénaline, sûrement, mais il jubilait à présent – parce qu’il avait trouvé. Il avait enfin trouvé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
ii

pseudo : lenalee; noona
avatar : lee chang seon
messages : 210
double compte(s) : feng shuan
here since : 26/11/2011
points : 26302
âge : 28
patronus : loser, on m'a dit.
animal de compagnie : un serpent que m'a offert kessy. je devais lui faire pitié à être le seul type sans animal dans le bahut. du coup maintenanant j'ai quincy. un serpent blizzard.
my heart is : cause you’re a criminal as long as you're mine.
i'm feeling like : sorry for party rocking.
ma baguette : mesure 22,5 centimètres, est relativement flexible, possède un coeur de crin de licorne et est en bois de charme. lorsque les baguettes en bois de charme choisissent un possesseur, c'est pour la vie : très fidèles, elles s'adaptent plus rapidement que la plupart des autres au style de magie de son possesseur et deviennent si rapidement personnalisée que quiconque d'autre aurait une grande difficulté à tenter l'utiliser. en plus du coeur de licorne, cette baguette est très fidèle et refusera d'effectuer tout sort allant à l'encontre des désirs ou des principes de son possesseur. voilà une baguette particulièrement sensible et à l'écoute !

MessageSujet: Re: (nc - 17) who's laughing now ?   Mer 18 Jan - 22:10

Une explosion ? Pour tout avouer, il n’écoutait plus vraiment ce qu’il se passait derrière lui. Il avait vaguement entendu minguk prononcer une nouvelle incantation puis, juste après, un grand bruit sourd. Cyrus avait plissé les yeux et s’était retourné rapidement, jetant un regard par-dessus son épaule pour constater les dégâts. Il fallait qu’ils soient discrets sans quoi ils se feraient certainement attraper. Mais entre être attrapé et mourir dans les mains de ces choses, il n’y avait pas photo. De toute façon, il était hors de question qu’ils périssent comme des imbéciles pour avoir joué dans un cimetière en pleine nuit. À tous les coups cyrus finirait en enfer pour avoir amené minguk directement dans la gueule du loup et pour avoir déroger aux règles, une nouvelle fois. Si toutefois il existait bien un enfer. Mais en posant les yeux sur les créatures, il n’était pas bien dur d’y croire ou de s’en persuader. Comme de vieux déchets relâchés directement depuis les enfers de Dante. Des âmes perdues, enrôlées dans un combat terrestre et machiavélique. Mélanger la mort à la vie, c’était vraiment une très mauvaise idée et c’est sans doute pour cette raison qu’il est très compliqué de ramener un mort à la vie. Il ne faut pas s’attendre à des joyeusetés, à de l’amour et du bonheur. Il suffit de regarder l’horreur présente sous leurs yeux ébahis. La pourriture, la sécheresse et la peine car oui, outre leur apparence monstrueuse, ces inferis faisaient de la peine. Ils étaient pitoyables à voir car ils inspiraient la tristesse. Mais le rouge n’avait pas envie de pleurer ou s’apitoyer sur leur – pauvre – sort. Actuellement, c’était manger ou être mangé, marche ou crève ; peu importe l’appellation. Il n’avait aucune envie de périr ici et d’abandonner son ami dans les bras de ces immondices. Cy respirait lentement, gonflant sa cage thoracique d’air. Bizarrement, il ne ressentait plus le froid, sans doute à cause de l’adrénaline qui coulait à flot dans ses veines. Il fallait qu’il trouve quoi faire, il sentait comme un devoir alourdir le poids sur ses épaules, comme si l’épée de Damoclès se balançait dangereusement au-dessus de sa tête en attendant qu’il trouve quoi faire, la solution au problème. Il ne pensait pas être un super héros mais, effectivement, il n’avait rien d’un lâche. D’avoir toujours accepté une multitude de responsabilités on pouvait lui faire confiance. Il n’avait pas pour coutume de retourner sa veste ou d’abandonner les siens à la moindre complication ; ce n’était pas du tout dans ses habitudes. Et même si quelques lâches résidaient dans la maison de la sirène, il ne voulait pas les fréquenter ni même les connaitre. Peut-être un peu trop machiste sur les bords, ou trop « homme », il lui semblait que protéger était une des valeurs principale. Sans quoi, cela s’appelait de la pusillanimité à l’état pur et c’était plus qu’honteux. Il se mordit la lèvre, essayant toujours d’oublier l’odeur sous son nez. Cela lui rappelait celle des cadavres d’animaux en putréfaction lorsqu’il se baladait en forêt, enfant. « sois plus discret bordel … il n’eut pas le temps de terminer sa phrase que déjà le zombie reprenait du terrain essayant une nouvelle fois de lui sauter au visage avec son seul et unique bras. … sectumsempra ! » Il avait réagi de manière vive et, de colère, c’était le seul sort qui était sorti de sa bouche. Il était interdit, évidemment mais qu’est-ce que cela pouvait faire s’il le jetait sur un cadavre ? De toute façon, aucun sang ne gicla puisqu’il ne semblait plus y en avoir dans le corps de la momie. Les entailles restaient béantes, le coupant jusqu’aux os sans pour autant le faire reculer ni grimacer. Ils ne ressentaient plus la douleur, ni la peur, ni la tristesse ni aucun autre sentiment humain. Ils n’étaient que des machines à tuer, de bons soldats invincibles comme l'armée les aime. C'est se demander le genre d'horrible dessein pourrait nous réserver l'humain moldu en apprenant l’existence d'une telle magie.

Cyrus enrageait, sifflant quelques jurons entre ses dents pour finalement éclairer une nouvelle fois les environs avec sa baguette magique. Lumos la créature s’arrêta, à proximité, mais il n’en tira aucune déduction, bien trop frustré d’être fait comme un rat sans avoir la moindre solution. Sa respiration s’était accélérée ainsi que les battements de son cœur. Il fallait qu’il se calme et qu’il utilise son cerveau avant son instinct. N’y avait-il pas la moindre logique ? Rien qui puisse l’aiguiller sur comment se débarrasser de ces créatures maudites ? Il se sentait stupide et inutile, mais il savait que quelque part au fond de lui il connaissait la réponse ou qu’il était tout proche de la deviner. Il leva le bras qui tenait la pelle pour la lancer sur le zombie. Le manche vint frapper son thorax lourdement et il recula de trois pas ; c’était toujours ça de gagné. Le rouge pinça les lèvres, reculant assez pour frôler le dos de minguk. Il était toujours là, et il l’entendait remuer derrière lui se battant avec ses propres démons et son propre mental. Franchement, à quoi servaient les cours de défense contre les forces du mal ? Ou alors peut-être que c’était entièrement sa faute et qu'il n'était tout simplement pas assez assidu ? Il ne lui semblait pas puisque c’était bien là une des matières lui l’intéressait le plus. Loin d’être sadique, c’était juste éducatif. Mais pas assez, apparemment. « les chances de vous retrouver face à un inferius sont quasi nulles » bien sûr. Et maintenant ? Maintenant il fallait qu’il se souvienne. Il ferma les yeux quelques secondes, cherchant dans les archives mentales de son cerveau, fouillant tous les tiroirs imaginaires et retournant toutes les feuilles de papier. Sa tête était sens dessus dessous mais cela n’avait pas d’importance puisque le temps pressait. « cyrus, ils ont peur de la lumière ! » s’exclama le jaune, dans son dos. Et tout devint clair comme de l’eau de roche. Évidemment, maintenant, il s’en souvenait parfaitement. La lumière et le feu, c’était tellement facile et stupide qu’il n’y avait même plus pensé. Comme si ça n’avait aucun sens. L’ainé poussa un soupir de soulagement. Minguk n’était pas idiot, il n’en doutait pas et c’est pour cette raison qu’il restait avec lui et qu’il avait eu assez de confiance pour l’emmener. Voilà un dragon bien impétueux. « ingénieux divindiana, ingénieux ! » rho, après tout, il méritait bien son petit surnom. Il venait de faire ses preuves, il n’était plus un bleu. Il se retourna une énième vois vers le corps du zombie, pointant sa baguette plus haut avant de viser le manche sec de la pelle aux pieds du squelette ambulant lacarnum inflamarae l’objet s’enflamma d’un coup, effrayant la créature assez fort pour qu’elle recule de son propre chef. Il l’éteignit puis fit sortir le feu directement de sa baguette, avançant vers elle au fur et à mesure qu’elle régressait « elles s’endorment, non ? ils faut les bloquer dans leur tombe pour les empêcher de revenir. Mais où sont leurs putains de tombes ? » il balaya la pénombre du regard en tenant toujours sa baguette devant lui, sans succès. Il fallait qu’il se balade avec l’ami dans l’espoir de trouver un trou dans le sol pour le remettre dedans et l’y enfermer. Il avait d’ores et déjà sa petite idée en tête ; il suffisait de sceller son cercueil et ne plus revenir sauter sur la tombe pour l’énerver, la théorie était simple et il savait ce qu’il lui restait à faire.

Il y avait encore deux zombies et il fallait à tout prix qu’il se débarrasse de celui-là pour aider minguk. Cyrus baissa les yeux et constata que le bras de l’inferius était toujours par terre en train de gesticuler. Increvable, hein ? Il donna un coup de pied dedans, dégouté, pour que celui-ci suive son propriétaire qui était toujours en train de reculer, s’affaiblissant de plus en plus. « je reviens, reste là et tiens les à distance. » dit-il, un peu plus fort à l’adresse du dragon. Il parcouru une partie du cimetière, tombant finalement vers une des tombes. Peu importe si ce n’était pas la sienne, cela faisait longtemps qu’il ne reposait plus en paix. Il l’y fit tomber dedans, s’accroupissant au-dessus au fur et à mesure que le mort-vivant s’endormait, reposant sa tête contre le coussin de velours. Il repoussa du bout de sa chaussure le bras qui tomba dans le cercueil puis chuchota. Collaporta. Voilà, il était scellé. Il ne restait plus que deux inferis et il fallait qu’il retourne le plus rapidement tout près de minguk même s’il ne doutait pas un seul instant que le jeune homme puisse s’en sortir tout seul. Une fois revenu sur les lieux, plutôt silencieux, il se rapprocha du corps du blond, venant coller son torse à son dos, approchant ses lèvres de son oreille pour y murmurer doucement, « tu te débrouilles bien, je prends l’autre. » il y eut un moment de silence avant que le rouge ne glisse ses lèvres sensuellement contre l’oreille du yongwang, dans un soupir, passant devant lui pour monter sa baguette enflammée avec conviction, les sourcils froncés. Ils avaient gagné.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
the queen admin.

pseudo : nana.
avatar : key/kim ki bum. {shinee}
messages : 355
here since : 15/11/2011
points : 29379
âge : 27
patronus : une antilope - plus précisément, une gazelle de thomson.
animal de compagnie : un chat angora blanc, nommé blank. par manque d'imagination, mh.
my heart is : ..j'aimerais mieux l'oublier celui-là, tiens.
ma baguette : 27,4 centimètres, plutôt flexible, plume de phénix, bois d'ébène. On dit que seuls les sorciers entièrement capables d'assumer leur marginalité peuvent posséder une baguette en ébène. la plume de phénix qu'elle contient en fait une baguette relativement rare, difficile à apprivoiser et à contrôler, cependant très puissante lorsque maitrisée.
wizard's spellbook :

« i don't want to lose,
but i can't resist you.
»
comment est-ce qu'on en est arrivé ici ? je ne sais pas. peut-être que ça ne concerne que moi, peut-être que je me fais des idées, aussi. peut-être que j'ai besoin de consulter - non, sûrement. mais il ne sort jamais de ma tête, peu importe le moment, l'endroit, il vient toujours me hanter, et j'ai envie de le voir, de l'entendre, de lui parler. de le toucher. cyrus, pourquoi est-ce que tu provoques ça ? j'aimerais bien le savoir.

{underco}


MessageSujet: Re: (nc - 17) who's laughing now ?   Jeu 19 Jan - 16:33

La situation n’était vraiment pas avantageuse, à bien y regarder. La peau des créatures étaient en lambeaux à présent, le sort lancé par l’ineo ayant son effet habituel sur eux, mais ça ne les empêchaient pas d’avancer vers leur but, encore et toujours, en titubant sans même porter attention à leur état plus que déplorable. Ils ne pensaient pas de toute façon, et ils ne ressentaient rien – et dans ce rien, il y avait la douleur. Il pouvait leur faire autant de mal qu’ils le voulaient, ça ne servait à rien, à part peut-être les ralentir. Leur seul but était de les attraper et de les tuer, ni plus ni moins. Ils avaient dû être postés ici pour protéger quelque chose – mais quoi ? Peut-être une tombe importante. Peut-être aussi qu’ils avaient été créés par un mage noir il y a longtemps et qu’ils étaient restés en sommeil pendant des années parce que personne n’était venu les déranger jusqu’ici. Un doute subsistait cependant dans l’esprit du yongwang. La directrice aurait pu les créer, il le savait, il y avait déjà pensé. Ça le tracassait, pourtant. Serait-elle vraiment allée jusqu’à poster des inferi aux portes de l’école, même si c’était pour la protéger, risquant ainsi de mettre les élèves en danger ? Elle était complètement folle, et sadique, ça il avait fini par le comprendre. Mais à ce point-là, c’était simplement ridicule. Il n’avait pas le temps d’y réfléchir plus pourtant, il n’aurait sans doute jamais de réponse précise. Il avait déjà perdu assez de temps plus tôt à songer au pourquoi du comment de l’existence de ces monstres, et il devait plutôt mettre son énergie à les anéantir s’il voulait en sortir vivant, et c’est ce qu’il allait s’efforcer de faire. Il ne doutait plus du rouge en tout cas – il savait maintenant qu’il allait se battre avec lui jusqu’à la fin. Il n’était pas seul face aux créatures, ce qui était rassurant – et l’illumination qu’il avait soudainement eue ne faisait que renforcer ce sentiment. Il savait, il n’avait donc aucune raison de ne pas s’en sortir, ce serait même sûrement vite réglé s’ils s’organisaient. Alors que beaucoup n’y aurait pas porté attention, min guk avait tout de suite remarqué le changement de comportement des créatures lorsqu’il pointa sa baguette illuminée vers elles. Il avait le sens du détail – c’est bien pour cette raison qu’il était si difficile à contenter dans tous les domaines. Il n’était jamais content, et tout le monde le lui reprochait généralement, mais cette fois-ci, ça venait très certainement de leur sauver la vie – ou en tout cas un temps précieux. Il voyait les petits défauts là où personne ne pouvait les voir. Et il était particulièrement doué pour analyser le comportement des gens. Et il semblait bien qu’il était attentif à celui des inferi aussi. Les plans, ce n’était pas son fort par contre, alors il espérait sincèrement que l’ineo ait une idée qui tienne la route. Un air dégouté s’installa sur son visage une seconde en entendant le bruit sourd de la pelle heurtant le mort vivant dans son dos, et il n’osa pas tourner la tête pour voir l’état de la bestiole. Si c’était ça son plan, ils étaient vraiment mal barrés. C’est vrai, quoi – il était capable d’attaquer ces monstres à coup d’explosion, de maléfices interdits même s’il le fallait, mais comme un bourrin avec une méthode moldu sûrement inutile et, surtout, dégoutante ? Ha, ça non. Mais ça ne le surprenait même pas que cyrus en soit capable. Il ne devait pas être tellement sensible à l’idée d’en mettre partout. Quant à min guk, il allait sûrement psychoter maintenant, sachant que des organes en état de putréfaction allaient sûrement se retrouver au sol. Mais il devait faire avec. Et prier pour que la sirène ait une meilleure idée.

En reculant d’un pas il buta contre un dos, et il sursauta immédiatement en sentant son cœur s’emballer, angoissé. Mais un soupir de soulagement s’échappa d’entre ses lèvres lorsqu’il réalisa que ce n’était que cyrus, qui était resté à proximité de lui depuis le début. Il était à bout, proche de la crise. Il avait toujours eu les nerfs relativement fragiles, et une apparition de zombies, ça ne faisait que renforcer ses tendances angoissées et paranoïaques. Il fallait se débarrasser des inferi. Et ensuite, il essayerait e se détendre, ouais. Il inspira lentement, sentant son cœur enfin battre à nouveau normalement, alors qu’il pointait toujours sa baguette devant lui pour se protéger. Il n’avait plus à s’inquiéter du zombie qui lui faisait face, au moins – un bête lumos suffisait à le garder à distance de plus d’un mètre. Mais dès qu’il baissait sa baguette, son squelette recommençait à bouger, il posait à nouveau ses yeux vitreux sur lui, et il menaçait à nouveau de l’attraper entre ses longs doigts blanchâtres. Il n’allait pas tenir cette fichu baguette toute sa vie, il devait trouver une meilleure solution. Il leva les yeux au ciel aux « félicitations » du plus âgé, ne relevant toujours pas ce fichu surnom qui allait sûrement le suivre partout un petit moment connaissant l’ineo, et tenta finalement un pas en avant, pour remarquer avec satisfaction que la créature, elle, reculait au fur et à mesure, fuyant la lumière. C’était toujours ça. « elles s’endorment, non ? ils faut les bloquer dans leur tombe pour les empêcher de revenir. Mais où sont leurs putains de tombes ? » Mais comment pouvait-il le savoir, il n’était pas devin. Pourquoi est-ce qu’il n’allait pas juste ouvrir n’importe quelle tombe et foutre les inferi dedans ? Peu importe qu’ils violent le sanctuaire d’un mort, il était mort ! Et un peu de compagnie n’irait sûrement pas faire de mal à un mort. Un sourire amusé se dessina sur ses lèvres à cette pensée – il était vraiment douteux, parfois. « je reviens, reste là et tiens les à distance. » Il ouvrit grand les yeux une seconde, ouvrant la bouche comme pour protester en détournant les yeux vers cyrus, pour finalement la refermer. Il devait se concentrer sur les cadavres et oublier un peu la peur qui le tiraillait – il allait s’en sortir, il était un dragon, et deux ou trois malheureux pantins désarticulés ne pouvaient absolument rien contre un dragon. Mais il n’en gérait qu’un, jusqu’à maintenant, et il réalisait là qu’en gérer deux avec une seule baguette, c’était nettement plus difficile. Lorsqu’il pointait sa baguette sur l’un, l’autre tentait à nouveau d’avancer et vice versa, un véritable casse-tête. Mais il pouvait – et il devait - s’estimer heureux. Il avait appris que lorsque l’on croisait des inferi, ils étaient généralement en très grand nombre, de sorte d’en faire une véritable armée, des machines à tuer ne laissant pas la moindre chance à leur victime. S’ils avaient été encerclés par des dizaines et des dizaines de putrides, il n’aurait sûrement pas réussi à garder son calme en réalisant qu’ils étaient promis à une mort certaine. Ce qui n’était pas le cas ici, ils étaient maîtres de la situation, et c’était bientôt fini. Il passa sa langue sur ses lèvres, se concentrant, pointant finalement sa baguette entre les deux corps. « lumos maxima ! » la source de lumière au bout de sa baguette explosa soudainement pour s’agrandir considérablement, éclairant les alentours à plusieurs mètres à la ronde. Le rouge allait encore lui faire la même réflexion sur son manque de discrétion, mais peu importe. Il était seul à gérer deux affreuses créatures qui n’avaient peur que du feu et de la lumière, comment était-il censé réagir ? Et puis, le plus vieux avait enflammé une pelle. Ce n’était pas plus discret. L’un d’entre eux avait produit un son strident, à mi-chemin entre un cri et un grincement, lorsque la lumière l’avait frappé en plein visage et il se recroquevilla au sol. L’autre, celui ayant encore tous ses membres, avait simplement reculé de quelques pas. Voilà qui était mieux.

Se sentant soudainement un peu plus en sécurité, il osa détourner le regard sans craintes, cherchant cyrus des yeux, sans pour autant le trouver. Et alors qu’il commençait à se demander où il avait bien pu passer, il sentit une présence dans son dos et un corps se plaquer au sien. Son cœur s’emballa à nouveau, mais pas du tout pour les mêmes raisons qu’un peu plus tôt. Pourquoi trouvait-il toujours le moyen de le surprendre et de manquer de lui faire avoir une crise cardiaque ? Sans compter cette chaleur, soudainement. Le froid qui s’était infiltré dans ses vêtements un peu plus tôt avait disparu, et il se sentait comme dans une fournaise d’un coup. « tu te débrouilles bien, je prends l’autre. » Il passa sa langue sur ses lèvres, autorisant un sourire à réapparaitre sur ses lèvres, les joues légèrement rosées. Ils étaient presque au bout, juste encore un petit effort. Il se détourna donc du putride vers lequel l’ineo s’avançait avec sa baguette, le feu s’échappant de celle-ci faisant immédiatement son effet. Il fixa alors l’autre, celui qui rampait au sol quelques minutes plus tôt et qui était maintenant recroquevillé sur lui-même, sa jambe gigotant plus loin. Il posa les yeux sur la tombe qui avait été scellée par la sirène – il aurait dû la laisser ouverte, il n’avait aucune idée d’où enfermer celui qu’il avait en face de lui, et ça lui aurait paru plus propre de tous les regrouper, mais c’était trop tard. Il posa les yeux un peu partout, cherchant une tombe ouverte. Excédé et impatient, il se contenta d’en ouvrir une, baguette en main, hésitant une seconde à jeter un œil dedans – mais lorsqu’il le fit, à son grand étonnement, elle n’était habitée que par de la poussière. Un corps pouvait-il se décomposer jusqu’à tomber en poussière ? Il semblait. Il fronça les sourcils, chassant l’idée de son esprit, avant de pointer sa baguette sur l’inferi qui l’avait suivi lentement, puis il avait simplement fait un geste souple avec son poignet, prononçant finalement calmement un wingardium leviosa qui agit immédiatement, soulevant la créature dans les airs. Concentré sur sa tâche, il parvint à la faire léviter jusqu’au-dessus du trou béant, la laissant brusquement retomber dedans, ses os produisant un craquement sourd en heurtant le sol. Il jeta un coup d’œil au membre qui lui appartenait, et en fit de même avec. Il se rapprocha alors de la tombe, rallumant sa baguette pour la pointer dedans, empêchant ainsi l’inferi de ressortir. « cyrus, ici ! » il tourna alors la tête vers l’ineo, l’observant de loin en attendant qu’il le rejoigne, un soupir soulagé traversant ses lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
ii

pseudo : lenalee; noona
avatar : lee chang seon
messages : 210
double compte(s) : feng shuan
here since : 26/11/2011
points : 26302
âge : 28
patronus : loser, on m'a dit.
animal de compagnie : un serpent que m'a offert kessy. je devais lui faire pitié à être le seul type sans animal dans le bahut. du coup maintenanant j'ai quincy. un serpent blizzard.
my heart is : cause you’re a criminal as long as you're mine.
i'm feeling like : sorry for party rocking.
ma baguette : mesure 22,5 centimètres, est relativement flexible, possède un coeur de crin de licorne et est en bois de charme. lorsque les baguettes en bois de charme choisissent un possesseur, c'est pour la vie : très fidèles, elles s'adaptent plus rapidement que la plupart des autres au style de magie de son possesseur et deviennent si rapidement personnalisée que quiconque d'autre aurait une grande difficulté à tenter l'utiliser. en plus du coeur de licorne, cette baguette est très fidèle et refusera d'effectuer tout sort allant à l'encontre des désirs ou des principes de son possesseur. voilà une baguette particulièrement sensible et à l'écoute !

MessageSujet: Re: (nc - 17) who's laughing now ?   Lun 30 Jan - 11:00

Cyrus s’était, quant à lui, contenté de chercher une tombe ouverte histoire d’y remettre le macchabé le plus rapidement possible. Rien, nada, comme s’il avait fait le chemin depuis un autre cimetière jusqu’ici, en traversant possiblement tout l’océan. Ou alors il était vraiment aveugle et passait à chaque fois devant le caveau inhabité. Il tenait toujours la baguette enflammée au bout de son bras, observant la créature ralentir un peu plus à chaque pas. S’il ne trouvait pas bientôt l’endroit, celle-ci s’allongerait certainement devant lui, sur le sentier battu, et s’endormirait pour un semblant d’éternité. Mais ce n’était pas vraiment grave, dans le fond, il suffisait simplement de faire léviter le corps jusqu’à l’endroit désiré et l’y enfermer avant son nouveau réveil. Il cherchait toujours une sépulture des yeux – de façon désespérée d’ailleurs – un endroit potable où enterrer son clown avant que la voix de minguk me résonne, une nouvelle fois, derrière lui. « cyrus, ici ! » avait-il dit. Apparemment il venait de trouver l’endroit idéal pour y déposer son ami, cyrus n’avait plus qu’à s’y inviter. À deux ou trois, quelle importance tant que le cercueil était scellé une bonne fois pour toute ? Le rouge avait machinalement pivoté sur le côté, tirant sa baguette vers la gauche pour que le mort suive le même chemin que lui en reculant, évitant de buter contre une tombe par la même occasion. Il commençait à s’habituer à l’odeur et, heureusement pour lui, le vent ne soufflait plus dans sa direction. Emportant les vapeurs de mort de l’autre côté du cimetière ; au moins il était un minimum épargné par le sort. Il s’était contenté de balancé un petit j’arrive entre ses dents pour signifier son intérêt aux paroles du plus jeune. Malheureusement, il ne pouvait pas aller plus vite que le désarticulé et il faisait déjà son maximum pour le faire reculer le plus vite possible. Il lui sembla pourtant que la lenteur prenait le dessus comme s’il regardait un vieux pantin à remonter en train de se décharger tout doucement, perdant de sa vigueur et de son énergie à chaque seconde passée. La créature commençait à faiblir indéniablement, tout comme la première, mais il restait encore une bonne trotte jusqu’à l’emplacement trouvé par le dragon quelques secondes plus tôt. Cyrus perdait patience, faisant claquer sa langue contre son palais et, une fois arrivé à proximité de la tombe en question, il donna un grand coup de pied en plein dans le ventre de l’inferius pour le faire tomber dans le caveau. Le corps menu et squelettique du monstre tomba lourdement sur l’autre, craquant ci et là. Un craquement dérangeant cela dit, comme des os qui se brisent sans la moindre délicatesse, pire encore que de la porcelaine. Mais l’ineo n’éprouvait plus rien, ni peur ni tristesse pour ces êtres oubliés. Il était fatigué et plutôt aigri de savoir sa soirée totalement gâchée par une telle présence. Il y avait tellement de questions au fond de lui qu’il avait l’impression que sa tête allait littéralement exploser. Pourquoi est-ce que ces créatures étaient ici, à akiwa ? Qui les avait amenées et surtout comment ? Est-ce qu’ils appartenaient au cimetière d’akiwa ? Des questions sans réponse et qui le resteraient certainement puisqu’il était hors de question de parler de cette mésaventure à quelqu’un. Si jamais la direction apprenait ce qu’il venait de se passer, cyrus ne donnait pas cher de sa place et de celle de minguk au sein de l’école. Sans doute seraient-ils expulsés ou, au contraire, grassement remerciés pour avoir épargné une telle menace à l’école alors que tout le monde semblait dormir paisiblement. Dur à dire et deviner ; mais dans le doute, la sirène préférait garder le silence et minguk avait également intérêt à faire la même chose de son côté. « voilà, reste plus qu’à refermer et remettre de la terre. » dit-il, glissant son regard dans celui du jaune. Il s’humecta les lèvres avant de détourner les yeux, attendant que le plus jeune s’exécute. Cyrus rangea sa baguette dans la poche de son jean, revenant vers le plaid oublié au sol juste avant l’arrivée des morts. Alors qu’il s’apprêtait à reprendre la parole en s’abaissant, un nouveau bruit se fit entendre juste à l’entrée du cimetière ; quelqu’un était là, sans doute alerté par tout le bruit que minguk avait fait en lançant son sort quelques minutes plus tôt. Génial. Le rouge se précipita vers leurs affaires, les fourrant dans le sac sans la moindre délicatesse avant d’attraper la main du plus jeune et le tirer en murmurant « allez, on se casse, sauf si tu veux te faire coincer. »

Fort heureusement ils trouvèrent un nouveau sentier pour sortir de l’endroit. Inutile donc de passer par l’entrée et risquer de se faire attraper. Qui était-ce ? Jimmy ? Ou peut-être un professeur ? Peut-être même qu’ils étaient plusieurs. Ce n’était pas une bonne idée de trainer plus longtemps dehors. De toute façon, vu sur quoi ils tombaient une fois qu’ils dérogeaient aux règles c’était préférable de rester sage. Remonter au château était sans doute la meilleure chose à faire mais cyrus n’en avait aucune envie ; rentrer au château maintenant c’était renoncer à sa soirée avec minguk, il le savait. Il préférait encore se vendre tout de suite aux nouveaux arrivant ou passer la nuit dehors en risquant l’hypothermie et une nouvelle attaque de zombies plutôt que d’annuler sa petite virée nocturne. Pourquoi ? Qui sait, ce n’était même pas certain qu’il puisse mettre des mots dessus mais il savait que c’était le genre de chose qui pouvait le contrarier très facilement et pour un bon bout de temps. Ils avaient pressé le pas, courant presque pour aller le plus vite possible sans vraiment savoir où se diriger clairement. Cyrus avait dans sa mémoire et ses souvenirs la présence d’une petite cabane abandonnée, pas très loin du cimetière, ou très peu de personnes venaient fouiner par pure curiosité. Il fallait dire que l’endroit était plutôt jugé effrayant, sinistre et précaire, peu rassurant en définitive, mais après ce qu’ils venaient de voir ce soir, plus rien n’était réellement effrayant, si ? C’était mieux que rien et, de toute façon, il n’y avait pas d’autre endroit à disposition pour l’instant. Il fallait qu’ils se tiennent loin du château et loin du dehors en général, bonne chance. Au bout de quelques minutes ils arrivèrent devant l’emplacement, quelque peu essoufflés et cyrus sorti pour la énième fois sa baguette magique de la poche de son pantalon, la pointant devant la serrure de la vieille porte. Il y avait très peu de chance pour que celle-ci soit ouverte après tout. Alohomora. Un petit déclic se fit entendre et la porte s’ouvrit tout en grinçant désagréablement ; des volutes de fumée tournant juste devant l’antre, éclairées par les rayons puissants de la lune. Cela faisait longtemps que rien n’avait été ouvert ou aéré. Ça sentait le renfermé et l’humidité, pas vraiment agréable mais après avoir senti l’odeur de cadavres en putréfaction c’était carrément du parfum de haute qualité. « pas très élégant mais ça fera l’affaire, hein ? » se contenta-t-il de dire en se retournant vers minguk, glissant une nouvelle fois sa main dans la sienne pour le tirer à l’intérieur de l’endroit et refermer derrière eux. Il fit un peu de lumière grâce à sa baguette magique, observant les environs scrupuleusement ; il trouva une petite lanterne avec un peu d’essence à brûler, ça ferait l’affaire. Il s’exécuta, mettant le feu à la mèche et la réglant pour qu’elle éclaire la cabane ; le sol était dégagé et des armoires comblaient un peu tous les murs. Il n’avait aucune idée concernant l’endroit ; à quoi cela pouvait bien servir ? Peut-être que ce n’était plus utilisé depuis l’attaque d’akiwa ? Il n’y avait jamais réellement fait attendre, mais c’était intéressant. Rien que pour venir se droguer de temps en temps, loin des regards puisque même le toit était à éviter maintenant.

Un silence imposant s’installa entre les deux jeunes hommes, comme si l’adrénaline retombait et qu’ils ne savaient absolument pas quoi dire pour meubler la conversation. Cyrus s’humecta lentement les lèvres tout en déposant la petite lanterne sur un bureau, relevant ensuite les yeux sur minguk pour chercher ses iris. Et voilà, un regard. Intense mais plein de questions à la fois. Lui aussi devait se demander pourquoi tout cela était arrivé et surtout comment. Peut-être qu’il lui en voulait de l’avoir trainé ici, et peut-être même qu’il pensait que c’était de la faute de cyrus. Le rouge baissa alors les yeux tout en se rapprochant de lui, ne laissant que quelques centimètres entre leurs corps. Il brisa le silence, de sa voix rauque sans vraiment hausser le ton. Il était étonnement calme et relaxé. « mhh. je suis désolé pour tout ça, le cimetière c’était peut-être pas une si bonne idée. » il se contenta de sourire faiblement en relevant pour la deuxième fois les yeux sur son acolyte. Il n’avait pas envie d’aborder les questions chiantes du pourquoi, comment à tous les coups cela pouvait durer la soirée et ils n’auraient certainement jamais de réponses, ou pas maintenant du moins. Émettre des suppositions ? Franchement, ils avaient mieux à faire. L’ineo n’avait plus qu’une envie, reprendre là où ils s’étaient arrêtés juste avant l’arrivée des inferius, et pour tout avouer, ça l’obsédait sérieusement. Il fit encore un pas, venant coller son ventre à celui du dragon, les yeux toujours fixés sans les siens, filant vers ses lèvres attirantes. Il humidifia une nouvelle fois les siennes par automatisme, se demandant quel goût elles pouvaient bien avoir et si, par hasard, il avait encore des chances de les effleurer cette nuit. La sirène ne put s’empêcher de racler sa gorge, cherchant peut-être à se rassurer au son de sa voix, en cassant le silence pesant qu’il portait sur les épaules ; il fallait qu’il fasse quelque chose, il le savait pertinemment. Il leva alors sa main, froide jusqu’aux bouts des doigts et la posa sur la joue de minguk. Son regard de nouveau plongé au plus profond de celui du garçon, il étira un fin sourire sur ses lèvres pulpeuses. « tu veux bien qu’on laisse les questions pour plus tard … ? » il lui accorderait tout le temps nécessaire si il le voulait, mais là, il en était incapable. Il ne lui laissa pas vraiment le temps de répondre, de toute façon, et se pencha dangereusement sur lui tout en approchant ses lèvres irrémédiablement des siennes. Il les effleura l’espace d’un instant, sa main filant vers sa nuque pour le tirer contre lui et le forcer à déposer sa bouche, sans contrefaçon, sur la sienne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
the queen admin.

pseudo : nana.
avatar : key/kim ki bum. {shinee}
messages : 355
here since : 15/11/2011
points : 29379
âge : 27
patronus : une antilope - plus précisément, une gazelle de thomson.
animal de compagnie : un chat angora blanc, nommé blank. par manque d'imagination, mh.
my heart is : ..j'aimerais mieux l'oublier celui-là, tiens.
ma baguette : 27,4 centimètres, plutôt flexible, plume de phénix, bois d'ébène. On dit que seuls les sorciers entièrement capables d'assumer leur marginalité peuvent posséder une baguette en ébène. la plume de phénix qu'elle contient en fait une baguette relativement rare, difficile à apprivoiser et à contrôler, cependant très puissante lorsque maitrisée.
wizard's spellbook :

« i don't want to lose,
but i can't resist you.
»
comment est-ce qu'on en est arrivé ici ? je ne sais pas. peut-être que ça ne concerne que moi, peut-être que je me fais des idées, aussi. peut-être que j'ai besoin de consulter - non, sûrement. mais il ne sort jamais de ma tête, peu importe le moment, l'endroit, il vient toujours me hanter, et j'ai envie de le voir, de l'entendre, de lui parler. de le toucher. cyrus, pourquoi est-ce que tu provoques ça ? j'aimerais bien le savoir.

{underco}


MessageSujet: Re: (nc - 17) who's laughing now ?   Dim 5 Fév - 22:46

Le jaune avait à peine eu le temps de refermer la tombe, enfermant à tout jamais – il l’espérait, du moins – les inferi dedans, qu’un bruit se faisait déjà entendre plus loin. Il releva la tête subitement, une lueur de panique au fond du regard. Il n’étudiait pas beaucoup et passait son temps à dénigrer les cours, voir même ses professeurs, mais au fond, akiwa était devenue sa résidence principale, celle où il avait ses meilleurs souvenirs, et il ne voulait absolument pas la quitter. Que diraient ses parents ? Un frisson d’horreur lui prit en pensant à la honte qu’ils allaient avoir, et la déception qu’il pourrait lire dans leurs visage. Seigneur, non, il n’allait pas se laisser expulser aussi facilement. Il se détourna vite, sentant cyrus l’attraper par la main et ne se fit pas prier pour le suivre, hochant simplement la tête à ses paroles. Ils se dirigèrent alors vers une deuxième sortie – dieu merci, il n’y avait pas qu’une seule façon d’entrer et de sortir du cimetière, au moins une bonne nouvelle. Il ne put s’empêcher de jeter un œil par-dessus son épaule en s’éloignant, apercevant une lumière approcher de l’endroit où ils avaient combattu peu de temps auparavant. Qui s’était donc levé à cette heure-ci ? La logique voulait que ce soit jimmy. L’octopus prenait très au sérieux son travail de gardien de l’école, et il n’avait sûrement pas pu s’empêcher de venir jeter un œil après l’explosion, craignant une nouvelle attaque, peut-être. Avait-il prévenu la directrice ? il fit une petite grimace, l’espace d’une seconde, à cette pensée. Il n’aurait pas aimé devoir lui expliquer la situation à celle-là, et il était bien content d’y avoir échappé. Peu après, la lumière disparut. Ils s’étaient suffisamment éloignés pour ne plus risquer d’être vus, semblait-il. C’est alors qu’il observa le chemin qu’ils avaient emprunté, étant un peu plus serein. Ça ne lui disait rien, il n’était jamais venu par ici. Pourtant, il connaissait beaucoup de coins perdus aux alentours du château, mais le cimetière et ses environs, ça n’avait jamais été sa tasse de thé. Il avait cru un instant que l’ineo cherchait à rentrer en prenant des sentiers détournés, mais non. A l’inverse, ils s’éloignaient de plus en plus de la bâtisse, et même en se retournant, min guk ne pouvait à présent plus qu’apercevoir les tours de l’école. Ça l’inquiétait. Il n’allait pas le laisser transparaître cela dit, parce qu’il était un dragon avec toute la fierté mal placée que ça pouvait impliquer. Pourtant, il avait confiance en cyrus – enfin, il ne pouvait qu’avoir confiance en lui, plutôt, après leur bataille contre les morts-vivants. Le rouge était resté avec lui jusqu’au bout et l’avait même protégé. C’était là la preuve pour le yongwang qu’il n’allait rien lui arriver tant qu’il resterait avec la sirène, et c’est ce qu’il allait s’appliquer à faire. Ce qui n’était pas tâche facile, l’ineo ayant accéléré le pas, le rendant difficile à suivre. Surtout pour une personne comme min guk, qui détestait courir sans une bonne raison.

Au bout d’un moment, le rouge s’arrêta enfin. Quant au yongwang, il se contenta de reprendre sa respiration, sans trop porter attention à ce que pouvait bien faire le plus âgé. Lorsqu’il releva les yeux toutefois, il fut surpris. Il allait finir par croire que les cabanes poussaient comme des champignons autour de l’école, sérieusement. Les cabanes et les grottes – parce qu’il en voyait partout sur son chemin, littéralement. Mais celle-ci lui était inconnue. Elle semblait familière à l’ineo, pourtant. Sinon, pourquoi aurait-il semblé si pressé un peu plus tôt ? Il la cherchait, ça lui paraissait maintenant clair comme de l’eau de roche. C’était évident que ni jimmy, ni la directrice ni aucun professeur n’allait penser à venir chercher par ici – connaissaient-ils eux-mêmes l’existence de cet endroit ? La plupart des cachettes disséminés autour – et à l’intérieur - de l’école avaient été construites par des élèves, et il aurait parié sans aucune hésitation qu’aucun professeur ne connaissait plus de la moitié des petits secrets d’akiwa. Mais l’endroit ne lui inspirait pas tellement confiance – même s’il n’avait pas le choix. Il ne pouvait pas faire demi-tour, et il n’allait pas camper devant l’entrée non plus. Lorsque la porte s’ouvrit, il fronça les sourcils, approchant avec prudence de l’entrée, derrière son ainé. Une petite grimace s’affichant sur son visage l’espace d’une seconde, à nouveau. Le moins qu’on puisse dire, c’est que personne n’avait fait le ménage ici depuis longtemps.. non, personne n’avait sûrement jamais fait le ménage là-dedans, tout compte fait. C’était poussiéreux, abîmé, sombre. « pas très élégant mais ça fera l’affaire, hein ? » il aurait très bien pu faire une crise de nerfs, il aurait pu faire une réflexion à cyrus pour l’avoir mené dans un endroit pareil aussi, mais il n’en fit rien. S’il était simplement trop choqué par l’état de la cabane ou s’il avait, encore, assez de politesse pour ne rien lui reprocher.. il n’en savait rien. Ce n’était pas le moment de faire un caprice, surtout. Parce qu’entre ça et le fin fond de la forêt, le choix était vite fait. Au moins ici il ne risquait ni de croiser un professeur, ni de croiser une créature effrayante qui risquerait de le tuer. Il avait eu son compte à ce niveau pour aujourd’hui. L’autre l’avait tiré à l’intérieur par la main, comme il en prenait désormais l’habitude, et min guk était entré à sa suite, sans en avoir le choix, les sourcils froncés alors qu’il jetait des regards un peu partout dans les coins, angoissé à l’idée de voir surgir une bestiole quelconque. Dans une crasse pareille, c’était plus l’absence de rats qui l’étonnait que l’inverse, il avait donc tout à fait raison, dans sa tête, d’être sur ses gardes. Mais l’air était respirable, bien plus qu’à proximité des inferi, en tout cas, et c’était.. vivable. Il avait juste l’impression que cette cabane était abandonnée ici depuis des années. Il plissa les yeux à la lumière, soudaine, remarquant très vite les armoires. Il n’irait pas les ouvrir, ça non. Qui sait ce qu’il pourrait trouver là-dedans. « c’est.. charmant, dis-moi. » l’ironie était très présente dans le ton de sa voix, et le rouge la devinerait facilement. Le jaune avait horreur du désordre et de la saleté – ce n’était pas encore maladif, il pouvait supporter. Mais il ne pouvait s’empêcher d’angoisser un peu dans ce genre d’environnement, ce n’était pas comme le petit cocon qu’il s’était construit au fil du temps. Tout rangé, immaculé, presque géométrique. Et ça le perturbait énormément. Mais il allait passer outre, il n’avait pas le choix.

Il ne savait pas trop quoi dire, à présent. Au fond, il ne savait même pas exactement pourquoi cyrus l’avait invité ce soir, à aller au cimetière, et il ne comprenait pas plus ce qu’ils faisaient ici exactement – enfin, oui, ils fuyaient jimmy ou un quelconque professeur, mais, rien de plus. Peut-être n’y avait-il rien d’autre à expliquer, au fond. Et peut-être que cyrus l’avait invité uniquement parce qu’il n’avait personne d’autre de libre – même si ce genre d’explication le décevrait atrocement. Allez savoir pourquoi. Et juste à cet instant, bien entendu, il avait croisé le regard de cyrus, et il n’avait pu détourner le sien. Il y avait quelque chose d’étrange entre eux. Lorsqu’ils se regardaient, min guk ne pouvait pas fuir ses yeux. Il était littéralement fasciné par l’ineo, au fond. Et il n’avait pu s’empêcher de rougir en le voyant s’approcher et s’arrêter aussi proche de lui. Il ne savait pas ce qu’il lui prenait, mais c’était étrangement plaisant. « mhh. je suis désolé pour tout ça, le cimetière c’était peut-être pas une si bonne idée. » il se contenta d’hausser un sourcil. Ça aurait peut-être pu être une bonne idée, sans la présence des trois bestioles immondes. Mais il ne lui en tenait pas rigueur, cyrus n’en savait pas plus que lui. Enfin, il l’espérait – parce que si tout ça était un coup monté pour lui foutre la trouille, il allait le lui faire payer, et pas qu’un peu. Mais quelque chose lui disait que ce n’était pas le genre du rouge, et que si c’était une blague, il le lui aurait dit bien avant, il rayait donc cette possibilité de son esprit. Il ouvrit la bouche, s’apprêtant à lui répondre avec une petite réplique cynique dont il avait le secret mais une chaleur soudaine contre son ventre lui fit ouvrir des yeux surpris, et immédiatement, ses lèvres se scellèrent à nouveau. Il baissa les yeux, observant le corps du plus âgé à présent collé contre le sien, les battements de son cœur accélérant sans qu’il ne puisse les contrôler. Un frisson vint parcourir son corps en sentant les doigts, glacés, de l’ineo se faufiler contre sa joue, brûlante quant à elle. Il n’allait pas faire l’ingénue – il savait très exactement ce qui se passait, et ça lui plaisait beaucoup, même s’il n’irait pas l’admettre. Le rouge avait une attirance pour lui, il s’en était toujours douté, et même si parfois il tentait de redescendre sur terre et de rationaliser la situation, s’empêchant de se baser uniquement sur son ressenti, à présent il avait une preuve concrète, celle qu’il attendait depuis longtemps : une confirmation. Ses doutes étaient fondés, et dans ce cas, cyrus devait bien savoir que l’attirance était réciproque. Ce qui le surprenait, c’était plutôt son propre comportement face à la situation. Avait-il toujours été aussi timide ? distant, presque. Il n’osait pas vraiment poser de questions, il n’osait pas prendre les devants non plus. Peut-être avait-il simplement besoin de cesser de se torturer l’esprit. « tu veux bien qu’on laisse les questions pour plus tard … ? » avait dit l’ineo, comme s’il lisait dans ses pensées. Le dragon passa sa langue sur ses lèvres, baissant et relevant les yeux plusieurs fois, ayant perdu ses moyens en l’espace d’une seconde. « oui.. » il aurait voulu ajouter autre chose, il était incapable de ne pas répondre par de longues phrases sinueuses aux questions qui le mettait mal à l’aise, mais l’autre l’en avait empêcher en penchant ses lèvres sur les siennes, l’attirant dans un baiser. Le yongwang fut surpris, tout d’abord, et n’avait pas répondu. Puis, réalisant ce qu’il se passait, il faufila finalement sa langue entre les lèvres de l’ineo, allant chercher sa jumelle, tandis qu’une espèce de sensation.. d’excitation faisait son chemin jusqu’à son cerveau. Ses mains allèrent, elle, appuyer contre son torse, attrapant son haut entre ses doigts comme pour s’y accrocher. L’échange lui sembla passionné – peut-être même violent, à en juger par la bouffée de chaleur qui l’avait traversé, et sa soudaine impression d’être dans un sauna, tant il avait chaud. Il se força pourtant à s’éloigner peu après, tentant de ne pas perdre le peu de discernement qu’il lui restait, tandis qu’il reprenait son souffle. « mh.. et c’est ça que tu voulais faire au cimetière ? » un petit sourire se dessina sur ses lèvres, comme s’il se moquait gentiment de lui. Vrai qu’il n’avait pas choisi le meilleur des endroits, au départ. Et celui-ci n’était pas non plus le meilleur qu’ils puissent trouver.. mais ça restait bien mieux que de s’embrasser au-dessus de la tombe d’un vieux mage noir, non ? oui, sûrement que oui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
ii

pseudo : lenalee; noona
avatar : lee chang seon
messages : 210
double compte(s) : feng shuan
here since : 26/11/2011
points : 26302
âge : 28
patronus : loser, on m'a dit.
animal de compagnie : un serpent que m'a offert kessy. je devais lui faire pitié à être le seul type sans animal dans le bahut. du coup maintenanant j'ai quincy. un serpent blizzard.
my heart is : cause you’re a criminal as long as you're mine.
i'm feeling like : sorry for party rocking.
ma baguette : mesure 22,5 centimètres, est relativement flexible, possède un coeur de crin de licorne et est en bois de charme. lorsque les baguettes en bois de charme choisissent un possesseur, c'est pour la vie : très fidèles, elles s'adaptent plus rapidement que la plupart des autres au style de magie de son possesseur et deviennent si rapidement personnalisée que quiconque d'autre aurait une grande difficulté à tenter l'utiliser. en plus du coeur de licorne, cette baguette est très fidèle et refusera d'effectuer tout sort allant à l'encontre des désirs ou des principes de son possesseur. voilà une baguette particulièrement sensible et à l'écoute !

MessageSujet: Re: (nc - 17) who's laughing now ?   Sam 11 Fév - 21:12

Tout se passait bien, au final, mais il n’en était guère étonné. Dans le fond, il se doutait bien que minguk n’était pas indifférent à son charme. Tout comme lui n’était pas indifférent au sien. Ce n’était qu’un jeu, n’est-ce pas ? Et après tout ce combat acharné, tout cet échange de regards, de non-dits et de bons procédés, il n’y avait aucun gagnant. Juste deux perdants, de bons perdants, un peu trop faibles pour continuer de tenir la barre cependant. Il fallait bien se faire une raison, la sirène était un lâche au même titre que le dragon et, pour le coup, ils allaient plutôt bien ensemble. Les lèvres du doré avaient parcouru le chemin restant pour se coller à celles de l’ainé, mêlant ensuite leur langue dans un ballet intense et incessant, celles-ci se caressant l’une l’autre sans relâche, sans siller une seconde. C’était plaisant et cyrus pouvait sentir sa frustration s’effacer un peu plus à chaque seconde, celle-ci se faisant relayer par une nouvelle sensation tout aussi désagréable et captivante à la fois. Pourquoi est-ce que tout était toujours si compliqué dans ce genre de situation ? Comme si le corps passaient par une dizaine d’états différents et tous plus difficile à supporter les uns que les autres. Il ne s’était pas reculé, pas d’un pouce, histoire de ne pas lâcher les lèvres de son acolyte de soirée. En fait ; il était hors de question qui lâche ses lèvres maintenant, alors qu’il avait patienté énormément avant de pouvoir les capturer. C’était comme s’il allait en crever sur place, manquer d’oxygène ou mourir d’un affreux poison. Pourtant c’était bien tout le contraire, s’il ne reprenait pas sa respiration il y avait très peu de chance pour qu’il puisse une nouvelle fois attraper les lèvres de minguk, logiquement parlant. Il pouvait sentir les crampes se former dans sa mâchoire, il pouvait également sentir sa langue devenir douloureuse à force de caresser sa jumelle si langoureusement. La respiration plus rapide tout comme les battements de son cœur, il fermait si fortement les yeux tout en fronçant les sourcils qu’il pouvait sentir toute la douleur remonter et venir tirailler les muscles de son visage en entier. Il put sentir les mains du yongwang venir agripper son haut, comme si lui aussi avait peur que la réalité ne les rattrape et que, peut-être, cyrus foute le camp comme un mauvais rêve. Comme s’il n’avait jamais été présent ce soir. Il pouvait bien mettre son cœur à l’aise, pour rien au monde l’ineo ne comptait partir à cet instant. Et il pouvait faire une croix sur la sortie si lui-même pensait pouvoir s’échapper des griffes d’ahn cyrus, actuellement. Malheureusement le plus jeune brisa lui-même l’échange, s’écartant volontairement des lèvres de cy –ce qui le contrariait fortement, pour une fois. « mh.. et c’est ça que tu voulais faire au cimetière ? » demanda-t-il, l’air innocent. La sirène ne put s’empêcher d’afficher un sourire, glissant le bout de ses doigts sur le menton sur garçon pour l’inviter à croiser ses yeux. « pourquoi tu me le demandes quand ça semble évident depuis le départ, minguk ? lui avait-il répondu tout en se rapprochant lentement de son oreille. Il dégagea une partie de ses cheveux pour coller sa joue à la sienne et y murmurer la suite de ses mots de sa voix la plus rauque, comme pour lui donner l’impression qu’il ne voulait pas que quelqu’un d’autre entende ce qu’il avait à lui dire bien qu’il soient seuls dans l’endroit. ou peut-être que ça te fait palpiter le cœur que je te le dise ? »

Sa main se faufila lentement vers sa nuque pour l’encercler, juste au niveau de sa pomme d’adam. Cyrus s’était ensuite reculé pour poser son regard noisette dans celui du plus jeune, son sourire toujours accroché à ses lèvres ; il était amusé, c’est un fait. Mais pas uniquement. Il était aussi excité, nerveux et énervé. Tout se confondant dans sa tête. Des questions, des ordres, des insultes et du désir. Une tonne de désir qu’il se pensait totalement incapable de satisfaire. Il s’en doutait bien, de toute façon, il était bien trop gourmand et peut-être qu’il en demandait trop à minguk. Mais c’en était terminé, il ne voulait plus jouer, il ne voulait plus continuer de le teaser à la moindre seconde pour la simple et bonne raison qu’il était lui-même en train d’en souffrir. Peut-être même qu’il crevait littéralement sous le plaisir et la frustration à chaque fois qu’il croisait le regard du yongwang, et peut-être même aussi qu’il était un peu trop obsédé par sa personne. En gros ; il était foutu sur toute la ligne, il s’était fait avoir de a à z en pensant mener la barque comme un grand, et le voilà baisé comme un novice. Qu’importe. Il le voulait, là, plus que n’importe quand et peu importe si l’endroit n’était pas vraiment charmant et au goût de tout le monde. Tout ça n’avait plus d’importance, ce n’était qu’un décor après tout, non ? Cyrus s’humecta lentement les lèvres tout en glissant cette fois ses mains sur le torse du plus jeune, devinant les courbes de son corps sans vraiment aller chercher plus loin. Maintenant qu’il l’avait à portée de main il ne voulait pas presser les choses, il ne voulait pas accélérer le temps et ne pas profiter de la situation comme il se doit. Languir, languir et encore languir mais à quel prix ? En était-il seulement capable ? Tout de même, c’est de cyrus dont nous sommes en train de parler, n’est-ce pas ? Ses mains descendirent encore un peu plus bas pour soulever légèrement son haut, laissant apparaitre un peu de la peau de son ventre. Un ventre plat et chaud, l’ineo ne se fit pas prier pour venir y loger ses mains et le caresser, glissant sur ses hanches pour les flatter l’espace de quelques secondes. Il pressa ses pouces de part et d’autre du corps du dragon pour l’attirer une nouvelle fois contre lui, son regard ambre plongé dans le sien et ses lèvres à proximité des siennes. Il les humecta très lentement, faisant attention au parcours de sa langue contre l’inférieure de sorte à ce que minguk en soit totalement captivé. « dis-moi que c’est réciproque. s’enquit-il, repoussant le corps de minguk vers la table de chaîne massif disposée au centre de la pièce. dis-moi que tu n’en peux plus d’attendre. il souleva son corps, le pressant au sien avant de l’asseoir sur ladite table poussiéreuse, faisant voler un nuage de fumée dont il ne prêta aucune attention. parce que moi, je n’en peux plus de t’attendre. » au moins, ça avait le mérite d’être clair et cyrus n’était plus intéressé par le fait de passer par quatre chemins. Les choses devaient être dites, maintenant, c’était l’occasion et minguk n’avait plus le droit de se débiner face à tous les aveux de son acolyte de soirée. De toute façon il commençait déjà à plier ses barrières, il suffisait de regarder son comportement pour comprendre qu’il était totalement incapable de mener le combat contre cyrus. Encore moins maintenant qu’il avait avoué une bonne partie de son attirance pour sa personne. Voilà pourquoi il faisait également partie des perdants.

Ses mains trouvèrent ensuite refuge sur les cuisses du doré, longtemps il les avait imaginées. Nues, serrées, écartées et parfois collées. Parfois il s’était vu entre en train de travailler le corps du plus jeune de façon langoureuse, parfois il voyait ses lèvres les fouler, abusant des gourmandises. Dès que la sirène s’égarait dans ses pensées, il en arrivait toujours au même constat ; il le désirait d’une façon bien différente de ses autres coups d’un soir. Il y avait toujours cette espèce de tendresse et de passion. Une folie, voilà ce que minguk représentait ; une agréable folie. Cyrus glissa ses lèvres dans le cou du yongwang pour venir laper et mordiller sa peau, s’attelant à faire souffrir un petit quartier de chair avec passion. Un parfum doux, unisexe et terriblement alléchant venait titiller ses narines agréablement. Il n'avait qu'une seule et unique envie actuellement, et c'était le dévorer de la tête aux pieds sans en laisser une miette. Oh non, il était loin d’être un vulgaire cannibale appâté par un peu de viande fraîche, c’était bien plus profond que ça. Ce n’était pas non plus ce genre de « faim ». Il n’était pas sujet à une faim physique, mais bel et bien à une faim émotionnelle et charnelle à la fois. Le genre de sensation frustrante mais dont on ne peut pas se passer, comme un masochiste. Alors peut-être que dans le fond, oui, il était un brin masochiste. Assez pour toujours se faire souffrir un peu plus au sujet du yongwang, assez pour avoir fait durer le jeu jusqu’ici. Cyrus avait certes une patience à toute épreuve mais une fois qu’elle concernait son appétit sexuel ou bien même ses pulsions et ses désirs masculins il se comportait comme un enfant. Il était incapable d’attendre ou accepter un « non ». Capricieux vous dites ? Certainement oui. Mais actuellement ça n’avait plus la moindre importance, ce n’est pas comme sin minguk allait finalement le repousser, si ? Cy n’avait plus aucun doute, il ne pouvait décidément pas être repoussé, pas après tout ça, pas après cette soirée si mouvementée. C’était marqué quelque part, c’était le destin et personne ne pouvait le changer, pas même le yongwang s’il le voulait de toutes ses forces. Il n’était pas enclin à le laisser s’échapper de toute façon, et c’est pour cette raison qu’il tenait son corps si proche du sien. La sirène n’avait pas attendu trop longtemps pour rediriger ses mains sous le haut du garçon. D’une part pour les réchauffer –puisqu’il était un grand frileux- et d’autre part pour caresser sa peau tendre, comme une pêche. Il sentait son épiderme vibrer sous ses doigts, peut-être était-ce des frissons, ceux-ci remontaient le long de son échine et soulevait les poils de son corps désagréablement ? Il encercla la taille du doré, le forçant ainsi à écarter les jambes et pris place entre ses cuisses complices sans attendre. Ses rêves gagnaient de plus en plus en véracité, c’est fou non ? À croire qu’il nageait en pleine idylle, à vivre un de ses fantasmes. Peut-être même qu’il allait se réveiller et se rendre compte, une nouvelle fois, que tout ceci n’était qu’un rêve et que cela n’avait jamais existé. C’en était pathétique et il ne comprenait toujours pas comment il en était arrivé là, comment il s’était démerdé pour que minguk viennent ainsi occuper ses pensées le plus clair de son temps sans qu’il puisse y faire quelque chose. Il n’avait jamais eu envie de lui en parler, ni à lui ni personne parce qu’il n’était pas non plus prêt à s’asseoir sur sa fierté et déballer tout ce qu’il avait sur le cœur. Un homme, non ? Cyrus vint soupirer une nouvelle fois à l’oreille du dragon, ne pouvant décidément plus se contrôler correctement. Pourtant ce n’était que le début, il ne savait. Tout ceci n’était que le début d’une longue nuit agitée. Il ne pouvait pas se résoudre à penser autrement, il n’en avait tout simplement pas envie et il pouvait d’ores et déjà sentir les membres de son corps trembler sous l’excitation. Une bonne dizaine d’images mentales venant assaillir son cerveau et ses pensées. mais délivrez-nous du mal il planta ses ongles inconsciemment dans la chair tendre du garçon, raclant la peau du bas de son dos pour filer jusqu’à ses hanches tout en prenant possession de ses lèvres une nouvelle fois. Il soupira sur ses lèvres, laissant même échapper une espèce de gémissement tout en fermant les yeux. Il s’en voulait d’être aussi faible, il s’en voulait terriblement. Mais qu’est-ce qu’il pouvait bien y faire au fond ? Il n’était qu’un homme avec ses faiblesses et, malheureusement, minguk en faisait partie. amen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
the queen admin.

pseudo : nana.
avatar : key/kim ki bum. {shinee}
messages : 355
here since : 15/11/2011
points : 29379
âge : 27
patronus : une antilope - plus précisément, une gazelle de thomson.
animal de compagnie : un chat angora blanc, nommé blank. par manque d'imagination, mh.
my heart is : ..j'aimerais mieux l'oublier celui-là, tiens.
ma baguette : 27,4 centimètres, plutôt flexible, plume de phénix, bois d'ébène. On dit que seuls les sorciers entièrement capables d'assumer leur marginalité peuvent posséder une baguette en ébène. la plume de phénix qu'elle contient en fait une baguette relativement rare, difficile à apprivoiser et à contrôler, cependant très puissante lorsque maitrisée.
wizard's spellbook :

« i don't want to lose,
but i can't resist you.
»
comment est-ce qu'on en est arrivé ici ? je ne sais pas. peut-être que ça ne concerne que moi, peut-être que je me fais des idées, aussi. peut-être que j'ai besoin de consulter - non, sûrement. mais il ne sort jamais de ma tête, peu importe le moment, l'endroit, il vient toujours me hanter, et j'ai envie de le voir, de l'entendre, de lui parler. de le toucher. cyrus, pourquoi est-ce que tu provoques ça ? j'aimerais bien le savoir.

{underco}


MessageSujet: Re: (nc - 17) who's laughing now ?   Sam 18 Fév - 22:18

Il ne savait honnêtement pas s’il se sentait perdant ou gagnant. Il était en train d’obtenir ce qu’il rêvait d’avoir depuis maintenant un petit bout de temps. Depuis le début, en fait. Son attirance pour l’ineo avait été immédiate, et même si au départ ce n’était pas bien méchant, s’en était vite devenu obsessionnel et intense. Quelque chose qu’il ne connaissait pas vraiment s’était alors développé au fond de lui. Même si le yongwang pouvait paraître assez excessif et passionné, ce n’était pas vraiment le cas à ce niveau-là, d’ordinaire. Certes, il avait souvent eu des aventures sans lendemain, mais il n’était pas franchement le type à ressentir un désir aussi brûlant et passionnel pour quelqu’un – il se laissait plutôt guider par la moindre de ses petites envies, puisqu’il était du genre à s’écouter et à ne pas tenter de lutter lorsqu’il n’y avait pas de.. danger. Mais il luttait avec cyrus. Ou en tout cas, il avait lutté. Et s’il avait lutté, c’est parce que d’une façon ou d’une autre, il savait inconsciemment – ou pas – que le rouge représentait une menace pour son équilibre.. Ou pour autre chose. Peut-être avait-il simplement la trouille de trop s’y accrocher et de perdre pieds, comme toujours. Être dépendant de quelqu’un avait toujours été la plus grande crainte de sa vie de toute façon, et vu son manque de volonté, il préférait fuir ce genre de situation pour ne pas céder et souffrir. Sauf qu’il n’avait pas du tout envie de fuir en ce moment. Et il allait simplement chasser ces pensées de sa tête, en fait. Au fond, il n’y avait eu qu’un baiser. Et il l’avait rompu à contrecœur parce que son cerveau un peu trop rationnel l’empêchait de profiter de ce moment en se fichant bien du lendemain – mais il n’allait pas le laisser faire. Ça ne voulait rien dire. Il voulait partager ce genre de chose avec l’individu en face de lui depuis trop longtemps, et rien n’allait l’arrêter, pas même sa conscience. Il frissonna soudainement lorsqu’il plongea ses yeux dans les siens, incapable d’y échapper. « pourquoi tu me le demandes quand ça semble évident depuis le départ, minguk ? » pour l’entendre, pour être sûr, pour en tirer une certaine fierté et aussi une certaine excitation. Juste pour toutes ces raisons. Parce qu’il avait besoin de savoir, enfin, de vive voix. Et pas simplement dans des sous-entendus, des regards ou des gestes ambigus. Il avait besoin de quelque chose de palpable, de réel. D’une mise au clair, voilà tout. Pourtant, l’ineo ne semblait pas vraiment décidé à la lui donner, il lui semblait même qu’il était plutôt joueur. Et même si ce n’était pas ce qu’il voulait, ça l’excitait énormement. Il se sentait perdre ses moyens depuis que l’ineo s’était approché – comme s’il était un prédateur, prêt à tout pour le dévorer. Et c’était une situation qui aurait dû le gêner ou lui faire peur, voir même le contrarier, normalement. Pourtant il se sentait fondre entre ses doigts, incapable de garder consistance. S’il ne se retenait pas un minimum, il se serait déjà pendu à son cou, l’encourageant à lui faire tout et n’importe quoi comme il en avait déjà souvent rêvé la nuit. Il avait très légèrement hoché la tête à la fin de sa phrase, son cœur palpitant effectivement dans sa poitrine, lui donnant l’impression de battre dans son corps au complet tant c’était violent. Ses jambes tremblotaient à présent, et il savait très bien que ce n’était pas causé par le froid. C’était lui, simplement, lui.

Son souffle restait coupé dans sa gorge. Il n’arrivait juste pas à le prendre à la légère malgré tous ses essais – il n’arrivait pas à croire que c’était un coup d’un soir. Parce qu’il le refusait. C’était un coup d’un soir, s’en était un, ça devait en être un mais – non, ce n’en était pas un. Et son cerveau avait perdu le peu de logique qu’il lui restait lorsqu’il avait croisé à nouveau son regard, se sentant impuissant, soumis à sa volonté, encore et toujours. Il n’arrivait pas à lire dans son esprit, et c’était bien embêtant. Est-ce que cyrus le prenait au sérieux, lui ? Est-ce qu’il était vraiment aussi obsédé par le yongwang que l’inverse ? Est-ce qu’il stressait, derrière son sourire trompeur ? Trop de questions. Trop de réponses qu’il n’avait pas, qu’il ne pouvait qu’interpréter, deviner, espérer. Aucun fait sûr, réel. Il avait peur, une peur étrange, parce qu’au fond il ne savait pas de quoi il pouvait bien avoir peur. Pas de l’ineo en lui-même, en tout cas, parce qu’il se sentait en confiance entre ses mains. Mais la peur, ça n’avait jamais été une émotion qu’il avait accepté, peu importe la raison. Il la chassait, la mettait loin de lui, et il continuait de faire son chemin, vaillamment. Parfois un peu stupidement, aussi, mais c’était le propre des dragons, et il ne faisait pas exception. Mais elle était particulièrement difficile à chasser, ou même à ignorer, lorsque les mains du rouge s’insinuaient sur son torse, son cœur accélérant, tapant contre sa cage thoracique. Est-ce qu’il pouvait le sentir ? L’entendre ? Ha, stop. Il ne voulait plus penser, juste ressentir. Se laisser aller dans ses bras, comme si rien d’autre n’importait. Voilà ce qu’il devait faire. Puis ses doigts entrèrent en contact avec sa peau, et le yongwang eut l’impression qu’il se liquéfiait sur place, littéralement. Pourquoi est-ce que c’était si violent. Quand on le touchait, normalement, il souriait, il appréciait, et il s’impatientait lorsque ça durait trop longtemps parce qu’il n’avait jamais été ni patient, ni fan de préliminaires. Pourquoi, alors, les mains de cyrus étaient si entêtantes ? Il voulait qu’elle reste là éternellement. Pire, qu’elles parcourent son corps pendant des heures et des heures, qu’il finisse par le connaître par cœur. Et il était persuadé que peu importe le temps que ça durait, l’intensité ne baisserait jamais. Il le savait, c’est tout. Une petite plainte lui échappa lorsque l’autre l’attira un peu plus près, et ses yeux se posèrent automatiquement sur les lèvres de l’ineo. Il aurait juré avoir rougit en observant sa langue passer contre celles-ci, d’un geste horriblement lent. Il n’y avait jamais fait attention en détail, mais elles étaient vraiment attirantes. Pulpeuses, et en même temps, pas trop. Dessinées, aussi. Moins que les siennes, ou plutôt, différemment. Mais ça le fascinait, d’un seul coup. Si bien qu’il n’était même pas complètement sûr d’avoir compris sa phrase, son attention bien trop focalisée sur sa bouche, brillante à présent. C’est lorsqu’il le repoussa et qu’il continua que min guk avait enfin intégré ses mots, frissonnant au passage. Sa respiration devenait saccadée, au fil du temps, et bien plus rapide. Le rouge pouvait l’entendre, et sûrement voir son torse se soulever avec une force inhabituelle, il ne pouvait pas s’en empêcher. L’excitation se voyait particulièrement bien chez lui, que ce soit dans ses expressions, son corps ou son comportement. Il était incapable de jouer la comédie. « cyrus.. » il s’humecta les lèvres, cherchant une réponse. Réponse qu’il cherchait depuis le début mais sur laquelle il n’arrivait simplement pas à mettre le doigt. Que dire, que faire. Attendre.. ça avait toujours été sa hantise. Il se rendait compte chaque jour du nombre de choses pour lesquelles il était forcé d’attendre, et c’était sûrement ce qui le contrariait le plus dans la vie, au fond. C’était encore pire lorsqu’il s’agissait de désir. Le dragon était un garçon capricieux, il l’avait toujours été. Il se souvenait, enfant, les crises qu’il piquait parfois pour avoir quelque chose ou simplement pour se faire remarquer – toujours soucieux d’être au centre de l’attention de quelqu’un, peu importe qui, il avait toujours été comme ça. Et il n’avait jamais aimé qu’on joue avec lui, qu’on joue avec ça. Qu’on le fasse languir. Pourtant, cyrus le faisait languir.. mais peut-être que le fait de savoir qu’il en souffrait également lui faisait plaisir. Il n’était pas seul à supporter le mal qui le rongeait. A forcer sur sa patience déjà peu présente au départ, l’étirer au maximum pour ne pas juste faire une crise de nerfs encore, comme il en avait l’habitude. Il avait comme la sensation que ça ne plairait pas à l’ineo. Et de toute façon, ça ne ferait que gâcher le plaisir. Tout devait aller vite lorsqu’il s’agissait de besoin physique. Lorsqu’il avait juste besoin de sexe – parce qu’il était faible, qu’il en avait souvent envie, qu’il devenait vite invivable lorsqu’il en était privé. Est-ce que cyrus était un besoin physique.. jusque-là, il était tenté de dire non. Il ne suivait pas le schéma habituel, il ressentait des choses tout à fait différentes à son égard. Des choses qu’il avait rarement ressenties. Et c’était elles, surtout, qui déclenchaient sa peur. Il sentit ses mains glisser sur ses cuisses, et il réalisa à cet instant qu’il faisait une chaleur horrible. Pas dans le cabane, pas autour de lui.. en lui. A l’intérieur, au fond de son ventre, ou ses cuisses. Ses joues étaient brûlantes, également. Il se consumait déjà. « ce n’est pas évident que c’est réciproque ? » il passa à nouveau sa langue sur ses lèvres, se demandant un instant s’il avait bien fait de lui répondre de cette façon. Il avait l’impression d’être arrogant. Mais, au fond, il était fier plutôt. Il n’allait pas se mettre à gémir et le supplier de lui donner ce qu’il voulait – parce que ce n’était pas ce qu’il voulait, justement. Il voulait que ce soit lent, sous-entendu, presque.. beau ? Quelque chose comme ça. Quelque chose qu’il ne voulait pas souvent, dont il se fichait avec n’importe qui d’autre. Mais dont il avait besoin avec le plus âgé, parce qu’il voulait se souvenir de ce moment. Que ce soit ancré dans sa mémoire.

Il écarta les cuisses, docilement, les serrant à nouveau derrière son dos pour enserrer ses hanches, le garder tout contre lui, presque douloureusement. S’il avait pu fusionner avec la sirène à cet instant, il n’aurait pas hésité une seule seconde. Il ferma les yeux un instant, alors qu’il se sentait partir légèrement en arrière, sans s’en soucier puisque la table était là. Et la poussière dessus.. en temps normal, elle l’aurait horrifié, et il serait parti en courant, et en se plaignant. Mais il n’avait pas à s’en plaindre, là. Il allait faire avec. Mieux, il allait l’oublier parce que son cerveau avait la merveilleuse capacité de se concentrer sur une seule chose à la fois lorsqu’un contact physique était en jeu, quitte à oublier absolument tout ce qui l’entourait. Il les rouvrit alors, croisant à nouveau le regard du rouge, sentant ses joues s’enflammer à nouveau. Ceux-ci se détournèrent, cela dit, lorsque l’ineo s’approcha à nouveau, tellement qu’il ne pouvait plus voir son visage, ses lèvres frôlant son oreille alors que ses soupirs venait s’y perdre, lui faisait, finalement, échapper quelque chose ressemblant à une plainte. Un couinement, plutôt, au fond. Il n’arrivait juste pas à se contenir. « tu vas me rendre fou.. » ses dents vinrent se planter dans sa propre lèvre inférieure, alors qu’il avait l’impression de perdre une bataille. Il l’avait déjà perdue, même. Il avait avoué ce qu’il ne voulait pas avouer. Est-ce que c’était une bonne ou une mauvaise chose ? De toute façon, il ne risquait pas de perdre les faveurs du rouge avec ça. Ce serait même plutôt logique qu’il les attise. Mais c’était sa propre fierté qui était touchée, il se soumettait. Et pas physiquement seulement – il se soumettait toujours, à ce niveau. Mais il ne se soumettait pas émotionnellement parlant, jamais. Pourtant, c’est ce qu’il faisait, là. Il perdait le contrôle, purement et simplement. Et le plus inquiétant là-dedans, c’est qu’il s’en fichait. Il se redressa légèrement, passant ses mains dans la nuque du plus âgé, faufilant ses doigts dans ses cheveux tandis qu’il soupirait. Il avait perdu la partie. Et il ne s’en portait pas plus mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
ii

pseudo : lenalee; noona
avatar : lee chang seon
messages : 210
double compte(s) : feng shuan
here since : 26/11/2011
points : 26302
âge : 28
patronus : loser, on m'a dit.
animal de compagnie : un serpent que m'a offert kessy. je devais lui faire pitié à être le seul type sans animal dans le bahut. du coup maintenanant j'ai quincy. un serpent blizzard.
my heart is : cause you’re a criminal as long as you're mine.
i'm feeling like : sorry for party rocking.
ma baguette : mesure 22,5 centimètres, est relativement flexible, possède un coeur de crin de licorne et est en bois de charme. lorsque les baguettes en bois de charme choisissent un possesseur, c'est pour la vie : très fidèles, elles s'adaptent plus rapidement que la plupart des autres au style de magie de son possesseur et deviennent si rapidement personnalisée que quiconque d'autre aurait une grande difficulté à tenter l'utiliser. en plus du coeur de licorne, cette baguette est très fidèle et refusera d'effectuer tout sort allant à l'encontre des désirs ou des principes de son possesseur. voilà une baguette particulièrement sensible et à l'écoute !

MessageSujet: Re: (nc - 17) who's laughing now ?   Dim 26 Fév - 22:23

Des souvenirs. C’est ce qu’il avait envie de laisser au garçon. C’est également ce qu’il désirait garder de cette précieuse nuit, tout au fond de lui. De toute façon, après les évènements de ce soir, il ne doutait pas d’en garder au moins un. Tout ceci avait été quelque peu traumatisant, même si, actuellement, il se portait comme un charme. Certes, il se serait bien passé de devoir se battre contre des zombies mais il ne regrettait rien. Et si c’était à refaire, alors il se jetterait tête la première dans la gueule du loup, et ce, sans la moindre hésitation. Tant que minguk était la finalité de l’escale, ça lui convenait parfaitement. En fait, il n’était pas bien difficile et peut-être que c’était le destin de les guider jusqu’à cette petite cabane abandonnée. Cependant, cyrus ne croyait pas au destin, ni une quelconque religion autre que la sienne. Croire en soi, voilà ce qui lui permettait de tenir debout tous les jours, de continuer à avancer, de se lever tous les matins pour réitérer les mêmes actions en suivant le même schéma. Oh, rassurez-vous, aucun grand drame réel n’a bouleversé sa vie. Ou peut-être bien que si, mais cela n’a rien d’exceptionnel. Comme beaucoup d’enfants, la sirène n’a jamais connu son père. Ce dernier s’étant enfuit avant la naissance des jumeaux. Toute sa vie s’est basée sur son seul et unique pilier, son seul et unique modèle et sans doute la personne qu’il respecte le plus au monde. Bien plus qu’il ne se respecte lui-même, pour être honnête. Il s’agit bel et bien de sa mère. La femme qui l’a mis au monde alors que l’abandon lui pendait au nez. Qui n’a pas baissé les bras devant le défi et qui a quasiment tout donné pour ses deux fils. Une mère est dieu dans les yeux de son enfant, dit-on. Quiconque oserait manquer de respect à sa maman se verrait directement marqué à tout jamais sur sa petite liste noir, comme lorsqu’on marque quelqu’un au fer rouge. Mais là n’était pas la question, la question était justement le destin d’ahn cyrus. Alors oui, peut-être que le dragon faisait partie de son destin. Il n’en savait foutrement rien. Est-ce que quelqu’un ou quelque chose avait décidé d’accomplir un grand dessein entre les deux jeunes hommes ? Dur à croire puisqu’en y regardant de plus près, beaucoup de choses les séparaient. Pas tout, évidemment. Certaines choses leur étaient bien communes, comme par exemple leurs fréquentations. Minguk était le meilleur ami de kessy et cyrus connaissait sa jumelle. C’est d’ailleurs par ces deux intervenants qu’il fit la rencontre du yongwang, quelques années auparavant. Tout de suite il lui avait plu, tout de suite il avait ressenti cet espèce de je ne sais quoi, cette attirance qu’il s’esquintait à cacher jour après jour comme s’il s’agissait là d’un jeu. Un stupide jeu de séduction auquel il jouait sans connaitre le but, sans savoir ce qu’il désirait le plus au fond de lui. Mais, maintenant, c’était différent. Maintenant que tout avait changé, il n’était pas prêt de laisser sa place à quelqu’un d’autre ni même laisser filer sa chance. Toujours positionné entre les cuisses du garçon, il laissait ses mains gravir son dos, devinant sa colonne vertébrale sous sa peau douce. Il s’était d’abord attelé à torturer le bas de son dos avant de remonter progressivement en plantant ses ongles dans sa chair. L’étoffe de son haut suivant le mouvement et le dénudant petit à petit. La sirène se recula une nouvelle fois pour plonger son regard dans celui du doré, fermant doucement les yeux tout en approchant ses lèvres ses siennes. Il pouvait d’ores et déjà sentir son cœur battre douloureusement dans sa poitrine, martelant sa cage thoracique avec puissance. Il n’avait plus qu’une envie, ouvrir son thorax et l’arracher pour ne plus subir cette douleur lancinante et pourtant agréable. « tu vas me rendre fou.. » Dieu, cela faisait bien longtemps qu’il n’avait pas ressenti pareille excitation et, soyons honnête, il savait que ladite excitation commençait à être clairement visible sur lui. Minguk n’était pas un imbécile, il était loin d’être aveugle également mais ça ne le gênait pas. Cyrus déposa sa bouche contre celle du blond, glissant maintenant une de ses mains dans ses cheveux de blé pour les serrer doucement et le maintenir contre lui. Il vint frotter son bassin au sien, assez masochiste pour se torturer en pressant son intimité à la sienne. Il ne put s’empêcher de soupirer voire grogner contre ses lèvres pulpeuses. Il s’en détacha, perdant la tête et collant son front à celui de son amant tout en expirant une nouvelle fois, fermant les yeux et fronçant les sourcils. « tu me fais tellement de mal. » c’est bien là la seule chose qu’il était capable de dire et il était sincère. Cela n’avait rien d’une douleur physique, palpable. Tout se passait dans sa tête, il souffrait mentalement. De perdre la boule, de sentir ses pulsions l’emporter loin de sa raison. Mais il n’avait pas besoin de raison, il n’en voulait pas. Il voulait juste se sentir vivre, le faire vivre. Actuellement il ne cherchait pas à se soulager, se «vider ». ce qu’il désirait c’était faire du bien à minguk, être tendre et pouvoir constater dans les expressions de son visage qu’il est le maître et qu’il contrôle tous ses sentiments. Était-ce mal ? Était-ce stupide ? Il n’en savait foutrement rien et cela ne le tracassait pas. Mais pour combien de temps ?

En fait, cyrus ne savait pas comment s’y prendre. Au fond de lui, il voulait que ce soit différent de ses autres conquêtes, il n’avait pas envie de donner à minguk une impression « d’objet ». Il savait que c’était frustrant et, par ailleurs, il savait que c’était le meilleur moyen de perdre sa confiance – ce qu’il ne voulait pas du tout, peut-être même que ça lui faisait peur mais il était bien trop fier pour l’admettre. Peut-être plus tard ? Actuellement il ne pensait pas à l’avenir, c’est comme si le sol se dérobait sous ses pieds et que le temps s’arrêtait et n’avait plus aucune signification à ses yeux. Que dire, que faire ? Pouvait-il lui ôter son haut, pouvait-il laisser ses lèvres fouler son torse et sa peau chaude, quasiment brûlante ? Sa gorge ainsi que ses lèvres s’asséchaient, il avait du mal à déglutir. Cyrus attrapa les ourlets de la veste du yongwang pour finalement la faire glisser le long de ses épaules et lui enlever, la laissant choir à côté de la table, sur le sol. Tant pis si c’était sale, tant pis s’il n’était pas respectueux avec les affaires d’autrui. Cela lui passait totalement au-dessus de la tête et, de toute façon, minguk n’avait pas besoin de ses vêtements. Une petite peur se fit alors ressentir, comme une flèche dans la poitrine du rouge. Était-il trop rapide ? Allait-il se faire repousser ? Il avait l’impression de devoir apprivoiser un petit animal. Il avait besoin de patience et de confiance et peut-être que, contre toute attente, il fonçait droit dans un mur. Qu’importe, il ne se sentait pas le courage d’abandonner et de rebrousser chemin, pas si près du but, il s’en faisait la promesse. Il croisa finalement le regard du doré, ses yeux brillants dans les siens et, comme par respect, il brisa le silence « c’est vraiment ce que tu veux, tu … il s’approcha de ses lèvres, déposant les siennes dessus pour l’embrasser langoureusement, ses mains tirant cette fois sur son haut pour le soulever. Il s’écarta doucement, cherchant une nouvelle fois son regard. ne vas pas t’enfuir maintenant, mh ? » pourtant, il savait bel et bien qu’au fond de lui minguk n’allait pas détaler comme un rat, il essayait juste de se rassurer désespérément. Il savait également qu’il n’était pas prêt de le laisser filer de cette façon, comme si de rien n’était, comme s’il pouvait refouler toute ses pulsions et son excitation alors qu’elles étaient clairement marquées et visibles sur son corps. Il brûlait de l’intérieur et cela n’avait de cesse de le torturer. Il n’avait l’impression que la chaleur de la cabane allait bientôt excéder celle d’un feu ardent, peut-être même qu’ils allaient périr tous les deux par la chaleur ? Mais ce n’était pas la cabane, c’était son corps, il le savait parfaitement. Ce n’était pas la première fois que ça lui arrivait, certes, mais il le vivait rarement aussi fort. Sans attendre plus longtemps, il lui ôta son haut une bonne fois pour toute, la lueur de la flamme de la lanterne dansant joyeusement sur la peau nacrée sur garçon. Alléchant. Il n’avait pas d’autre mot, d’autre sentiment à mettre sur le tapis. Cyrus avait l’eau à la bouche sans réellement être le cas puisque sa salive commençait à manquer. Sa langue devenant pâteuse comme s’il ne s’était pas hydraté depuis un long moment. Périr par la soif, y avait-il quelque chose de pire ? C’est une mort longue et douloureuse où tous les sens nous quittent petit à petit, laissant place au désespoir. Cependant il n’avait pas envie de mourir, pas maintenant. Il laissa son regard vagabonder ci et là sur le corps de minguk, sans demander son reste, il glissa ses doigts sur ton épaule tout en redessinant sa clavicule. Effectivement, sa peau avait quelque chose de vraiment apaisant, sans doute était-ce sa douceur ? peut-être sa chaleur ou les deux ensemble réuni. Il s’en foutait, tout ce qu’il désirait c’était constater, tester et se faire une idée. Il voulait vivre l’instant tel qu’il se présentait à lui sans chercher plus loin. Parce que c’était inutile et surtout, cela gâcherait totalement le moment. Penser, toujours penser, jusqu’à ce que la tête explose. Pourquoi se prenait-il autant la tête ? cela n’était pas arrivé depuis longtemps, en fait, depuis qu’il n’était plus avec rebecca cela n’était plus arrivé. Elle lui faisait perdre la tête, mais c’était sa jalousie qui le rongeait de l’intérieur, comme un poison dans les veines. Être dépendant de quelqu’un ? il détestait cela plus que tout et sans le vouloir il était devenu dépendant de son ex. Il savait qu’en entretenant ce genre de relation avec elle, il lui faisait bien plus de mal que de bien et c’est pour cette raison qu’ils ne sont plus ensemble aujourd'hui. Cyrus l’a tout simplement quittée et, fort heureusement, ils sont restés en bons termes. Ou plutôt, en très bons termes ? Ils leur arrivaient encore de partager un lit, des rires ou des conversations futiles mais il ne voulait pas savoir de détails concernant sa vie. Au fond il était toujours jaloux, c’était ridicule et il le savait. N’était-ce pas lui qui avait décidé de mettre terme à leur couple ? Quoiqu’il en soit, maintenant, il ne regrettait pas d’être célibataire.

Il se pressa une nouvelle fois contre le corps du doré, venant déposer une pluie de baisers salés sur sa peau de pêche, il traça un chemin de son cou à son torse, le forçant à s’allonger à moitié sur la table pour avoir librement accès à son buste. Il fila tout du long, s’arrêtant sur son ventre plat pour faire marche arrière. La sirène pouvait aisément sentir sa respiration s’emballer une nouvelle fois au fur et à mesure que l’excitation allait crescendo. Son souffle brûlant venant irriter la peau de son partenaire. D’instinct, il glissa ses lèvres contre ses pectoraux, venant titiller sensuellement le téton droit du dragon. Sans relâche, jusqu’à ce que celui-ci durcisse contre sa bouche et sa langue humide. Il l’abandonna, reluisant, soufflant dessus pour le faire refroidir un peu, histoire de torturer sa nouvelle victime. « tu n’imagines pas… Il vint alors laper le gauche, presque vulgairement, avant de poursuivre . tout ce dont je rêve de te faire, ni… il se dévoilait, misérablement. à quel point j’ai pu fantasmer de ce moment. » il n’avait pas honte de l’avouer mais peut-être qu’il le regretterait plus tard. Plus tard oui, l’éternité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
the queen admin.

pseudo : nana.
avatar : key/kim ki bum. {shinee}
messages : 355
here since : 15/11/2011
points : 29379
âge : 27
patronus : une antilope - plus précisément, une gazelle de thomson.
animal de compagnie : un chat angora blanc, nommé blank. par manque d'imagination, mh.
my heart is : ..j'aimerais mieux l'oublier celui-là, tiens.
ma baguette : 27,4 centimètres, plutôt flexible, plume de phénix, bois d'ébène. On dit que seuls les sorciers entièrement capables d'assumer leur marginalité peuvent posséder une baguette en ébène. la plume de phénix qu'elle contient en fait une baguette relativement rare, difficile à apprivoiser et à contrôler, cependant très puissante lorsque maitrisée.
wizard's spellbook :

« i don't want to lose,
but i can't resist you.
»
comment est-ce qu'on en est arrivé ici ? je ne sais pas. peut-être que ça ne concerne que moi, peut-être que je me fais des idées, aussi. peut-être que j'ai besoin de consulter - non, sûrement. mais il ne sort jamais de ma tête, peu importe le moment, l'endroit, il vient toujours me hanter, et j'ai envie de le voir, de l'entendre, de lui parler. de le toucher. cyrus, pourquoi est-ce que tu provoques ça ? j'aimerais bien le savoir.

{underco}


MessageSujet: Re: (nc - 17) who's laughing now ?   Jeu 1 Mar - 23:40

Il y avait toujours eu quelque chose, et ça aurait été bien hypocrite de sa part de le nier. Le premier regard qu’ils avaient échangé l’avait hypnotisé, déjà. Bien sûr, ce n’était pas un coup de foudre – les coups de foudre, ça n’existait pas, c’était une invention ridicule. En revanche, il y avait toujours eu quelque chose de physique entre eux. Non, de chimique, même. Il avait toujours eu une attirance incontrôlable pour son ainé et même s’il avait tenté de s’en cacher, ses résolutions avaient volées en éclats lorsqu’il avait réalisé que ça semblait réciproque. Ils étaient peut-être destinés à consumer cette petite flamme qui ne cessait de grandir, oui. Mais pouvait-on parler de destin ? Il n’avait jamais vraiment eu l’impression d’être destiné à faire quelque chose, et encore moins à être avec quelqu’un. Pourtant, c’est vrai qu’il se sentait bien avec la sirène. Et il n’avait cessé de le remarquer depuis qu’il l’avait rejoint au cimetière. Sa présence avait suffi à le rassurer un peu plus tôt face aux inferis, et quoi qu’il fasse à présent, il se sentait frémir lorsqu’il le touchait et son ventre s’enflammait à chacun de ses mots. Mais c’était physique.. Il avait envie de lui depuis longtemps et peut-être que toute cette frustration accumulée au fil du temps provoquait ce désir violent qu’il sentait monter en lui, simplement. Peut-être que c’était autre chose aussi, peut-être que c’était plus compliqué, qu’il y avait quelque chose de plus profond qui pouvait se développer, ou qui se développait déjà sans qu’il ne s’en rende compte.. oui, peut-être. Mais il n’allait pas y songer, ça ne faisait que le perturber un peu plus et il n'était pas du genre à croire à des hypothèses. Bien sûr, il se faisait des films parfois, souvent même, mais pas de ce genre-là. A présent, la seule chose qu’il pouvait faire, c’était de ne pas penser, de se laisser emporter et d’agir intuitivement. Il n’avait pas d’autres choix, il perdait déjà ses mots, il perdait son masque face à l’ineo, et il se sentait inoffensif, vulnérable. Et pourtant, il se sentait en confiance. Il était bien. Il avait senti petit à petit son haut le quitter et il n’avait pas franchement réagit, son cœur tapant toujours contre sa poitrine. Il savait ce qui allait se passer, il n’était pas naïf au point de se poser encore la question, tout de même, mais le simple fait d’y penser, de savoir que ça allait arriver.. ça lui faisait perdre la tête.

Il retint un gémissement étranglé dans sa gorge alors que le plus âgé vint se presser contre lui, frottant son excitation contre la sienne tout en l’embrassant. Il l’avait vue un peu plus tôt, il savait qu’elle était là. Mais maintenant, il la sentait tout contre lui, et indépendamment de sa volonté, il sentait ses propres cuisses trembloter légèrement sous l’impatience et la frustration, le désir également, qu’il n’arrivait pas à contenir. Il n’était pas en manque, pourtant. C’est vrai, sa vie sexuelle était bien plus calme en ce moment qu’elle ne l’avait été un an auparavant ou encore plus tôt, mais il n’avait pas à se plaindre. Alors pourquoi était-il si sensible ? Chaque frottement, chaque effleurement même, tout. Il pouvait tout sentir avec bien plus de force que d’ordinaire et son ventre se contractait à répétition depuis qu’il sentait le bassin du rouge contre le sien. Il avait eu comme un sentiment de désespoir l’espace d’une seconde lorsque l’ineo quitta ses lèvres. S’il avait pu fusionner avec lui à cet instant, il n’aurait pas hésité. Il se sentait attiré vers lui comme un aimant, il avait besoin de le sentir contre lui, et même ça, ce n’était pas assez à son gout. Il avait besoin de le sentir en lui. « tu me fais tellement de mal. » Il écarquilla les yeux alors une seconde, troublé. Du mal ? quel mal ? Il ne comprenait pas. C’était douloureux, oui.. dieu, c’était affreusement douloureux. Mais parlait-il de cette douleur-là ? Peut-être qu’il avait loupé quelque chose. Peut-être que l’autre avait quelque chose à lui reprocher, qu’il avait changé d’avis ou qu’il n’aimait pas ça.. son cœur s’emballa à nouveau, angoissé à présent, tandis qu’il commençait à se faire des idées de plus en plus fantaisistes. Il releva des yeux inquiets, suppliants, vers les siens, entrouvrant les lèvres. Mais il ne trouvait pas ses mots, ou alors, ils restaient bloqués dans sa gorge, pire, dans sa tête. Il se sentait bête, ridicule, et il tentait de redescendre sur terre à présent, comme il l’avait bien souvent fait déjà en l’espace de quelques minutes seulement passées sur cette table. Pourtant, lorsqu’il plongeait son regard dans le sien, il ne voyait pas de froideur. Il ne voyait pas cette lueur typique qui annonçait un rejet. Oh, il savait de quoi ça avait l’air – il l’avait déjà vue, peut-être même un peu trop souvent. Mais elle n’était pas là. Il ne savait même pas ce qu’il voyait. Des émotions, des sentiments ? Quelque chose de puissant, sûrement la même sensation étrange que celle qui l’habitait depuis le début. C’était réciproque, non ? C’était le mot qu’il avait employé un peu plus tôt. Oui, c’était réciproque. Et il devait s’en convaincre, arrêter de penser qu’il n’était qu’un amusement, un défi, ou même une future erreur. Il n’était pas une erreur, autant que cyrus n’en était pas une. Personne ne le saurait, de toute façon. Et il n’allait pas le regretter, de même que l’ineo n’allait pas regretter.. ou. Allait-il le regretter ? Il passa sa langue sur ses lèvres, chassant ses inquiétudes de son esprit. S’il avait pu se taper la tête contre un mur, il l’aurait fait. Juste pour dire à sa stupide cervelle de se calmer et de se mettre en pause. Il n’avait pas à réfléchir maintenant, le moment était mal choisi. Et puis, ce qui est fait est fait, n’est-ce pas ? Et ils s’apprêtaient à le faire. Il n’y avait pas de marche arrière possible, la sirène ne pouvait pas reculer.

Il baissa alors les yeux sur les mains du plus âgé tandis qu’elles attrapaient les pans de sa veste et il senti ses joues s’empourprer – une fois n’est pas coutume – en prenant conscience de ce qu’il faisait exactement. Sa veste retomba au sol, soulevant un petit nuage de poussières, quelques secondes plus tard. Il fronça les sourcils. Non, ne rien dire. Il allait la laver en rentrant, rien de grave. Et d’ailleurs, il n’y avait pas de poussière, voilà. Ne pas prendre en compte la poussière. Il releva les yeux vers l’ineo, un petit sourire s’affichant sur ses lèvres à présent, alors qu’il était amusé par ses propres pensées et rassuré également, maintenant qu’il était sûr que l’ineo n’avait pas changé d’avis. Ses yeux rencontrèrent alors les siens une nouvelle fois, et min guk ne put que remarquer qu’ils étaient plus expressifs. c c’est vraiment ce que tu veux, tu.. » Il s’apprêtait à répondre sans même réfléchir, mais les lèvres du rouge l’avait stoppé dans son élan. Et comme réponse alors, il répondit avec plus d’ardeur que précédemment, appuyant sa bouche plus fortement contre la sienne, presque avec violence. L’autre s’écarta assez vite pourtant, et le jaune poussa une petite plainte de protestation. « ne vas pas t’enfuir maintenant, mh ? » Il passa lentement sa langue sur sa lèvre inférieure tandis qu’elle était étirée en un petit sourire subtil à présent, joueur. Il était gonflé, lui. S’enfuir ? Alors qu’il s’inquiétait de l’inverse très exactement une minute plus tôt. Ils se posaient trop de questions tout les deux, définitivement. Une de ses mains glissa contre le torse de l’ineo, un doigts traçant ses muscles au travers de son haut tandis qu’il faisait mine de réfléchir. Puis ses doigts agrippèrent le tissu, le forçant à se baisser en tirant légèrement dessus, leurs lèvres se touchant presque à nouveau. « c’est vraiment ce que je veux. » il passa sa langue sur ses lèvres, encore, marquant une petite pause. « et je n’ai jamais eu l’intention de m’enfuir. » avait-il conclut, son regard toujours planté dans le sien. Il voulait se faire bien comprendre, être clair. Il voulait aussi, peut-être, provoquer quelque chose chez lui. L’attiser un peu plus si c’était possible, même. Il avait toujours aimé charmer, flirter. C’était presque naturel chez lui, et c’est ce qu’il s’était passé pendant un long moment avec l’ineo, aussi. Mais c’était passé au stade supérieur, à cet instant. Même pas mal de temps avant, oui.. Mais il n’avait pas cessé de perdre confiance, de sembler comme une petite chose maladroite entre les doigts de cyrus. Il devait aussi lui montrer qu’il pouvait être clair, net et concis. Qu’il pouvait se contrôler et être un peu plus.. piquant. C’était une de ses qualités, c’est ce que beaucoup d’hommes appréciaient ou avaient apprécié chez lui, au départ. Et il pouvait parier que le rouge attendait de voir ce côté-là de sa personnalité en ce moment, et pas le petit animal tout apeuré et peu sûr de lui qu’il pouvait être lorsqu’il perdait ses moyens. Et il allait faire de son mieux pour lui donner ce qu’il attendait. Il attendait ce moment, il l’avait dit. Il avait peut-être même fantasmé à cette idée – et min guk voulait être à la hauteur de ses espérances, voilà tout. Alors qu’il reprenait peu à peu contenance – et confiance – il sentit son haut le quitter définitivement, et un frisson parcouru sa peau. Il aurait dû avoir froid, pourtant, il était brûlant, il se sentait presque fiévreux. Et il était à moitié-nu devant l’ineo, ce qui ne faisait que faire grandir un peu plus son excitation, son appréhension. Oh, non, il n’avait pas peur. Il avait hâte. Et il se laissait complètement faire, conduit par cette hâte, justement. Il se sentait comme une poupée entre les mains du plus âgé. Pas au sens péjoratif, au sens ou.. l’autre aurait pu lui faire n’importe quoi, lui réclamer n’importe quoi, il aurait obéit, il aurait apprécié même. N’importe quoi. C’était inquiétant comme sentiment et pourtant, ça lui plaisait énormément. Il pouvait être en contrôle de la situation si cyrus le lui demandait. Mais il avait plutôt l’impression que les choses plaisaient ainsi au plus âgé, il prenait les devants et il semblait s’en délecter. Sans demander quoique ce soit, le dragon se laissa aller en arrière, s’allongeant un peu plus sur la table comme l’ineo le lui demandait muettement, resserrant ses cuisses autour de lui, comme pour l’entraîner avec lui dans son mouvement. Lui faire passer un message aussi, tu n’as pas le droit de t’éloigner. Quelque chose comme ça – il ne pouvait pas s’y résoudre. Des soupirs s’échappaient d’entre ses lèvres régulièrement alors qu’il sentait ses baisers brûlant sur sa peau à chaque endroit où ils s’arrêtaient. Une de ses mains s’égara dans la nuque de l'ineo, l’autre lui servant d’appui contre la table. Il alla perdre ses doigts contre la peau du rouge, appuyant dessus, enfonçant légèrement ses ongles dans celle-ci, les yeux mi-clos. Il n’arrivait pas à les garder ouverts, son impatience et son plaisir forçant ses paupières à s’abaisser, mais il ne pouvait pas non plus les fermer complètement, sa curiosité l’en empêchant alors qu’il fixait la langue de l’ineo qui s’égarait sur son torse. Il retenait son souffle lorsqu’elle s’approchait d’un téton, puis finalement, le moment vint ou elle alla le laper, un gémissement échappant au dragon instantanément. Il ne pouvait pas lutter. Un spasme avait traversé son ventre et il avait contracté ses abdos. Les mots de la sirène tournaient dans sa tête, formant des phrases étranges. Fantasmer. Un nouveau gémissement se fit entendre puis son avant-bras lâcha finalement et il se laissa tomber contre la surface dure sous lui, un sourire au visage et les joues brûlantes, une sensation violente et indescriptible envahissant son corps, tandis que son cœur ratait un battement. Il ne savait pas ce que c'était, il ne voulait pas le savoir, mais dieu.. il se sentait affreusement bien.

_________________

i go crazy from your stare, my heart feel like it'll explode.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
ii

pseudo : lenalee; noona
avatar : lee chang seon
messages : 210
double compte(s) : feng shuan
here since : 26/11/2011
points : 26302
âge : 28
patronus : loser, on m'a dit.
animal de compagnie : un serpent que m'a offert kessy. je devais lui faire pitié à être le seul type sans animal dans le bahut. du coup maintenanant j'ai quincy. un serpent blizzard.
my heart is : cause you’re a criminal as long as you're mine.
i'm feeling like : sorry for party rocking.
ma baguette : mesure 22,5 centimètres, est relativement flexible, possède un coeur de crin de licorne et est en bois de charme. lorsque les baguettes en bois de charme choisissent un possesseur, c'est pour la vie : très fidèles, elles s'adaptent plus rapidement que la plupart des autres au style de magie de son possesseur et deviennent si rapidement personnalisée que quiconque d'autre aurait une grande difficulté à tenter l'utiliser. en plus du coeur de licorne, cette baguette est très fidèle et refusera d'effectuer tout sort allant à l'encontre des désirs ou des principes de son possesseur. voilà une baguette particulièrement sensible et à l'écoute !

MessageSujet: Re: (nc - 17) who's laughing now ?   Jeu 5 Avr - 21:26

La langue de la sirène dansait toujours joyeusement contre le téton droit et maintenant dur, du dragon. Il n’avait pas mis longtemps avant de se réveiller, peut-être était-ce le froid de la cabane abandonnée ou simplement l’excitation ? Beaucoup de questions passaient dans la tête de cyrus, et il n’avait aucune raison à donner pour tenter de calmer son interrogatoire mental. Il était prisonnier de ses propres angoisses, de ses propres peurs. Il avait pour première crainte de finir sur la touche, repoussé par le plus jeune comme un vulgaire torchon. Cela ne lui ressemblait pas vraiment, non, pas du tout même. Lui qui était si sûr de lui habituellement, il se retrouvait à jouer les pantins incertains, osant à peine toucher le corps offert devant son nez de peur de le surprendre et le faire partir contre son gré. Comme dit précédemment, il avait de plus en plus l’impression d’apprivoiser un petit animal sauvage et apeuré – pourtant ce n’était absolument pas le cas, minguk n’avait vraiment pas l’air d’être effrayé par la situation. Par ailleurs, il savait également au fond de lui qu’il devait prendre son temps, que les choses n’étaient pas toujours aussi faciles et rapides que ce qu’il avait pu connaitre avec d’autres personnes. C’était un challenge, il n’y avait pas d’autre explication à donner et c’est pour cette raison qu’obtenir minguk n’était pas une chose facile. On venait de lui donner un défi, « on » ? Mais qui ? Lui-même, puisque personne ne lui avait imposé d’avoir autant d’attirance pour quelqu’un d’autre. Oh des attirances sexuelles, il en avait à la masse. Il y succombait le plus clair de son temps mais ça venait tout aussi rapidement que cela partait. En fait, il n’y prêtait même pas la moindre attention, et ça lui convenait parfaitement. Pas d’attachements, pas de regrets, pas d’empathie, pas de bonne volonté pour essayer de construire quelque chose. Et puis, construire quoi ? Une relation ? De l’amour ? Allons bon, baliverne, c’était impossible. Il en était incapable et il le savait parfaitement. A ses yeux, l’amour avait représenté un poison, c’en était devenu tellement ridicule qu’il ne voulait même plus en entendre parler. C’était un peu trop tôt, par contre, pour qu’il analyse clairement ce qu’il ressentait pour son ami yongwang. Mais il n’était pas dupe, il savait bien qu’au fond cela cachait bien plus qu’une simple attirance physique comme il les connaissait si bien habituellement, sinon, pourquoi aurait-il tant d’intérêt depuis si longtemps ? Pourquoi aurait-il autant d’angoisses et, surtout, pourquoi aurait-il l’impression de devoir apprivoiser, se montrer doux et attentionné alors que cela ne fait vraiment pas partie de ses habitudes. Ça ne collait pas, toutes les informations ne lui étaient pas fournies. Il n’avait que la moitié du puzzle en main, et les pièces maîtresses étaient absentes. Absentes ? Ou plutôt invisibles à ses yeux, cela ne pouvait dépendre que de lui. Peut-être qu’au fond, c’était cyrus qui refusait de les regarder en face et de les accepter comme la vérité. Il n’était qu’un homme après tout, un homme fort et sévère, certes, si fort qu’il se refusait de regarder les choses tel qu’elles le sont réellement. Il suffit de modifier la vérité et d’y croire très fort pour tout arranger, non ? Parfait leitmotiv que voilà, oh oui, il était si fort.

Un nouveau soupir quitta ses lèvres alors que ses doigts dansaient maintenant sur les frêles épaules de minguk. La pulpe de ceux-ci laissant comme une trainée d’étoiles sur sa peau de pêche, son épiderme entier brulait au contact de leur corps. La température montait, il pouvait aisément la sentir. Pas seulement dans son corps, non, il pouvait également la sentir dans celui du plus jeune. Son ventre se soulevant de plus en plus rapidement et de manière saccadée, venant s’écraser contre celui du rouge encore vêtu de son haut. Oh, oui, ses vêtements. Il allait presque les oublier. En y repensant, il sentit une pointe de colère naitre au fond de lui, comme si se séparer du yongwang maintenant allait causer une catastrophe. Il avait la nette impression que s’il perdait du temps à enlever ses vêtements il allait tout gâcher, et l’animal qu’il tentait d’apprivoiser depuis quelques mois allait lui échapper comme de l’eau dans les mains, aussi facilement que ça. C’était, certes ridicule, mais il comprenait à présent pourquoi certaines pulsions voulaient que l’on déchire les vêtements de son partenaire ou les siens. Il devait le faire, il le savait. Au fond de lui il ressentait clairement le besoin de sentir la peau de son corps venir frotter contre celle du doré. Pas uniquement ses doigts ou ses lèvres, ce n’était clairement pas assez pour lui. Après autant de temps, il avait un appétit démesuré à combler, pas simplement un appétit sexuel comme on aurait pu l’imaginer, non, ça c’était bien trop facile. Il fallait qu’il se torture un peu, qu’il désire encore plus et comme un bon masochiste il faisait en sorte de faire durer le plaisir. Plus c’était lent, mieux il avait le temps d’agoniser et de se délecter des choses infimes qui se dévoilaient petit à petit à lui. Elles certifiaient ou infirmaient ses idées, l’avait-il seulement rêvé de la bonne façon ? Non, non bien sûr que non, il était encore mieux que ça, mieux que tout ce dont il avait pu imaginer jusqu’ici. Cyrus se redressa doucement, ses lèvres quittant donc le téton droit du garçon. Il posa son regard dans le sien, quelque peu désolé d’abandonner son corps de cette façon. Il entrouvrit les lèvres, sa voix grave cassant le silence réconfortant et presque chaleureux de la cabane « mh … tu permets ? » il n’avait pas vraiment le choix au fond, et même si cela torturait un peu minguk c’était pour une bonne cause. Il ne serait que plus heureux en sentant la peau nue et horriblement chaude de son partenaire contre la sienne, c’était évident. Il lui avait cependant destiné un petit sourire, entre l’aguicheur et le rassurant pour le mettre à l’aise et lui faire comprendre qu’il n’en avait pas pour longtemps avant de revenir et s’occuper de lui. La sirène glissa donc ses mains de part et d’autre de sa propre veste pour l’enlever doucement, lui réservant le même sort qu’à celle de minguk, celle-ci tombant juste à côté de sa jumelle en soulevant autant de fumée. Il n’attendit pas non plus pour retirer son haut, l’attrapant à la moitié de son torse en croisant les bras, histoire de la retirer d’une manière un peu plus élégante et sexy. Il faisait effectivement froid dans la cabane mais il n’y prêta pas d’attention, ne fit aucun commentaire puisque minguk devait clairement ressentir la même chose, ou presque. Et puis, c’était de sa faute, c’est lui qui l’avait emmené dans cet endroit pourri mais pourtant débarrassé de badauds trop curieux. La lueur de la bougie dansait joyeusement sur sa peau, mettant en valeur la couleur un peu mâte et presque nacrée de celle-ci. Alléchante ? Oh, oui, sans doute. Il savait qu’il faisait partie des beaux garçons d’akiwa, et même s’il y en avait une flopée, il n’avait jamais été complexé de son corps outre ses oreilles qu’il s’évertuait à cacher contre sa chevelure le plus clair de son temps. Pourtant elles lui donnaient un charme assez singulier, et, même s’il avait déjà été complimenté et rassuré sur le sujet, il ne pouvait s’empêcher d’en faire une maladie ; ne supportant ni les moqueries ni qu’on le touche à cet endroit précis. Étrange, il ne faisait pas dans la superficialité pourtant. Comme quoi, chacun à ses petits démons au fond de lui, cyrus n’y échappait donc pas. C’était d’autant plus drôle quand on savait que son jumeau se trimballait exactement la même paire d’oreilles et s’en fichait comme de sa première tétine.

Soit, il plongea une nouvelle fois son regard dans celui de son amant, dans l’idée cette fois de le torturer un peu. Il se sentait rassuré maintenant qu’il pouvait clairement lire dans les yeux du plus jeune qu’il l’attendait plus que tout au monde. Qu’il était désiré, et ce, même s’il devait vendre son âme au diable pour l’avoir. Alors il sentait une vague de puissance couler dans son sang et faire battre son cœur plus fortement que jamais. Se sentir désirer, qui y avait-il de plus délectable, au fond ? Mais ce qui rendait la chose encore plus plaisante, c’est qu’il était actuellement désiré par la personne qu’il désirait lui-même plus que tout. Quoi de mieux pour satisfaire un égo ? Rien, absolument rien. « ah … oh il glissa machinalement son regard sur le corps du garçon, .. ça te fait du mal si je me tiens loin de toi, minguk ? dis-moi, tu souffres ? » il n’y avait pas à dire, il adorait ça, il prenait un malin plaisir à le torturer. Mais il se torturait également parce que ce qui était applicable au plus jeune le concernait de la même façon. Il lui manquait, même s’ils étaient ensemble, la chaleur et la texture de sa peau provoquaient un manque. Il se sentait frustré tout au fond de lui et il avait envie de lui sauter dessus, de mélanger son corps avec le sien pour pallier à ce détail. Détail ? Ou pas. C’était tellement gênant que plus rien n’avait d’importance à ses yeux. Plus rien ne comptait à par ok min guk, à présent. Il n’en pouvait plus de cette torture qu’il infligeait à leur corps, à leurs pulsions et il céda le premier, attrapant les hanches du dragon pour se glisser entre ses cuisses et le tirer contre lui, son torse venant buter contre le sien alors qu’il reprenait possession de ses lèvres bien dessinées pour les dompter une nouvelle fois. L’ineo n’attendit pas avant de glisser sa langue contre son inférieure et finalement la prendre entre ses dents blanches pour la mordiller. Il n’avait plus de patience, il ne savait plus comment se comporter ni quoi faire pour faire de cet instant quelque chose de magique. Et puis, il en avait marre, il sentait la colère monter dans son corps alors qu’il jouait à l’impuissant, au malmené. Il n’avait pas besoin de se donner de directives mentales après tout, il suffisait juste qu’il se laisse aller, non ? Oui, il devait vraiment arrêter de penser une bonne fois pour toute et laisser les choses se passer comme elles devaient réellement se passer. Cyrus lui offrit donc un long et langoureux baiser, passionné, comme s’il tentait de s’excuser de quelque chose. Par ailleurs, il se sentait de plus en plus confiné dans son pantalon, il avait même l’impression que tout allait finir par exploser à un moment ou un autre. Était-ce la même chose pour minguk ? Bonne question, et il avait besoin d’en connaitre la réponse, il avait besoin de satisfaire sa curiosité et surtout de le toucher pour voir à quel point il le mettait dans tous ses états. Sans attendre plus longtemps il guida ses doigts jusqu’à la ceinture du jaune pour la tripoter doucement, jouant d’abord avec la boucle pour finalement la défaire d’une main presque experte. Il tira doucement dessus avant de cette fois s’attaquer au pantalon. Un bouton … deux boutons… une tirette, ce n’était pas bien difficile mais il avait pris son temps pour les défaire un à un et ainsi faire monter la pression à son maximum, presque à son apogée. Alors qu’il fit croire à garçon qu’il était enfin prêt à passer en dessous, il changea ses plans et vint écraser la paume de sa main sur son entrejambe pour la confiner entre ses doigts et y faire plusieurs pressions délectables. Par quoi allait-il commencer, le choix était vaste après tout. Il avait le contrôle de la situation et surtout, il avait une âme à satisfaire. « vraiment .. il faut soigner ça, bébé. »bébé ? C’était sorti de sa bouche tout seul et, il ne put s’empêcher de piquer un fard mal à l’aise, s’attaquant plus rapidement au pantalon de son partenaire pour essayer de faire passer ce surnom comme si de rien n’était. Le jean serrant de ce dernier, ainsi que son boxer, glissèrent lentement sur ses cuisses tout en s’enroulant, dévoilant sa verge déjà fièrement réveillée. Cyrus entrouvrit les lèvres, son cœur ratant un nouveau battement alors qu’il relevait les yeux pour croiser celui du dit bébé. Un souffle plus tard et sa paume brûlante avait déjà attrapé sa verge, enroulant ses doigts autour comme pour la confiner douloureusement. Elle pulsait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: (nc - 17) who's laughing now ?   

Revenir en haut Aller en bas
 

(nc - 17) who's laughing now ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♣ akiwa ; school of witchcraft & wizardry.  :: les alentours :: La cour extérieure :: le cimetière-