AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Elite wizard, nice to meet you

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar
ii

pseudo : Zuo
avatar : Matsumoto Jun (c) Chaussette
messages : 106
double compte(s) : non
here since : 01/02/2012
points : 24672
âge : 24
patronus : lynx
animal de compagnie : chat
my heart is : just pounding as everyone else
i'm feeling like : a weirdo
ma baguette : mesure 24 centimètres, est assez flexible, possède un cœur de crin de licorne et est en bois de chêne rouge. On raconte souvent que les baguettes de chêne rouge choisissent des maîtres emportés, voire brusques. Ce n'est pas forcément vrai et ces baguettes ont plutôt tendance à choisir des personnes à l'esprit vif et aux réactions rapides, avec de bons réflexes. Il n'est pas difficile donc de remarquer que cette baguette est une baguette taillée pour les duels et adaptée aux sorts défensifs bien plus qu'autre chose. Leur maître pourrait être un inventeur de sortilèges personnels, également, elles aiment l'innovation.

MessageSujet: Elite wizard, nice to meet you   Mar 28 Fév - 16:30

    L’aiguille de l’horloge et son « tic-tac », les allées et venues incessantes des étudiants, le feu qui crépite dans l’âtre, les conversations passionnantes des premières années pour qui génie rime avec attrapeur de Quidditch…c’est plus qu’on ne peut supporter. Plus que je ne peux entendre. Je me lève d’une lenteur délibérée, cherchant un moyen de me raccrocher à ce fauteuil confortable que je suis sur le point d’abandonner. Ma parole, la salle commune est en passe de devenir un véritable nid de guêpes ! Bourdonnant sans interruption et ne me laissant pas d’autre choix que de sortir. Est-ce normal ? Se retrouver délogé de la sorte par un capharnaüm auditif me met de mauvaise humeur et m’interpelle : que leur a-t-on appris ? D’où viennent ces sorciers primitifs ? Ils ne peuvent pas tous appartenir à une famille de rang élevé, quand bien même cela ne les prive pas d’une bonne éducation. J’ai pitié pour eux, tout comme j’estime qu’ils devraient reconnaître leur erreur. Si j’étais Legilimens, je tâcherais de leur faire comprendre mon point de vue aussi fermement que possible. Ainsi, ils garderaient en mémoire cette désagréable intrusion et ne tenteraient plus de s’accaparer un espace déjà occupé. A moins que je ne parvienne à faire de la salle commune une salle privée ? Il me suffirait de graisser la patte de quelques préfets et d’établir des horaires de passage…c’est une idée ! Grotesque. Encore heureux que je ne l’ai pas formulée à voix haute. Un soupir de soulagement quitte mes lèvres tandis que je monte les escaliers qui mènent au rez-de-chaussée. C’est fou le nombre d’élèves que compte cette école. J’ai beau savoir qu’il est parfaitement naturel de côtoyer autant d’individus, je n’en reste pas moins abasourdi. Sans le laisser transparaître, bien entendu. Aucun visage n’est aussi inexpressif que le mien lorsque je le souhaite et c’est précisément ce dont j’ai besoin. Ne rien exprimer. Ne rien ressentir. Goûter au silence magistral et l’apprécier comme on déguste une douceur. Mais où vais-je pouvoir le trouver ? A moins d’une ballade sur les toits d’Akiwa, il n’y a qu’un seul lieu au sein de ces murs où la parole est proscrite. La bibliothèque. Une simple vision de ses rayonnages infinis, du froissement des pages qu’on tourne, rien que ça et je me sentais déjà mieux. Les marches sont plus faciles à gravir puisque je sais le Graal au sommet ! Me voilà en quelques minutes tout proche de mon but, si près que j’en aurais presque oublié la raison de ma présence. C’est un fait, les livres ont toujours été pour moi une façon de me ressourcer. De m’ouvrir à un monde différent, bien meilleur que celui auquel j’appartiens. Peut-être parce que j’ai tendance à mieux les comprendre que n’importe qui ? Etre attiré par une première de couverture, parcourir un chapitre puis un second, capturer les mots et leur signification, une telle simplicité ne peut qu’être appréciée ! Mais là encore, il existe des réfractaires qui ne saisiront jamais le sens et la beauté d’un ouvrage.

    Je pense à ces êtres imperméables en parcourant les allées pleines de trésors jusqu’à ce qu’une de ces merveilles capture mon regard. Je m’en approche, effleure d’un mouvement léger son dos et penche la tête pour lire le titre. Je m’apprête à le prendre en mains quand mes yeux s’arrêtent sur un autre lecteur. Un étudiant assis dans l’un des sofas, la posture droite et néanmoins décontractée, un air serein sur le visage. Pas besoin de préciser qu’il est un lion parmi les antilopes ou je ne l’aurais pas remarqué. Un sang pur. Un semblable, donc. Quelqu’un qui a de véritables valeurs et sait apparemment se tenir en société. Si je suis certain de ce que j’avance, c’est parce que je le connais. De nom, de vue, d’un réseau élitiste entretenu par nos parents respectifs. C’est un fils Moon. Le plus jeune des deux. Ou des trois, devrais-je dire. Voilà un sujet qui a longtemps alimenté les ragots de la « haute » et dont j’ai été témoin malgré moi. Un secret de famille est toujours difficile à garder, d’autant plus lorsqu’on fait partie d’un arbre généalogique aux multiples facettes. Une information est si vite transmise…il suffit qu’une feuille soit imprégnée d’un mal pour qu’elle en contamine d’autres, jusqu’aux branches les plus enfouies et ainsi de suite. Je n’ai jamais vraiment prêté attention aux bavardages de ma génitrice et de ses comparses, mais je ne pouvais pas m’empêcher de les enregistrer. Aussi me demandai-je comment avait été son enfance, s’il lui arrivait de penser à être quelqu’un d’autre ou si, tout simplement, il aspirait à une vie différente ? Et tout en y songeant, je ne le perdais pas du regard, hypnotisé par sa prestance naturelle. Je ne bougeais pas, de peur que le moindre de mes mouvements ne perturbe ce tableau. J’étais admiratif, sans bouche béante ni filet de bave cela dit. J’admirais son attitude, son comportement exemplaire que les emmerdeurs du sous-sol auraient dû adopter. J’aurais pu rester dans l’ombre un peu plus longtemps si la bibliothécaire ne m’avait pas prié de dégager le passage. Comme si quelqu’un en avait quelque chose à faire des Recettes Fabuleuses de Guignarde la Goule ! Inutile cependant que je lui fasse part de mon opinion ou je risquais de devoir retourner dans les entrailles bourdonnantes plus tôt que prévu. Il fallut donc que je déguerpisse. Quel meilleur prétexte que celui-ci pour m’installer face au visage d’ange que je me plaisais à observer ! Le problème étant que je n’allais plus pouvoir le faire aussi ouvertement… N’était-ce pas plus mal, en fin de compte ? S’il sentait mes yeux, il les interprèterait peut-être autrement et je ne voulais pas qu’il y ait méprise. Surtout pas avec un fils Moon. Ainsi, j’ouvris le livre et commençai à parcourir ses pages, relevant de temps à autres le nez de mon bouquin pour le poser sur le jeune homme. D’un air parfaitement anodin, je me mis à tousser, éclaircissant ma voix et dégageant ma gorge d’une éventuelle gêne. Des fois que…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
gg

pseudo : HaNna
avatar : taemin [SHINee] ava. linjae
messages : 67
double compte(s) : bae roméo
here since : 29/01/2012
points : 29777
patronus : /
animal de compagnie : une renarde des sables, nommée Apple
ma baguette : ta baguette mesure 22,8 centimètres, est très flexible, possède un coeur de crin de licorne et est en bois de laurier. Les baguettes en bois de laurier ont la réputation de ne pas pouvoir accomplir d'actes déshonorants. Elles sont toutefois très attirée par la gloire, de même que leur maître en général, et peuvent devenir très dangereuses lorsqu'il est question d'atteindre ce but, il ne faut pas les mettre dans des mains trop inconscientes, donc.. La magie qu'elles produisent est parfois qualifiée d'inconstante, mais ce n'est pas forcément vrai, avec un maître talentueux, elles peuvent faire des merveilles. Si leur maître est trop timide ou trop peu sûr de lui, par contre, elles risqueraient de s'attacher à quelqu'un d'autre.. mais n'ayez crainte, celle-ci contient un crin de licorne, ce qui renforce sa fidélité, et elle ne devrait jamais vous quitter. Petit fait intéressant, les baguettes de laurier ont la particularité assez amusante de lancer un éclair sur quiconque tenterait de les voler.. vous n'avez pas à la surveiller, elle s'en charge bien toute seule !
wizard's spellbook :


MessageSujet: Re: Elite wizard, nice to meet you   Mer 29 Fév - 16:34

« Tu plaisantes ? », le regard noir, la voix lourde et menaçante, Heaven de son ton dur mais subtile, fixait son jeune frère. La blague d'Eden était visiblement très mal passé et l'expression du plus vieux, montrait clairement que la plaisanterie était de loin, une simple insinuation et que vraiment il cherchait à ce que l'ainé s'énerve. En temps normal, Eden n'était pas ainsi, surtout pas avec ses camarades même proche, mais quand il s'agissait d'Heaven, son caractère calme et doux qui faisait de lui, un être raisonnable et distingué pouvait avoir un soupçon de provocation et de sarcasme que lui-même ne pouvait que difficilement expliquer. Les deux êtres qui se confrontaient du regard depuis deux bonne minutes étaient grandement similaire mais ils avaient tout de même leur différence, la peau pâle du turquoise contrastait avec la peau légèrement bronzé du vert et leurs regards d'un noir profond exprimaient chacun leurs propres état d'âme, l'un sournois et possessif et l'autre doux mais méfiant, mais malgré ça, si la couleur de leurs cheveux était devenu similaire, on aurait clairement du mal à les différencier. Ils étaient frères et même si séparément, on devinait difficilement leur lien de parenté quand ils étaient ensemble il était certain qu'ils partageaient le même sang. Le regard interrogateur du plus vieux fixait son frère attendant une réponse et surtout une réponse claire. Eden même s'il laissait des moments de suspend, technique apprise que de son très cher ainé, ne s'amusait pas vraiment de la situation, il voulait lui faire comprendre une chose et s'assurer d'une autre. « Demain, je ne viens pas avec toi... » la voix posée et douce, articulé avec un calme impressionnant dû à une bonne éducation, Eden se voulait le plus communicatif possible tout en restant sur ses positions, il avait prit sa décision et ça n'allait pas être les yeux meurtrier d'Heaven qui allaient changer les choses. « Tu préfères ce Jae Min à ta propre famille ? », d'un mouvement naturel et sans grandement réfléchir à son action, Eden répondit en hochant de la tête positivement, il n'allait pas mentir, voir ses géniteurs le répugnait au plus haut point et même s'il pouvait passer une journée entière en leurs compagnies sans avoir à leur cracher dessus, s'il pouvait tout de même éviter ces réunions morbides où ne règne que le snobisme et l'hypocrisie, il le ferait et sans hésiter et ça, il fallait le faire rentrer dans la petite tête de l'ainé, bien remplie et cultivée soit, mais bornée et bloquée dans un monde où la famille et les traditions étaient d'une importance presque étouffante et puis au final, en prenant cette décisions, il voulait aussi s'assurer d'une chose, la jalousie qu'éprouvait Heaven pour Jae Min, car même si Eden voulait juste se sentir humain et donc connaitre la vraie signification d'un père, qu'était devenu son ainé geobuk, il jouissait aussi intérieurement en découvrant les réactions poussés et violentes de son frère quand il s'agissait de son capitaine de Quidditch, c'était un peu comme une revanche sur les misères que lui avait fait subir le turquoise durant leur tendre enfance même si ça l'étonnait toujours de savoir que ce dernier éprouvait de la jalousie, comme si Eden lui appartenait, comme si personne d'autre que lui pouvait être aussi proche de son cadet.

La réponse dénuée de parole et spontanée d'Eden choqua grandement Heaven qui resta figé un long moment, se mordant les lèvres pour surement ne rien faire de déraisonnable. Eden le regardant calmement, lui adressa un sourire rapide, puis voulant mettre fin à cette confrontation, il s'inclina légèrement démontrant le respect qu'il doit avoir envers son aîné et s'éloigna silencieusement, heureux d'avoir enfin réussi à fermer le clapé du "grand" yunikon. Marchant sans réfléchir et n'ayant pas de but. Ses pas distingués, son dos droit et sa tête haute, Eden souriait jusqu'aux oreilles, même si au fond il savait, une possible contre-attaque d'Heaven, un peu plus tard dans la journée. Après avoir bêtement tourné en rond pendant une bonne demi-heure, plongé dans ses pensées, il finit par se diriger vers la bibliothèque, endroit où il devait rendre visite à son très cher bouquin de botanique. Pour atteindre l'endroit voulu, il dût escalader quelques marches et du marcher quelques mètres pour enfin se retrouver devant la vaste porte qui cachait la très grande bibliothèque, mais avant d'entrer dans ce lieu saint où la parole n'existe pas ou que très peu, il marmonna à sa montre enchantée offerte par une de ses très chères tantes, soit dit en passant, névrosée, car elles étaient toutes névrosées, « Puis-je avoir l'heure, s'il-te-plaît ? », la montre répondit spontanément « 14:16, puis-je vous prévenir monsieur qu'il risque de pleuvoir cette après-midi », étrange montre, il est vrai qu'elle était dotée de petites fonctions, tout aussi nécessaire que le "h" de hawaï, surtout en sachant qu'Eden ne risquait pas de sortir de l'après-midi... mais bon tant qu'elle donnait l'heure. Il remercia gracieusement l'objet parlant et d'un pas décidé entra dans la caverne d'ali baba ayant pour trésor des livres tout aussi cultivant de futile pour certain, mais il est vrai qu'on était sûrs de trouver notre plaisir. Le geobuk salua calmement la documentaliste et se dirigea vers les bouquins concernant la botanique et les plaisirs la concernant. Il parcourra plusieurs rangés rapidement, il avait pourtant le temps mais il ne voulait pas s'attarder sur des choses futiles, il devait travailler sur la guérison des blessures, cherchant à s'avancer sur le reste de la classe, histoire de ne pas prendre trop de retard et espérer un jour atteindre le niveau de son "digne" frère.

Son regard s'arrêta sur un ouvrage qui n'était pourtant pas dans ses recherches mais qui l'intéressait tout de même, tout en se mordant les lèvres pour se défendre de le prendre et de le lire, ne s'écoutant point, il l'empoigna doucement pour qu'enfin il puisse le tenir de ses deux mains. Il lut rapidement le titre, un grand sourire aux lèvres, "les délices de mandragore, édition III" de son auteur préférée, il n'était pas forcément fana de botanique mais il aimait beaucoup les ouvrages de la jeune femme qui rédigeait ces pages, l'écriture était subtile et son langage poétique faisait vite oublier qu'on lisait un livre sur les mandragores. Oubliant presque ses cours, il alla s'assoir sur l'un des sofas vide au centre de la bibliothèque, il n'y avait pas foule et le calme lui permettrait de lire son bouquin tranquillement. En posant ses fesses sur le siège, il s'installa confortablement tout en gardant une certaine tenue, puis après avoir trouvé une posture agréable pour lire, il commença à dévorer silencieusement le bouquin. Au bout de quelques minutes, il sentit quelqu'un se placer sur le siège en face lui, au départ il n'y prêta guère attention, trop absorbé par sa lecture. Il resta ainsi quelques minutes de plus, jusqu'au moment où son voisin d'en face replaça bruyamment sa voix, cassant le silence presque mortuaire qu'était celui de la bibliothèque, Eden eut le réflexe qu'on tout être normal de se détacher de sa lecture pour regarder d'où venait le bruit et qui le produisait. En relevant son visage, ses yeux croisèrent ceux de celui qui se trouvait en face. Le geobuk le fixa un instant, lui adressant un léger sourire pour articuler « Bonjour ! ». Eden n'était pas du genre à saluer n'importe qui, il avait cet esprit de sang-pur de sélectionner son entourage et ceux qui avaient le droit d'un salut respectueux. Alors de toute évidence celui qui se trouvait en face, n'était pas un inconnu, c'était le fils des Mukogawa, Haruno Mukogawa, Eden en avait tellement entendu parlé par ses géniteurs, jaloux qu'à cette époque, cette famille de sang-pure ait un enfant en bonne santé, apte à utiliser la magie, chose que les Moon n'avaient pas, avant l'arriver d'Heaven.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
ii

pseudo : Zuo
avatar : Matsumoto Jun (c) Chaussette
messages : 106
double compte(s) : non
here since : 01/02/2012
points : 24672
âge : 24
patronus : lynx
animal de compagnie : chat
my heart is : just pounding as everyone else
i'm feeling like : a weirdo
ma baguette : mesure 24 centimètres, est assez flexible, possède un cœur de crin de licorne et est en bois de chêne rouge. On raconte souvent que les baguettes de chêne rouge choisissent des maîtres emportés, voire brusques. Ce n'est pas forcément vrai et ces baguettes ont plutôt tendance à choisir des personnes à l'esprit vif et aux réactions rapides, avec de bons réflexes. Il n'est pas difficile donc de remarquer que cette baguette est une baguette taillée pour les duels et adaptée aux sorts défensifs bien plus qu'autre chose. Leur maître pourrait être un inventeur de sortilèges personnels, également, elles aiment l'innovation.

MessageSujet: Re: Elite wizard, nice to meet you   Dim 4 Mar - 14:59

    J’avais eu le privilège d’observer mon voisin sans qu’il ne s’en aperçoive durant quelques minutes et je m’étais posé plusieurs questions sur les mandragores, thème principal de l’ouvrage qu’il semblait dévorer. Ce n’était pas le genre de plantes dites « domestiques » qu’on avait l’habitude de trouver chez soi, notamment en raison de leurs propriétés toutes plus surprenantes les unes que les autres. La principale étant la mort, si on pouvait l’assimiler à une caractéristique « surprenante », causée par le cri d’une espèce adulte. Aussi me demandais-je ce que le fils cadet des Moon pouvait trouver de fascinant chez cette bizarrerie que le commun des mortels qualifiait généralement d’hideuse et de désagréable. D’autant qu’elle n’était plus au programme et que nous étions sensés l’avoir étudiée en deuxième année. Tout en retrouvant mon propre livre, j’essayais de me remémorer les bienfaits de cette plante et s’il y avait vraiment matière à discourir. En fait, je craignais de n’avoir que cette option pour engager la conversation avec l’étudiant assis en face de moi. D’abord, parce que je n’étais pas certain qu’il me reconnaisse. Ensuite, parce qu’une fois le sujet délicat de nos familles respectives entamé, je ne saurais comment rebondir sur son goût pour la botanique. Quel casse-tête ! Si au moins il s’agissait d’un enseignement que j’affectionnais ! J’aurais dû, pourtant. Mais je n’étais pas le seul à négliger ce cours au profit d’un autre bien plus instructif. Quoiqu’il en soit, j’étais désormais coincé entre plusieurs solutions et aucune n’était satisfaisante. Il fallait pourtant que je me décide, prenne mon courage à deux mains et tente d’agir en sorcier de bonne famille.

    « Bonjour ! »

    Sauf que le seul téméraire dans l’histoire fut Eden. Pas moi. Et bien que ce constat me sautât aux yeux comme son apparente aisance me flanqua une gifle, je fis mon possible pour rester de marbre. Chose pour le moins délicate étant donné la surprise provoquée par ce premier contact. Nous aurions pu être dans un film burlesque et je me serais donné la peine de regarder de part et d’autre de ma place, simplement pour être certain qu’il s’adressait à moi. Mais je le savais. Il n’y avait pas d’autre possibilité, quand bien même j’aurais été cerné par une horde d’élèves. Ce « bonjour » m’était destiné. Les sangs purs issus de familles aussi anciennes, aussi respectées que pouvaient être les nôtres se devaient courtoisie et reconnaissance. A défaut d’entente, entre autres. Même si je n’avais pas idée de la nature des relations entre nos parents. Les Moon avaient-ils jamais été conviés au Manoir ? Qu’en étaient-ils pour nous, Mukogawa ? L’heure n’était pas -ou plus- aux intenses réflexions concernant nos noms, mais plutôt à la manière dont j’allais répondre à l’étudiant. Un sourire, aussi léger que le sien, apparaitrait rictus et me donnerait l’image d’un snob qui n’a pas la moindre envie d’échanger avec son prochain sang pur. Un mouvement de tête soulignerait également la paresse des mots et le manque de motivation. Il fallait que je sois non seulement pertinent, mais aussi sûr de moi. Autant dire mission difficilement réalisable. Je ne perdais pas espoir cependant et inspirai profondément avant de prendre la parole.

    « Bonjour…Moon Eden. »

    Ton franc sans être agressif, posture droite, réponse audible, nette et compréhensible. Si je ne pouvais lui renvoyer l’image sympathique qu’il inspirait, j’étais néanmoins poli. En ajoutant son nom complet à la salutation, il s’apercevrait que j’étais capable de décliner son identité sans qu’il ne me la donne. Ainsi, je ne cherchais pas à le déstabiliser ni à le tester pour savoir si lui aussi savait qui j’étais. Je voulais tout simplement mettre les choses au clair de suite, si poursuite de la conversation il y avait. Et il y aurait. Maintenant qu’il avait pris les devants en tant qu’initiateur, il fallait continuer. Alors que dire ? Je ne me préoccupais pas vraiment de son état et ne pouvait, par conséquent, enchaîner avec un « comment vas-tu ? ». Cela supposerait que je le côtoie ou l’ai côtoyé au moins une fois, ce qui n’était évidemment pas le cas. Evidemment. Parce qu’il s’agissait d’une évidence ? La plupart des étroits esprits de cette école avait pour principe d’assimiler les sangs purs à une grande et même famille élitiste. Faux. Preuve étant que je ne connaissais d’Eden que son statut, son nom et une partie de son histoire…certainement noircie et déformée par les ragots. J’étais donc dans une impasse, à moins de ne trouver une parade, un as dans ma manche, une mandragore dans mon oreille. Qui sait ? J’étais doué en métamorphose, mais pas assez pour créer un bébé mandragore à partir d’une pile de livres laissés pour compte sur une table. Je refermai mon ouvrage, abandonnant sans merci la page que j’étais en train -ou faisait semblant- de lire et demandai en baissant la voix.

    « As-tu l’intention d’infliger un châtiment auditif à quelqu’un ou est-ce parce que tu prévois de réaliser un exposé en botanique ? Ce n’est pas…parce que tu aimes vraiment ça, pas vrai ? »

    A ce moment précis, je devais faire une drôle de grimace. J’avais de l’appréhension, en fait. S’il aimait vraiment les mandragores, il est clair que mon attitude pseudo-dégoûtée allait le refroidir quant à un possible entretien. Ce que je redoutais. Le tact n’était pas mon meilleur ami. La sociabilité non plus. Je devais donc espérer qu’il ne saisisse pas cette opportunité pour me cataloguer et m’archiver dans les sangs purs à éviter. Et s’il le faisait…ma foi, Akiwa regorgeait d’autres potentielles connaissances et je devais m’accrocher. Il n’y a pas plus misérable qu’un miséreux qui s’ignore : au moins, je savais à quelle catégorie j’appartenais. Respire, Haruno. Il va bien falloir que tu te prennes une paire de cheminées avant d’atterrir au bon endroit !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
gg

pseudo : HaNna
avatar : taemin [SHINee] ava. linjae
messages : 67
double compte(s) : bae roméo
here since : 29/01/2012
points : 29777
patronus : /
animal de compagnie : une renarde des sables, nommée Apple
ma baguette : ta baguette mesure 22,8 centimètres, est très flexible, possède un coeur de crin de licorne et est en bois de laurier. Les baguettes en bois de laurier ont la réputation de ne pas pouvoir accomplir d'actes déshonorants. Elles sont toutefois très attirée par la gloire, de même que leur maître en général, et peuvent devenir très dangereuses lorsqu'il est question d'atteindre ce but, il ne faut pas les mettre dans des mains trop inconscientes, donc.. La magie qu'elles produisent est parfois qualifiée d'inconstante, mais ce n'est pas forcément vrai, avec un maître talentueux, elles peuvent faire des merveilles. Si leur maître est trop timide ou trop peu sûr de lui, par contre, elles risqueraient de s'attacher à quelqu'un d'autre.. mais n'ayez crainte, celle-ci contient un crin de licorne, ce qui renforce sa fidélité, et elle ne devrait jamais vous quitter. Petit fait intéressant, les baguettes de laurier ont la particularité assez amusante de lancer un éclair sur quiconque tenterait de les voler.. vous n'avez pas à la surveiller, elle s'en charge bien toute seule !
wizard's spellbook :


MessageSujet: Re: Elite wizard, nice to meet you   Dim 18 Mar - 10:32

[...] Se délecter de cette vision et de ce cri meurtrier n'est de loin un plaisir qu'on peut ressentir sur le moment même, mais quand cette pensée est loin et le souvenir de la souffrance reste éloigné de notre esprit, on peut parfois croire qu'une mandragore n'est peut-être pas aussi agressive et dangereuse qu'elle ne l'ai vraiment. Comme décrit dans la première édition, une mandragore est une plante qui peut tout aussi bien être bénéfique que mortelle, car même si elle est connue pour ôter la vie à de valeureux et courageux téméraires, elle peut tout aussi bien réveiller d'entre les morts, un condamné, paralysé à vie. Les humains sans une once de magie en eux, dit les moldus, ne prenant pas en compte les bienfaits de ces plantes, ne l'utilisent que très mal et se bourrinent à penser qu'il faut le cacher à la terre entière pour s'en préserver, car oui, les moldus connaissent, eux aussi ces plantes, qui existent même dans leur monde et même si ces humains restent rare à connaitre l'existence des mandragores, aucun d'eux ne seraient assez fou pour s'en approcher et avoir la chance de découvrir les vertus de cette plante tant crainte [...]

Sa lecture et ses pensées sur la vérité des choses concernant l'utilisation d'une mandragore, furent coupées par le fils des Mukogawa. Même si cela intéressait grandement le jeune Moon, il ne pouvait qu'être respectueux envers un autre sang pur, un semblable à lui. Eden n'aimait pas vraiment se savoir "au dessus des autres", se savoir pur. Il ne reniait pas ses origines mais s'appliquait à rejeter poliment avec haine ses propres parents, qui malgré leur négligence envers leur plus jeune fils, s'étaient tout de même appliqué à lui donner une éducation digne de ce nom et le jeune geobuk leur en était surement reconnaissant rien que pour ça, mais ne se le dirait surement jamais à lui-même. Alors malgré sa timidité et méfiance envers l'être humain, qu'il gardait depuis sa plus tendre jeunesse, quand il fallait être respectueux et aimable, il pouvait faire preuve d'une politesse inébranlable et naturelle qui ne le ferait surement jamais passer pour un de ces hypocrites qui choisissaient ses relations pour l'argent, la renommée ou pour peut-être autre chose. Eden n'était pas ainsi, il se devait juste de donner l'image qu'il avait appris à utiliser envers des êtres du même rang que lui ou supérieur. Évidemment il ne fallait pas croire qu'il était autrement avec un moldu ou un sang-mêlé, mais il était certain qui si de vue ou de nom, il ne connaissait pas son voisin d'en face, il ne l'aurait jamais salué, trop timide pour ne serait-ce tenir son regard. Le sourire toujours présent, le regard doux, analysant son voisin sans arrière pensée, n'attendant pas forcément de réponse mais trop poli pour retourner dans sa lecture, il ne fut pas étonné quand Haruno lui répondit « Bonjour…Moon Eden. », il est vrai qu'ils auraient eu l'air stupide à se regarder sans s'adresser une seule parole. L'ineo avait prononcé son nom complet, cela ne choqua pas Eden, mais il en fut tout de même un peu surprit, étonné de voir qu'on puisse connaitre son identité entière, même si en réfléchissant bien, avec ses problèmes d'ordres médicaux qui avaient rendus honteux ses parents, il était presque normal que toute la communauté de sang-pur connaisse le nom, Moon Eden, l'enfant malade et indigne qui ne deviendra jamais sorcier. Qu'est-ce que ce monde pouvait-être horrible et sans cœur, crachant sur tout et n'importe quoi, ne réfléchissant même pas à la vie d'autrui. Eden s'en fichait bien, mais au fond, étant assez sensible, il n'aimait pas savoir qu'il était constamment évalué et que ses mouvements pouvaient facilement être interpréter de travers. Ce monde gardera toujours la vision d'un jeune maladif et la jeune tortue avait bien peur que cela influence sur son futur en tant que sorcier, malgré tous ses efforts.

Le jeune homme qui n'avait surement rien de plus à dire, que sourire poliment, était retourné dans son très bel ouvrage, pour savoir ce qu'allait advenir de ces mandragores et ce qu'allait raconter l'écrivain, de farfelu comme d'intéressant. Avant qu'il ne puisse retrouver sa ligne qu'il avait quitté pour saluer son camarade, ce dernier articula dans un chuchotement assez audible pour être entendu par Eden, mais pas assez pour que la documentaliste puisse se plaindre du bruit. « As-tu l’intention d’infliger un châtiment auditif à quelqu’un ou est-ce parce que tu prévois de réaliser un exposé en botanique ? Ce n’est pas…parce que tu aimes vraiment ça, pas vrai ? » Eden releva son visage pour la seconde fois, le regard analysant l'expression grimaçante de son interlocuteur. Le geobuk... Aimer la botanique et les mandragores ? En soit, pas vraiment, même s'il s'appliquait à suivre les cours sérieusement et à réussir les examens brillamment, surtout qu'il avait eu une excellente note grâce aux mandragores, il n'en ferait surement pas sa vie, mais n'en éprouvait pas forcément de dégout pour autant et puis infliger un châtiment à quelqu'un même à son pire ennemi n'était de loin son genre. Les questions d'Haruno le poussa à mieux l'analyser, le jeune homme qu'il avait en face de lui semblait bien curieux et assez maladroit en soit, si Eden lisait un livre sur les mandragores, la logique voulait qu'il aime ça, même si la logique étant fausse on pourrait plutôt croire que l'ineo était en faite plus perspicace que maladroit. Eden essayait surement de faire sa propre idée sur son camarade pour savoir s'il fallait lui répondre ou non et s'il fallait lui porter confiance ou méfiance. Mais la tâche étant assez dur, car peu douer pour se décider sur quelques simples phrases, il articula au final en guise de réponse, avec toujours le même sourire « C'est vrai, je n'aime pas vraiment ça, mais je n'ai aucun exposé en botanique à rendre et je n'ai aucune raison d'infliger un châtiment auditif à qui que ce soit. » Expliqué ainsi, Eden n'avait en faite aucune raison de lire le bouquin, à part peut-être par ennui et même, lire un livre sur les mandragores par ennui n'aiderait en rien à le divertir davantage, sauf si le bouquin était signé par son auteur favorite. Voulant tout de même se rattraper un tant soit peu, pour expliquer ses goûts littéraires, il continua rapidement sur la même lancée. « Je le lis car j'aime beaucoup l'écrivain, je trouve qu'elle écrit bien. » La voix claire et fluide contrastant avec son visage rouge et gêné, Eden pouvait très bien exprimer ses idées et ses goûts mais il n'avait jamais vraiment réussi à garder un visage neutre quand il lui arrivait de parler face à un inconnu. Mais malgré son visage qu'il sentait chaud, bouillonnant à cause de sa timidité, il restait calme et ne perdait en aucun cas le contrôle de lui-même. Décidé à continuer la conversation pour apprendre à mieux connaitre le jeune homme qui l'intriguait, Eden regarda rapidement le bouquin qu'il tenait en main et n'identifiant pas rapidement le thème principal de l'ouvrage, le jeune Moon articula poliment « Et toi ? Tu aimes lire quoi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Elite wizard, nice to meet you   

Revenir en haut Aller en bas
 

Elite wizard, nice to meet you

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♣ akiwa ; school of witchcraft & wizardry.  ::  :: quatrième étage :: bibliothèque-